Saludiñ a ra Paolig Combot memor Charlez Ar Gall, evit Ar Falz
Discours de Ar Falz

Publié le 6/11/10 20:17 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Dindan ar glav dibaouez, araog abaoe 300 a zud, Paolig Combot – prezidant ar gevredigezh Ar Falz – a gomze en enor Charlez Ar Gall el Liorzh Kennedy e Brest (evel ma oa bet kemennet : ( voir l'article ).)

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)



– Evel prezidant Ar Falz a-vremañ, e fell din saludiñ memor hor mignon kozh ha ker Charlez Ar Gall, aet da anaon dimerc'her.

Skolaer e penn-kentañ e vuhez labour, en Ospital-Kammfroud e-lec'h ma oa bet ganet e 1921, ha goude kelenner matematik ha brezhoneg e Brest, e teuas da vezañ ezel eus Ar Falz adalek 1945, a-drugarez da Armand Keravel.

Un nebeud goude, galvet gant P.-J. Helias, e 'n em lakeas da sevel abadennoù war Radio Kimerc'h ; hag er bloavezh 64 e voe Charlez ar brezhoneger kentañ oc'h ober abadennoù tele en ORTF : ur wech ar sizhun e ranke mont da Roazon, pep gwener, evit ur vunutenn hanter a abadenn !

Met dreist-holl en deus diskouezet Charlez e oa un den a galon, da skwer pa gavas gwelloc'h, e 74, reiñ e zilez eus an ORTF, kentoc'h eget gouzañv ar sañsur.

Un den laik e oa anezhañ, met unan digor e spered war ar re all, zoken war ar re na oant ket a-du gantañ ; ur gwir stourmer eo bet a-hed e vuhez, un den kar-e-vro ha kar-e-yezh, ur gwir skwer vat evidomp holl.

Kenavo, Charlez.

Paolig Combot

-------------------


– En tant qu'actuel président d'Ar Falz / Skol Vreizh, je veux saluer la mémoire de notre vieil ami Charlez Ar Gall, décédé mercredi.

Instituteur au tout début de sa vie professionnelle, à L'Hôpital-Camfrout où il était né en 1921, puis professeur de mathématiques et de breton à Brest, il adhéra à Ar Falz en 1945, grâce à Armand Keravel.

Peu après, à la demande de P.-J. Helias, il anima les émissions de Radio-Quimerc'h ; en 1964 enfin, il fut le premier "speaker" bretonnant de l'ORTF : une fois par semaine, chaque vendredi, il prenait le train à Brest pour Rennes, afin d'assurer une émission d'une minute et demie !

Mais surtout, Charlez s'est vite montré un homme courageux: par exemple en 1974, quand il préféra démissionner de l'ORTF plutôt que de subir la censure.

C'était un vrai laïc, un esprit ouvert sur les autres, y compris ceux qui n'étaient pas d'accord avec lui ; un véritable militant, qui aimait son pays et sa langue, un exemple pour chacun d'entre nous.

Kenavo, Charlez.

Paolig Combot

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.