Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Petition -
Réunification de la Bretagne : pétition pour l'abrogation du décret de Vichy
Il y a plus de 60 ans, le 30 juin 1941, le maréchal Pétain signait pour le Gouvernement de Vichy un décret séparant la Loire-Inférieure (devenue depuis Loire-Atlantique) de la Bretagne historique créant ainsi « un mur virtuel » qui sépare les Bretons et provoque de graves discriminations culturelles et des atteintes aux droits de l'Homme
Gérard Gautier pour Blanc C Exprimé le 2/10/09 0:37

Il y a plus de 60 ans, le 30 juin 1941, le maréchal Pétain signait pour le Gouvernement de Vichy un décret séparant la Loire-Inférieure (devenue depuis Loire-Atlantique) de la Bretagne historique créant ainsi « un mur virtuel » qui sépare les Bretons et provoque de graves discriminations culturelles et des atteintes aux droits de l'Homme.

Ce véritable déni de justice est en contradiction avec la signature par Pierre Mendès-France pour la France, en 1955 de la Convention culturelle européenne qui fixe, entre autres, dans ses objectifs et principes « le respect de l'aire géographique de chaque langue régionale ou minoritaire en faisant en sorte que les divisions administratives existantes ou nouvelles ne constituent pas un obstacle à la promotion de cette langue régionale ou minoritaire... »

Cet état de fait est également en contradiction avec la résolution du Parlement européen du 16 octobre 1981 qui recommande aux États-Membres de " favoriser la plus large corrélation possible entre régions culturelles et structures géographiques des pouvoirs locaux ". La réunification de la Bretagne, malgré les prises de position favorables du Conseil général de Loire-Atlantique et du Conseil régional de Bretagne, les nombreux sondages en sa faveur et le soutien des Bretons est sans cesse, quelle que soit la couleur politique du gouvernement en place, reportée aux calendes.

Au moment où va être mise en débat la réforme des Collectivités territoriales les Bretons et la Bretagne courent un grave danger. En effet, le redécoupage prévu des Régions peut porter un coup fatal à leurs espérances légitimes si d'aventure le projet que certains défendent était retenu. A savoir la création d'une Région artificielle « Grand-Ouest », intégrant les Pays de Loire et la Bretagne administrative actuelle, qui repose sur la volonté technocratique de hauts fonctionnaires qui ont établi en 2003 « la carte des hyper régions des missions interministérielles d'aménagement du territoire ». Cela nierait la prise en compte des paramètres historiques, linguistiques, culturels, sociologiques et, bien sûr, économiques. Ceci serait peut être une nouvelle étape vers l'éradication pure et simple du nom de BRETAGNE.

L'association Blanc c'est exprimé, dans un courrier adressé au président de la République, en date du 4 décembre 2008, prenait acte de sa déclaration faite lors du Congrès des maires de France, dans laquelle il exprimait le souhait d'une réflexion sur une nouvelle organisation du territoire et évoquait, pour exemple, la situation de la Ville de Nantes et le fait qu'elle ait été la capitale de la Bretagne, alors qu'elle appartient, aujourd'hui, administrativement à la région des Pays de la Loire ?

L'association Blanc c'est exprimé rappelait dans son courrier ce que les Bretons souhaitent, à savoir une Bretagne ouverte, ayant recouvré sa dimension historique qui soit en mesure d'œuvrer pour son futur en privilégiant une coopération inter-régionale.

pour toutes ces raisons sachant que leur avis n'a pas été demandé aux Bretons le 30 juin 1941

considérant que « ce qu'un décret a fait, un décret doit le défaire »

nous demandons au nom de l' Histoire, de la légitimité de la cause et de la simple équité à L'ÉTAT FRANÇAIS

l'abrogation du décret signé le 30 juin 1941 par Pétain pour le gouvernement de VICHY

Des dates importantes

1956 - Arrêté réalisé au bénéfice des « Barons » déterminant les limites actuelles des Régions

1972 - Pierre SUDREAU déclare à l'Assemblée nationale lors du débat sur les Etablissements Publics Régionaux «les limites actuelles sont bien artificielles. Elles datent comme vous le savez de l'arrêté de 1956 à la mise au point duquel j'ai d'ailleurs personnellement participé. Aussi puis - je attester que le découpage de la France en Régions a été fait en fonction de considérations administratives et n'a presque jamais tenu compte des réalités socio - économiques…». Il aurait pu ajouter «ni des réalités historiques, linguistiques, culturelles, géographiques… »

SIGNEZ LA PÉTITION EN CLIQUANT SUR LE LIEN CI-DESSOUS

(voir le site)

