Sortie ornithologique à Guissény

-- Environnement --


Publié le 2/02/15 13:28 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Ce dimanche 31 janvier, vers 14 heures, nous voilà un petit groupe rassemblé près de l'étang du Curnic, non loin de Guisseny, à l'instigation de Bretagne Vivante. Ce site de 100 hectares, classé en zone Natura 2000, sert de reposoir et lieu de nourrissage à de nombreuses espèces d'oiseaux, jusqu'à 10 000, dont beaucoup de migrateurs en partance pour l'Afrique ou les pays nordiques.

Les traces archéologiques sont nombreuses sur ces rivages. Sites préhistoriques, néolithiques puis gaulois, industrie du sel, vivier gallo-romain, villa de Kerradennec, voie romaine de Kérilien aux abers.

À la fin de l'empire romain, au 4è siècle, saint Fragan, père de saint Gwenolé mit en déroute une flotte de pirates nordiques ou saxons ; au siècle suivant, au nord du calvaire de Kroaz an aod, de l'autre côté de la baie de Tresseny, le moine irlandais Sezny, fondateur de la paroisse, se serait tout d'abord installé au Lerret, puis il fonda un monastère.

Malheureusement le temps ne se prête pas merveilleusement à l'observation des oiseaux ; des véliplanchistes bravent le mauvais temps mais le vent en rafale, le crachin, le sable fin qui fouette le visage, n'incitent pas à déplier et poser les longues vues ; aussi, après quelques conciliabules, certains d'entre nous décident de chercher un observatoire à l'abri des éléments. Nous partons vers Croaz an Aod dans la baie de Tresseny. Ce calvaire du 15è, témoin d'un mission de 1863, adossé à de grands rochers, va nous protéger du vent. Là nous mettons en place deux longues vues et dardons nos jumelles vers les vasières.

Rapidement nous distinguons Tadornes de Belon, "an Tadorn roueel", et Bernaches, "ar Garelli du", grasses comme des oies, un Courlis cendré, "ar Paotr saout al lannioù", dont on ne voit pas le bec caractéristique, long, fin et recourbé vers le bas  ... il dort la tête de côté. Ailleurs, de nombreux Bécasseaux variables, "ar Sourouc'han boutin", s'affairent sur la vase et le sable qu'ils sondent avec leur bec fin et long. Des Bécasseaux Sanderling plus clairs se mêlent à l'espèce précédente. Haut perché sur ses pattes rouges, voici un Chevalier Gambette, "ar Strelleg pavioù ruz",  qui cherche des vers et des crustacés. Un collègue me fait voir un Gravelot, "an Nouelig", hors de portée de mes jumelles, et reconnaissable à son collier noir.

A la prochaine, Kenavo.

Notes :

1. article du Télégramme : (voir le site)

2. carte géoportail : (voir le site)

3. Photo de Courlis cendré : This photo was taken by Andreas Trepte. www.photo-natur.de.

4. livre sur les oiseaux de Bretagne, en breton : Evned Breizh, gant Claude Peridy, Hor Yezh


mailbox
imprimer
logo
Informaticien, marié, aime l'écriture (prose poétique, essais, traduction), la langue bretonne, l'histoire, de la Bretagne en particulier, etc
Vos 1 commentaires
Ar Vran
2015-02-02 18:18:58
A noter que le domaine de l'Ornithologie en Bretagne est riche de publications en langue bretonne et que de nombreux inventaires des noms bretons locaux des oiseaux existent.
Mais encore une fois en raison du découpage technocratique, il n'est pas évident d'avoir de bons guides ornithologiques qui couvrent la Bretagne B5. Idem au sein des associations (cf. LPO, ....)
Enfin à propose de la photo d'illustration : j'ai toujours aimé le nom breton : "Paotr- saout al lannioù"
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.