Seulement 7,13% de prénoms bretons donnés en Bretagne en 2020
Enquête de Philippe Argouarch

Publié le 11/12/21 22:11 -- mis à jour le 14/12/21 05:40
54049_1.jpg
...

Sur les 37 000 naissances en 2020 en Bretagne (les 5 départements) il n’y a que 7,13% de prénoms bretons ( pourcentage basé sur la liste de prénoms d’Ofis ar brezhoneg légèrement augmentée du calendrier des saints bretons).

Les prénoms arabo-mulsulmans (incluant les prénoms turcs, kurdes, afghans, kabyles et perses) représentent 5,5% sur toute la Bretagne avec un pic en Loire-Atlantique à 7,28%.

Les prénoms américains sont à 4,1% sur l’ensemble de la Bretagne.

Pourquoi si peu de prénoms bretons ?

Pour rappel seuls les prénoms du calendrier français étaient autorisés en France depuis une loi datant de 1803 promulguée par Napoléon. En 1803 ce calendrier était toujours le calendrier révolutionnaire. On doit à Jean-Jacques et Mireille Le Goarnig (1930-2013) l’abolition de cette loi après un combat de 15 ans. Ce n’est qu’en 1966, sous la présidence du général De Gaule, que l’État finit par accepter les prénoms bretons de la famille Le Goarnig.

Liens

Ce site de l’INSEE donne toutes les données brutes sur les naissances et les prénoms

