Révolution meutrière au Kazakhstan

-- Politique --

Reportage de Thomas Radoube
Porte-parole: Thomas Radoube

Publié le 5/01/22 23:03 -- mis à jour le 05/01/22 23:03

Le Kazakhstan a connu la nuit dernière, de mardi 4 janvier à mercredi, sa plus grande et grave crise depuis l'indépendance. Tout est parti de manifestations contre les derniers décrets du gouvernements promettant des hausses dramatiques des cours des matières premières, notamment les carburants. Mais cette protestation s'est rapidement métamorphosée en une réelle révolution, dont les proportions se sont multipliées. Nées à Zhanaozen, à l'ouest du pays, les émeutes ont rapidement gagné Almaty, la capitale économique et plus grande ville du pays, avant de se généraliser à l'ensemble du territoire. En milieu d'après midi ce mercredi, une soixantaines de villes étaient embrasées.

A l'issue de heurts très violents, ayant entraîné la mort de plusieurs policiers et manifestants, le soleil s'est levé sur une ville (Almaty) à la merci des flammes : la mairie, le tribunal, le palais du président sont partis en fumée, et brûlent encore ce soir, faute de pompiers. La ville toute entière est un véritable chaos. Ca et là brûlent par miliers voitures de police, blindés de l'armée, autobus, magasins et même maisons.

Toute la journée, les communications ont été coupées par le gouvernement, pour empêcher l'organisation de groupuscules, et surtout pour éviter que les images ne fuitent. Heureusement, nombreux sont les résidents à posséder des abonnements auprès d'opérateurs internationaux, et qui ont pu émettre quand même de nombreuses vidéos et photos.

Dans la journée, entre 3 et 7 gros porteurs de l'armée russe se sont posés à Almaty. Vraisemblablement pour organiser l'évacuation de Nursultan Nazarbayev, qui a eu lieu un peu plus tard dans l'après-midi, acheminé hors du pays par un avion présidentiel de Moscou. Entre temps, deux Boeing 767 ont décollé d'Almaty sans identification et sans transpondeur, un vers la Russie, un vers la Chine, probablement chargés de documents importants, de valeurs (or, devises...) ou d'armes. Les nombreux jets des oligarques ou hommes d'affaires ont à leur tour tous quitté le pays. Juste à temps. En effet, en fin d'après midi, l'aéroport d'Almaty était pris d'assaut, saccagé, tout comme les avions restés sur place (au moins 5 avions de compagnies aériennes étrangères).

Ce soir, alors que les manifestants revendiquent clairement leur souhait de voir le système Nazarbaev s'effondrer (tous les symboles du tyran ont été soigneusement détruits), la ville n'est plus que chaos, cendres et poussières., tout comme le sont la plupart des villes du pays.

Cette deuxième nuit de combats s'annonce beaucoup plus violente que la première. Les communications ont a nouveau été coupées (internet et téléphone), mais aussi l'électricité dans de nombreux quartiers, le gaz, et l'eau. Depuis le début de la soirée, sur ordre du président Tokaev, l'armée kazakhe, épaulée par l'armée russe, tire à balles réelles sur les manifestants. Certaines sources évoquent des morts par centaines, voire miliers. Des chiffres difficile à croire jusqu'à la visualisation de vidéos montrant des hommes abattus dans la rue devant les passants, au son des rafales de mitrailleuses, ou encore les cadavres alignés par dizaines, une balle au milieu du front dans un supermarché abandonné. Les hopitaux ont été fermés, mais surtout, il n'y a plus d'ambulances ni de pompiers.

Ce soir, des amateurs postent des vidéos de groupes armés et cagoulés qui dorénavant pénètrent dans les maisons individuelles et tirent à vue.

Dans la nuit de mercredi à jeudi 6, ce sont près de 1000 blindés qui sont entrés sur le territoire par voie terrestre depuis la Russie voisine pour "apporter la paix". De nombreux avions militaires (non traçables sur les applications de géolocalisation civile) ont atterri dans divers aéroports du pays, en provencance du Belarus, d'Azerbaijan, d'Arménie... Ce matin, l'agence de presse gouvernementale mentionne "des civils éliminés par dizaines, qui seront identifiés dans la journée". Les partis politiques d'opposition évoquent "plutôt des centaines, voire 1000 personnes abattues dans la nuit".

Au matin du vendredi 7 janvier, ordre a été donné par le président Tokaev de "tirer pour tuer" afin "d'éliminer" la menace représentée par les "20 000 terroristes armés et corrompus par les médias libres et les réseaux sociaux" et a assuré que "ce serait chose faite dans la journée" et que le calme règnerait à nouveau. Information relayée par les canaux médiatiques officiels internationaux.

L'inquiétude, l'incertitude et la panique règnent non seulement dans le pays, mais dans toute la diaspora, qui est incapable d'entrer en contact avec la famille, les amis, les proches restés sur place.

Voir aussi :

0  0  
mailbox
imprimer
Scénariste, auteur, compositeur, je suis l'auteur de deux essais publiés, ainsi que le premier volume d'une série consacrée à l'histoire et au patrimoine de Bretagne. Actuellement en train de travailler à l'édition du premier des quatre tomes de ma série autobiographique "Chroniques D'Un Breton Voyageur". Egalement engagé comme producteur de la mini-série "Tavarn An Istor".
Vos 4 commentaires
Jean Louis Le Corre
2022-01-06 15:27:43
Merci pour ces infos "brutes de decoffrage"et détaillées .La presse française n'en parle pratiquement pas ! plus occupée a nous bassiner avec ses macronneries et ses "infos covid..."
Il est a craindre en effet que poutine et ses serviteurs (mercenaires...)n'envaissent ce pays vassal pour "mater" le peuple qui n'en peut plus de ces dictatures corrompues jusqu'a l'os ...Penssées
solidaires avec le peuple kazakh !...
(0) 
Killian Le Tréguer
2022-01-06 22:29:45
Nous vivons des années vraiment tristes...
@ Jean-Louis Le Corre "La presse française n'en parle pratiquement pas ! plus occupée a nous bassiner avec ses macronneries et ses "infos covid..."
Ne pas voter dans 3 mois à cet ersatz d'élection ne serait-il pas un geste démocratique et citoyen comme l'ont fait les kanaks il y a un mois ?
(0) 
Killian Le Tréguer
2022-01-06 22:29:49
Nous vivons des années vraiment tristes...
@ Jean-Louis Le Corre "La presse française n'en parle pratiquement pas ! plus occupée a nous bassiner avec ses macronneries et ses "infos covid..."
Ne pas voter dans 3 mois à cet ersatz d'élection ne serait-il pas un geste démocratique et citoyen comme l'ont fait les kanaks il y a un mois ?
(0) 
Erwan Plijadur
2022-01-06 22:37:10
Le Noursultan, une terre très prisée habituellement par Jean-Yves qui doit être inquiet en ce moment.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.