Sous-marins océaniques : Du nouveau au sujet du meurtre du mathématicien André Rigault
Reportage de Philippe Argouarch

Publié le 30/04/16 11:53 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

La veuve d'André Rigault, une bretonne têtue, qui n'a jamais cru au suicide de son mari, avait contacté ABP en 2006, il y a 10 ans déjà, afin que nous parlions de cette affaire ( voir l'article ). Elle nous recontacte aujourd'hui car de nouvelles informations ont été publiées dans le livre de Gilbert Abas, un ancien officier des Renseignement Généraux titré "Les coups tordus des services secrets français".

Un inventeur de génie

Abas affirme que Rigault est le principal inventeur du système MESMA qui a révolutionné la propulsion des sous-marins et même détrôné en partie les sous marins américains lance engins nucléaires hérités de la guerre froide. Une invention qui risque de rapporter des milliards d'euros à la France avec la vente de douze sous-marins océaniques à l'Australie. Un comble si son inventeur a bien été massacré ! Ce que dit Gilbert Abas c'est que la capacité d'opérer de longues durées de plongées, de trois semaines, serait dûe à des algorithmes mathématiques mis au point par André Rigault lors de ses recherches sur les moteurs à propulsion anaérobie (sans prise d'air).

Mais pourquoi se serait-il suicidé alors qu'il était parvenu à mettre au point le projet MESMA qui allait révolutionner la propulsion des sous-marins français et susciter la gloire de la DCN ? __Gilbert Abas page 253

Battu à mort pour avoir dit non à son employeur

On sait que Rigault, un ingénieur civil était en désaccord, avec la DCN (devenue DCNS depuis) et voulait la quitter. Abas suggère que le désaccord était au sujet du brevet que Rigault aurait voulu prendre en son nom propre alors que la DCN voulait vendre cette technologie, voire la transférer à des états douteux, comme le Pakistan. C'est lui qui aurait volontairement effacé toutes les données de son ordinateur causant plusieurs années de retard dans des contrats de vente comme celui au Pakistan suggère Abas. On l'aurait battu à mort pour ça. Le soi-disant suicidé avait un oeil au beurre noir et du sang sur sa sacoche à documents qui a été retrouvée vide. Les syndicats sont restés bouches cousues !

Un escadron de la mort actif dans les années 90

Gilbert Abas affirme que des témoins ont dit que la police d'État, une section de la DST officiellement arrivée le lendemain était déjà là le jour du soi-disant suicide de Rigault. On connait la rivalité entre les RG et la DST à cette époque et on doit prendre cette information avec précaution car les agents qui ont "suicidé" en France, un certain nombre de personnes dans les années 90, en particulier autour de l'affaire des rétro-commissions des frégates vendues à Taiwan, ne faisaient certainement pas partie de la DSTou de la SDECE mais d'un service special hérité des SAC de Charles Pasqua.

Pour terminer, le fait qu'aucun pays étranger ne puisse encore aujourd'hui construire des sous-marins océaniques aussi performant que ceux la DCNS, écarte définitivement la rumeur que Rigault aurait été un espion puni pour avoir vendu le procédé MESMA. C'est justement le contraire, il aurait voulu contrôler où et qui allait utiliser le procédé.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1355 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 1 commentaires
Jack Leguen
2016-04-30 19:25:36
"Les syndicats sont restés bouches cousues !" Les syndicats ne sont intéressés que par les salariés. Ceux qui ont perdu leur emploi, ou pire, qui ont perdu la vie, ne les intéresse plus.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.