Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
photo sénat.fr
photo sénat.fr
- Chronique -
Sénatoriales en Bretagne, plus ça change, plus c'est la même chose
Plus ça change, plus c'est la même chose, disent les Américains en français.
Philippe Argouarch pour ABP le 25/09/23 10:11

Le Sénat a été partiellement renouvelé (la moitié) sans trop de changements. Deux départements étaient concernés en Bretagne historique : le Morbihan et la Loire-Atlantique. Les sénateurs sont élus pour 6 ans et le Sénat est renouvelé de moitié tous les 3 ans.

Morbihan

En Morbihan, la sénatrice (LR) Muriel Jourda, élue en 2017, et conseillère départementale du Morbihan est réélue avec 30,39 % des voix.

Le maire de Grand-Champ Yves Bleunven est élu pour la première fois sénateur du Morbihan (divers gauche). Il est aussi le président de l’association des maires du Morbihan. Simon Uzenat (PS), président de la fédération du Parti socialiste dans le Morbihan, conseiller régional de Bretagne et conseiller municipal d’opposition à Vannes est aussi élu sénateur.

Loire-Atlantique

En Loire-Atlantique, les sénateurs sortants sont réélus : Laurence Garnier (Les Républicains), l’écologiste Ronan Dantec et le centriste Joël Guerriau (Horizons). Les deux autres élus sont Philippe Grosvalet (PS) et Karine Daniel (PS)

Regarder la paille dans l'oeil du voisin

Les Français se moquent souvent du mode de scrutin des présidentielles américaines où le président n'est pas élu au suffrage universel direct mais par les grands électeurs du parti majoritaire élu lui au suffrage majoritaire à un tour, dans chaque état de la fédération. Par contre, les Français ne regardent par souvent leurs propres bizarreries comme l'élection de leurs sénateurs. En France, aux sénatoriales, les sénateurs sont élus par des grands électeurs. Il y a de plus deux modes de scrutins selon les départements et fi du suffrage universel ! Pour certains départements, les moins peuplés, les sénateurs sont élus au scrutin uninominal à deux tours et majoritaire, en une seule journée et d'autres utilisent la proportionnelle à un tour. ( sources ).

Les tares du système

1) Les sénateurs devraient être élus au suffrage universel direct à un tour comme dans toutes les grandes démocraties. Le mode de scrutin français officialise le cumul des mandants car, pour être élu sénateur, il faut déjà être élu d'une région, d'un département ou d'une ville. Pas bien du tout.

2) Contrairement à ce qui se passe en Allemagne ou aux USA, où le Sénat représente les états ou les landers, le mode de scrutin français minimise, voire ridiculise le poids des régions. Les élus municipaux, donc les communes, représentent 95% des 150 000 grands électeurs autorisés à voter aux sénatoriales. Le Sénat de la république représente les communes, certainement pas les régions. Si la réforme proposée par de Gaulle en 1969 mettait les régions nouvellement créées, à la place des départements comme circonscriptions sénatoriales, le projet conservait le système des grands électeurs (mairie, départements, et ces nouvelles régions) et rajoutait en plus, presque la moitié des élus, des représentants de la vie économique et syndicale ! Les régions certes entraient au Sénat mais sans aucun pouvoir. Si les Bretons ont voté OUI, le referendum a capoté and the rest is history.

3) Le nombre des élus ne doit pas être proportionnel au nombre d'habitants du département ou de la région. La relation entre démocratie et démographie est assurée par la chambre basse dans une démocratie digne de ce nom. C'est le cas de la chambre des députés en France. Le sénat doit représenter les territoires, et ca devrait être les régions historiques. Ce sont elles qui composent la France et certaines depuis plus de 2000 ans, alors que les départements, territoires obsolètes, n'existent que depuis 233 années. Ces territoires devraient être sur un pied d'égalité quelque soit la population avec par exemple trois ou quatre élus par région, ce qui est le cas du sénat allemand ou du sénat américain avec deux sénateurs par état.

