Suppression de France 3 Iroise: Rennes se rêve-t-elle en Paris breton '

L'Union démocratique bretonne s'indigne de la décision de France 3 de fermer l'antenne France 3 Iroise. La répartition équilibrée des emplois et lieux de travail est un des piliers de la cohésion territoriale bretonne. En faisant le choix de supprimer son antenne basée à Brest, France 3 envoie un signal négatif à tout l'ouest de la Bretagne. Avec la disparition de France 3 Iroise on peut aussi craindre la fin d'An Taol lagad, réduisant la place déjà faible de la langue bretonne sur la télévision publique. L'Union démocratique bretonne assure les travailleurs de France 3 Iroise de sa solidarité, et appelle la direction de France 3 à revenir sur sa décision. 

 

Le fossé entre l'Est et l'Ouest de la Bretagne s'est déjà trop élargi ces dernières années. On paie là le manque de solidarité et le manque d'ambition des élus bretons. Victime de l'histoire de la centralisation française, la Bretagne en singe aujourd'hui les défauts en reproduisant un petit parisianisme. 

 

Le projet de télévision publique bretonne, trop peu soutenu en 2013 pour être mis en place, aurait pourtant évité à coup sûr ce genre de décisions. Ce projet est plus que jamais d'actualité. La Corse a obtenu Via Stella, une chaîne de télévision publique corse de plein exercice, la Bretagne doit obtenir l'équivalent. 

.
mailboxEnvoyer par courriel imprimerImprimer

Auteur de l'article :

Communiqués

Agence de relations de presse

Vos commentaires :

Lucien Le Mahre
Jeudi 14 septembre 2017

Simple question : y-a-t'il eu manifestation connue d'un ou plusieurs de nos innombrables élus, de la commune au parlement national, en passant par le département et la région ?

J'espère que oui. Rappelons que nous tournons en France avec 650 000 élus, alors que le RU se contente de 25 000, parait-il, pour une population à peu près identique.

Entre trop et pas assez il doit y avoir un moyen terme, je suis d'accord, mais surtout, vu le nombre de nos "représentants" tous niveaux cumulés, on serait en droit de s'étonner si par extraordinaire il n'y avait pas de multiples interventions et des projets alternatifs fusant de partout, de la part de gens dont c'est la fonction, puisqu'ils sont élus par nous et rémunérés par nos impôts.

Ou alors se pourrait-il que nous ne choisissions pas toujours les bons ?

Écrire un commentaire :

Combien font 7 multiplié par 6 ?

Publicités et partenariat