TV Breizh , chronique d'une mort annoncée

-- Media et Internet --

Communiqué de presse de Parti Breton
Porte-parole: Gérard Olliéric

Publié le 21/06/05 16:52 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

TV Breizh s'apprête à réduire une fois de plus ses programmes bretons : particulièrement cette fois-ci sera visé le journal d'information de 18h40 dirigé par Lionel Buannic ... L'équipe de journalistes va être réduite à sa plus simple expression et le journal sera désormais un journal d'images sans plateau.

Cette nouvelle étape sur la voie de la normalisation de TV Breizh est tout compte fait assez logique.

Lancée avec une dimension bretonne et celtique très marquée, TV Breizh a du faire face à 2 obstacles majeurs : le coût financier de la programmation initiée par Rozenn Milin qui pariait sur une diffusion hertzienne à moyen terme et qui ne vint jamais ; l'hostilité déclarée de tous les milieux bien pensants du paysage audiovisuel français, de Télérama au CSA , pour qui TV Breizh n'était que l'expression d'un communautarisme breton ....

La conjonction de l'impasse financière et du véritable blocage du CSA face à tous les projets de TV Breizh aboutissent à ce que nous connaissons de cette chaîne aujourd’hui, une chaîne généraliste de seconde catégorie , qui se défait les jours passants de toute originalité bretonne .

A posteriori, l'on peut penser que la capitalisation de l'entreprise était insuffisante dès le départ et que la directrice de l’antenne, Rozenn Milin, a péché par enthousiasme et par manque de prudence. Il n'en reste pas moins que par 3 fois, le CSA a cassé la dynamique de TV Breizh et ceci dans le plus grand silence du monde politique breton , si ce n'est le Parti Breton qui à plusieurs reprises dénonça l’attitude du CSA sur ce dossier et l'UDB.

L'on peut aussi se demander les raisons de ce silence assourdissant des élus bretons face à ces blocages du CSA, élus qui se pressaient les premières années aux réceptions organisées par TV Breizh pour son lancement et ses anniversaires ......

Les adversaires du début, jacobins de tout poil, ont finalement eu raison de cette initiative privée à vocation publique ; c'est une sorte de défaite pour l'identité bretonne. Il est extrêmement regrettable qu'il y ait eu aussi peu de soutiens et de réactions.

De cette aventure, reste un point positif : la création à Lorient d'une entreprise audiovisuelle qui emploie près de 70 personnes et participe à la diffusion ,outre TV Breizh version 2005, de chaînes thématiques telles que Pink Tv , Histoire, Ushuaïa, etc...

Mais la déception est à la hauteur des ambitions déclarées lors du lancement et des attentes dans le monde culturel breton et au-delà.

Le résultat est que la Bretagne ne dispose toujours pas de télévision digne de ce nom: France 3 Ouest comme son nom l’indique n’est qu’un décrochage de France 3 ne s’intéressant réellement qu’à « l’Ouest » et TV Breizh ne gardera finalement de breton que son nom ……….

Pour le Parti Breton du Pays de Lorient,

Le secrétaire,

A. Samson

mailbox imprimer
Le Parti Breton a pour but de rassembler, d'unir et d'organiser tous les bretons et amis de la Bretagne décidés à réveiller la conscience nationale du Peuple Breton afin que celui-ci se dote enfin des structures politiques, économiques, sociales et culturelles lui permettant d'assurer en tant qu'entité internationalement reconnue, son avenir et son épanouissement dans le cadre d'une Europe des Peuples et de la Solidarité
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.