Télévision départementale et télévision "régionale", l'exception bretonne

-- Politique --

Communiqué de presse de Parti breton
Porte-parole: Gérard Olliéric

Publié le 16/01/09 3:45 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le Morbihan aura donc sa télévision départementale, « Demain Sud Bretagne », à partir du printemps prochain et l'on ne peut que se réjouir de voir ainsi se développer l'audiovisuel en Bretagne, créant quelques emplois et un nouvel espace de communication dédié au « local ».

Cependant, si l'on compare la situation bretonne avec celle des autres régions européennes similaires, le constat est assez décevant : la Bretagne est l'une des rares régions européennes « à forte identité » à ne pas disposer de sa propre chaîne de télévision émettant sur l'ensemble de son territoire. Cette absence de canal audiovisuel a des conséquences négatives évidentes en termes économique, culturel, linguistique.

En revanche, la Bretagne va disposer de télévisions locales, avec des budgets très limités et fragmentant l'impact de la création audiovisuelle ainsi que l'information. Sauf par un effort budgétaire extrêmement important et hors de portée pour ces structures, ces télévisions locales ne parviendront pas à rendre le service qu'apporterait une véritable télévision publique pour les 5 départements bretons.

Cette incapacité à mettre en place un médium audiovisuel capable de produire documentaires et fictions de qualité et d'informer pour l'ensemble de la population concernée est une véritable exception bretonne dans le paysage audiovisuel européen.

Sans atteindre tout de suite le niveau d'une télévision comme celle du Pays de Galles, il existe pourtant des solutions intermédiaires comme celle mise en place par France Télévisions en Corse, la chaîne Via Stella (15 heures de programmes quotidiens, 30 % de la programmation en langue corse, une émission culturelle quotidienne en direct à 18 heures, des documentaires, des émissions destinées aux jeunes, de la musique, toutes les 3 heures un point sur l'actualité insulaire, des magazines politiques, de société, des débats). Voir aussi (voir notre article).

L'exception bretonne en ce domaine, c'est aussi le désintérêt quasi absolu des élus bretons pour l'audiovisuel et leur incapacité à négocier avec l'État et France Télévisions pour la mise en place d'un véritable service public de l'audiovisuel pour l'ensemble des 5 départements bretons. Pour le Parti Breton, il s'agit là d'une faute majeure de leur part qui freine les développements économique, culturel et linguistique de la Bretagne.

Pour la Fédération du Morbihan du Parti Breton,

Jacques-Yves Le Touze

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1333 lectures.
mailbox imprimer
Le Parti Breton a pour but de rassembler, d'unir et d'organiser tous les bretons et amis de la Bretagne décidés à réveiller la conscience nationale du Peuple Breton afin que celui-ci se dote enfin des structures politiques, économiques, sociales et culturelles lui permettant d'assurer en tant qu'entité internationalement reconnue, son avenir et son épanouissement dans le cadre d'une Europe des Peuples et de la Solidarité
Vos 1 commentaires
Jean Landais
Mardi 31 août 2010

bravo ! Je partage tout à fait votre point de vue développé dans votre communiqué "Télévision départementale et télévision "régionale",l'exception bretonne". J'espère qu'un grand écho lui sera donné. J'en doute cependant un peu, car Ouest-France est financeur de TVRennes35 et de Nantes7, Le Télégramme a des parts dans TVRennes35 et pilote un projet qui verra le jour en octobre 2009 sur le Finistère et le Trégor costarmoricain (seulement une petite dizaine de salariés à priori), et France 3 Corse Via Stella n'existe que parce que Sarkozy a forcé la main à de Carolis, président de France Télévisions... Pour ce qui est de nos élus, votre constat est juste. C'est le Syndicat de la Presse Quotidienne Régionale qui avait obtenu la mort, en 2002, du projet de TNR (porté par Tessier, alors président de France Télévisions, et soutenu par Jospin, battu aux élections présidentielles). TNR : projet de 7 grandes chaînes régionales France 3, dont 1 pour Bretagne, Pays de la Loire et Basse-Normandie. Ce n'était pas un projet de chaîne bretonne, mais vu le dynamisme breton, notre région aurait été certainement mieux servie que ses voisines, et sans aucun doute bien mieux qu'aujourd'hui.

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 3 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.