Se faire élire sénateur suppose de convaincre des réseaux, note Pierre-Emmanuel Guigo, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris-Est Créteil. Les candidats n’ont pas toujours envie d’être suivis par des journalistes parce que les arguments qu’ils emploient contredisent parfois les promesses de leur parti. Ainsi, quand la mode est à la réduction des dépenses des collectivités territoriales, les candidats au Sénat promettent le contraire, sinon, ils n’ont aucune chance d’être élus. Prudents, ils ne publient pas de profession de foi.

Le traitement net mensuel d’un sénateur est de 5 423,18 euros, contre 5 782,66 euros pour un député. Bien entendu, le président, ses vice-présidents et questeurs, ou bien les présidents de groupes ou de commission disposent d’indemnités complémentaires. Un crédit mensuel est à la disposition du sénateur pour la rémunération de ses collaborateurs (8 827,40 € au 1er juillet 2023 avec un maximum de cinq collaborateurs. Ils reçoivent aussi les autres traitements d'élu d'autres collectivités -- voir l'excellent site sur la réforme du sénat .

Voir aussi :
2  1  
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 16 commentaires
Anne Merrien Le Lundi 25 septembre 2023 10:57
Grosvalet restera dans l'Histoire de la Bretagne l'homme politique qui n'a pas inscrit la pétition de Bretagne Réunie dans l'ordre du jour du CD 44, flouant ainsi 100 000 pétitionnaires de la Loire-Atlantique.
(4) 
De Kristof Bach-Bourdelier à Anne MerrienLe Lundi 25 septembre 2023 13:11
Quid de Karine Daniel ? Est-elle une personne (politique de carriere) avec qui il est possible d'evoquer la Reunification de la Bretagne ?
(0)
De Anne Merrien à Anne MerrienLe Lundi 25 septembre 2023 15:39
Cette Karine Daniel est peut-être encore pire que Grosvalet, mais c'est lui qui était Président du CD 44. On ne peut le dédouaner de ses décisions dans l'exercice du pouvoir.
(1)
De Anne Merrien à Anne MerrienLe Lundi 25 septembre 2023 18:27
Si Grosvalet avait mis la pétition dans l'ordre du jour, c'est l'Assemblée délibérante du CD 44 qui aurait supporté la responsabilité du refus d'organiser un vote consultatif sur la Réunification.
(1)
De Kristof Bach-Bourdelier à Anne MerrienLe Mardi 26 septembre 2023 09:01
Merci pour votre reponse - Pire que Grosvalet ? Opala - Decidement, depuis que Christophe Priou est parti, le 'senat de Loire-Atlantique' est tout sauf pro-democratie et/ou pro-Bretagne/Breton.ne.s >Voir le site Jusqu'au 2020-OCT-31 au moins il y avait Priou + Meunier (Catalogne) + Dantec ... Peut-etre se passera-t-il quelque chose (baby steps) ces jours prochains du cote du Pays de Saint-Malo >Voir le site en attendant les conclusions de l'etude d'impact qui finalement sera entamee d'ici la fin de cette annee, aux dernieres nouvelles
(0)

