Résultats du premier tour des élections régionales en région Bretagne

-- Politique --

Dépêche
Par La Rédaction

Publié le 6/12/15 23:49 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

M. Jean-Yves LE DRIAN Socialistes 34,92%

M. Marc LE FUR Les Républicains 23,46%

M. Gilles PENNELLE Front National 18,17%

M. Christian TROADEC Oui La Bretagne (autonomistes bretons) 6,71%

M. René LOUAIL EELV (Verts) 6,70 %

M. Xavier COMPAIN Front de Gauche 3,74%

M. Jean-Jacques FOUCHER Debout La France (droite souverainiste française) 2,90%

Mme Valérie HAMON Lutte ouvrière (Internationale trotskyste) 1,37%

M. Jean-François GOURVENEC Union Populaire Républicaine (Droite souverainiste française) 0,87%

M. Gael ROBLIN indépendantistes bretons 0,62 %

M. Bertrand DELÉON Indépendantistes bretons 0,54%

Cet article a fait l'objet de 1221 lectures.
mailbox imprimer
la rédaction de l'ABP

Vos commentaires :

Michael PAUL
Lundi 7 décembre 2015

La dérive gauchiste de Mr Troadec lui coute très chère ! La dynamique créée par les bonnets rouges aurait pu lui permettre de doubler ce score minable; encore aurait-il fallu rester dans une démarche unitaire !

KERZU
Lundi 7 décembre 2015

Les Bretons sont dévots

Paul Chérel
Lundi 7 décembre 2015

Je m'amuse (follement) à comparer les résultats entre B4 et PdL. Les trois premiers en B4 totalisent, comme le dit l'article 76,55 % des votes qualifiés d'exprimés: dans l'ordre le PS et le "revoilà" Yves le Drian sous une étiquette UNION de la gauche, dans Union de la droite, nous trouvons Marc Le Fur, député, et en troisième position Gilles Pennelle sous l'étiquette Front NationaL. Dans les PdL , les trois premiers totalisent 80,59 %, mais c'est l'Union de la droite qui arrive en premier, l'union de la gauche en deuxième, le Front National en troisième position mais avec un score de 21,35 par rapport à son collègue B4 qui ne fait que 18,17. Pas de quoi rigoler, mais viennent ensuite dans les deux cas, sept ou huit listes faisant l'appoint dans le plus grand désordre y compris celui de la médiocrité où il sera difficile de trouver quoi que ce soit de vraiment "régional", c'est à dire une volonté de rendre à ce découpage territorial même farfelu le moindre soupçon d'exigence de pouvoirs, compétences , libertés d'action, d'entreprendre , d'éduquer, vis-à-vis d'un Etat de plus en plus omnipotent et de plus en plus incompétent dans les missions sociales et économiques qu'il accapare. Seul objectif apparent, rentrer dans le SYSTEME avec tout plein de vœux pieux qui ne seront jamais exaucés. Paul Chérel

Emilie Le Berre
Lundi 7 décembre 2015

Les Bretons sont des veaux

Gérard Mérel
Lundi 7 décembre 2015

Belle progression de Troadec qui passe d'un score de 4,29 en 2010 à 6,71% en 2015 malgré une participation accrue.

Youenn Penhador
Lundi 7 décembre 2015

N'en déplaise à M Troadec, 6,71% des voix c'est un échec. C'est le résultat attendu depuis longtemps par les militants bretons qui avaient compris que cette stratégie d'union avec la seule udb était une erreur.

Il a cassé la dynamique qui existait avec Nous Te Ferons Bretagne et les Bonnets Rouges. L'occasion ne se représentera peut-être plus jamais!!

Les attentats de Paris et l'état d'urgence n'ont rien arrangé évidemment; l'enjeu national a primé sur l'enjeu régional d'où une descente de 9% (premier sondage) à 6,7%.

Paul Kerguelen
Lundi 7 décembre 2015

Quelles leçons en tirer?

La Bretagne est belle et bien française. Du moins dans les esprits. 76.55% des votants ont voter pour les 3 grands partis français.

Mais pour ce qui est des partis bretons?

Nous sommes plus d'un à clamer haut et fort que la voie que nous suivons depuis plus de 50 ans n'est pas la bonne: vouloir amener la Bretagne à l'autonomie par le biais d'une idéologie de droite ou de gauche. Pour les idéologies, la Bretagne a les partis français.

L'UDB a prouvé une fois de plus qu'elle ne travaillait pas pour la Bretagne, mais contre elle: elle a rejoint une formation qui la ringardisait (NTFB) pour la faire exploser au nom d'une idéologie de gauche avant tout.

