Réunification de la Bretagne : par referendum ou par décret ?

-- Politique --

Communiqué de presse de Alliance Fédéraliste Bretonne - Emglev Kevredel Breizh
Porte-parole: Gwenael Kaodan

Publié le 16/10/20 21:06 -- mis à jour le 17/10/20 14:53
51096_1.jpg
logo

La réunion organisée à Nantes le 11 octobre par le «Breizh Civic Lab» et «A La Bretonne» avait une triple ambition.

– Faire avancer le processus du retour* de la Loire Atlantique dans l'ensemble breton.

– Souligner le rôle moteur des métropoles pour l'économie bretonne en privilégiant la vision d'une «Bretagne civique» aux dires des organisateurs de cette journée.

– Sensibiliser autour des ces deux enjeux un nombre conséquent d'élus.

Avec une centaine de présents, il est incontestable que cette journée relance le débat politique sur la réunification de la Bretagne. La récente élection au Conseil municipal de Nantes de personnes clairement engagées sur cet objectif vient conforter nos attentes. Mais notre satisfaction s'arrêtera là pour les raisons qui suivent.

Première objection, la voie du référendum. Comme l'a clairement démontré notre ami Jean OLLIVRO, cette voie relève de l'imposture parce que cadenassée par autant d'obstacles, qui, au mieux aboutissent à reculer la décision dans un avenir improbable, ou au pire, enterrera définitivement la question. Il existe pourtant un mode législatif tout simple pour régler élégamment le problème : le décret. N'est ce pas par un simple décret que les Pyrénées Orientales ont été incluses dans la région Languedoc et que les Pyrénées Atlantiques l'ont été dans l'Aquitaine (décret du 12.03.1960) ? Autre exemple tout récent, Haute et Basse Normandie ont été réunifiées toujours par décret en 2016. Plus actuel encore, l'Alsace s'apprête à retrouver son entière singularité en début 2021 sous l'étiquette de Communauté Européenne d'Alsace. Il est vrai que, dans la majorité des cas précédents, les élus de ces territoires ont énergiquement manifesté leurs souhaits auprès de l’État central.

Alors faut-il que la réunification bretonne pose problème à ce point pour devoir choisir la voie la plus tortueuse pour résoudre la question ? (déjà posée à de multiples reprises par pétitions et sondages organisés par Bretagne Réunie et dont la réponse à chaque fois a été positive à plus de 70%).

Les élus bretons (tous n'étaient pas à Nantes) sauront-ils enfin faire preuve de courage et de pugnacité pour relayer suffisamment fort auprès de la Présidence une demande que leurs électeurs font depuis cinquante ans ? Y-a-t-il encore besoin de financer par les contribuables de Loire-Atlantique une étude «pour les éclairer sur la question» ? Pour nous une seule modalité s'impose : le décret.

Nous ne pouvons, par ailleurs, que regretter l'occultation du débat, pourtant annoncé pour cette journée, sur la métropolisation.

Métropolisation à laquelle nous nous opposons frontalement. Ce modèle d'aménagement officialisé en 2014 en réponse à la crise de 2008, entendait intégrer les territoires dans l'économie mondialisée. Était-il pertinent pour l'espace breton ? Comme l'a clairement démontré l'éminent géographe Yves LEBAHY** cette vision de l'organisation territoriale altère gravement la spécificité bretonne caractérisée par un réseau harmonieux et équilibré de villes-pays et de villes-ports.

A contrario la métropolisation entraîne une sur-consommation de l'espace naturel avec ses communes dortoir, la multiplication des ronds points, ses aires bétonnées consacrées aux grandes surfaces et aux services. Elle éloigne par ailleurs la décision de proximité et le mouvement de grogne des élus locaux en est un signe. Sous peu, l'Est de notre péninsule regroupera sur un axe Saint-Malo, Nantes près d'un million d'habitants tandis qu'à l'extrême ouest la sous-métropole de Brest se vaudra le pôle de référence pour 800 000 personnes. Le reste constituera un espace vidé de sa substance où deux à trois pôles urbains tenteront de freiner leur déclin.

Mais depuis quelques mois cette belle marche vers la métropolisation vient de buter sur un obstacle inattendu : la pandémie mondiale Covid 19. Ce sont les grandes agglomérations où s'entassent les populations, favorisant promiscuité et désordres sociaux, qui se trouvent en première ligne pour les taux d'infection et de mortalité avec de graves répercussions sur l'activité économique et sociale.

A l'opposé l'habitat dispersé a relativement épargné la population bretonne, des départements comme le Finistère ou les Côtes d'Armor rejoignant les bas niveaux épidémiques de la Norvège.

Encore une bonne raison pour préconiser le retour vers le polycentrisme maillé en perfectionnant le réseau relationnel entre ces villes-pays et ces villes-ports.

On voit donc que, aux côtés de toutes celles et de tout ceux qui s'opposent à la politique des métropoles en Bretagne, l'Alliance Fédéraliste Bretonne- Emglev Kevredel Breizh ne se situe dans le camp ni des ringards, ni des nostalgiques.

Les Bretons entendent être considérés, non plus comme de simples sujets manipulables à merci, mais comme les acteurs de leur destin pour une Bretagne intégrale en harmonie avec un cadre naturel équilibré.

