Roger Abjean, Gweltaz Ar Fur, Yvonne Breilly-Le Calvez et Viviane Helias recoivent le collier de l'hermine
Éditorial de Philippe Argouarch

Publié le 27/09/08 16:35 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Skol-Uhel Ar Vro / Institut Culturel de Bretagne tenait aujourd'hui son congrès comme chaque année. Pour le 20e anniversaire de la résurrection de l'Ordre de l'Hermine l'Institut avait choisi de tenir son assemblée au parlement de Bretagne à Rennes.

Tous les ans, depuis 20 ans, quatre personnalités ayant œuvré pour la Bretagne et sa culture sont décorées du collier de l'ordre de l'hermine. Cette année Roger Abjean, Gweltaz Ar Fur, Yvonne Breilly-Le Calvez ainsi que Viviane Helias furent les heureux élus.

L'Ordre de l'Hermine, créé par le duc Jean IV en 1381 est l'un des ordres de chevalerie les plus anciens d'Europe et avait la particularité démocratique, bien en avance sur son temps, d'être ouvert aux roturiers et aux femmes. Bernard Le Nail (éditeur, ancien directeur de l'ICB et contributeur régulier de l'Agence Bretagne Presse) est intervenu pour raconter la renaissance contemporaine du collier de l'Ordre de l'Hermine dont le premier décoré fut René Pleven.

La journée avait pour thème « Des chevaliers de la Table-ronde à l'Ordre de l'Hermine » et rassembla de nombreux intervenants reconnus comme Emmanuel Salmon-Legagneur, Catalina Girbea, Korentin Falc'hun, Frédéric Morvan ou Michael Jones.


L'endroit était certes prestigieux mais la grande salle des pas perdus ne se prêtait pas aux exigences de l'audio visuel moderne. Pas de rideaux aux immenses fenêtres donc difficile de voir les projections. La sonorisation fut souvent défectueuse avec un son plutôt caverneux dans une salle où même le sol était dallé en granite, soit même insuffisant pour atteindre le fond de la salle. ABP regrette de ne pouvoir mettre en ligne les vidéos des interventions du matin car le son comporte des résonances qui les rendent quasi inaudibles.


Certaines critiques ont été émises d'abord sur la sélection des herminés avec 3 musiciens sur 4, bien que ces activités aient été couplées souvent d'autres contributions comme pour Gweltaz Ar Fur, co-fondateur des écoles Diwan et des librairies Ar Bed Keltieg. Une brodeuse de Quimper, un prêtre instigateur de chorales, une autre choraliste... certes des contributions certaines à la culture et à l'identité bretonne mais peut-être un peu trop de binouiseries au goût de certains. Où sont les chefs d'entreprises ? N'y aurait-il que Jean-Jacques Hénaff et Xavier Leclercq qui ont oeuvré pour la Bretagne ?


Les membres ne pouvant nommer que 4 nouveaux herminés par an et le nombre de personnes "oeuvrant pour la Bretagne" ne diminuant pas au fil des ans, le collège ne peut que sélectionner, en toute urgence, ceux qui sont sur le point de disparaître à tout jamais. Sans vouloir tomber dans les excès de la légion d'honneur française, beaucoup souhaiteraient qu'au moins une douzaine de colliers soient décernés tous les ans. D'après un autre membre de l'ordre, un manque de moyens ne permettrait pas cette évolution pour le moment.

Liste des "herminés" :

En 1972 à Pontivy : René Pleven ;

En 1973 à Rome : Gabriele Pescatore ;

En 1973 à Rennes : Jean Mévellec ;

En 1988 à Rennes : Vefa de Bellaing, Pierre-Roland Giot, Polig Monjarret, Henri Queffélec ;

En 1989 à Nantes : Per Denez, Louis Lichou, Bernard de Parades, Maryvonne Quéméré-Jaouen ;

En 1990 à Auray : Charles Le Gall, Émile Le Scanv (Glenmor), Joseph Martray, Albert Trévidic ;

En 1991 à Quimper : Georges Lombard, Robert Legrand, Pierre Laurent, Pierre-Jakez Hélias ;

En 1992 à Saint-Malo : Ronan Huon, Yvonne Jean-Haffen, Michel Phlipponneau, Jordi Pujol ;

En 1993 à Dinan : Anna-Vari Arzur, Herry Caouissin, Yann Poilvet, Jean Tricoire ;

En 1994 à Vannes : Ivetig an Dred-Kervella, Pierre Lemoine, Yvonig Gicquel, Alan Stivell ;

En 1995 à Guérande : Jacques Briard, Jean Fréour, Lois Kuter, Ivona Martin, Loeiz Ropars ;

En 1996 à Pont-l'Abbé : André Lavanant, Joseph Lec'hvien, Pierre Le Treut, Rita Morgan-Williams ;

En 1997 à Quintin : Jean-Jacques Hénaff, Jean L'Helgouach, Dodik Jegou, Raymond Lebossé ;

En 1998 à Vitré : Goulc'han Kervella, Henri Maho, Pierre Loquet, Naig Rozmor ;

En 1999 à Nantes : Jean-Bernard Vighetti, Riwanon Kervella, Patrick Malrieu, Denise Delouche ;

En 2000 à Pontivy : Tereza Desbordes, Lena Louarn, René Vautier, Pierre-Yves Le Rhun ;

En 2001 à Landerneau : Rozenn Milin, Pierre Toulhoat, Marc Simon, Dan Ar Braz ;

En 2002 à Lannion : Henri Lécuyer, Yves Rocher, Michael Jones, Robert Omnes ;

En 2003 à Saint-Malo : René Abjean, Angèle Jacq, Jean-Louis Latour, Gilles Servat ;

En 2004 à Châteaubriant : Albert Poulain, Yannig Baron, Marie Kermarec, Yann Goasdoué, Pierre-Yves Moign ;

En 2005 à Loctudy : Ewa Waliszewska, Jean Kerhervé, Pierre Le Padellec, Jean Ollivro ;

En 2006 à Ploemeur : Claudine Mazéas, Jean-Pierre Vincent, Xavier Leclercq et Claude Sterckx ;

En 2007 à Saint-Brieuc : Rhisiart Hincks, Job An Irien, Martial Pézénnec, François Le Quémener ;

En 2008 à Rennes : Roger Abjean, Gweltaz Ar Fur, Yvonne Breilly-Le Calvez, Viviane Helias.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2645 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 0 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.