Tanguy Malmanche à l’honneur en France à Paris et en Bretagne à Vannes !

-- Cultures --

Agenda de La Compagnie du Solilesse
Porte-parole: Guy Moign

Publié le 25/09/16 16:04 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

À l’affiche actuellement à Paris au Théâtre de la Huchette : Kou le corbeau de Tanguy Malmanche les 1er et 3 octobre.

En Bretagne, la troupe de théâtre Strollad ar Vro Bagan joue un peu partout plusieurs pièces de cet auteur. Le 1er octobre, à Vannes, Ar Baganiz (Les Païens).

Auteur d'une oeuvre dramatique visionnaire, poétique et fantastique, Tanguy Malmanche s'inscrit tout naturellement dans le mouvement linguistique et littéraire breton qui débuta au début du XIXe siècle (1805 - Création de l'Académie Celtique).

Il renouvelle le théâtre en langue bretonne et pour ainsi dire le fait renaître (1).

Il a écrit en langue bretonne sept pièces de théâtre : Gurvan, le Chevalier étranger (2), Les Païens (3), La Vie de Salaün qu'ils nommèrent le fou (4), Le Conte de l'âme qui a faim (5), La veuve Arzur (6), La femme du couvreur (7), L'Antéchrist (8), oeuvres d'une violente intensité dramatique et d'un regard incisif sur les passions des êtres humains. Elles ont toutes été adaptées en français par l'auteur lui-même.

Il écrivit aussi un certain nombre de pièces de théâtre en langue française : L’horrible assassinat de Monsieur Talabardon, La légende de Saint Tanguy, La maison de cristal, Tsuaf ou Faust à l’envers, Les androgynes.

Il a, d'autre part, écrit, également en français deux romans : La tour de plomb et La maison minée ainsi que trois nouvelles que l'on peut apparenter à des contes : Kou le Corbeau, La Monstre de Landouzan, Suzanne Le Prestre. Là aussi, les situations et les personnages, originaux et pleins d'un relief dramatique étonnant, sont d'une densité très puissante.

Deux essais : Il les créa mâle et femelle et L’Homme qui voyait Dieu.

Une dizaine d'oeuvres restent à ce jour inédites et le théâtre en langue française n’était plus édité !

Grâce aux éditions Aber, la totalité de son oeuvre, aussi bien en breton qu’en français, reprend peu à peu vie.

Il naquit en 1875 et mourut en 1953.

Notes

1 : Les dernières représentations de l'ancien théâtre populaire breton qui existait depuis le XVe siècle eurent lieu en 1898 à Ploujean près de Morlaix.

2 : Gurvan, ar Marc'heg estrañjour ;

3 : Ar Baganiz ;

4 : Buhez Salaün ar foll ;

5 : Marvailh an ene naonek ;

6 : An intañvez Arzhur ;

7 : Gwreg an toër ;

8 : An Antekrist.

Samedi 1er octobre à 21 h

Lundi 3 octobre à 20 h

Kou le Corbeau, de Tanguy Malmanche au Théâtre de la Huchette à Paris.

Avec Guy Moign, directeur de La Compagnie du Solilesse.

Mise en scène de Nell Reymond.

Dans le cadre de la Saison 2016/2017 des Monologues de la Huchette :

Théâtre de la Huchette : (voir le site)

sous le parrainage de Pierre Arditi

Tarif unitaire 20 € et 15 € en tarif réduit pour les étudiants et les collectivités.

Si vous désirez voir les autres monologues du Théâtre de la Huchette,

il y a une possibilité d'abonnement : 3 formules d'abonnement sont disponibles.

Pour toute information : 23 rue de la Huchette

75005 Paris

01 43 26 38 99 :

Théâtre de la Huchette : (voir le site)

La Compagnie du Solilesse

(voir le site)

Le texte de Kou le Corbeau est réédité par les Éditions Aber qui éditent ou rééditent toutes les oeuvres de Tanguy Malmanche, qu’elles soient en breton ou en français.

Aber

115 Kergareg

29870 Landeda, Bretagne : (voir le site)

Théâtre de la Huchette : (voir le site)

à Vannes, le 1er octobre 2016 à 20 h 30 (spectacle en breton) Ar Baganiz (Les Païens). (voir notre article)

E Gwened d’ar 1añ a viz Here da 8 e 30 noz (e brezhoneg).

Par la troupe du Théâtre Ar Vro Bagan : (voir le site)

Document PDF 40949-prospectus_huchette_r.pdf Annonce du Spectacle Kou le corbeau de Tanguy Malmanche au Théâtre de la Huchette. Source : La Compagnie du Solilesse
Voir aussi :
mailbox imprimer