Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Un atlas des Pays de la Loire pour imposer un territoire artificiel
La région Pays de la Loire, connue pour son manque d'appropriation par les citoyens, vient de lancer un appel d'offre pour la réalisation d'un atlas. Créés sur les bases du
Mikael Bodlore-Penlaez pour Eurominority le 3/10/11 12:04

La région Pays de la Loire, connue pour son manque d’appropriation par les citoyens, vient de lancer un appel d’offre pour la réalisation d’un atlas. Créés sur les bases du décret de Vichy du 1er juillet 1941, qui sépara la Loire-Atlantique (Loire-Inférieure de l’époque) du reste de la Bretagne, les « Pays de la Loire » sont pour ainsi dire un ersatz de région. Sans légitimité historique ni réelle identité, cette région peine à être identifiée par ses propres administrés.


Certainement pour pallier ce manque, elle souhaite créer un atlas. Comme chacun sait, le pouvoir des cartes est fort. Elles permettent de marteler un message visuel et ainsi d’inscrire un territoire, même fantaisiste, dans l’esprit des plus faibles ou des personnes les moins critiques. Il ne fait aucun doute que les élus « ligériens », peu enclins à transmettre l’histoire et la culture, aient vite compris l’intérêt d’une telle opération de propagande pour promouvoir cet OTNI (Objet Territorial Non Identifié).

Une réponse à l'Atlas de Bretagne ?

Ne doutons pas non plus que ce soudain projet d’« Atlas des Pays de la Loire » ait été orchestré suite à la sortie récente de l’Atlas de Bretagne / Atlas Breizh, que j’ai réalisé avec Divi Kervella et qui est paru aux éditions Coop Breizh en mars 2011. Ainsi, dès septembre de la même année, le projet de la région Pays de la Loire était prêt pour contrer toute tentative de rétablissement de vérités historiques flagrantes, à savoir que la Loire-Atlantique est bretonne, et devrait en toute légitimité être le 5e département de la région Bretagne.

Le noeud du problème

Notons que le noeud du problème est toujours le même. Le président de la région Pays de la Loire, Jacques Auxiette voit dans la réunification, selon ses propres termes « une annexion des temps modernes, voire une certaine forme de colonisation ». Aucun terme n’est assez fort pour dire son hostilité aux Bretons. Pourtant, certains sondages (IPSOS / Ouest France 2002) estiment que 75 % des électeurs seraient favorables au retour de Nantes et de la Loire-Atlantique en Bretagne. Et pour enfoncer le clou, le Conseil régional de Bretagne a voté à l’unanimité le 8 octobre 2004, en faveur de la « réunification administrative de la Bretagne », suivi des élus de Loire-Atlantique la même année.

Ce nouvel atlas arrive à un moment où les élus de tout bord parlent de réunification de la Bretagne et même d’autonomie régionale. Des mots qui auparavant n’auraient été prononcés que par si peu de candidats à une élection. Aujourd’hui, ils suivent probablement une grande partie de l’opinion, qui ressent la recentralisation de la France comme une mauvaise plaisanterie et surtout comme une injustice territoriale inqualifiable ; rappelant chaque jour que le projet de « Grand Paris » est une hérésie dans un État qui voit la majeure partie de la richesse du territoire captée par une minorité. En effet, 45 % de la richesse nationale est prélevée par l’Île de France qui ne représente que 18 % de la population.

Ainsi, notamment pour contrer les Nantais qui affirment leur appartenance à la Bretagne, la région Pays de la Loire délègue la création d’un atlas. Et faute de trouver des auteurs indépendants motivés pour prendre en charge ce travail, elle préfère lancer un appel d’offre pour sa conception et sa rédaction. La région fait un constat assez simple, qu’elle note dans son appel d’offre : « À ce jour, il n’existe aucune monographie récente sur la Région des Pays de la Loire. » Et pour cause. Le plus grave est certainement ce que la région souhaite en faire, notamment « construire un discours sur les logiques d’organisation du territoire régional, discours aujourd’hui inaccessible sur un média grand public ». Le but avoué de l’opération est bien de se construire un discours, autrement dit un argumentaire pour créer une identité, niant ainsi les identités multiples de ce territoire artificiel.

