Suite au colloque sur la Réunification, le Parti Breton réitère son opposition à la voie référendaire

-- Politique --

Communiqué de presse de Parti Breton
Porte-parole: Joannic Martin

Publié le 13/10/20 20:37 -- mis à jour le 14/10/20 10:34

Au lendemain du dimanche 11 octobre, le Parti Breton félicite et remercie « A la Bretonne ! » et le « Breizh Civic Lab » pour l’organisation de cette journée qui fera date dans le combat pour la réunification. Jamais autant d’élus n’avaient été réunis ensemble, de tous bords politiques, pour débattre de la question. Couplé avec l’annonce du Gwenn Ha Du sur le fronton de la Mairie de Nantes, l’impact médiatique de cet évènement est énorme.

Toutefois, les positions consensuelles et quasi-uniformes des représentants politiques ont provoqué l’interrogation des élus et des dirigeants du Parti Breton présents dans la salle. Le principe de référendum comme unique solution pour la réunification était acté par tous les intervenants ; et de débat sur cette question fondamentale, il n’y en a point eu.

Pourtant, il y a bien des raisons d’être prudent sur ce point et d’envisager d’autres chemins.

Premièrement, cette demande de référendum s’appuie sur la pétition des 105 000 signatures souhaitant une consultation pour le droit d’option dans le cadre de la loi Notre. Or, cette loi est terminée. Elle n’est plus d’actualité.

Deuxièmement, la mise en place d’un référendum exige du temps avec un résultat changeant selon les critères retenus. La définition du périmètre et la formulation même de la question feront, à coup sûr l’objet d’un sous-débat et d’une exacerbation des clivages. La sincérité du scrutin risque également d’être altérée par la multiplication des chantages politiques, tel Monsieur Grosvalet qui explique que « si c’est pour former une collectivité unique ensuite, je ferais campagne contre la réunification ».

Enfin, même si le résultat était le OUI, rien n’indique qu’il serait appliqué (exemple : NDDL).

Dans tous les cas, il faudra passer par l’Assemblée Nationale et par une nouvelle loi pour organiser un référendum. Il est donc inutile de rajouter une étape. Le Parlement doit entendre la demande des Bretons, voter directement l’aboutissement de la loi Notre et acter l’intégrité de la Bretagne.

Aujourd’hui, des élus de tous bords se prononcent en faveur de la Réunification. Nous avons même la chance d’avoir des élus favorables à Nantes. Ne laissons pas passer cette précieuse opportunité. L’organisation d’un référendum se transformerait vite en une dangereuse boîte de Pandore où chacun poserait ses conditions. Après 50 ans de combat, nous n’avons plus le temps d’attendre. Il nous faut aller vite, clore ce dossier afin de nous consacrer pleinement à construire une Bretagne forte capable de relever les défis de demain.

________________Joannic Martin, Porte-Parole du Parti Breton

___________________partibreton.bzh

mailbox imprimer
Le Parti Breton a pour but de rassembler, d'unir et d'organiser tous les bretons et amis de la Bretagne décidés à réveiller la conscience nationale du Peuple Breton afin que celui-ci se dote enfin des structures politiques, économiques, sociales et culturelles lui permettant d'assurer en tant qu'entité internationalement reconnue, son avenir et son épanouissement dans le cadre d'une Europe des Peuples et de la Solidarité

Vos commentaires :

penn kaled
Mercredi 14 octobre 2020

Pour l'essentiel j'approuve votre analyse objective .Seulement un référendum si ses résultats seraient validés serait malgré tout plus légitime qu'un décret .Par ailleurs,même si ce n'est pas son but il aurait pour intérêt de sensibiliser une population , généralement indifférente , aux enjeux des problématiques bretonne .

Loïc
Mercredi 14 octobre 2020

Des élections importantes arrivent.

Des élus de tout bord ont pu se réunir ce dimanche 31 octobre. Excellent.

Il est clair cependant qu'il y a eu entente auparavant entre . :

-- d'une part avec le président du conseil départemental qui relance l'idée d'un référendum. Il a intérêt à faire oublier le refus cinglant du gouvernement lors de sa première demande en 2019 après la pétition des 100 000. A cette époque, Il a su, rappelons-lei évacuer la demande d'une consultation simple, mais légale, donc possible, de Bretagne Réunie. Conformément à la loi Nôtre.

Maintenant, pour Philippe Grosvalet, il s'agit vraisemblablement de ne pas perdre trop de voix bretonnes dans le 44.

-- D'autre part avec deux associations qui souhaitent prendre leur place dans la Réunification. Pourquoi pas. Mais partir avec le président du Conseil départemental du 44 opposé à la Réunification est étonnant, imprudent, pour aller vers, joliment dit, une "consultation par référendum". Un référendum quasi impossible à obtenir. Est-ce pour cela que Bretagne Réunie ne s'est pas joint à cette demande? Mystère.

.

