Repenser le financement de la recherche et l’innovation

-- Science et Technologie --

Papier de Cercle Pierre Landais
Porte-parole: Yves Mervin

Publié le 8/05/12 18:10 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
25856_1.jpg
Les laboratoires d'excellence en mars 2011

La recherche et l'innovation sont des facteurs-clés du développement d'une région : elles traduisent son dynamisme, ses ambitions et sa capacité à se projeter dans l'avenir. Dans un contexte de crise systémique dont on peut craindre qu'elle va continuer à se développer, l'effort dans ces domaines devient primordial, même si les effets ne sont pas immédiats.

Après la crise de 2003 qui a suscité le mouvement « Sauvons la Recherche » et après la crise des subprimes de 2008, l'ancien gouvernement a mis en place un « Grand emprunt » pour des « Investissements d'avenir », principalement axés sur la recherche. Quelles sont les retombées pour la Bretagne ?

Le bilan est mitigé dans la mesure où la recherche fondamentale en Bretagne sort fragilisée alors que la recherche appliquée est confortée. Les deux Instituts de recherche technologiques (IRT) Jules Verne, structures hybrides composites dans les domaines des transports et de l'énergie et B-COM, consacrées aux communications et à l'internet du futur remportent à eux deux le principal des financements.

La Bretagne pâtit de la concentration des financements en Île-de-France et elle finance même la recherche de cette région à hauteur de 0,25 % de son Produit intérieur brut (PIB) !

L'effet du Grand emprunt risque d'avoir un impact limité, surtout s'il disparait dans de futures restrictions budgétaires. Le retournement de tendances lourdes nécessite pourtant de mener une politique volontariste dans ce domaine, comme celles menées par les pays scandinaves.

Thème pratiquement ignoré lors de la campagne présidentielle, la recherche ne reste pas moins une des principales voies de l'aménagement du territoire et de l'invention de l'avenir dans notre Région. Ne nous privons pas de l'avenir.

Document PDF recherche_en_bretagne14.pdf Financement de la recherche publique en Bretagne. Source : Cercle Pierre Landais
Cet article a fait l'objet de 1078 lectures.
mailbox imprimer
logo
Le Cercle Pierre Landais créé en août 2008 étudie les institutions et les politiques publiques nécessaires en Bretagne pour permettre la pleine réalisation de son potentiel économique, culturel et social selon les plus hauts standards démocratiques ( (voir le site) )

Vos commentaires :

Jack Leguen
Mardi 8 mai 2012

Bravo pour ce travail remarquable. J'aime bien l'exergue "L’Union (européenne) est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie,d’égalité, de l’État de droit, ainsi que de respect des droits de l’homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. Ces valeurs sont communes aux États membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l’égalité entre les femmes et les hommes ". Ca n'a pas de rapport avec la suite mais c\'est bon de le rappeler.

Oui c\'est vrai que la recherche et les universités ont été absentes de la campagne des présidentielles comme d\\'ailleurs des régionales. Mais c\'est là et uniquement là que l'état et la région devraient investir. Augmenter le nombre de profs dans les écoles est un objectif politique dans la tradition des hussards de la république, lié au désir d\'intégration de populations hétérogènes. C \'est un investissement dans le futur de la république mais à quoi servira cette république si elle n\'a plus la possibilité d\'offrir des emplois à ses citoyens ?

Investir dans des infrasctrutures comme Notre-Dame-des-Landes est tout aussi ridicule vu l'état des finances de l'état. Parcontre investir dans la recherche et dans les universités aurait des retombées directes sur l'economie et la résolution du chômage. L\'équation est tellement simple. C 'est une chaîne : investissement -->enseignement supérieur -->recherche-->sciences-->technologies-->entreprises-->emplois-->impôts-->investissements-->et on reprend la boucle. Je doute que le PS comprenne ces évidences.

Rafig
Mardi 8 mai 2012

Je suis d'accord avec la carte ci-dessus mais est le vrai document estampillé République Française ?

Si c'est la carte que diffuse le ministère c'est gagné pour la Réunification !

Ou est-ce que l'auteur de l'article qui a colorisé pastel le fond de carte suivant les souhaits du mouvement breton ?

C’est-à-dire effacer les limites des fausses Régions de l'ouest français pour recréer les vraies Régions à base historique et culturelle !

A préciser ou j’ai mal lu l’article.

Yann LeBleiz
Mardi 8 mai 2012

"La Bretagne ... finance même la recherche de cette région (L'Île de France) à hauteur de 0,25 % de son Produit intérieur brut (PIB)"

J'aimerai comprendre :

1) C'est le pacte républicain, une région riche aide une région pauvre à ce développer (la Bretagne aide l'Île de France).

2) C'est le pacte républicain, Paris pille les régions de France, en commençant par la Bretagne (la vache à lait traditionnelle)!

Fabien Renaud
Mercredi 9 mai 2012

On dirait la carte de France de l\'UMP : tout est pour l\'Ile-de-France, le Sud-est, l\'Alsace et le Bordeaux d\'Alain Juppé.

Peau de chagrin pour la Bretagne, le Poitou, le Nord, une large partie du sud-ouest hormis Toulouse...

Reun Allain
Mercredi 9 mai 2012

@ Fabien Renaud . Oui plutôt bien observé. Difficile de corréler les soutiens à la recherche avec les cartes électorales mais il est tout aussi difficile de comprendre comment la Bretagne, une des toutes premières quant aux résultats scolaires jusqu’au seuil de l’enseignement supérieur se trouve être moins dotée que des établissements dans des régions classée en bas de tableau (Montpellier entr’autres). Le scandale de ces inégalités face à l’effort est encore plus flagrant avec l’Ile de France qui se confond quasiment avec Paris intra-muros et quelques pôles du côté de Palaiseau.

