Turin adopte l'autopartage du groupe Bolloré
Communiqué de presse

Publié le 24/10/16 13:44 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Bluetorino, service d’autopartage électrique du groupe Bolloré, a été inauguré le 18 mars 2016 à l’occasion de l’événement « The Future of Sustainable Mobility ». Après une phase de test, Bluetorino est officiellement disponible à compter de ce jour avec 100 bornes de charge et 70 Bluecar. Ce service continuera progressivement à se développer et permettra aux abonnés de se déplacer grâce à un moyen de transport flexible et abordable ne produisant aucune émission de particules fines ni de CO2.

Très présent en Europe (Paris, Lyon et Bordeaux), mais également aux États-Unis (Indianapolis) et prochainement en Asie (Singapour), ce système d’autopartage permet aux utilisateurs de louer et réserver une voiture à tout moment en libre-service.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Pour rappel, les batteries de ces voitures sont assemblées à Ergué-Gaberic près de Quimper.

Document PDF 41137-ouverture_officielle_de_bluetorino.pdf communiqué de presse sur la blue torino. Source : blue solutions

mailbox
imprimer
la rédaction de l'ABP
Vos 2 commentaires
Gwenael Kaodan
2016-10-25 10:42:38
"un moyen de transport flexible et abordable ne produisant aucune émission de particules fines ni de CO2"
Charger les batteries d'une voiture avec une électricité produite à partir de centrales tournant majoritairement avec des énergie fossiles, comme c'est le cas à Turin et dans le reste de l'Italie, émet plus de C02 qu'un moteur thermique. L'émission des polluants est simplement déplacée des centres villes vers des lieux où on ne la voit pas. Ça donne bonne conscience sans remettre en cause nos habitudes.
J'ai des doutes sur l'avenir de la voiture électrique, nouveau joujou des bobos des centres villes.
Le vélo électrique aura modestement de meilleurs chances.
(0) 
Jiler
2016-10-25 16:48:25
A Gwenael Kaodan:
La voiture électrique Bolloré est en effet un moyen de transport flexible et abordable , ne produisant aucune émission de particules fines ni de CO2.
On peut ajouter de plus qu'en cas d'accident la batterie sèche Bolloré, construite à Ergué Gabéric, près de Quimper, ne produit aucun écoulement en cas d'accident (et donc aucune pollution) , ce qui n'est pas le cas des autres batteries contenant un liquide polluant. De plus cette batterie ne chauffe pas , contrairement aux autres, qui peuvent provoquer un début d'incendie.
Le problème de la production d'électricité par les centrales nucléaires est un problème typiquement français, celui d'un pouvoir centralisé comme un république de l'ex URSS , et qui nous envoie tout droit dans le mur de la réalité économique mondiale. Bolloré n'a rien à voir avec la production d'énergie!
Ah oui, EDF empêche , oui ou non , Brest de développer les énergies marines renouvelables ?
Je rappelle à tous les lecteurs que la Bretagne a le droit de gérer toute son économie , suivant les traités signés avec la France , et toujours très valables au niveau international. Il devrait y avoir 2000 emplois de créés à Brest concernant les énergies marines renouvelables , et nous serions au même niveau que l'Ecosse et le Danemark si nous avions récupéré la liberté économique à laquelle nous avons le droit !
Bretons, arrêtez de pleurnicher, et travaillez pour arracher tout ce à quoi nous avons le droit !
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 8 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.