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2284 lectures.
L’association Blanc C’Est Exprimé a fait, depuis 1989, de très nombreuses propositions pour permettre une meilleure expression de la démocratie, rénover la vie politique et redonner une crédibilité et une légitimité aux élus dans notre Pays.
Voir tous les articles de Blanc C Exprimé
Vos 3 commentaires
Stéphane Péan Le Mardi 31 août 2010 23:27
Cette initiative décrédibilise totalement la cause.
Il serait grand temps de se mettre à réfléchir avec des grilles d'analyse modernes. Il y a pourtant un vrai débat civique de fond qui est celui de réorganiser et de réguler le développement des régions tout en prenant acte du fait urbain et de la montée en puissance des agglomérations à la fois dans les flux de la mondialisation et dans le contexte de la construction européenne.
On évoque souvent le soutien des acteurs économiques pour la réunification de la Bretagne. En réalité, l'économie pourrait très bien passer outre ces frontières administratives, ce qu'elle fait déjà et parfois avec des conséquences sociales non négligeables.
D'ailleurs, l'enjeu de la réunification de la Bretagne n'est il pas tout d'abord un enjeu civique, lorsque l'on croit encore à la politique pour organiser les territoires et améliorer la vie de ses habitants quelque soit leur origine ... plutôt que culturel ou encore historique ?
Si la Bretagne commence à être si mal défendue par ceux qui se revendiquent comme étant ses meilleurs défenseurs, alors ou va t on !
(0) 

Claude Guillemain Le Mardi 31 août 2010 23:27
Qui a intérêt à véhiculer le mensonge concernant la séparation de la Loire Atlantique de la Bretagne ?
Cette assertion, coutumière des fidèles du Parti Socialiste, de l'UDB et de leurs comparses est historiquement fausse.
La proposition du chef de l'Etat Nicolas Sarkozy devant l'assemblée générale des maires de France, fin novembre 2008, a réveillé la fibre républicaine qui vibre dans chacun de nos élus, surtout quand il s'agit de leur siège, mais non, disons-le pour la nième fois, le Maréchal Pétain n'est pas responsable de l'exil de Nantes hors de la Bretagne !
Il est temps de rétablir la vérité historique en ce qui concerne Pétain et la Bretagne.
Le Maréchal Pétain et l'Amiral Darlan se sont contentés de signer la nomination de préfets (30 juin 1941) dans ces régions « groupements économiques régionaux » dites « CLEMENTEL » existant depuis 1919. La responsabilité de ce découpage contre nature revient au ministre du Commerce du gouvernement Raymond Poincaré ( 25 avril 1919) qui amputa délibérément le Duché de Bretagne de son département de Loire Inférieure devenue depuis Loire Atlantique.
Et c'est à la demande des Chambres de Commerce pour des raisons économiques, et avec l'appui du maire et du conseil municipal de Nantes, qu'un décret-loi du 14 juin 1938 confirma cette amputation sous la Présidence du radical-socialiste, signataire des Accords de Munich, Edouard Daladier.
Le gouvernement de Vichy entérina le découpage Clémentel, le gouvernement de De Gaulle à la Libération de 1945 confirmant une «déchirure» que les programmes d'action régionaux de 1955, les CODER (comités de développement économique) de 1964, puis les EPR (établissements publics régionaux) de 1972 et enfin les lois de décentralisation de Gaston Defferre sous Mitterrand en 1982 ne tentèrent jamais de réparer.
C'est donc aux héritiers de tous ces gouvernements socialistes ou apparentés que les tenants de l'intégralité de la Bretagne et les fédéralistes doivent aujourd'hui demander des comptes. Il faut désormais les contraindre à un REFERENDUM pour effacer ces scandaleuses absurdités qui, tant en Bretagne qu'en Normandie, doivent faire se retourner dans leurs tombes les Nominoë, François II, Anne de Bretagne, qui au nom de la réalité charnelle de la Bretagne s'élevèrent toute leur vie contre l'oppression française et ses dépeçages administratifs.
(0) 

P. Argouarch Le Mardi 31 août 2010 23:27
Presque tous les décrets et lois promulgués par Vichy ont été abrogés en 1944-1945. Il y a eu quelques exceptions comme la fête du travail le premier mai qui avait été décrétée jour férié en 1942 ou la création du CNRS qui a été maintenu comme on le sait. En tous cas, les super-préfets sont supprimés en 1944, oui le décret Pétain-Darlan du 30 juin 1941 à été abrogé à la libération. Le super-préfet d'Anger régnait d'ailleurs sur un territoire qui n'avait rien à voir avec les Pays-de-la-loire actuels puisque la capitale était Angers, la Vendée n'en faisait pas partie, et que la Creuse, partie zone occupée, en faisait partie comme, il faut le dire, la Loire Atlantique.
La création embryonnaire des régions dans les limites qu'on connait aujourd'hui y compris des Pays de la Loire fut faite par décret le 30 juin 1955. Le conseil régional fut ajouté en 1982.
Demander l'abrogation du décret Pétain-Darlan ne sert à rien puisqu'il n'est plus en vigueur depuis 68 ans.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 6 multiplié par 7) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons