Retraites : le Parti Breton dénonce une réforme injuste et politicienne
Communiqué de presse de Parti Breton

Publié le 19/01/23 9:09 -- mis à jour le 19/01/23 09:09

La réforme des retraites d’Elizabeth Borne, voulue par Emmanuel Macron, prévoit de faire passer l’âge légal de départ de 62 à 64 ans. La raison invoquée serait le nécessaire financement du système par répartition, en danger de disparition pour des raisons démographiques.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous !

C’est un mensonge, le financement du système de retraite par répartition n’est aujourd’hui pas en danger. Le gouvernement va même pouvoir bénéficier d’une manne supplémentaire de 150 milliards d’euros provenant des fonds de réserve et de la CADES. Du reste, les 10 milliards d’économies annoncées sont bien dérisoires, quand on sait qu’Emmanuel Macron a creusé la dette publique de 581 milliards d’€ depuis 2 ans et demi ! Non la vraie raison est tout autre : l’Etat français, technocratique et dépensier, cherche à abonder d’autres lignes budgétaires comme la Dépendance, car comme d’habitude, il n’a rien anticipé. Une autre raison s’y ajoute, politicienne : les macronistes veulent s’attirer les bonnes grâces des plus de 65 ans qui constituent la majorité de leur électorat, ainsi que de partenaires politiques pour les élections. Il est loin le temps où, en 2017, Emmanuel Macron appelait à taxer davantage les retraités pour participer à l’effort de financement du système par répartition.

Car aujourd’hui, les victimes de cette réforme des retraites vont bien être les cinquantenaires et soixantenaires actuels. Cette génération, et surtout les classes moyennes et les précaires, vont subir de plein fouet ce recul de l’âge de la retraite.

Pour le Parti Breton, le système de retraite doit être géré sans dogmatisme et en toute transparence, donc en Bretagne, c’est-à-dire au niveau des acteurs du terrain.

Le Parti Breton fait les propositions suivantes :

  • une vraie politique d’emploi des seniors en lien étroit avec les entreprises et les services publics.

  • une politique de création d’emplois et d’augmentation des salaires qui contribuera à financer les retraites.

  • pour les plus fragiles ou de santé précaire, le bénéfice d’une complète solidarité.

  • La pénibilité décorrélée d’accords d’entreprise ou de branche qui traitent le comptable comme l’agent qui travaille dehors en hiver ou de nuit. Sur ce sujet, nous ne voulons pas tomber dans la démagogie du système français qui avance un principe sans le définir, qui accorde au cas par cas en fonction des pressions, et qui ne le fait pas évoluer en fonction des évolutions technologiques.

  • La possibilité de travailler plus longtemps pour les personnes qui le souhaitent, sans limite d’âge.

  • La prise en compte du nombre d’annuités de cotisation comme critère plus important que l’âge de départ à la retraite, par souci d’équité.

  • Une refonte des systèmes de retraite complémentaires afin d’en assurer la pérennité, avec notamment la généralisation d’une part de capitalisation permettant de responsabiliser chaque génération sur sa propre retraite.

Après 30 ans de gestion erratique par Paris, le constat est aujourd’hui incontestable : seul un pouvoir politique breton fera du futur système breton de retraites une réussite sociale et économique pérenne pour les retraités comme pour les actifs.

Ronan Gicquel, porte-parole du Parti Breton

Cet article Retraites : le Parti Breton dénonce une réforme injuste et politicienne a été posté sur Parti Breton.Ce communiqué est paru sur Parti Breton

Voir aussi :

