Ubisoft : Le Parti Breton fait le choix de l’entreprenariat
Communiqué de presse de Parti Breton

Publié le 16/09/16 1:07 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
40886_1.jpg
Parti Breton

La bataille financière qui oppose les frères Guillemot (dirigeants fondateurs d’Ubisoft) au groupe Bolloré via sa récente filiale Vivendi, met – du fait de la nationalité bretonne des fondateurs dont les Bretons tirent une légitime fierté - en lumière les carences d’une Bretagne non souveraine et soulève des interrogations.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

La nécessaire souveraineté de la Bretagne

Si pour ces deux groupes internationaux, les fondateurs revendiquent leur nationalité bretonne, il n’en demeure pas moins que leurs activités en Bretagne sont restreintes, que leur siège social se situe en dehors de nos frontières ; ce qui pour le Parti Breton traduit la faiblesse d’une Bretagne-province qui est incapable :

- De proposer des conditions d’accueil adaptées ;

- De proposer des dispositifs fiscaux, sociaux adaptés ;

- De proposer des outils financiers adaptés.

Ceci est à rapprocher de nations souveraines de taille comparable en Europe comme l’Irlande ou le Danemark par exemple.

Dans le contexte d’une Bretagne-province, que restera-t-il du lien ténu avec la Bretagne dans le cas du changement de génération des dirigeants, ce qui pourrait vraisemblablement intervenir sous une décennie pour le Groupe Bolloré ?

Le Parti Breton est aujourd’hui le seul parti politique à proposer concrètement de sortir de ce mortifère statut de Bretagne-province ou Bretagne-région.

Cette bataille soulève un certain nombre de questions

Le groupe Bolloré et sa récente filiale Vivendi sont-ils devenus le nouveau champion de la bureaucratie française en matière d’entertainement/media ?

Cette stratégie française de grands champions sous tutelle bureaucratique plus ou moins directe aboutit à de nombreux fiascos financiers (Le Credit Lyonnais, Areva, EDF et tant d’autres) épongés par nos impôts, c’est-à-dire le fruit de notre labeur.

Ainsi lors de l’assemblée d’Ubisoft du 29 septembre, il sera intéressant d’observer le vote de BPI France qui détiendrait encore 3,2 % des droits. BPI France – qui intervient également en Bretagne - sera-t-elle le bras armé de cette politique étatiste et centralisatrice ou remplira-t-elle sa mission de soutien à l'entrepreneuriat ?

Le Parti Breton fait clairement le choix de l'entrepreneuriat. Pour le Parti Breton, les entrepreneurs bretons, petits ou grands, sont une chance pour la Bretagne.

Le parti Breton appelle les électeurs à le soutenir lors des prochaines échéances électorales, pour que la Bretagne se dote d’institutions souveraines permettant d’encourager, libérer et soutenir l'entrepreneuriat afin que la Bretagne et les Bretons en profitent au mieux.