Alain E. VALLÉE Le Lundi 25 septembre 2023 12:00
Voici donc le Parlement français dont les assemblées ne sont pas maîtresses de leur ordre du jour ni même compétentes dans tous les domaines - il existe en effet les domaines constitutionnels de la Loi votée par le Parlement et celui du Règlement réservé à l'Exécutif -.
Voici le Sénat dont les membres ne sont pas élus au suffrage universel direct ...! Et qui n'est pas non plus une sorte de Bundesrat. La propagande ose asséner qu'il s'agit de l' "Assemblée des territoires" sauf si l'on admet qu'être déjà un élu local avant d'être Sénateur, fait de cet élu généralement communal (le plus souvent d'une "petite" commune), le représentant de cette dite commune. Ce n'est ni sérieux ni démocratique ! Accepter cette pratique consiste à faire vivre tout un pays dans une démocratie d'illusion.
Si on ajoute, d'une part, que le découpage des circonscriptions pour l'élection des Députés dépend de l'Exécutif et que le mode de scrutin dépend d'eux, ce qui est aussi vrai pour les Sénateurs, alors la représentation nationale est pour le moins minorée. Tout est fait pour que le Peuple souverain ne le soit pas trop et ne puisse l'exprimer dans les hémicycles. Alors, il est contraint de le faire dans lé rue. On voit par là que le régime institutionnel en vigueur fait de la France un pays où, certes, l'on vote mais n'en fait certainement pas une démocratie.
D'autre part, l'évidence est que l'élection du Président de la République au suffrage universel instaure une calamiteuse et permanente confusion entre l'État et le gouvernement. Pourtant, la démocratie consiste à séparer drastiquement les pouvoirs et même à séparer la représentation du peuple souverain (Députés) sur son territoire (Sénat). Mais elle impose aussi une totale séparation entre l'État et le gouvernement. On admire donc le Royaume - Uni qui en une semaine de dévotion et de consensus national changea de souverain (EII / CIII) et de Premier ministre ...!
Voici donc le régime français qui, sans partage, assure une totale hégémonie à l'Exécutif, ses lobbies et conseillers techniques, et qui aurait bien plu tant à Bonaparte, Napoléon Ier qu'à Napoléon III.
On vérifie ainsi que la pratique institutionnelle de la France est malade.
AV
(1) 
De Jojo à Alain E. VALLÉELe Lundi 25 septembre 2023 15:01
malheuresement, beaucoup de gens confondent pays riche, état de droit et démocratie. La France reste un pays riche, la justice y est toujours indépendante mais le système n'a pas grand chose de démocratique.
(3)

jakez Lhéritier de Sant Nazer Le Mardi 26 septembre 2023 08:40
Référendum de 1969 .SI la Bretagne historique a voté OUI pour le découpage actuel (donc PDL,)et pour le maintien du Sénat,il me semble que les grandes villes bretonnes auraient voté contre De Gaulle,entrainant son départ..A vérifier.
Alors demander encore un référendum est une piste catastrophique pour la Bretagne.
Un référendum:?
les électeurs votent contre ce qui est présenté ,contre le président en fonction.
Voyez 1969,2005,NDDL (vote le la Loire Atlantique pour Macron décide d'annuler ,seul,)
Créer nos propres outils...comme cela fut le cas pour Diwan en 1976....si on avait attendu l'accord des élus bretons ,on y serait encore!
(3) 

Christian G. Le Mercredi 27 septembre 2023 16:34
La France n'étant pas un pays fédéral, je ne suis pas bien convaincu qu'avec de nombreux élus régionaux (n'ayant aucune compétences, élus souvent anonymement sur des listes) le Sénat français se porterait mieux.
Ce qui est important là c'est l'élection de M. Grosvalet qui a donc une aura particulière aux yeux des élus municipaux de Loire-Atlantique. On ne peut pas se dire breton et avoir de tels élus. 7 décennies quasiment d'anti-bretons aux manettes de ce département, ce n'est pas une malheureuse coincidence ou concours de circonstances. M. Mareschal, qui a toujours cherché à ménager la chèvre et le choux, n'a été à la tête du département que pendant un petit mandat (et ce, sans aucun changement de majorité), ce n'est pas un hasard non plus .
(1) 
De Anne Merrien à Christian G.Le Jeudi 28 septembre 2023 21:22
P. Mareschal n'a pas cherché à organiser lui-même un vote consultatif des électeurs sur la Réunification. Il demandait à Sarkozy de s'en charger à sa place. La même politique que Grosvalet.
(1)

