Réponses aux récentes critiques des choix de l'ABP
Editorial de Philippe Argouarch

Publié le 15/01/08 20:30 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Depuis le lancement de l'Agence Bretagne Presse, il y a eu plusieurs crises éditoriales. À chaque fois, la façon de sortir de la crise fut de retrouver le fil conducteur de certains droits fondamentaux..., de remonter aux grands principes fondateurs de la démocratie et de la déontologie de la presse.

Il y a la fameuse phrase de Voltaire qu'on ne répètera jamais assez : "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites mais je suis prêt à mourir pour que vous ayez le droit de le dire". Aussi radicale, celle de Thomas Jefferson : "Quiquonque est prêt à sacrifier un peu de liberté pour plus de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre".

ABP a reçu depuis quelques jours de nombreux courriels d'indignation au sujet de l'apparition du sommaire du journal War Raok !, un journal affilié au parti politique Adsav. Il devient donc impératif de rappeler le fonctionnement du site.

ABP a pour ligne éditoriale celle d'une agence de presse, pas d'un magazine d'opinion. Une grande partie des informations ABP est issue de communiqués publiés par les porte-paroles des associations et des partis accrédités. Nous n'intervenons pas dans le choix du contenu et encore moins dans sa hiérarchisation. Nous avons un rédacteur en chef virtuel qui hiérarchise l'information en fonction du nombre de lectures. C'est vous qui décidez de ce qui passe à la Une.

ABP a aussi une règle simple : toutes associations, collectivités territoriales ou entreprises, tous candidats, élus ou partis politiques dont l'action se situe en Bretagne PEUT publier sur notre site.

Il n'y a aucune raison de faire des exceptions pour des partis classés extrême gauche ou extrême droite ou pour des points de vue ultra minoritaires ou même des langues quasi éteintes comme le gallo.

Nous présentons toutes les analyses politiques quelles qu'elles soient dans la mesure où la rédaction de celles-ci respecte la déontologie de la presse, les lois françaises en vigueur et la charte éditoriale de l'ABP.

La loi française exige aussi des médias, dans le cadre des élections, un minimum d'équité envers tous les partis -- et ADSAV va présenter des candidats aux élections municipales. L'AFP (Agence France Presse) d'ailleurs, passe ou commente les communiqués du FN comme les autres, le FN étant tout autant d'extrême droite que ADSAV.

ABP reflète une pluralité politique qui va d'un extrême à un autre. Si les points de vue indépendantistes ou nationalistes prédominent, c'est plus parce que les autres sont absents que par un choix éditorial. Si les sections bretonnes des partis majoritaires comme le PS et même l'UMP sont très peu présentes sur l'ABP, nous n'en sommes pas responsables. Le groupe PS du Conseil régional n'a jamais demandé une accréditation sur ABP. D'autre part, des petits partis bretons qui avaient du mal à se faire entendre dans les médias traditionnels ont tout naturellement profité des opportunités offertes par ABP. Tant mieux. Cela prouve qu'il y avait un problème pour se faire entendre.

Il est possible que des communiqués gênent certains lecteurs, que d'autres soient étiquetés par erreur ABP. ABP est comme la radio ou la TV, vous avez toujours la possibilité de tourner le bouton. Personne n'oblige personne à lire quoi que ce soit. C'est à vous de choisir, pas à nous de choisir pour vous.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2043 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.