Statut de résident principal : réponse aux élus bigoudens
Communiqué de presse

Publié le 15/11/22 14:14 -- mis à jour le 15/11/22 14:14

Depuis un an et demi l’UDB alerte sur la crise du logement, en Ouest Cornouaille et plus largement en Bretagne. Dans un article en date du 15 novembre dans Le Télégramme, des élus bigoudens sont amenés à se prononcer sur le statut de résident principal que nous proposons. Nous souhaitons apporter quelques précisions suite à leurs propos. « Je suis contre l’instauration d’une sorte de passeport » (Jean-Paul Stanzel, Penmarc’h). Il n’a pas dû lire notre proposition, puisque le statut de résident n’empêchera pas l’installation, mais l’achat sur une courte période ; il sera toujours possible de louer et il n’y aura donc pas de poste frontière. « Il ne faut pas créer des castes entre les habitants » (Christian Loussouarn, Combrit Sainte-Marine). Il y a actuellement de fait deux “castes” : celle de ceux qui peuvent s’acheter une maison à Combrit et celle de ceux qui ne peuvent pas, le statut de résident permettra aux seconds de devenir propriétaires. « Je suis inquiet lorsque l’on commence à catégoriser les gens » (Eric Jousseaume, Île-Tudy). Catégoriser des gens en fonction de leur lieu de résidence (et non de leur origine) existe déjà de fait, on peut avoir des tarifs préférentiels (piscine, médiathèque, transport îles-continent, etc) parce que l’on habite quelque part, parce que nos impôts paient une structure publique par exemple. Il n’y a là rien de nouveau ni de choquant.

En réalité, beaucoup d’élus ont peur de prendre position en faveur du statut de résident principal, soit parce qu’il y a beaucoup de résidents secondaires dans leur commune et qu’ils ne veulent pas se les mettre à dos (c’est donc politique, voire clientéliste), soit parce qu’ils pensent que ça serait une distinction en fonction de l’origine. Encore une fois ce n’est pas le cas, et d’ailleurs nos concitoyens et concitoyennes le comprennent largement d’où la popularité de la proposition. Il est temps que les élus locaux poussent les parlementaires à prendre de nouvelles mesures législatives pour permettre de réguler l’accès au logement, car artificialiser de nouvelles terres ne sera plus possible.

Maxime Touzé, responsable de la section UDB Kornôg Kerne – Ouest Cornouaille

Voir aussi :

L’article Statut de résident principal : réponse aux élus bigoudens est apparu en premier sur UDB.Ce communiqué est paru sur UDB

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Vos 3 commentaires
  jakez Lhéritier de Sant Nazer
  le Mercredi 16 novembre 2022 06:46
Bel article et bonne réponse à ce problème de fond ,pratiquement partout en Bretagne et aussi dans d'autres pays ?
Catalogne,Maroc,etc..
Installation des jeunes,des familles,logement des saisonniers.....etc est primordial
L'absence de logements sociaux est aussi une des causes des problèmes (ex La Baule,Poulgwenn,etc;;)
Faire l'inventaire commune par commune
des logements secondaires innocupés depuis plus de deux ans.cinq ans,
des logements en location à la journée..
Que disent les lois de réquisitions pour remettre des logements aux demandeurs?
(0) 
  Emilie Le Berre
  le Mercredi 16 novembre 2022 22:19
Bien d'accord avec vous.
(0) 
  Yann L
  le Jeudi 17 novembre 2022 15:28
Les autorités des îles de Jersey et Guernesey ont pris depuis bien longtemps des décisions pour aider leurs habitants à rester habiter sur place. A Jersey, il faut 13 ans de résidence pour avoir accès au marché. A Guernesey, le marché est divisé en deux: local (90% des transactions) et libre (médiane des prix des maisons 1 500 000 £).
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.