Petillon p
Jeudi 15 octobre 2020

Analyse intéressante, vu le contexte sanitaire actuel, le bruit court que même les élections régionales ne seraient pas maintenue en mars 2021... En suite, ce sera la course pour la présidentielle chez nos voisins... Donc qui prendra le risque d'organiser un référendum dans l'intervalle ? C'est un leurre, un os à ronger...

penn kaled
Jeudi 15 octobre 2020

Le problème de la réunification est bien entendu capital pour la Bretagne .Cependant quelque part cela doit arranger l'état français que le mouvement breton se focalise sur cette question , car pendant ce temps là d'autres thématiques qui feraient prendre conscience à la population de la nécessité de l'émancipation de la Bretagne sont oubliées .Je reviens sur les conséquences du brexit et la nécessité de relancer les relations anglo bretonnes ,les problèmes liés à la fracture territoriale est ouest Bretagne ,qui en plus peuvent servir de prétexte aux opposants à la réunification pouvant entrainer beaucoup de votes négatifs en cas de référendum à l'ouest de la Bretagne .Bien entendu les thématiques économiques et sociales du moment ,hop nokia .A une certaine époque , c'est justement ce genre de conflit comme le joint français qui avait fait avancer les idées émancipatrices . La république d'Irlande a été globalement une réussite ,alors l'ile attend la réunification depuis un siècle .

Anne Merrien
Jeudi 15 octobre 2020

Tout rérérendum sur le 44 est impossible. La Constitution ne permet pas au Parlement de déléguer par un référendum local sa compétence exclusive sur les modifications des limites territoriales. Le Président ne peut pas non plus organiser de référendum local, ce n'est pas prévu par la Constitution.

Toutefois, le Parlement peut organiser une consultation locale, mais il restera maître de la décision. Or les électeurs admettent difficilement que leur vote ne soit que consultatif, et particulièrement en Loire-Atlantique, après la consultation non référendaire sur NDDL.

Jusqu'au 1er mars 2019, exceptionnellement, le Conseil départemental de Loire-Atlantique avait le pouvoir d'organiser lui aussi une consultation non référendaire. Il n'a pas daigné le faire, malgré la demande de 10,5% du corps électoral.

Cette demande éperdue de référendum, c'est le constat d'un hiatus entre la population du 44 et ses élus. C'est à eux de renoncer à la chimère du grand ouest.

Sebgi35
Jeudi 15 octobre 2020

Le Parti Breton a déjà abordé un grand nombre des thèmes dont vous parlez en plus de notre programme général. Nous les abordons lors des élections. Un groupe de communication vient d'être créé également. Le problème est la non publication par les médias en général même si maintenant nous agissons plus dans ce domaine au Parti Breton.

Lucien Le Mahre
Samedi 17 octobre 2020

Un simple décret répondant à celui de 1941 et réintégrant la L.Atl dans sa Région d'origine serait en fait le plus court chemin pour satisfaire rapidement au légitime désir de justice des Bretons.

A défaut, un débat direct devant le Parlement permettrait du moins d'éviter de faire compliqué quand on peut faire simple, mais nos partis politiques hexagonaux dont les prises de décision sont centralisées sont-ils prêts pour cela ? Et notre population est-elle suffisamment avertie des enjeux par le canal médiatique habituel ?

La réunification de la Normandie s'est bien faite de cette façon, sans coup férir, en 2014-15, mais il faut dire qu'à la différence des nôtres, les leaders normands n'ont pas failli, ce qui a fait la différence. Toutefois le "deux poids deux mesures" constaté dans le traitement des deux Régions voisines reste foncièrement discriminatoire et interroge sur la volonté de respecter une démocratie de bonne foi.

Tout le monde sait que la Bretagne est entrée dans la France avec un périmètre historique vieux d'un bon millénaire, et que le Droit actuel, notamment européen, rejette toute modification territoriale sans l'assentiment directe de la population concernée. C'est du reste pourquoi une ratification ultérieure de la décision présidentielle par la majorité parlementaire comme en 2014-15 reste un artifice dans la mesure où aucun Parti hexagonal ne s'étant engagé au préalable sur cette question et ne l'ayant donc pas soumis à l'appréciation des électeurs, on peut légitimement s'interroger quant à sa légitimité à s'exprimer sur cette question en tant que représentant de ses électeurs.

Si nous avions bénéficié de l'opération comme nos voisins normands, nous n'aurions pas fait d'histoires, mais dans la mesure où nous sommes lésés, il faut se défendre.

On comprend bien qu'après avoir laissé passer le délai légal pour le référendum départemental proposé avec l'appui remarquable des 105 000 signatures du 44, on va désormais nous entraîner dans une suite incertaine de consultations et de référendums sur laquelle nous n'aurons pas beaucoup de prise. En effet pour peu qu'on lui laisse le champ libre, le Pouvoir Central décidera de tout : du libellé des questions, de la date des consultations et même de l'application (ou non) des résultats. Plus encore : dans habile élan de généreuse égalité, il imposera de faire voter en l'état, en plus du 44 soumis à la propagande ligérienne depuis trois générations, la Région Bretagne lourdement dépossédée et la Région des PdL largement bénéficiaire.

Bonjour le triptyque républicain !

Rappelons au passage et pour mettre les choses en perspective que, bien que le Brexit soit une affaire infiniment plus importante que le simple transfert d'un département d'une Région à l'autre dans le cadre de la République, le Royaume Uni s'est déterminé - pour le meilleur ou pour le pire - lors de la consultation référendaire, sans qu'il soit jamais question de laisser Bruxelles formuler le questionnaire et encore moins solliciter le vote des 27 pays européens restants, toutes choses qui nous seront semble-t'il imposées pour simplement récupérer notre dû…

Dernière réflexion : la rationalité voudrait probablement qu'avant toute chose, pour préparer utilement le terrain, soit ré-ouverte la proposition réfléchie de nos géographes reconstituant l'Ouest hexagonal sur des bases solides avec la Bretagne complète, le Centre-Loire etc…

ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 0 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.