Gaël Fleurent, vice-président du Parti Breton


mailbox
imprimer
Le Parti Breton a pour but de rassembler, d'unir et d'organiser tous les bretons et amis de la Bretagne décidés à réveiller la conscience nationale du Peuple Breton afin que celui-ci se dote enfin des structures politiques, économiques, sociales et culturelles lui permettant d'assurer en tant qu'entité internationalement reconnue, son avenir et son épanouissement dans le cadre d'une Europe des Peuples et de la Solidarité
Vos 2 commentaires
  Léon-Paul Creton
  le Samedi 17 septembre 2016 10:23
@ jacques, et… à ceux qui, éventuellement, pourraient lui poser la bonne question dans des circonstances qui seraient favorables, et qui pourraient s’y prêter.
Nous avons bien un grand milliardaire très riche et qui plus est disposant de « quelques petites actions » dans un moyen de communication intéressant pour ne pas le nommer, CANAL PLUS et UNIVERSAL !
Un (au moins) milliardaire, très riche, breton, très influent, puissant, ouuii ! C’est Vincent BOLLORE.
Nous avons bien quand même parmi ses relations quelqu’un susceptible de pouvoir lui poser une telle question ?
Quelqu’un de sympathique et de suffisamment proche pour lui dire : « Est-ce-que votre groupe mon Cher Vincent, dans sa partie audio visuelle, ne pourrait pas dégager un petit créneau régulier de une ou deux heure par vingt quatre heure à mettre librement à la disposition de compatriotes de Bretagne. Je pense que votre oncle Gwenn-Aël serait content que vous interveniez en ce sens ! Et tant de Bretons aussi, paysans, ouvriers dans vos usines…ou parmi les marins pêcheurs auprès de qui allait chercher quelques prises de pêche, étranges ou rares !
Qu’en pensez-vous mon cher Vincent ??? Et c’est urgent, très ! »
NB : En ces temps Philippe, il faut s’adresser aux puissants bretons, nés dans l’atmosphère et les embruns de Bretagne !... Jésus lui n’avais pas besoins des « tièdes »… ;)
(0) 
  Jacques
  le Samedi 17 septembre 2016 14:42
C'est Christian Guillemot qui affirmait à Nantes, qu'il n'avait jamais réussi à nouer un dialogue avec le Conseil Régional du même niveau que celui qu'il obtient avec les la Californie et le Québec lui faisait des ponts d'or pour qu'il s'installe chez eux. Et que lui, pour rester compétitif face à ces concurrents, il se devait d'être implanté là ou on lui offrait les meilleurs conditions de développement, notamment dans la relation entre l'entreprise et les universités!
De mémoire, 18000 employés de part le monde pour seulement 3 ou 4000 en Bretagne, tendant à démontrer que ces employés bretons sont plus le fruit d'une volonté mais pas d'un environnement favorable! Sans compter que l'implantation de ce type d'entreprise favorise souvent la création d'une constellation de PME dans leur sillage!
@ Léon-Paul Creton
Poser la question à Vincent Bolloré est une bonne idée, mais qu'il offre des "heures" sur ses chaînes est à mon avis la mauvaise solution!
Ce qu'il faut, c'est créer des chaînes bretonnes et des radios, web puis hertzienne.
Il faut ce rendre compte que:
99% des Bretons ne connaissent pas le Président du Parti Breton, de l'UDB, de Bretagne-Réunie, ne connaissent ni JPLM, ni JYLT, ni Jean Ollivro, etc, etc,...
100% (ok, 99,99%) des Bretons n'ont jamais entendu ces personnes s'exprimer!
Et on s'étonne que les Bretons ne votent pas Bretons...???!
Les articles façons ABP c'est bien mais c'est insuffisant. La preuve, cela ne touche que quelques milliers de lecteurs sur 4,8 millions de personnes, et encore ABP serait (si j'ai bonne mémoire) seulement que le 3ème média libre breton.
De nos jours, pour faire passer des messages, il faut voir les gens s'exprimer et débattre!
Dans le mouvement des souverainistes français, il existe un bel exemple avec TV Liberté (je parle en méthode de communication!).
Il y a des experts qui s'expriment, des personnes connues et identifiées, des reportages, des débats, des émissions thématiques que l'histoire, la littérature et même le sport!
A ma connaissance, la dernière interview TV sérieuse d'un indépendantiste breton qui s'affirme clairement comme tel, fut sur cette WEB TV et non sur un média breton... un comble!
Ce que ces français savent faire, les Bretons devraient savoir le faire...!
Avoir JPLM, JYLT, ou Jean Ollivro en "patron d'émission" et nous inviter des experts, des universitaires, des hommes et femmes politiques, des chefs d'entreprise pour débattre sur la Bretagne... cela serait un plus évident vers les citoyens!
Pour l'instant en Bretagne, il y a un vide médiatique "Pro Bretagne" dramatiquement évident!
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.