Trois gendarmes et au moins 3 manifestants blessés à Notre-Dame-des-Landes

-- Environnement --

Trois gendarmes et au moins trois manifestants ont été légèrement blessés dans des heurts entre opposants au projet de nouvel aéroport et forces de l'ordre, ce lundi matin, sur le site de Notre-Dame-des-Landes.

Les affrontements ont éclaté en début de matinée près d'un carrefour stratégique de la Zone d'aménagement différé (ZAD), le carrefour dit de Fosses Noires, dont les forces de l'ordre s'étaient retirées vendredi, à la veille d'une manifestation prônant la remise en culture des terres qui avait réuni plus d'un millier d'opposants samedi dernier..

(voir le site) qui contrairement à ce que dit la presse, annonce trois blessés du côté des manifestants.

Voir aussi :

mailbox imprimer
la rédaction de l'abp

Vos commentaires :

M.de Pontcallec
Lundi 15 avril 2013

Je ne pensais pas que HOLLANDE et sa clique puissent être aussi méchants, pervers et bornés. La révolte gronde dans nos campagnes !

C’est la France silencieuse, celle qui paye les impôts, qui va se lever contre le pouvoir jacobin ! Nous sommes les girondins ! nous sommes les chouans ! nous sommes les révoltés contre le totalitarisme socialo-communiste. Nous ne voulons pas de cette hydre multiforme !! Non, nous n’en voulons pas !

une honte !
Lundi 15 avril 2013

impacts par flashball :

oedèmes et hématomes :

- trois personnes dans les jambes

- une personne dans le bras

- une personne dans les épaules

- trois personnes dans le thorax

- une personne dans le dos

un impact dans la tête entrainant une plaie ouverte du crâne nécéssitant cinq points de suture

un impact dans le visage provocant un arrachement important de l’arcade et un enfoncement des sinus accompagné par une hémoragie importante nécéssitant une prise en charge par les pompiers

- impacts par des grenades assourdissantes :

plaies, brulures et corps étrangers faits par les éclats de grenade :

- trois personnes dans les jambes

- une personne dans une fesse

blaste :

- multiples personnes choquées (désorientations, acouphènes)

- une personne plus gravement atteinte malgré la présence d’une palette la protégant des impacts des éclats

- des nombreuses intoxicationes liées à l’emploi massif de gaz lacrimogène et poivré

Les pompiers ayant evacué la personne ont eté bloqué par les gendarmes qui leur ont refusé l’accès et ne les ont laissé passer qu’après l’insistance d’occupants présents. Ils ont de nouveau empeché leur départ afin de contrôler la personne blessée, retardant en tout plus de vingt minutes la pris en charge des secours.

Une occupation militaire ne s’installe jamais sans violence. Cette liste non-exhaustive ne voudrait pas oublier toute la violence psychologique d’un tel déployement policier ainsi que celles subies au quotidien dues à leur présence permanente et leurs agissements.

kris Braz
Lundi 15 avril 2013
Camille la camomille
Vendredi 19 avril 2013

Bonjour,

Je confirme pour le blessé au visage,j y étais,ça c'est passé le lundi 15 vers 10h,à la Saulce,le gars est passé à 2 doigts de perdre un ½il,d aprés le médic sur place,et risque d en chier toute sa vie des suite de l enfoncement des sinus.J ajoute que contrairement à ce qu affirme la police,la circulation n a jamais été entravée sur la D81,il s agissait uniquement de chicanes,de plus calculées pour laisser passer camion de lait et bus scolaire,et donc sans probléme pour les voitures.En 3 jours,je n ai jamais vu aucune agressivité de la part d'un zadiste envers un automobiliste empruntant cet itinéraire...

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 6 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.