Réunification de la Bretagne : une opportunité pour l'ouest de la France…

-- Economie --

Rapport de Cercle Pierre Landais
Porte-parole: Yves Mervin

Publié le 28/01/10 14:45 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Bien que légitime en soi, du fait des voeux des assemblées bretonnes, le conseil régional de Bretagne et le Conseil général de Loire-Atlantique, la réunification de la Bretagne s'inscrit dans le contexte de la reconfiguration générale de l'ouest de la France (appelé dans ce document « France-ouest »).

Le territoire du Val-de-Loire répertorié au patrimoine de l'UNESCO s'inscrit exactement dans la future région Val-de-Loire.

Cette publication du cercle Pierre Landais met en évidence l'intérêt économique de la réorganisation des 6 régions de l'Ouest, proposée par le géographe Pierre-Yves Le Rhun, promue par l'association Bretagne Réunie (voir le site) en quatre régions plus facilement identifiables, et respectueuses des identités régionales.

L'étude reprend la méthode développée par le cabinet Ineum Consulting pour l'étude de la réunification de la Normandie, en l'étendant à France-ouest [EDATER, INEUM CONSULTING, Évaluation des effets d'une fusion de la région Haute-Normandie et de la région Basse-Normandie, Rapport remis au Conseil Régional de Haute-Normandie, janvier 2008, (voir le site)

L'impact économique de la réorganisation consiste à comparer son incidence si elle avait eu lieu en 1997 et sa conséquence pendant la décennie qui suit jusqu'en 2007, comparativement à la situation réelle connue aujourd'hui. Cette comparaison porte sur trois paramètres : le taux de croissance, le taux de création d'entreprise et la capacité à attirer les capitaux étrangers.

Le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB), soit la mesure de la richesse économique produite en une année, serait passé de 4,1 % à un minimum de 4,4 %, soit 0,3 % de mieux. Ce qui peut paraître modeste mais qui est à comparer avec les déficits publics (estimés dans une précédente publication du Cercle Pierre Landais pour la Bretagne à 2,2 % en 2005).

Le taux de création d'entreprise serait passé de 12 500 à 17 000 en 2006, soit un accroissement de 36 %.

La capacité à attirer les capitaux étrangers exprimée par l'indice d'« investissement direct étranger » (IDE) serait passé de 0,8 à 1 % en 2006, soit une augmentation de 25 %.

La simple réorganisation territoriale de France-ouest qui permet d'approcher des seuils par région de 4 000 000 d'habitants et de 30 000 km² de surface, se traduit globalement par une réorganisation des territoires quasiment optimale du point de vue économique de France-ouest. (voir le graphique ci-joint).

Document PDF 17203_2.pdf . Source :
Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2666 lectures.
mailbox imprimer
logo
Le Cercle Pierre Landais créé en août 2008 étudie les institutions et les politiques publiques nécessaires en Bretagne pour permettre la pleine réalisation de son potentiel économique, culturel et social selon les plus hauts standards démocratiques ( (voir le site) )

Vos commentaires :

Luc Guihard
Mardi 31 août 2010

Je vis à Orléans, où j'ai eu l'occasion d'aborder le sujet d'une éventuelle région "Val de Loire" avec mon entourage. Cette question ne semble pas passionner les foules, et de très vieilles querelles de clocher entre Tourangeaux et Orléanais semblent compromettre l'idée d'une éventuelle région commune. A Tours, certains verraient plutôt Orléans rejoindre la Région Parisienne, ce que personne ne conçoit à Orléans ! L'intégration évidente d'Angers dans cette région, impliquerait forcément la prédominance de cette ville sur les deux autres ... Et les liens tissés entre l'Anjou et le Maine par l'histoire ne risquent-t-ils de créer un clivage entre l'est et l'ouest d'une région Val de Loire ? L'idée de cette région semble principalement soutenue par les militants d'une Bretagne réunifiée, dont je fais partie. Reste à convaincre les habitants d'un futur Val de Loire du bien fondé de cette région. L'Unesco, en classant une partie de la vallée du fleuve au patrimoine mondial a suscité un intérêt nouveau de la part des habitants pour leur région, mais comment faire pour mettre en évidence la chance qu'aurait le Val de Loire à s'unir administrativement, économiquement ? C'est l'histoire et une culture communes qui lient depuis toujours Bretagne et Loire-Atlantique, qu'en est-il du Val de Loire ? Le festival de Loire d'Orléans a permis aux habitants de renouer avec la tradition de la batellerie, et la ville s'est offerte un joli vapeur amarré sur les quais. Voilà un joli point commun d'Angers à Sully-sur-Loire, mais il y en a sûrement d'autres, la langue, les traditions. Ce fleuve, ce n'est pas rien tout de même, c'est un trait d'union qui pourrait se concrétiser dans les institutions. Rien ne se fera sans les habitants de tous les départements concernés. Graphiste à mes heures, j'ai créé un logo pour la future région VDL, ainsi que des visuels de chaque département que les automobiliste "Ligervallois" pourraient coller sur leurs plaques, en signe de soutien à cette région ... Je les tiens à la disposition d'éventuels éditeurs. Mais encore une fois, c'est aux habitants de décider, la seule volonté de réunifier la Bretagne ne pourra induire celle de créer une région Val de Loire, ou un Poitou-Charentes réunifié avec la Vendée. Malheureusement, le découpage administratif actuel est bien ancré dans les esprits, notamment des plus jeunes, ce qui ne facilite pas la tâche, de Nantes à Orléans !

ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 6 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.

--Publicité--
yoran embanner