Le drame de la Bretagne est inscrit dans les gènes de la partition administrative. C’est le constat réalisé par Jean-Pascal Gayant. Ce n’est pas à priori dans un esprit partisan qu’il observe ce problème. Il est Professeur de sciences économiques à l\'université du Mans et néanmoins plutôt favorable à une réunification administrative de la Bretagne.

« À Rennes et Nantes, les métro¬poles et universités songent à unir leurs efforts en partant du constat de leur complémenta¬rité. Mais, puisque les univer¬sités bretonnes appartiennent déjà à un même PRES, il sem¬blerait naturel d\'unifier, pour l\'enseignement supérieur et la recherche, Nantes et la Bretagne...

Le sujet sensible des frontières de la Bretagne est donc lui aussi au cœur de la recomposition universitaire. Il est la bête noire du Conseil régional des Pays de la Loire, qui redoute de voir la Région éponyme purement dissoute ; il est aussi source d\'inquiétude pour les universités d\'Angers et du Mans qui craignent d\'être marginalisées : il serait sans doute, en effet, inopérant de constituer une « super-Univer¬sité » de Bretagne et des Pays de la Loire, trop éclatée et trop lourde à administrer.

Il ne faut pas se le cacher : le grand Ouest, champion des taux de réussite au bac, n\'est pas en position de force à l\'é¬tage de l\'enseignement supé¬rieur et de la recherche (cf clas¬sement de Shangaï, lauréats des projets Labex...) Il est donc urgent, à l\'Ouest, de recompo¬ser les établissements d\'ensei¬gnement supérieur et de re¬cherche en écartant tout « es¬prit de clocher » et en suppri¬mant les strates inutiles. A cet égard, la démarche de fusion des universités alsaciennes fait figure d\'exemple. Il est vrai que les élus locaux ont accompa¬gné ce mouvement en s\'en¬gageant, eux aussi, dans une démarche de rationalisation territoriale. »

Un article complet avait été publié dans Ouest-France Jeudi 12 avril 2012 à la rubrique point de vue : « Quelles universités pour le grand Ouest ? »

Alwenn
Mercredi 9 mai 2012

Ah, ben, merci à Reun Allain pour le constat de Jean-Pascal Gayant !

Voilà un "constat" à adresser à tous les partis bretons et non-bretons, pour leur instruction !

Il est bien évident que la partition de la Bretagne contribue à son affaiblissement et à son peu d'influence dans le monde ! Et que cette partition est bien évidemment voulu .. pour l'affaiblissement de la Bretagne.

C'est malheureusement quelque chose dont les Bretons ne sont pas conscients. Et les media contribuent à cette ignorance et à ce manque de conscience. En ayant l'attention atiré vers la scène de théâtre du pouvoir parisien, qui n'est que de l'agitation qui empêche de voir les choses réellemnt, non seulement les Bretons perdent leur temps, mais restent inconscient des vrais enjeux.

Alwenn
Mercredi 9 mai 2012

On trouve l'article complet à cette page : sans nom d'auteur !

(voir le site)

Voilà un point de vue que Bretagne Réunie ou 44 e Breizh devrait mettre clairement en avant.

Peut-être que ça existe déjà (ça doit déjà exister!), mais si ce n'est pas le cas, constituer un "dossier" à la fois claire et documenter (vec ce genre d'analyse) à présenter à l'ensemble des partis politiques et autres, pouvant avoir une influence sur la Réunification.

Herve Morvan
Mercredi 9 mai 2012

@ Alwenn, bonjour.

" Voilà un point de vue que Bretagne Réunie ou 44 e Breizh devrait mettre clairement en avant."

Merci, nous avons tant de casseroles au feu qu'une bonne volonté comme vous nous serait bien utile.

Bretagne Réunie

BP 49032, 44090 Nantes / Naoned

Tél. : +33 (0)6 82 67 19 46

Site Internet : www.bretagne-reunie.org

Courriel : contact [at] bretagne-reunie.org

Paul Chérel
Vendredi 11 mai 2012

La vraie question qu'il faut se poser, c'est l'intérêt ou non de confier recherche et innovation à l'Etat, surtout un Etat comme la France gouverné par des élus n'ayant guère de formation scientifique, technologique et économique. L'Etat en France dispose de toutes les richesses par son "Trésor Public". ce n'es pas une raison pour lui confier une mission pour laquelle il est incompétent. Quant aux Universités, elles ont encore quelques efforts à faire pour se classer dans les meilleures. Recherche et surtout innovation ressortent davantage du domaine privé. Le malheur en France, c'est que ce domaine est surtout privé de tout, pouvoir, argent et moyens matériels et humains. Paul Chérel

eugène Le Tollec
Vendredi 27 juillet 2012

au CPL

Mais tout est comme ça, l'état français ne connait que sa dominance.

Nous avons là avec l'ouest (dont la Bretagne) ,un espace laissé à l'abandon depuis des années(pays de réserve,disent certains).

Pays qui finira par devenir obéissant,à la loi de la République,tous les moyens seront bons et sont bons!

Le breton doit être détruit,car il veut s'échapper du moule!

eugène Le Tollec
Samedi 28 juillet 2012

@tous

l'université doit être un fabrique d'ingénieurs toute la branche scientifiquene devrait tourner que sur ces formations à l'identique des grandes écoles (centrale,etc),j'appelle cela la synergie Université /Industrie.

Regardons en Bretagne

Nous avons UBO -UBS - Rennes -Nantes. certaines ont les mêmes cursus et il n'en sort pas des ingénieurs polyvalents,on ne voit sortir que des masters et des thésards hors de problèmes industriels.

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 6 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.

--Publicité--
yoran embanner