Quel score aurait été un vrai rassemblement et non pas un pseudo rassemblement qui n'était qu'une liste UDB avec Troadec à sa tête? Nul ne le sait. Mais gageons qu'il aurait été meilleurs.

Seul 50% des Bretons ont voté. Mais leur proposons nous réellement quelque chose qui tienne la route? Une vraie volonté d'être autonome? Les intéressons nous avec non pas un projet d'autonomie, mais des programmes idéologiques calqués sur la france?

NON.

Nous leur offrons plutôt encore et toujours un spectacle lamentable et une idéologie avant que de leur proposer ne serait-ce une autonomie.

A nous d'en prendre conscience, de nous remettre en question, et d'avancer et non recommencer les mêmes erreurs que nous répétons à l'infinie depuis plus de 50 ans.

Mais encore faut-il RÉELLEMENT l'autonomie, et non prétendre la vouloir.

D. JEGOU
Lundi 7 décembre 2015

Un article de Médiapart publié avant le scrutin signalait que sans les attentats de Paris, la liste conduite par Christian Troadec était bien partie pour dépasser largement les 10%. Ce résultat décevant n'est donc pas dû à une prétendue "dérive gauchiste"mais aux circonstances dans lesquelles s'est déroulée cette "drôle de campagne"...

Je constate que la montée du "Front Néandertalien" dans l'hexagone s'est produite parallèlement au retour en force depuis quelques années d'un jacobinisme de plus en plus virulent, alors qu'à une certaine époque on avait pu le croire en voie d'éradication. Je pense que le seul antidote à la crise profonde dont l'ascension du FN est le symptôme réside dans le "fédéralisme intégral". Malheureusement, la nécessité de faire émerger une gauche fédéraliste au niveau hexagonal, et pas seulement breton, ne semble intéresser personne?

Un veau qui a voté Le Drian
Lundi 7 décembre 2015

Troadec : échec aux législatives de 2012 - échec aux européennes de 2014 - échec aux sénatoriales de 2015 - échec cuisant aux régionales de 2015. A part dans son canton, le baron du Poher ne plait pas aux bretons qui ne se retrouvent ni dans ses idées, ni dans ses priorités, ni dans ses méthodes, ni dans sa personnalité. Il n'est vraiment pas fédérateur et dessert donc la cause régionaliste.

Damien Kern
Lundi 7 décembre 2015

L'histoire de Locronan me sert souvent de référence, aujourd'hui encore.

La valeur de Locronan n'existe que parce qu'une crise économique locale n'a pas permis de moderniser les batiments. Le village s'est vidé. Il est maintenant l'un des plus beaux villages, une belle valeur touristique internationale.

J'ai l'impression qu'il est là l'avenir à moyen terme de la Bretagne. Il faudra faire avec.

Election régionale. Aujourd'hui on peut dire sans plomber la campagne : c'est une élection purement politique. Une élection dont le but est d'entretenir des militants politiques et donc de financer le système par l'état. Idem départementale ... Le surplus d'élus ( 600 000 ) n'est qu'un moyen déguisé de payer des salaires aux partis politiques. Militants politiques qui reversent un % au parti.

La marge de manoeuvre de cette assemblée est quasi nulle. Parmi les rares compétences de dépenses, peut-on imaginer le conseil de Bretagne qui dise non au TGV ? Alors que la ligne Montparnasse - Brest est déjà bétonnée ? Une politique éducative différente, les profs sont payés par l'état, même dans l'enseignement privé. Les diplomes sont tous nationaux ... et la population a la trouille que ses diplomes ne soient pas compatibles.

Veille technologique.

- Je pense qu'il faut agir sur la culture et ne plus dépenser d'énergie en politique.

- Une proposition non tenue de Le Drian en 2010, qui ne coutait pourtant pas grand chose, était de diffuser gratuitement un livre sur l'histoire de la Bretagne. A relancer via Mollac ?

- La liste Deléon peut continuer sans compromis, sans beaucoup dépenser. Un parlé vrai, technologiquement sans concession. Comme pour la veille technologique d'une entreprise.

Les investissements et la peur du FN.

- Quand j'entends Estrosi, la Voix du Nord, le Medef sur le risque investissement en France. C'est tragi comique.

- L'investissement c'est mon métier. Renseignez vous chez des gestionnaires en Suisse, Hong Kong (Charles Gave), Singapore ... le leitmotiv : éviter la zone € et surtout la France.

Un exemple en France. Un restaurateur expérimenté met 50 k€ cash dans une affaire. Il embauche un bon cuisinier 2500 € / mois ( un bon cuisinier même unilingue est exportable en Russie, UK ... ) : charges annuels 55 k€. Chiffres d'affaires 200 k€. Il faut le salaire d'une serveuse, plongeur. Reste le loyer, le salaire de 2 personnes, les achats ... Résultat au bout de 3 ans : -45k€ = 5k€ pour l'investisseur. Le gérant a tout déclaré. Maintenant il fait un split au black de 60k€ et solidairement avec les employés, les comptes s'équilibrent, il peut rattraper la "mauvaise" gestion précédente.