Martin Légal Le Mercredi 27 septembre 2023 18:08
@ Kristof Bach-Bourdelier, cette étude d'impact n'a aucun intérêt et ne sert qu'à communiquer à l'approche d'une élection.
Elle est reportée régulièrement, car en ce moment il n'y a pas d'élections. Il ne faut pas chercher plus loin.
Elle sortira quelques semaines avant une élection, servira à quelques élus PS-Verts à se faire mousser, et puis c'est tout. Ensuite, elle sera gentiment rangée dans un placard.
Pour faire avancer ce sujet, il faut déjà que des listes nationalistes fassent des résultats électoraux en Loire-Atlantique sans se compromettre au premier bout de poste et quelques indemnités venues.
(0) 

Anne Merrien Le Mercredi 27 septembre 2023 23:09
Le CD 44 cherche sans doute à faire plutôt une étude d'impact sur la fusion B4+PDL, mais ce n'est pas de sa compétence.
(0) 

Kristof Bach-Bourdelier Le Jeudi 28 septembre 2023 08:58
@Anne Merrien @Martin Legal : Merci a vous pour vos messages - Je comprends a vous lire la fatigue dans cette lutte pour la Reunification de la Bretagne qui semble sans fin - L'etude d'impact en question est prevue depuis plusieurs mois deja par l'association 'A la Bretonne' >https://www.alabretonne.com/< (il est question d'etudes d'impact au pluriel des la page d'accueil) - Afin de nourrir le debat public - Libre a vous, bien entendu, de ne pas adherer, pour diverses raisons, a ce que fait l/ propose / &c. l'association - Libre a vous aussi de venir a un.e des rencontres organisees par ce groupe, en presentiel ou a distance, afin de parler ensemble de ce sujet qui nous tient tant a coeur et des moyens les plus efficaces pour gagner et reunifier la Bretagne
(0) 

Anne Merrien Le Jeudi 28 septembre 2023 10:42
Les membres d'ALB ont-ils protesté quand Grosvalet n'a pas mis la pétition dans l'ordre du jour ?
N'ont-ils pas assuré le service après vente du référendum fantaisiste, plus sûr moyen d'éviter de consulter les électeurs du 44 ?
(0) 
De Kristof Bach-Bourdelier à Anne MerrienLe Vendredi 29 septembre 2023 08:50
Merci pour votre reponse, Anne Merrien - Vous pouvez, si vous le souhaitez, porter la critique (necessaire) au coeur de 'A la Bretonne' - En venant participer a une des prochaines rencontres organisees par ce collectif - La methode pour reussir (la Reunification de la Bretagne) s'enrichit d'idees nouvelles apportees par des personnes qui viennent d'horizons divers - Bonne fete des saints archanges a vous
(0)

Burban xavier Le Vendredi 29 septembre 2023 14:26
Le nettoyage linguistique est mené par l'Etat mais aussi par nombre de collectivités locales , les départements qui ont en charge l'éducation au collège sont un exemple type , c'est à dire la création dans le primaire d'une filière en breton s'arrête au Cm2 car au collège elle n'existe pas , tant et si bien que les efforts consentis sont perdus , le manque de moyens , de profs formés , de centre de formation des personnels , les sommes allouées inexistantes ou faibles pour pérenniser un vrai système d'éducation en langue bretonne . La région B4 a diminué ses aides en 2023 en dépit d'une demande populaire croissante en Bretagne . Certains élus défendent le breton dans leur commune en tant que maire mais si ils sont vice président au Conseil Départemental ils s'abstiennent de porter le sujet en dépit de l'urgence à sauver notre langue ...
La réunification de la Bretagne devrait faire l'unanimité mais ce n'est pas une priorité alors que politiquement c'est devenu un sujet reconnu en Loire-Atlantique à résoudre ....
Les assos ALB et Br s'y emploient et cela perdurera ...
Cependant , il nous faut créer des outils nouveaux pour notre culture telle fut la création de Diwan face au néant de l'époque . La question politique bretonne est un fait et se prolongera longtemps , croire le contraire de la part des autorités est une erreur politique ....
L'identité bretonne est un matériau solide .
Ken emberr. Xavier
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 3 multiplié par 7) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons