-- Musique --

SANS FACON publie son premier CD "Vivent les filles"

Chronique de Culture et Celtie (porte parole Gérard Simon) publié le 7/02/19 10:10

Extrait du CD SANS FACON - Vivent les filles "Vivent les filles !" CD SANS FACON - Vivent les filles

C’est, en quelque sorte, pour Culture et celtie l’e-MAGazine, une première :

46815_1.jpgJaquette du CD "Vivent les filles !" de SANS FACON

Vous présenter, au travers de l’une de ses chroniques, l’album d’un quatuor féminin qui s’exprime a cappella et par le chant à danser, simplement ponctué, selon les pièces interprétées, par quelques discrètes, esthétiques, efficaces percussions qui facilitent et confortent, le pas.

C’est, aussi, et avant tout, une première, pour ces quatre chanteuses betonnes et nantaises (44-Bzh). Ces souriantes animatrices de festoù-noz, festoù-deiz ou bals folk, passent, en effet, de leurs régulières, familières et très appréciées prestations chantées en public, à l’enregistrement, en studio, de leur premier CD !

Tout au long de ce disque intitulé « Vivent les filles ! », ce cri de ralliement est clair, Frédérique GUYNOT, Gwen SOUFFRAN, au chant et aux percussions, Anne-Laure LEPELTIER et Marie-Jeanne RICHARD, au chant, unissent leurs véloces voix ensoleillées dans les fluides rouages d’une très belle horloge vocale qui enjolive et accentue, allègrement, les rythmes d'airs traditionnels, mais aussi les cadences dansantes de nombreuses mélodies composées et, textuellement, écrites par Frédérique, dite Fidic.

C’est spontané, enjoué… Sans façon !

« SANS FACON », c’est, par ailleurs, le nom qu’ont donné les « 4 filles » à ce joyeux collectif chantant, créé en octobre 2014. Faut-il percevoir, au-delà de l’aspect généreux, libre et décontracté que suggère cette appellation, une subliminale consonance « sans garçon » ?...

Pour « SANS FACON », le choix de chanter entre filles n’est pas le fruit du hasard. Il s’agit, en fait, du prolongement naturel de belles amitiés, déjà existantes, notamment au sein d’une association nantaise, « La Ridondaine » , créée par Fidic, entité culturelle dont l’objet est d’apprendre les danses de base pour participer aux festoù-noz et aux bals folks, d'ici et d'ailleurs.

Cette intime complicité relationnelle et sonore s’est, aussi, fortifiée au travers de joyeux pique-niques chantés vécus, ensemble, instants à l’issue desquels une envie de réunir, à l’époque, 5 voix féminines, pour faire danser, s’est précisée.

C’était le moyen de garder le lien, de l’amplifier, tout en partageant avec une assemblée dansante.

Le projet de l’enregistrement de ce Compact Disk est, de fait, né de l’ample demande de la part de ces danseurs qui souhaitaient, après la fête, retrouver, chez eux, les airs sur lesquels ils avaient, corporellement, communié, mais aussi les textes auxquels nombre d’entre-eux, s’arrêtant, pour quelques moments, de marquer le pas, prêtaient juste attention.

De la scène, au studio… il n’y avait qu’un pas, mais pour nos filles, vous l’imaginez, un grand pas !

Il a fallu, pour ces quatre expertes praticiennes du chant à danser en public, assidûment et précisément, répéter les morceaux choisis, créer une maquette, afin de donner au répertoire habituellement interprété en « live » et « sans façon », la rigueur plus marquée que requiert la gravure de quelques pièces que l’on peut, sur sa platine, jouer et rejouer sans l’acceptation de quelques « toiles » possibles qui font la saveur du spectacle vivant, moins celui de l’écoute récurrente dans son salon ou sur le lecteur de sa voiture.

Ce préalable et nécessaire travail méticuleux, pointu, exigeant, a permis au groupe d’enregistrer, quasiment, en un week-end, les parties chantées des 14 titres qui constituent le programme de l’opus.

Une performance réalisée, sous la houlette, de François BADEAU, musicien multi-instrumentiste nantais, bien connu (BLAIN-LEYZOUR quintet, BODROS/BADEAU, JEU A LA NANTAISE, Les Frères BADEAU, ORIAZ… pour ne citer que ces formations) qui a assuré, pour « SANS FACON », la prise de son et le mixage.

Le mastering a été confié à Near Deaf Experience , que nous avons, déjà, croisé, sur les pages de nos chroniques, pour la réalisation technique des CD de « FLEUVES », « JEAN-JEANNE », Nolwenn KORBELL… des références !

En pistes additives, le livret qui accompagne le disque mentionne, pour plusieurs titres, les participations de Graham KNAPP, au bodhràn, au cajon, au tambour et Pierre-Yves GUILBAUD, aux sagattes et au davul.

Quelques précisions :

- Les sagattes sont un instrument de percussion constitué de deux paires de très petites cymbales placées sur les pouces et majeurs de chaque main. Il faut deux paires de sagattes pour en jouer.

- Le davul (Turquie, Arménie, Bulgarie…) est un tambour à deux faces très répandu au Moyen-Orient.

Puisque nous évoquons, ci-dessus, la présence, au sein du Digipack, d’un livret, précisons que ce fascicule, d’une dizaine de pages, nous permet de visualiser tous les textes chantés ainsi que les visages de nos quatre dames, nous dirons, demoiselles, ce terme étant toujours possible et respectueux dans le monde artistique, plus que dans l’univers ultra-féministe !

Dès l’orée de ce programme, de plus de 60 minutes, le premier titre « Tu as de si jolis yeux », Hanterdro fruit des paroles et musique de Fidic GUYNOT, la très agréable couleur sonore que nous retrouverons, tout au long de la proposition musicale, nous apparaît.

Le registre vocal est large, harmonieux, justement rythmé, danse oblige, qu’il soit émis en choral, en canon ou en pseudo solo.

Sur le plan textuel, cette ode au regard d’un homme, l’illustration photographique du livret confirme la destination, visiblement, aimé et « encouragé », est, plutôt, bien écrite :

« Tout dépend de toi, et il suffit de peu, parfois

Tourne les yeux vers l’horizon, tu es maître de tes choix

Tu possèdes en toi bien plus que tu ne crois,

Laisse grandir la flamme, ce feu sacré en toi ».

Loin de nous l’idée de mentionner, ci-après, tous les titres, par ailleurs tous attractifs, qui figurent dans cet opus, mais nous avons bien aimé le style « World » qui émane du Kas a barh de la plage 5, chant à danser, titré « l’écho ».

L’introduction, en chant à répondre, aux couleurs résolument orientales qui évolue, soulignée par le bodhràn de Graham KNAPP, vers une rythmique vocale plus africaine, donne, si nous pouvons dire, un « écho » original à ce texte signé de l’auteur-compositeur-interprète costarmoricain, créateur de « La Paimpolaise », Jean-Baptiste-Théodore-Marie BOTREL.

Le texte aborde quelques questions relatives à la propre sauvegarde existentielle de chacun d'entre nous, passant par la recherche d’un bien-être, sinon du bonheur, dont les choix, toujours, possibles de porter sa croix… ou croire, blasphémer ou aimer…

Dans le dernier couplet, réponse nous est donnée…

« Comme l'écho des grands bois

M'a conseillé de le faire :

J'aime, je chante et je crois

Et je suis heureux sur Terre !!! ».

En piste 7, au travers de « Oh ! Mon amour », une très belle mazurka avec un joli et limpide « délié vocal » collectif ou individuel, vous attend, .

Sur des airs traditionnels, le texte de Fidic GUYNOT, dépeint, avec poésie, l’attente et le retour espéré, mais toujours incertain du marin aimé.

« Seule face à la mer et sous un ciel tissé d’étoiles

J’attends que vienne la lumière du jour nouveau où tu seras là

La lune est pâle et sur la terre et sous le voile monte la brume

Et dans l’éther comme une plume un songe exquis te ramène à moi ».

De très jolies volutes vocales et un tendre portrait d’une référante aïeule vous sont proposées dans le pas d’un rond paludier, dénommé « Grand’mère », pièce, une nouvelle fois, signée, paroles et musique, par Fidic.

En position 11, une complainte pittoresque et humoristique, celle d’un notoire poissard, accumulant les malchances de la vie, vous est contée, toujours, sur un texte et une composition de Fidic, toutefois entrecoupée d’airs traditionnels bretons et nantais bien connus, « tubes » notamment colportés par les célèbres « 3 Jeans » et, textuellement, ici, revisités : « La jument de Michao », « Le loup, le renard et la belette », « Tri martelod », « Pelot d'Hennebont ».

« Maman m’appelait « mon pt’it chat noir »

Je suis un « pas d’bol », un poissard ».

En douzième titre, voici une belle et fidèle « revisite » : « Le grand vent ». Cette chanson nous donne l'opportunité et le vif plaisir de citer, pour paroles et musique, le célèbre fondateur et leader du groupe de musique folk MALICORNE, Gabriel YACOUB, qui, rappelons-le, avait fait ses premières armes en tant que guitariste et choriste auprès d'Alan STIVELL (Légendaire Olympia 72 !).

Ce titre est tiré de l’album éponyme « Le Grand Vent » de Gabriel YACOUB et LAIS, paru en 2001. .

Puis, quelques similitudes mélodiques avec « La Marine » de Georges BRASSENS, plus encore, avec la chanson de marin de Michel TONNERRE « Mon petit garçon », la valse écossaise, composée paroles et musique, par Fidic, « Je suis de Bretagne », vous précisera, s’il en est besoin, l’enracinement et l’ouverture au monde de nos interprètes nantaises… et bretonnes !

« Je suis de Bretagne et d’ailleurs, d’un peu de tous les horizons

Mais ce que je porte dans mon cœur s’enracine en pays breton ».

Une suggestion : Parvenu à la fin du dernier titre mentionné sur la jaquette, laissez donc votre « galette au four »… on ne sait, jamais, une autre ritournelle peut se faire entendre ?

Nous avons été séduits par cet album atypique, varié, finement chanté qui apporte, encore, une couleur complémentaire au vaste spectre de la musique bretonne chantée et dansée d’aujourd’hui, style élaboré au confluent des mélodies traditionnelles et des nouvelles compositions…

Nous corroborons, sans réserve aucune, les termes transcris dans la composition graphique, aux quasi-couleurs de la faïence quimpéroise signée de la maison HENRIOT qui illustre l’une des dernières pages du livret et qui définissent cette production artistique : Danse, chant, voix, sourire, rire, partage, ensemble… dans cet enregistrement, il y a, effectivement, tout cela !

Nous ajouterons : qualité, vigueur, couleurs !

Pour nos visiteurs, parfois aussi, organisateurs d’événements dansants ou non, n’hésitez pas inviter ce sympathique, original et talentueux quatuor, ô combien, chantant. Cette option de programmation peut renouveler le genre de vos festoù-noz ou concerts, puisque le répertoire figurant sur ce disque se danse et/ou s’écoute !

De qualité, cette production discographique avait toute sa place, dans nos colonnes en ligne, aux côtés des plus grands noms, faisant écho à l’esprit de notre maxime qui défile au fronton de celles-ci, à savoir : « Sur ces pages nous ne sacralisons aucune star ! Nous évoquons avec la même conviction les talents confirmés comme ceux de l'ombre, traditionnels ou progressistes, tous les artistes qui portent haut la Bretagne et la Celtie d'aujourd'hui. ».

Nous espérons que, suite à notre chronique et à l’écoute de ces quelques extraits annexés à celle-ci, ce premier album de « SANS FACON » trouvera, également, bonne place dans votre discothèque.

Et « Vivent les filles ! »

Gérard SIMON

Illustration sonore de la page : SANS FACON - Album «Vivent les filles» - «Vivent les filles» - Extrait de 00:56.

D'autres extraits sonores sur Culture et celtie, l'e-MAGazine :

Les titres du CD « Vivent les filles » :

01 - Tu as de si jolis Yeux - Hanter Dro - 04:30.

02 - Polka piquée de Gerardmer - Polka piquée - 03:49.

03 - Guénolé - Pilé menu - 03:34.

04 - Charlotte - Contrerond de Saint Fernand sur Oust - 02:48.

05 - L'écho - Kas a barh - 03:52.

06 - Sur le pont de Nantes - Rond de Landéda- 04:26.

07 - Oh! Mon amour - Mazurka - 04:26.

08 - Mon père avait un âne - Laridé de la Turballe - 03:04.

09 - Grand'Mère - Rond paludier - 03:39.

10 - Vivent les filles ! - Bal paludier- 01:54.

11 - La Complainte du poissard - Andro - 05:41.

12 - Le Grand vent - Laridé 8 temps- 04:35.

13 - Je suis de Bretagne - Valse écossaise - 05:14.

14 - J'ai perdu mon chapeau - Avant deux - 05:15.

Durée totale : 64 minutes.

15 - Surprise

CD «Vivent les filles»

Parution : 14 octobre 2018

Réf : DI01398AUTO

Distribué par : Albumtrad.com -

La page Albumtrad.com de SANS FACON :

Site Internet du groupe : legroupesansfacon.blogspot.com

© Culture et Celtie

©agence bretagne presse

mailbox imprimer
logo

« Culture et Celtie… le magazine »
C'est le magazine en ligne des événements celtiques et artistiques en Presqu'île guérandaise et, d'ailleurs... Des 5 départements bretons... à la Celtie !

Vos commentaires :

L'auteur a décidé de ne pas autoriser les commentaires pour cet article.