-- Histoire de Bretagne --

Saint-André Treize Voies : une trêve bretonne en Bas-Poitou

Saint-André Treize Voies, son église, son cimetière, ses 1253 habitants… les Trévois. Une commune vendéenne comme une autre ? Pas tout à fait.

25029_1.jpg

Un nom étrange, certes. Mais l'église reconstruite en style néogothique et inachevée faute de moyens (il manque la flèche) ne pourra nous éclairer plus sur cette paroisse vendéenne depuis 1790… et avant ? Avant, elle ressortait du diocèse de Nantes.

Avant, bien avant Saint-André Treize Voies n'était qu'une simple chapelle de Vieillevigne, aujourd'hui à l'extrême sud de la Loire-Atlantique et de la Bretagne. Une simple chapelle autour de laquelle s'était formée une trêve dont les habitants voulaient devenir paroisse indépendante. Ils mirent cela au vote, et les partisans de l'érection de leur chapelle saint André en paroisse l'emportèrent de treize voix. D'où le nom de la commune, abâtardi au XVIIIe par l'administration royale (1). Une autre origine est certes donnée au nom de la commune, sise sur une ancienne voie romaine, et dont le Treize viendrait de tres, trois. Trois Voies serait son vrai nom.

Mais il importe peu aux habitants de la commune qui s'appellent toujours Trévois ou Trévoises, et sont les heureux habitants d'une trêve bretonne… en plein bas-Poitou !

Comment se fait-il donc que Saint-André Treize Voies n'est plus – provisoirement peut-être – en Bretagne ? Il se trouve en fait que la trêve devenue paroisse faisait partie des marches de Bretagne (voir le site) où les paroisses étaient classées « pure Bretagne » (2) « pures Poitou » et « pures Anjou » au sens où elles appartenaient à l'une des provinces citées, mais partageaient leurs juridictions fiscales entre deux provinces, ou alors communes, c'est-à-dire que tout y était partagé et suivait des règles mixtes entre deux provinces. A la Révolution, les paroisses pures ont été intégrées dans la province où elles étaient rattachées, tandis que les paroisses communes suivirent les diocèses auxquelles elles appartenaient.

Seulement, il y eut des exceptions. La Bernardière, commune bretonne, passa en Vendée, tout comme Saint-André Treize Voies qui fut échangé contre la commune « pure Poitou » de Remouillé. La population de Bouin vota massivement pour son rattachement à la Loire-Atlantique. Les autorités révolutionnaires choisirent d'ignorer ce choix civil, préfigurant leur sens de la démocratie et de la libre expression dont l'application trouvera son summum moins de quatre ans plus tard à travers les campagnes bretonnes et vendéennes. Le 26 février 1794, les colonnes infernales brûlent toute l'ancienne paroisse de Vieillevigne, les terroirs de la Planche et de Saint-André Treize Voies, la dévastation s'étend sur la Bretagne et le Poitou mêlés. « Nous ferons de la France un cimetière plutôt que de ne pas la régénérer à notre façon » ont-ils dit dans leur colère, croyant que l'Histoire les oublierait. Souvenons-nous.


Notes

(1) : Cette francisation des noms par l'administration royale n'est pas un cas isolé. C'est ainsi que Saint-Joseph de Portricq (portric = petit port) à Nantes est devenu Saint-Joseph de Porterie alors même que le mur de la ville se trouve à cinq kilomètres au sud. A noter qu'il existe un Petit Port juste en face de Saint-Joseph de Porterie, au confluent du Cens et de l'Erdre. Il n'y a aujourd'hui que des bois, un marais, un ponton pour le passeur et l'institution de Bethléem à cet endroit qui fut peut-être habité jadis.

(2) : Le breton n'a jamais été parlé à Saint-André Treize Voies ni sur les marches bretonnes en limite d'Anjou et du Poitou. D'ailleurs, la traduction en breton du nom de la commune, 'Sant-Andrev-Trizek-Hent est récente car elle se fait l'écho de l'orthographe erronée de la commune. L'on parlait en revanche gallo et poitevin. Seulement, ce n'est pas parce que la Haute-Bretagne n'est pas bretonnante qu'elle n'est pas bretonne.

Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 1471 lectures.
mailbox imprimer

Étudiant en droit-histoire expatrié en Orléans, passionné par l'histoire et le patrimoine de la Bretagne. S'intéresse aussi à l'économie bretonne et à l'actualité de Loire-Atlantique.

Vos commentaires :

marc Patay
Jeudi 1 mars 2012

Bourg des Comtes était un Bourg des Combes (vallées),Corps-Nuds était un Cornutum (forêt des Carnutes), l'Aber Wrac'h était sans doute un Aber-Ac'h du pays d'Ac'h et la Vilaine vient de vici-onia ou villa-onia ce qui est joli en fait, etc ... il faut avec l'accord des populations retrouver des noms sensés (croas-hent au lieu de croissant) plutôt que des noms aculturés comme Côtes d'Armor, soit les côtes du pays de la mer !.

Riwal ar Garv
Jeudi 1 mars 2012

L\'appellation Sant-Andrev Trizek Hent est en effet récente mais cela na rien à voir avec l\'étymologie fautive. Il s\'agit probablement d\'un manque de documentation de la part des traducteurs, et cela peut-être corrigé. Le clivage Basse-Bretagne brittophone et Haute-Bretagne est dépassé, la langue bretonne étant de droit l\'héritage de tous les Bretons. DE plus il y a de plus en plus de brittophones dans l\'est du pays (Rennes ou Nantes) et ils ont des droits linguistiques comme tous les Brittophones de Bretagne.... entre autres celui d\'avoir un nom breton à sa commune.

ex site bretagne.unie.free.fr
Jeudi 1 mars 2012

A signaler à l'auteur

Saintnazaire va faire un musée de la Loire de la source à l'estuaire , bien antibreton quoi

(voir le site)

excusez pour le hors sujet.

Louis BOUVERON
Samedi 3 mars 2012

@ ex-site : j\'ai vu que le sottisier avait besoin d\'une nouvelle édition... Voilà (voir ABP 25055)

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 6 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.