Sivens, plus jamais ça ?
Communiqué de presse de ACIPA

Publié le 5/03/15 9:02 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Notre-Dame des Landes, le 4 mars 2014 Communiqué de presse

Alors que l'opposition au barrage de Sivens fait preuve de sang-froid pour ne pas entrer dans le cycle infernal de la violence, l'ACIPA souhaite faire part de son soutien total aux opposants en situation de siège par des groupes d'individus à l'attitude pour le moins violente et agressive.

Il n'est pas acceptable que des personnes, fussent-elles ou non adhérentes de la FDSEA (Fédération Départementale des Syndicats d'Exploitants Agricoles), fassent preuve d'un tel corporatisme qu'elles en viennent à restreindre le droit de leurs concitoyens à se déplacer, usant d'intimidation dans le moins pire des cas, y compris contre des agriculteurs (voir notamment ci-dessous le témoignage posté sur Facebook par l'épouse de l'agriculteur opposant au projet).

Par ailleurs, l'ACIPA dénonce tout autant et avec la plus grande vigueur, les actions miliciennes qui ciblent les personnes, les habitats et les matériels aux seules fins d'instaurer un climat de terreur pour faire taire l'opposition au projet de barrage, alors même que l'inutilité du projet a été confortée par les études demandées par la ministre de l'Environnement.

Ces terribles comportements semblent se développer sans qu'une réponse adaptée de l'État y mette un terme.

L'ACIPA est très attentive à la façon dont les pouvoirs publics traitent cette situation explosive.

Un autre malheur ne doit pas arriver, l'État et le syndicat FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) en porteraient la pleine et entière responsabilité.


Signé ACIPA

Contact presse :

Julien Durand : 06 33 51 01 25

-------------------------------------------------

Témoignage de Nadine Lacoste, 2 mars 2015

Bilan de ma journée

Pro-barrage en bas de chez nous, les mensonges fusent, nos voisins ont la langue bien pendue.

Résultat

Impossibilité d'aller chercher notre fils à l'arrêt de bus qui se situe sur la D999 qui est une route à grande circulation. Les pro-barrages refusent catégoriquement que l'on sorte de chez nous. Menace de mort, de dégradation de véhicule, coup de téléphone de pro-barrages qui se trouvent en bas de chez nous etc.

Conclusion

Impossibilité de sortir de chez nous malgré la protection des forces de l'ordre ; mon fils a du être ramené chez nous par une amie. Au franchissement des barricades, malgré la protection de la gendarmerie, un pro-barrage a fait plusieurs photos de notre fils.

Mardi est un nouveau jour et l'on verra ce qu'il se passe sachant que, vu leurs agressivité et que le risque zéro n'existe pas, on préfère que notre fils reste à la maison donc privation d'école (alors qu'elle est obligatoire) et, en ce qui me concerne, je me suis vue dans l'obligation de prévenir mon boulot pour dire ce qu'il se passait donc je suis privée d'aller travailler.

La suite c'est quoi, un nouveau mort ??????

(voir le site)  : page de Nadine Lacoste sur facebook.

-------------------------------------------------

ACIPA : Association Citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d'aéroport de Notre-Dame des Landes

BP 5

44130 Notre-Dame des Landes

France

(voir le site) d'ACIPA

(voir le site) d'ACIPA, page du communiqué Sivens

Pour l'actualité, voir Sivens par Google : (voir le site)

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d'Aéroport de Notre Dame des Landes Association luttant contre la création d'un autre aéroport à Nantes (Loire Atlantique) Sur les communes de Notre Dame des Landes, Grandchamp des Fontaines, Vigneux de Bretagne et Treillières
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.