Roms : la circulaire de la discrimination

-- Politique --

Communiqué de presse de UDB
Porte-parole: Mona Bras

Publié le 14/09/10 16:39 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Éric Besson pris en flagrant délit de mensonge. Le Canard social, tout nouveau média nantais, a mis en ligne une circulaire datant du 5 août dernier, signée du directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur et qui donne clairement comme consigne aux préfets de démanteler en priorité les camps de Roms. En citant de manière explicite une ethnie bien précise, l'État français se met dans l'illégalité, vis à vis de ses propres lois et du droit international.

.

À la lecture de cette circulaire on peut dire que la comparaison avec des méthodes qui avaient cours sous le régime de Vichy (politiques discriminatoires visant expressément certains groupes ethniques) n'est pas abusive. Il est ainsi honteux que messieurs Sarkozy, Hortefeux et Besson donnent des citoyens français l'image d'une population lancée dans la chasse aux Roms. «Le pays des droits de l'homme» se met de lui-même au ban des pays démocratiques.

.

Les responsables de cette politique qui va à l'encontre des principes de liberté, d'égalité, de fraternité doivent être mis hors d'état de nuire dans les meilleurs délais.

.

Pour l'Union démocratique bretonne, la porte-parole Mona Bras

.

Pour télécharger la circulaire :

(voir le site)

Voir aussi :

mailbox imprimer

Vos commentaires :

Pascal Dazin
Mardi 14 septembre 2010

Le chef d’état viole avec sa lourdeur habituelle la Constitution française. Ce n’est pas le premier à le faire, mais c’est le pire d’entre eux, car c’est un déjanté, et pour moi médecin social, un pervers narcissique qui a bien trop de pouvoir, hélas celui que la société lui a laissé prendre au fil de ses décennies de ruses en place de morale et de respect des idéaux républicains, qui devraient au moins tolérer ces différences qui nous enrichissent... Déjà, dans ses promesses de candidature, il promettait de construire « une grande profession de droit » (c’est la seule promesse qu’il tiendra), valorisant et séduisant les métiers de la répression au détriment des métiers de prévention. Il se gargarisait en plaidant pour la « discrimination positive », à tel point que j’ai personnellement écrit au président du conseil constitutionnel, Michel Debré, rappelant que toute discrimination est interdite par l’article premier de notre constitution. Monsieur Debré me donna raison mais répondit également qu’on ne peut sanctionner quelqu'un sur ses déclarations d’intention (quelques jours après, le chef d’état reconnut publiquement qu’il s’était mal exprimé, inventant une autre expression, exactement comme ce qu'il se passe actuellement au sujet des Roms). Il s’attacha aussi à valoriser le féminisme discriminatoire (mais là il n’est pas le seul, puisque cette discrimination est très payante), en ne parlant que de la souffrance des femmes, que du viol des femmes, que de la discrimination contre les femmes, que de la France terre d'asile des femems opprimées à l'autre bout du monde (chaque année mille hommes se suicident en sortant d’un tribunal de la famille, autant deviennent agressifs contre leurs nouvelles maîtresses par transfert maladroit d’objet passionnel, dix fois plus s’enlisent dans ce qu’on appelle maintenant « la psychose bipolaire », mais les avocats savent qu’ils étaient malades avant et pervers de toutes façons).

Le principe d’égalité a volé en éclats : on le voit par exemple avec cette histoire ahurissante de rom-émissaires, que le non moins opportuniste Besson fait mine de découvrir.

Mais l’idéal social aussi a été mis en examen: nous sommes enlisés dans une jurocratie post-aristocratique.

Il me revient une chanson de Jean Ferrat: le temps des tziganes est révolu. Les roms sont proscrits, quasi-fichés au pays du légazismùe populiste. Grand bien fasse à ceux qui ont des idées courtes. Vive donc le temps des robes noires?

Cette dérive ultra-libérale opportuniste ne rappelle t'elle pas la perverse confusion voulue par ces belles gens qui sont nos nouveaux "maîtres", assimilant grossièrement pénibilité des travaux et invalidité au travail?

Pascal Dazin, médecin du travail.

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 7 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.