Ce système du black je n'en veux pas, je veux dormir la nuit. Sapin vient d'annoncer que la délation serait rémunérée. Je dors beaucoup mieux à l'étranger. 1/3 de ma promo a fait pareil.

Il est là le vote FN. C'est le vote des ouvriers, des travailleurs qui ne peuvent pas partir. Surprise, il y en pas mal d'origine immigrés qui commencent à voter FN (dont l'exemple du restaurateur ci-dessus).

On parle de Bretagne ouvert sur le monde, mais avec quel critère ? SVP des chiffres, je viens d'en découvrir un : export 2.4% du CA, alors c'est la région la plus fermée du monde et ils votent logiquement PS. Certes si on prend la fuites des travailleurs on aura un meilleur chiffre ! Pire constat : en France les plus ouverts sur le monde sont à l'Est et ils votent FN.

La nature humaine est universelle, les électeurs bretons locaux s'accrocheront à leurs avantages même si on leur dit que ça s'arrête dans 6 mois. Même si on leur dit que leurs enfants devront partir sous d'autres cieux.

C'est l'ouverture sur le monde par l'expulsion sur le monde et par la sélection naturelle, seuls les plus forts survivront.. Un peu le modèle grecs pour la formation des futurs armateurs hors sol, en 2015 : plus forts qu'1.4 milliards de chinois, N°1 in the world.

Il y a eu la pauvreté et famine irelandaise, 4.5 millions d'Irelandais en Eire + 3 millions officiellement dans le monde, culturellement peut-être 80 millions, c'est une réussite. Les basques ont le même parcours.

Le modèle Locronan a de l'avenir.

M KOZH
Lundi 7 décembre 2015

Personne ne fera passer la Bretagne de 230 ans de jacobinisme à l'indépendantisme en une seule éléction; il faut être fou pour imaginer cela... L'étape normale est la régionalisation avec une émancipation sérieuse. De plus il est claire que "oui la Bretagne pouvait faire 10 %. Qui peut se vanter d'avoir fait mieux ? Vous oubliez que la Bretagne revient de loin . Vous avez oublié les années 70 qui ont vu la culture Bretonne se glisser a nouveau doucement dans les esprits par la musique, la danse ... Il est vrai qu'il y a urgence : les langues de Bretagne se meurent!

Cependant, une seule chose me semble constructive dans les différents commentaires: la stupidité des idéologies qui nient de part leurs existences mêmes le besoin de démocratie. Aussi, la feuille de route de ceux qui veulent défendre la Bretagne est de proposer ce qui n'a jamais été proposé en hexagonie: une démocratie "aboutie" où la remise en question permanente des institutions et des politiques devient enfin une réalité ; l'intérêt d'un tel " Graal" est d'engager une poursuite incessante et ce faisant il est d'instaurer une dynamique du mieux. C'est une organisation démocratique nouvelle qu'il faut proposer... N'en déplaise à certains, le seul balbutiement démocratique que j'ai pu vivre depuis disons 35 ans est bien ce qui s'est passé chez les bonnets rouges... C'est cette expérience des états généraux qu'il faut expliquer, valoriser et reprendre dans une organisation politique qui arrivera peut-être à convaincre... le tout pour les responsables est de ne pas mentir et de s'effacer le moment venu. Je crois que oui la Bretagne a essayé ; je suis de ceux qui ont sévèrement écrit à deux reprises ( papier ) et j'ai pu constater que les responsables ont tenu compte de toutes les communications qui leurs avient été faites; preuve en est la reformulation de leurs valeurs avant la fin de la campagne. La profession de foi en revanche n'a pas mis en avant une comparaison entre république jacobine destructrice de démocratie et une démocratie véritable : c'est regretable.

Quoi qu'il en soit, la capacité à rejetter les idéologies au profit d'un projet véritablement démocratique est valable pour tous !

