Rentrée des classes bilingues : stop à l’acharnement contre le breton !

-- Langues de Bretagne --

Communiqué de presse de UDB
Porte-parole:

Publié le 9/09/21 8:42 -- mis à jour le 09/09/21 08:42
53381_1.jpg
...

La rentrée des classes bilingues et immersives en Bretagne s’annonçait difficile, avec les fermetures de classes bilingues décidées pendant l’été par le rectorat et la pression sur Diwan pour réduire les heures de breton. De fait, nombre d’élèves voient leur scolarité bilingue interrompue en arrivant au collège ou au lycée, et d’autres sont entassés dans des classes surchargées par manque de moyens.

Mais il faut ajouter à ce bilan déplorable le non-remplacement de plusieurs professeurs dans le second degré public, non-remplacement volontaire puisque les absences des enseignants concernés avaient été annoncées plusieurs mois avant la rentrée. Les heures de cours non assurées se comptent pas dizaines. Nous assistons bien à une attaque globale et systématique contre l’enseignement du et en breton, public comme associatif, bilingue comme immersif.

Aucun argument du rectorat ne tient. On refuse localement des ouvertures en raison d’un nombre d’élèves insuffisant, mais sans dégager de moyens pour ouvrir des classes là où les effectifs sont trop élevés. Dans le public, des familles sont découragées par le non-respect de la parité horaire ou le non-remplacement des enseignants, et Diwan ne reçoit pas les moyens pour recevoir correctement les élèves qui rejoignent l’enseignement immersif.

Nous ne pouvons plus laisser à l’État le pouvoir de décider de l’avenir de l’enseignement bilingue et immersif. Démonstration est faite à tous les niveaux de l’hostilité de l’administration contre le breton, à rebours des principes démocratiques élémentaires. Du Conseil d’État au rectorat en passant par le gouvernement, aucun rouage de la République ne s’avère digne de confiance. L’Union démocratique bretonne revendique le pilotage de l’enseignement immersif et bilingue en Bretagne, sous la responsabilité des élus du Conseil régional, comptable de leurs choix politiques devant le peuple breton.

Pierre-Emmanuel Marais, porte-parole de l’Union démocratique bretonne

Voir aussi :
mailbox imprimer
Vos 3 commentaires
Lucien Le Mahre
Jeudi 9 septembre 2021

L'attribution de la "compétence linguistique et culturelle", pour tout ce qui concerne notre singularité régionale, devrait aller de soi au Conseil Régional. Sinon, c'est au moins là, et de là, qu'il faut agir.
Il n'y a pas pire sourd que celui qui ne veut rien entendre, c'est vrai, mais répétons quand même par principe au Ministre (encore ) en charge de l'EN pour quelques mois, que cette compétence, indispensable, logique et appliquée dans la plupart des pays démocratiques qui nous entourent, loin d'amputer les exigences (souvent théoriques d'ailleurs) de l'Education Nationale, l'enrichirait au contraire de façon évidente.
Mais le procès injuste et rétrograde fait aux cultures régionales est, on le sait, de nature idéologique et politique. Du coup, comment serait-il possible d'accepter benoitement le lent effacement programmé, si - à part une poignée de courageux - nos élus se couchent sans se battre sur cette compétence minimum (ou sur la réunification, qui est une exigence tout aussi forte ) ?

Alan-Erwan Coraud
Jeudi 9 septembre 2021

Pilotons nous-mêmes l'enseignement mais aussi le développement économique, la culture, l'environnement etc
Que l'Etat garde le régalien ...

AFB-EKB
Lundi 13 septembre 2021

L' UDB a 3 élus au sein du nouveau Conseil Régional: qu' ils mettent Chesnay Girard en face de ses responsabilités.
Par ailleurs L'UDB devrait rejoindre les rangs de "Hag e vo Breizh mestr war he zraoú".
Moins d'idéologie ,plus d'action.
Tiern e peb Amzer.

ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 9 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.