Saint-Brieuc en Breizh 5/5

-- La réunification --

Communiqué de presse de Bretagne Prospective
Porte-parole: Michel Bouvier

Publié le 30/04/19 14:38 -- mis à jour le 30/04/19 14:38

La ville de Saint-Brieuc est sans doute une des plus complexes de Bretagne, que ce soit en termes d’organisation ou d’image. Dans le premier cas, c’est une ville née au Ve siècle d’un mariage armor-argoat qui explique sa croissance. Cet élément constitutif accroît aux XVIe-XVIIe siècles sa prospérité au temps des toiles, fabriquées notamment dans l’arrière-pays (Uzel, Quintin). Déjà découpée par des aberioù courts mais profonds (le Gouët, le Gouédic), ce fut ensuite une ville découpée comme un quatre-quarts par les réseaux cette fois est-ouest qui ont puissamment marqué son territoire (les viaducs de Harel de La Noë, la RN12 qui la traverse sinon la tronçonne). La présence simultanée d’un damage nord-sud et est-ouest, ainsi que ces dénivelés, expliquent une très vive organisation par quartier (Ginglin n’est pas Cesson, ni le « plateau »). Enfin, suite aux grèves du Joint français, c’est une ville qui a toujours eu une image ambivalente.

C’est une ville à la fois bourgeoise et ouvrière. C’est aussi pour lors la ville d’une rencontre imparfaite entre la Basse et la Haute Bretagne, entité à laquelle elle appartient. C’est encore une ville qui est littorale sans être balnéaire, alors qu’elle a redynamisé le Légué, tenté de basculer, s’ouvre difficilement sur une baie magnifique qu’elle a valorisée. Elle porta lors de la Révolution le nom de Port-Brieuc. De fait, c’est un peu Saint-Brieuc l’étrange. Elle fut par exemple omniprésente dans l’œuvre de Louis Guilloux sans être parfois appelée. Une ombre à peine portée. En terme d’image, la ville n’a pas eu du tout la même évolution que Saint-Malo ou Vannes par exemple, alors qu’elle dispose d’atouts solides, de zones vertes infra-urbaines (le bois Boissel, les vallées, la zone de Berrien), est notamment un point incontournable sur la RN 12, a renforcé aussi ses fonctions et actions (l’espace Brézillet notamment, l’Hermione, Ti ar Vro, La Passerelle, Art Rock), profitant de ce carrefour pour en tirer parti.

En devenant adhérente du réseau Breizh 5/5, Saint-Brieuc affiche clairement son identité, confirme la volonté affirmée par ses élus successifs (Claude Saunier, Bruno Joncour, désormais Marie-Claire Diouron) de voir résoudre ce problème de la Bretagne administrée. Alors que Saint-Malo devient parfois trop chère sinon inaccessible (l’effet TGV, le renchérissement et la gentrification du centre, une dépopulation concernant les habitants permanents), c’est actuellement une ville en pleine bascule qui a pris à bras le corps le problème de la désertion des commerces en centre-ville, n’a jamais voulu non plus trop grossir et a toujours essayé de fonctionner avec les communes limitrophes. Elle commence à bénéficier du TGV sans en trop subir les impacts.

Elle s’affiche clairement ville moyenne et bretonne, allant plus vers la qualité de vie au profit de ses habitants que vers des logiques de chiffres. Elle promeut clairement l’équilibre urbain breton au lieu d’être dans une course à l’échalote métropolitaine.

L’adhésion à Breizh 5/5 : une pleine cohérence. Un vecteur marketing majeur pour une ville qui a sans doute plus besoin que les autres de cette image complémentaire pour se développer. La Bretagne pour Saint-Brieuc et Saint-Brieuc pour la Bretagne.

Le mariage deviendra effectif le mardi 7 mai 2019.

Jean Ollivro

Voir aussi :
mailbox imprimer
logo
Bretagne Prospective mène une activité de production d'idées nouvelles (Think Tank), d'études et d'élaboration de projets innovants pour la Bretagne. Dans une société fonctionnant de façon étanche, Bretagne Prospective met en relation les acteurs du monde politique, économique, de la société civile et de la recherche universitaire des 5 départements bretons afin de tisser des liens et de créer des plus-values de ce décloisonnement. Par ses réflexions et actions, Bretagne Prospective entend contribuer à faire de la Bretagne un lieu singulier où l'on peut développer des manières d'agir, des projets et des produits adaptés à la réalité et à l'originalité des territoires.
Vos 3 commentaires
Rafig
Jeudi 2 mai 2019

Un grand merci aux animateurs de l'association Breizh 5/5 !
Remerciements aussi à St Brieuc qui a compris son intérêt dans une Bretagne B5.
C'est exactement la Bretagne que nous voulons, c'est-à-dire :
1 - Réunifier par le rassemblement de tous les territoires de la Bretagne historique de la même région administrative.
2 - Tisser un réseaux de villes bretonnes en préservant chaque spécificité locale mais avec une démarche de complémentarité entre les "grandes villes" Nantes, Rennes, Brest et les villes "moyennes".
3 - Regroupement des villes en "pays" et bassins d'activités
4 - Avoir une voix à l'international pour nos échanges et cultiver notre image bretonne.
super !

boned ruz
Jeudi 2 mai 2019

"En devenant adhérente du réseau Breizh 5/5, Saint-Brieuc affiche clairement son identité"....Gourc'hemennoù dezho ....." c’est actuellement une ville en pleine bascule qui a pris à bras le corps le problème de la désertion des commerces en centre-ville, n’a jamais voulu non plus trop grossir et a toujours essayé de fonctionner avec les communes limitrophes. Elle commence à bénéficier du TGV sans en trop subir les impact" En opposition au Breizh Civic Lab ? .... Poellek mat eus o ferzh ...

Luigi Barsagli
Jeudi 2 mai 2019

Que St Brieuc ne soit pas St Malo, je ne suis pas sur que ce soit un choix. C'est juste géographique, St Brieuc est moins maritime que St Malo, plus éloignée de Rennes et surtout de Paris.
Concernant la réunification. Quelle est la position de la Mairie concernant la fusion B4/PdlL ? Car de mémoire Joncour avait milité pour la fusion il y a 4 ans, et s'était affiché réunificateur breton précédemment...arrêtons les faux-semblant, la langue de bois, on parle là d'élus donc quand le sujet territorial est sur la table, il faut avoir toutes les données. 5/5 = B5 ou Grand-Ouest ?? Nous devons le savoir.

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.