Ce site permet de suivre l’évolution de n’importe quel prénom breton depuis 1945.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 15 commentaires
Anne Merrien
2021-12-11 23:32:13
Et les prénoms bretons sont souvent mal prononcés...
La finale d'Eliaz se prononce S.
La finale d'Ifig se prononce K.
Il n'y a pas de A dans Yann.
(0) 
Alter Écho & Ego machin
2021-12-12 07:13:30
Ce qui est plus grave, dans un premier temps, c'est de ne pas les donner à ses enfants...
(0) 
penn kaled
2021-12-12 08:47:34
Peut t-on considérer qu'il y a une corrélation entre cette statistique et l'importance que donnent les Bretons ,surtout les jeunes , à la cause bretonne ,notamment à la langue ? Si cela est le cas ,ce n'est pas très encourageant .
(0) 
Yann-Ber Beclere
2021-12-12 13:54:38
Si on en arrive à cette situation, il y a vraiment du souci à se faire. Les prénoms tout comme les noms de famille (onomastique), et les noms de lieux (toponymie) sont parmi les constituants essentiels d'une langue. On a pu suivre les évènements en presqu'île de Crozon pour la toponymie, les aventures du petit Fañch et son tildé, celles de Aïta avec ses panneaux signalétiques bariolés.
Le désintéressement des jeunes semble flagrant (hors ceux qui sont dans les filières bilingues, quoi que beaucoup quittent leur bilinguisme après leu Bac), ils n'ont plus conscience d'appartenir à un peuple particulier avec sa langue particulière, ils ont d'autres problèmes ou d'autres intérêt. La mondialisation est passée par là.
Sinon, le travail de Gaïdig Rannou qui prépare un mémoire sur les prénoms bretons et leur rôle dans la transmission de la culture sera certainement très intéressant. (voir le site)
(0) 
Killian Le Tréguer
2021-12-12 15:13:29
La polémique sur le prénom "Fañch" a été une très mauvaise "pub" pour les prénoms bretons. Cela équivaut à criminaliser les prénoms bretons. Ceux qui inventent ces interdits le font sciemment dans ce but là.
Que font du coup les bretons qui ne sont (contrairement aux légendes) pas très "rebelles" en grande majorité à votre avis ? Ils pensent à l'avenir social de leur enfant et ne veulent pas faire de vagues.
Notons que des personnalités comme Nolwenn Leroy ne donnent pas nom plus de prénom breton à leurs enfants...
(0) 
Killian Le Tréguer
2021-12-12 15:15:48
Il serait très intéressant de connaître l'évolution statistique depuis les années 70.
(0) 
TY JEAN
2021-12-12 15:54:13
La population change,des nouveaux arrivants n'ont aucune attache bretonne,familale ou culturelle
ou patrimoniale.c'est l'une des conséquences indirectes du bouleversement auquel nous assistons
en ce qui concerne cette arrivée massive ( on parle de 400 000 habitants en plus, d'ici quelques années ) .Pour les prénoms ,j'avais un copain au lycée,prénommé Guennaick.Je n'en connais pas d'autres.Si quelqu'un peut me renseigner à ce sujet !
(0) 
Rafig
2021-12-12 17:44:16
"Les jeunes bretons ne donnent plus de prénoms bretons" perte d'identité ou ...
D'après une étude pour les présidentielles : les jeunes "gagnants" voteront Macron (1/3), les jeunes "perdants" en galère voterons "facho- extrême droite" (1/3) et le reste abstention ou divers. Même pas de conscience écologiste !
Donc 18-30 ans se foutent de leur avenir au 2/3 et de leur origines culturelles ce qui va de paire pour un breton.
Personnellement, j'ai donné un prénom breton à mon fils et je milite pour la Réunification évidement.
(0) 
Naon-e-dad
2021-12-12 18:15:38
@Ty Jean
.
Guennaick? La graphie est à l'évidence francisée. J'espère toute les Annick ne m'en voudront pas de dire celà.
.
Une graphie plus conforme aux règles de l'orthographe bretonne, serait Gwennaig. (le g en finale étant durci, on l'entend comme un k).
.
Sur le fond, bien que n'étant pas hyper spécialiste, il me semble que l'on a là une construction à partir de Gwenn (adjectif qui signifie blanc - pensons aux Gwenn-ha-Du, mais aussi et par extension pur ou lumineux) et de la finale Aig (prononcer deux syllabes distinctes: a-ik) qui pourrait être inspirée de celle d'Annaig, diminutif, d'Anna.
.
Y-a-t-il un personnage de référence derrière ce prénom apparemment composite? S'agit-il d'une création contemporaine, comme c'est désormais la mode? J'incline à pencher pour cette deuxième hypothèse...
.
Pas encore de saint associé? Dommage?...ou chouette!...une place à prendre!
.
Ma n'eus ket a sant kozh staget ouzh un añv bihan, n'eus nemet gortoz e teufe ur sant nevez, a-vremañ da zigas gwriziennoù don d'an añv-bihan nevez-se, pa lavaran mat....
(0) 
Anne Merrien
2021-12-12 19:12:35
Gwenn est un prénom féminin à l'origine. C'est celui de la mère de Gwennole.
"gwenn" signifie "blanc" mais aussi "heureux, béni, sacré ".
Gwenna serait le superlatif (gwennañ) : "le plus blanc, heureux, béni, sacré "
On le retrouve dans Kervéna en Locronan et en Saint-Jean-Brévelay.
-ig est la marque du diminutif.
(d'après Albert Deshayes)
(0) 
Jiler
2021-12-13 14:54:10
Il serait intéressant de comparer le pourcentage de prénoms bretons donnés actuellement au pourcentage de prénoms bretons donné en 1930 et 1950, et là vous serez étonnés : entre 0,5 et 1 % à ces dates-là. Il y a donc eu une nette évolution depuis. Combien d'écoles bretonnantes en 1930 et 1950 : aucune ! Arrêtons de comparer ce qui n'est pas comparable, et de nous plaindre, et reconnaissons qu'il y a eu des avancées. Travaillons pour que ça continue !
(0) 
penn kaled
2021-12-13 17:12:15
Jiler oui ce serait intéressant tout comme comparer aux années de 1975 à 2000 .Mais c'est vrai que le pourcentage actuel n'est pas négligeable non plus ,seulement il peut refléter le fait que une trop grande partie de la population vit en dehors de la question bretonne ,ce qui explique aussi les scores des mouvements bretons lors des élections .Quelles conclusions en tirer ?
(0) 
Anne Merrien
2021-12-13 17:34:25
Porter un prénom breton, avec une orthographe bretonne, c'est être exposé(e) au fait que son prénom soit continuellement mal prononcé ou mal écrit. C'est le cas aussi des noms de famille, mais on les utilise moins souvent. Parfois, le prénom est pris pour un prénom étranger : on peut donc subir des discriminations.
(0) 
Killian Le Tréguer
2021-12-14 07:53:06
Concernant le % de prénoms bretons qui sont donnés en Bretagne, il faut quand même rappeler que la stat' inclus le 44, département qui du coup pèse à lui seul 30 % de la stat' !! Alors qu'il ne fait pas partie de la Région Bretagne... le chiffre de 7,13 % n'est peut-être pas idéal mais pas forcément si catastrophique. A priori les prénoms bretons ont plus de chance de perdurer dans les 3 départements 56-29-22
(0) 
Louis Boudet
2022-02-02 23:46:19
Je trouve ça assez affligeant de constater toujours la même chose : aujourd'hui, pour les Bretons, quelle que soit leur origine, la Bretagne est une région homogène, avec le breton comme langue naturelle... Eh bien non : toute la moitié est de la Bretagne parlait historiquement un dialecte de la langue d'Oïl, c'est-à-dire une variante du français médiéval qui a évolué, le gallo. De ce fait, et bien que je comprenne parfaitement qu'on défende la langue bretonne dans la partie où elle est parlée depuis le 9e siècle au moins, je trouve un peu fort de café de faire comme si la Bretagne était une entité unifiée, et qu'on se permette de mettre des panneaux bilingues français-breton et non français-gallo à Rennes ou à Nantes, et qu'on encourage les prénoms bretons dans cette zone... Ce serait un peu comme favoriser les prénoms occitans à Paris...
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 8 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.