Que disent les jacobins ? " que la démocratie est une affaire trop sérieuse pour être confiée au peuple !" alors justement, il faut faire exactement le contraire et je crois que la méthode proposée par oui la Bretagne est de ce chemin là... Il ne tient qu'a tous de réclamer cette démocratie en Bretagne par le biais d'un projet commun...

penkalet
Mardi 8 décembre 2015

Deux cent trente ans de jacobinisme je dirais au moins 400 On oublie que quand il a été renforcé entre 1789 et 1792 on est encore sous le régime de la MONARCHIE ,et que certains jacobins tels De La Fayette étaient monarchistes Quand vous parlez idéologie, à juste titre voici un exemple comme quoi la cause bretonne peut être instrumentalisée par les nostalgiques de l'ancien régime .L'idéal républicain a été dévoyé au point qu'aujourd'hui le régime est encore une monarchie républicaine .Bien entendu tout n'était pas négatif sous l'ancien régime mais là c'est un autre débat

Non seulement il serait difficile pour la Bretagne de devenir du jour au lendemain indépendante ,le jacobinisme y étant ancré dans une bonne partie de la population peut être davantage que par ailleurs et ce ne serait pas souhaitable car une situation anarchique se retournerait très rapidement contre les dirigeants indépendantistes minoritaires sans compter les divisions en leur sein ,pire l'idée d'émancipation serait discréditée pour longtemps ,celle ci raisonnablement a tout à gagner à se faire progressivement

Sauf en cas de cataclysme mondial ,ce qui dans le contexte actuel n'est pas impossible ,dans ce cas de figure les cartes seraient redistribuées

Quand au semi échec de Troadec il est bien entendu lié à l'abus de position dominante de Le Drian ps républicains et surtout FN que les triste évènements récents ont servis ,mais aussi par le fait que le leader carhaisien spécialiste des voltes face a sabordé ,un peu malgré lui la dynamique ,nous te ferons Bretagne ,ajoutant la confusion dans les esprits ,de part la présence de deux autres listes indépendantistes ,dont celle de Deléon était une réponse logique à cette trahison.Souvenons nous aussi que dans un premier temps Troadec avait écarté Breizh europa qui pourtant était partie intégrante ,de nous te ferons Bretagne

M Kozh
Mardi 8 décembre 2015

Encore une fois et c'est le message qui doit passer: les idéologies s'emparent des égos et réfutent l'idée que puissent exister d' autres pensées ( c'est la réalité du jacobinisme )...C'est le contraire de la démocratie. Ce qui a pu se passer entre ces différents responsables est pétri d' égocentrisme ... Comment en serait-il autrement puisqu'ils sont comme nous de simples être humains avec tous les bagages de qualités et de défauts, de certitudes, de doutes et d'émotions. Bien malin celui qui peut accuser l'autre d'avoir été " petite fille " ou " petit garçon". Aussi, attaquer un tel ou une telle, c'est penser de manière idéologique. Il faut arrêter avec ça. Notre travail à nous tous qui prétendons défendre la Bretagne est de justement amener les responsables politiques qui nous concernent à penser autrement et à être en cela exigeant avec eux. Cet "autrement" c'est l'avenir de la Bretagne, des Bretonnes et des Bretons : pensez-vous vraiment que nous soyons dignes d'être défendus si nous ne sommes capable que de stigmatiser celui qui ne pense pas comme nous... Vous êtes-vous déjà poser la question ? Et de quelle trahison s'agit-il ? d'une personnalité politique envers une autre personnalité politique, d'une personne envers une idéologie qui a-priori ne lui convient pas, d'une trahison faites aux électeurs qui obéissent eux-même à une idéologie?... Quels sont les motifs de mésentente ? Ne sont-ils pas les égos et les idéologies politiques qui mettent à mal l' idéal d'une démocratie qui est pourtant un besoin crucial aujourd'hui?

C'est de ça qu'il s'agit en Bretagne ... Arriver enfin à comprendre que la Bretagne est faites de mille choses et que ces mille choses définissent la pensée de chacun... C'est à nous de faire d'abord ce travail sur nous-même, et partant de là, d'être exigeants avec nos représentants : Ils ne sont que des vecteurs et nous aussi ...

Le chemin proposé par Oui la Bretagne est une tentative qu'il faut regarder avec l'envie de faire encore mieux; la proposition est tout de même orientée sur une prise en compte la plus réelle possible de nos souhaits et espérances et cela dans une réalité démocratique pouvant aboutir à de nouvelles institutions... Peut-être est-ce cet enjeu là qui peut transcender les clivages...Rien n'y personne ne vous empêche de participer à la proposition d' une organisation démocratique Nouvelle et je crois que oui la Bretagne peut-entendre les propositions. Je fais observer que C. Troadec n'a pas donner de consigne de vote , ce qu'i avait promis, hors certain lui avaient déjà collé l'étiquette de " collabo" avec le ps ...bien avant les élections. Il est des temps ou il faut avoir confiance en l'autre !

Enfin, quand a t-il était question de demander en hexagonie l'avis des personnes et d'en tenir compte ? .... Jamais !... La démocratie est une affaire plurielle faite de femmes et d'homme, en aucun cas elle ne peut s'apparenter à une idéologie.

ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 0 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.