Rozenn Milin élue présidente du Conseil culturel de Bretagne
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 14/01/23 20:17 -- mis à jour le 15/01/23 21:27

Rozenn Milin a été élue, aujourd'hui samedi 14 janvier, présidente du Conseil culturel de Bretagne, une assemblée consultative dotée d'un pouvoir d'initiative. Elle fait des recommandations au Conseil régional de la région Bretagne. Rozenn Milin succède à Bernez Rouz.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

Rozenn Milin vient d'obtenir son doctorat en sociologie avec une thèse qui a été remarquée, intitulée Du sabot au crâne de singe : histoire, modalités et conséquences de l’imposition d’une langue dominante :

Bretagne, Sénégal et autres territoires

Née dans une famille paysanne brittophone, Rozenn Milin est une historienne de formation. Elle a été journaliste et productrice à Radio Armorique, FR3 Bretagne et Pays de Loire et finalement à TV Breizh comme directrice générale lorsque que cette chaîne tentait de devenir une chaîne régionale bretonne bilingue. Elle est titulaire du Collier de l'Hermine.

Rozenn Milin a décidé d'adresser d'emblée les problèmes de l'enseignement du breton. Rapporté par France 3 elle a déclaré "Il nous faut plus d’enseignants, plus de formation pour les enseignants et plus d’heures. C’est la clé de tout, c’est là que tout commence, si nous n’avons pas de professeurs, les petits Bretons ne pourront pas apprendre leurs langues. Ça commence donc par là !" et aussi, envoyant un message au ministère : "signe vers le ministère de la Culture. "Je constate que l’argent qui vient de Paris est distribué de manière très inégale entre l’Île-de-France et les autres régions, a-t-elle fait remarquer. Le budget est de 195 euros par personne en Ile-de-France, il n’est que de 20 euros en Bretagne et nous sommes dans le bas du classement. Il va falloir que l’on fasse entendre notre voix".

Voir aussi :

11  0  
mailbox
imprimer
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 4 commentaires
  hepmouezh
  le Samedi 14 janvier 2023 21:11
On regretera que la france ne soit qu'une parodie de démocratie. Sinon la Bretagne aurait son propre gouvernement, ses propres financements et Rozenn Milin pourrait mener de veritables action pour developper la culture de Bretagne. Pour l'instant elle ne peut que constater l'impotence de la Bretagne en la matière... Respect a elle en tout cas.
(5) 
  TY JEAN
  le Dimanche 15 janvier 2023 12:04
On ne peut que se réjouir de cette élection ,d'une personne bien au fait de la connaissance de la Bretagne,de son histoire,langues,et des pays celtes.A l'inverse on ne peut qu'avoir quelques doutes sur le nouveau président du FIL,ancien préfet,versé dans la cybersécurité.J'ai quelques doutes sur ses connaissances concernant la Bretagne et son engagement à promouvoir sa culture.
je ne retournerai certainement plus au FIL suite à cette présidence.Glenmor et Xavier Grall doivent s'en retourner dans leurs tombes.
(8) 
  jakez Lhéritier de Sant Nazer
  le Lundi 16 janvier 2023 09:13
Un bon signal que cette présidence.
Avec son expérience Rozenn devra s'atteler au gros problème du monopôle de la presse ,notamment en Loire Atlantique et avec Vigie Bretagne,Bretagne Réunie,l'ICB à contre carrer les actions d'une municipalité de St Nazer qui continue de gommer l'histoire bretonne.
A quand une réunion du conseil culturel de Bretagne à St Nazer 4ème ville de Bretagne ?
(7) 
  Gwilhmod
  le Mardi 17 janvier 2023 09:43
"les petits bretons ne pourront pas apprendre leurS langueS".
Encore une personne gallomaniaque alors que ces parlers sont maintenant morts et enterrés et qu'ils ne pouvaient en aucune manière être comparés avec notre seule langue nationale. J'en conclue qu'on est encore une fois devant une bonne collabo de l'état français profond, bien de gauche aussi.
Ailleurs elle demande "plus de professeurs pour le gallo". Mais il y a une réalité : il n'y a PAS de demande... mais il faut donner des gages aux 'gallos' pour avoir des subsides pour le breton. A jacter.
La cause du soit-disant gallo est un problème qui va pourrir la cause du breton pour combien de temps encore ??
Lire l'article très instructif d'un militant du gallo ici (voir le site) où il montre que ses grand-parents du coin de Vitré comprenaient mieux les parlers de SARTHE à 100 km que du Goelo de Haute Bretagne et même de Loudéac. Conclusion : si même un militant du 'gallo' le dit, il n'y a pas, au sens commun du terme de "langue" gallèse, mais il y AVAIT un ramassis de parlers qui ont dégénéré par leur putréfaction en un français mâtiné ici et là de quelques mots ou expressions d'origine. Dont acte.
Enfin voilà une vidéo de 1977 où Albert Poulain déclare à 6'05 (voir le site) que le 'patois' gallo est en réalité une "langue métisse", ce que dit aussi Yann Mikael spécialiste du parler Mitau, c'est à dire une langue incapable de générer des néologismes par elle-même, néologismes qu'elle adopte directement du français, omniprésent, alors qu'avant, dans la zone perdue par le breton( par exemple le pays Mitau) il y avait des emprunts au breton.
(1) 
ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.