Nul besoin de référendum, stop à la métropolisation.

Application du principe de libre association. Réorganisation de l'Espace Breton.

Voilà le message que nous adressons à tous nos élus.

«Tiern e bep Amzer»

Pour l'AFB-EKB,

Le président :

Docteur Jean Louis Le Mée

*Et non pas le rattachement comme écrit si souvent

**Défis pour la Bretagne – édition Skol Vreizh

Voir aussi :
mailbox imprimer
logo
Construire une Bretagne harmonieuse, réunifiée. Favoriser la prise de conscience identitaire et politique de la population.

Vos commentaires :

Killian Le Tréguer
Vendredi 16 octobre 2020

Pour les Pyrénées-Orientales et les Pyrénées-Atlantiques (ainsi que la fusion Rhône et Alpes), il s'agit du décret n° 60-516 du 2 juin 1960 qui établit des circonscriptions d'action régionale (à la place des établissement de programmes d'action régionale du 30 juin 1955) et une HARMONISATION des périmètres (ce qui n'était pas le cas jusqu'ici)

Yann B
Samedi 17 octobre 2020

Les limites des régions étant fixées par la loi de 2015, on ne peut pas les modifier par décret. Il faut une nouvelle loi dans tous les cas.

jakez Lheritier de St Nazer
Dimanche 18 octobre 2020

à Yann B..........?

En contradiction avec votre commentaire, la Normandie a été réunifiée par décret en 2016 soit un an après la loi dont vous faites référence.Donc.....

Rien n'empêche de réunir des états généraux,une assemblée populaire ,de la Bretagne historique, pour :

Travailler sur des objectifs concrets et mettre en place des coopérations ,sans attendre :

avec les associations bretonnes;les habitants voulant s'investir,les élus, sans être à la remorque des bons vouloirs de ces "grands" politiques et préfectures....

Thèmes :

-conséquences du Brexit en Bretagne et que doit on conclure avec les autres peuples celtiques et d'Europe,au niveau pêche,transports maritimes,etc.Créer un comité des pêches Bretagne à 5,une chambre de commerce Bretagne à 5 départements.

-Réunifier les unions syndicales à 5 départements.

-les conséquences sur le logement, des familles bretonnes, devant l'envahissement des migrants du C...à V ......parisien,des métropoles françaises, qui surenchérissent sur le prix des maisons et appartements

avec le télé travail.Cela bloque les jeunes couples qui veulent s'installer et font augmenter les conditions tarifaires des locations...?

etc...

Léon-Paul Creton
Dimanche 18 octobre 2020

Yann B

On (ILS) peut tout faire et ILS ne s'en privent pas, sans gêne aucune, quand il s'agit de leurs intérêts! Ou de leurs obsessions et idées fixes idéologiques. Faisons attention de ne pas en avoir nous-même "à l'insu de notre plein gré"!

Cela en avançant l'argument éculé de l'intérêt publique et collectif de plus en plus vide de sens réel qui est régurgité régulièrement par des "représentants du peuple", souvent indignes de l'être !

Alors lorsque vous dites, écrivez que l'On ne peut pas modifier quoi que ce soit dans ce pays, même le plus merdique, ça aurait pu me faire sourire! Il suffit de le leur imposer! Simple non?

penn kaled
Dimanche 18 octobre 2020

Jakez vous avez le mérite d'évoquer un des évènements qui va avoir de grandes conséquences économique pour l'avenir de la Bretagne ,à savoir le brexit .Mais ne serait t-il pas grand temps , d'inclure l'Angleterre ancien soutien de l'indépendance bretonne ,comme partenaire du monde celtique ?

Yann B
Lundi 19 octobre 2020

À Jakez Lheritier de St Nazer. La Normandie n’a pas été réunifiée par décret. Je ne sais pas d’où l’auteur tient cette affirmation mais c’est faux. La Normandie a été réunifiée suite à la refonte de la carte des régions par la loi de 2015, en même temps que les autres régions. Il n’y a pas eu un texte spécial pour la Normandie. Il suffit de lire la loi pour s’en rendre compte La capitale des régions est elle, fixée par décret. Peut-être que l’auteur a confondu les deux.

Dans tous les cas réunifier la Bretagne par décret est techniquement infaisable!qu’on le veuille ou non, c’est la loi qui détermine les limites des régions.

Il serait bon d’arrêter de perdre du temps à demander des choses juridiquement impossibles pour se concentrer sur des voies qui ont une chance d’aboutir.

AFB-EKB
Lundi 19 octobre 2020

En réponse aux réflexions de Jakez et Penn Kaled sur le Brexit.

L'AFB-EKB s'était déja exprimée sur la question le 22/02/ 2020. La faiblesse de la défense de la cause bretonne n'est-elle pas en partie due au fait que beaucoup en restent au stade du commentaire au lieu de se joindre à l'action ?

penn kaled
Lundi 19 octobre 2020

Il y a du vrai dans ce que vous dites ,mais chacun peut agir à sa manière au quotidien ,mais pas toujours facile de faire face à l'indifférence voir à l'adversité d'une grande partie de la population .

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 9 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.