Samhain c'est demain
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 30/10/15 15:36 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

La Toussaint, la fête des morts en Bretagne et ailleurs, est aussi une ancienne fête druidique, appelée Samon par les Gaulois (ou Samonios, du nom du mois de novembre inscrit sur le calendrier de Coligny), et Samhain par les Gaels. Elle signifiait la fin de l'été et de début de la seconde moitié de l'année. C'était en fait le début de l'année celtique.

Cette fête du nouvel an était célébrée exactement la 40e nuit après l'équinoxe d'automne. Une date importante donc, que nos ancêtres savaient calculer exactement depuis l'érection de mégalithes par leur prédécesseurs, pierres ou poteaux plantés plein ouest ou plein est pour un alignement avec le coucher ou le lever du soleil ce jour-là. La 40e nuit après l'équinoxe arrive encore cette année demain soir le 31 octobre.

La fête des saints a été substituée à la fête celtique dans toute la Chrétienté au VIIIe siècle par le pape Grégoire III, histoire d'en finir avec les pratiques dites païennes. Mais ces coutumes et ces rituels auraient existé chez nos ancêtres depuis des milliers d'années.

( voir l'article ) pour l'article complet publié en 2011 et qui a fait l'objet de plus de 7000 lectures.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.