2  1  
mailbox
imprimer
Le Parti Breton a pour but de rassembler, d'unir et d'organiser tous les bretons et amis de la Bretagne décidés à réveiller la conscience nationale du Peuple Breton afin que celui-ci se dote enfin des structures politiques, économiques, sociales et culturelles lui permettant d'assurer en tant qu'entité internationalement reconnue, son avenir et son épanouissement dans le cadre d'une Europe des Peuples et de la Solidarité
Vos 7 commentaires
  jakez Lhéritier de Sant Nazer
  le Jeudi 19 janvier 2023 09:31
En gros ,bon texte
Il faut mettre en // les 80 milliards de dividendes versés aux actionnaires du Cac 40 en 2022 s'ajoutant au 40 milliards de 2021.
Il faut poser le dossier des 600 à 700 000 pensionnés militaires et fonctionnaires cumulant des emplois pouvant être revendiqués par les jeunes techniciens et autres ainsi que par les salariés de plus de 45 ans (cela fait des décennies que ce phénomène existe) qui sont demandeurs d'emplois et souvent plus qualifiés que ces "pauvres retraités militaire".ceux ci auraient du être réquisitionnés 6 à 12 mois,dans les hôpitaux pour aider pendant la crise du COVID.
A quand une table ronde bretonne sur ces sujets qui concernent la santé
Exemple personnel:Apprenti à 14 ans,Retraité à 60 ans,aujourd'hui à 80 ans ,en relative bonne santé ,j'ai aidé mon épouse
3 fois pour des maladies sérieuses,hospitalisée à domicile,puis fatales pendant 12 ans...
C'est cela aussi la retraite
(1) 
  Alain E. VALLÉE
  le Jeudi 19 janvier 2023 12:00
Le dividende est la réparation des bénéfices distribuables après amortissements et impôts payés par l'entreprise, pour les propriétaires de l'entreprise, soit donc les actionnaires qui ont affecté une partie de leur épargne déjà imposée sur le revenu, à un investissement risqué. Ce n'est donc ni un cadeau ni une rémunération sans contrepartie.
Le dividende qui est imposé et sert aussi au financement des comptes sociaux, est variable et peut même être nul.
Pour qu'il puisse y avoir des employés, salariés des entreprises en concurrence sur le libre marché, encore faut-il qu'il existe des épargnants, des investisseurs, des actionnaires et des employeurs.
Il est bien préférable de ne pas sortir du sens général de cette formule d'un Chancelier de l'Allemagne. Ne disait-il pas : "Les profits d'aujourd'hui sont les investissements de demain et les emplois d'après-demain."
Pour tous ceux qui sont ou pourraient être hostiles à ce système de liberté et de responsabilité, qui finance les choses publiques, il leur reste possible de revenir au bonheur radieux du totalitarisme communiste qui s'écroula il y a trente ans.
Par ailleurs, s'il existe des "paradis fiscaux" c'est sans doute qu'il existe aussi des enfers fiscaux.
AV
(1) 
  jakez Lhéritier de Sant Nazer
  le Vendredi 20 janvier 2023 09:06
Les retraités ou futurs retraités des collectivités locales et travailleurs précaires à 800 ,1000 euros par mois actuellement,ne comprennent rien à l' analyse. d'A Vallée.
Les milliers d'habitations secondaires dont beaucoup sont fermées depuis des années pourraient servir à loger sous contrat des jeunes des familles.
Je connais à La Baule des privilégiés descendant de familles fortunées qui n'ont jamais travaillé de leur vie et qui n'arrivent pas à dépenser ,chaque jour, le montant de leur placement.
S'l faut reconnaitre que la France est championne du monde des Taxes,des lois non appliquées,des lois produites,du nombre d'élus par tête d'habitant,fabricante d'armes par tête d'habitant,celoa n'empêche pas de faire redescendre les fortunes exagérément gagnées sur le dos des Bretons,des africains,des asiatiques etc....
(0) 
  Al Coin
  le Vendredi 20 janvier 2023 11:14
De ces deux commentaires précédents convenables, je retire que les prêts à penser, les divergences de perceptions, les oppositions d'intérêts, et de visions d'avenir, toutes issues des conditionnements "politico-sociétalaux-économiques et culturels" des siècles de colonisation, justifient pleinement la volonté de reconstruire un modèle breton particulier pour la BRETAGNE! Modéle reconstruit et appliqué par des Bretons qui pourraient ne garder de ces fatras idéologiques que le meilleur pour le Peuple Breton, en toute liberté et très large autonomie.
En espérant que les antagonismes civilisationnels créés, imposés et instillés pendant de si longues périodes dans les esprits bretons, puissent être enterrés par un désir profond, par une résurgence patriotique de réaliser ce modèle adapté et innovant au pays; et pour les meilleurs intérêts des Bretons.
Il faut jetés aux orties, toutes les séparations idéologiques , les chancres mentaux qui asservissent les pensées et discours bretons pour pouvoir ré-élaborer ensemble!
(1) 
  KLG
  le Vendredi 20 janvier 2023 14:00
On ne lit pas beaucoup de communiqués du Parti Breton ces derniers temps, étrange d'intervenir sur ce sujet hautement hexagonal tant sur le fond, la forme que l'importance accordé à cette thématique.
Sinon je constate quand même que la seule proposition claire de Macron lors de la campagne 2022 (il y a 8 mois), c'était la retraite à 65 ans. Or aujourd'hui que voit-on dans les manifestations ? Les Verts, PS etc qui ont appelés à voter Macron en mai dernier.
(0) 
  KLG
  le Vendredi 20 janvier 2023 15:11
Le salaires c'est le problème n°1.
Regardez les professions qui gagnent bien leur vie, les gens prennent rarement leur retraite à 62 ans, mais très souvent bien au-delà.
(0) 
  Emilie Le Berre
  le Vendredi 20 janvier 2023 23:09
Les bretons ayant votés à 66% pour Macoñ au 2eme tour et sachant que la réforme des retraite était le projet, par-ce-que-c-est-notre-pro-jet ! Vous vous rappelez pas ?
Sans oublier les LBD dans la gueule, les 15 000 personnes suspendues sans aucune ressource parce que refusant de servir de cobaye à des expérimentations par injection.
À un moment faut assumer ces choix.
Les 10 personnes qui travaillent avec moi n'en n'ont rien à foutre de la Bretagne, ne leur parlez pas de se mobiliser une journée de week end, par contre en semaine pour la retraite faire une petite sortie et boire un coup sur le port, les 10 comme un seul homme ne se sont pas fait priés. Il est vrai que le nombril est primordial à notre époque. Le vrai visage des bretons en 2023.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 6 multiplié par 3 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.