L'appel d'offre

Mais le constat est encore plus amer lorsqu’on décortique l’appel d’offre en question. La région Pays de la Loire délègue à un prestataire extérieur la réalisation d’un atlas, qu’elle souhaite voir commercialisé. Elle en crée 3.000 exemplaires pour ses propres besoins de « propagande » et laisse la possibilité au prestataire d’en vendre à l’extérieur. Déléguant l’ensemble du projet, elle insiste toutefois sur le fait qu’il s’agit d’un outil pédagogique de description du territoire. En langage décrypté, un outil pour faire entrer définitivement dans la tête des petits « Ligériens » que leur région, c’est les Pays de la Loire, et rien qu’elle… Elle souhaite qu’on y parle des caractéristiques géographiques, physiques, sociales, humaines, économiques, environnementales de la région. Bien évidemment, elle omet de dire qu’une partie sur l’histoire et la culture serait une gageure pour une région qui s’est constituée en faisant fi de ce qui constitue l’identité intrinsèque des territoires, à savoir leur histoire et leur culture. Évidemment, l’éditorial sera validé par la région, mais ne doutons pas que le reste du bel ouvrage, payé par les deniers publics, ne soit pas analysé par les collaborateurs zélés de ce fameux OTNI.


Mikael Bodlore-Penlaez

Article publié par Geobreizh.com sur ABP et Sterne

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1468 lectures.
logo
www.eurominority.eu est le site des Nations sans État et des peuples minoritaires en Europe. Créé 1999, il a pour objectif d'informer sur la situation des peuples minoritaires à travers l'Europe. Il en fait la promotion et diffuse des informations grâce aux recherches effectuées par un large réseau de correspondants en Europe.
Voir tous les articles de Eurominority
Vos 9 commentaires
J-Luc Le Floc'h Le Lundi 3 octobre 2011 14:56
Peut-être faudrait-il rappeler l'interview publiée sur ABP du fonctionnaire en question
Il y faisait une démonstration impressionnante de la "bouillie" qu'il a dans la tête, s'agissant de Bretagne et de géo-stratégie.
Alors, chef de service? Sûrement. Politique et Homme de territoire? Non, définitivement, non! Definitely, not!
C'est ainsi que la République comme vecteur de la Démocratie est confisquée. S'il était un peu à la hauteur, le pré-cité contribuerait déjà à la redéfinition des PdL.
La marée, quand elle remonte la Loire bretonne, se fait sentir jusqu'aux confins du département de la Loire-Atlantique. Au-delà, c'est l'Anjou... le Val de Loire qui commence.
Mais çà, c'est trop compliqué à comprendre pour certains édiles.
E-lec'h ma vez ar stêr Liger vreizhat ez eo Breizh, evit gwir.
Là où la Loire est bretonne, c'est la Bretagne, authentiquement.
(0) 

Florent Patron Le Lundi 3 octobre 2011 17:19
Il est d'ailleurs à noter que l'édition de l'Atlas de Bretagne/Atlas Breizh n'a lui bénéficié d'aucune aide publique. Contrairement à ce qui est noté par erreur sur sa couverture. Il a été développé par les auteurs, avec leur point de vue sur lequel aucune censure n'est venue peser, et par un éditeur, avec l'objectif aussi de tenir un prix public bas. Avec donc tout le risque supplémentaire que représentait son tirage de 4500 exemplaires.
Cet atlas a trouvé suffisamment de lecteurs dans les cinq départements bretons et bien au-delà pour être aujourd'hui en réimpression.
Comme quoi on n'a pas toujours besoin de compenser ses lacunes/manipuler le citoyen par une coûteuse armada de communication partisane quand on a sujet évident à traiter et à illustrer. Un sujet dont l'histoire et la géographie sont immédiatement compréhensibles/sensibles pour tout un chacun : n'est-ce pas là la moindre des choses pour justifier la nécessité éditoriale d'un atlas ? C'est le cas de la Bretagne – rien qu'elle mais tout entière s'entend – et pas celui des Pays de la Loire.
(0) 

thierry kla Le Lundi 3 octobre 2011 20:38
Sur Google il y a environ 149 000 000 résultats rien que pour le nom Bretagne et 3 860 000 pour les Pays de la Loire. Par contre pour Bretagne-Loire-Atlantique il ne reste plus que 20 200 000 résultats pour 32 600 000 aux Pays de la Loire-Loire-Atlantique. Ca en dit long sur cette region inventée de toute pièce comme par magie. Monsieur Auxiette et sa clique sont dans une impasse concerant l'avenir car ils sentent que la fin proche de leur cher Pays de la Loire est pour bientôt.
(0) 

François Martin Le Lundi 3 octobre 2011 22:56
Un appel d'offre? A la bonne heure!
Que tous les amateurs de Photoshop, Gimp & cie répondent à cet appel désespéré!
Manions l'humour, la dérision et l'absurde pour représenter ce territoire qui ne l'est pas moins, et rassemblons ces créations sur une page où le public pourra voter et commenter ses cartes préférées!
(sic concours Produit en Bretagne)
A vos pinceaux et baguettes magiques.
Now & bremañ.
(0) 

Michel prigent Le Mardi 4 octobre 2011 06:25
Comme quoi, on peut-être de gauche et utiliser des méthodes de déculturation et de propagande propres aux régimes totalitaires.
(0) 

Marzhin a Gervengi Le Mardi 4 octobre 2011 10:48
Cette stratégie politique n'est ni de gauche ni de droite. Elle est tout simplement française. Pour la république française les peuples ne sont rien, et leur histoire ne compte pas.
Les noms "géographiques" des départements, puis des régions du XXe siècle en sont la preuve. "Bretagne" s'accorde à une communauté d'êtres humains, "Pays de la Loire" s'accorde à un fleuve, quelque soient les peuples qui en occupent les rives.
Comme on n'a pas besoin des peuples pour la création de ces identités territoriales à la française, on n'a pas besoin d'historiens ni de géographes pour en expliquer les contours. On a juste besoin d'un message d'allégeance à la caste politicienne, et de professionnels de la communication pour marteler ce message.
Le cahier des charges de cet atlas en est la preuve. Il est vide. Ils ne sont même pas donné la peine de qualifier leur marché en marché de prestations intellectuelles, mais en marché de "fournitures courantes et services" ce qui veut dire qu'aucune conception ne sera confiée au prestataire, lequel n'aura qu'à coucher sur le papier la propagande des commanditaires.
Pour ceux qui souhaitent envoyer une offre -même fantaisiste, le dossier est à télécharger gratuitement à l'adresse suivante :
(cocher la case selon laquelle on souhaite télécharger le dossier gratuitement et accepter les conditions générales d'utilisation de la plateforme).
Réponse avant le 19 octobre.
(0) 

Christian Rogel Le Mercredi 5 octobre 2011 19:20
Heureusement qu'ils respectent la loi et font un appel d'offre !
Vous préfèreriez qu'ils choisissent un de leurs amis en catimini?
D'ailleurs, certains pourraient témoigner qu'en matière d'édition, les appels d'offres n'empêchent pas vraiment de choisir l'éditeur qu'on a présélectionné.
L'AO évite quand même de favoriser en douce un éditeur non spécialisé, mais bien en cour.
Christian Rogel
(0) 

Mikael Bodlore-Penlaez Le Jeudi 6 octobre 2011 19:02
Qu'il n'y ait pas de méprise Christian. Ce n'est pas le mode de consultation qui est mis en cause mais le fait d'imposer une région artificielle en utilisant l'argent publique...
(0) 

Caroline Le Douarin Le Mardi 6 décembre 2011 15:51
Mais enfin, les Pays de Loire existaient au temps de Gilles De Retz ou Rais, Nous Deux l\'a écrit (voir ABP) !
Non, sans rire, il y a eu en 2001 une \"Histoire des Pays de la Loire\" sous la direction de François Lebrun, chez Privat dans la collection \"histoire des provinces\". Il ne s\'agit donc pas des pays de la vallée de la Loire.
Une puzzléification des histoires locales sans doute, comme \"une unité dans la diversité\" (intro de la luxueuse revue 303 financée par la région...)
Alors maintenant un Atlas... Il n\'est pas encore fait...
Date limite de réception des offres : 19 octobre 2011, à 13 heures. Pour complément d\'info :
Il y aurait pourtant eu déjà un Atlas de ces mêmes pays, en 5 fascicules au moins. Un compte-rendu du 5e : Atlas social, 1989-1990, est donné dans les Annales de Géographie n° 573 de 1993, p. 534-535.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 2 multiplié par 3) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons