Rencontre d'un Breton du e-commerce Rêves de Bretagne dans les Yvelines

-- La diaspora --

Dépêche
Par Eric An Eost

Publié le 22/05/12 8:21 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
26044_1.jpg
Stéphane Palud PDG de Rêves de Bretagne

A l'occasion de la fête de la Bretagne organisée par la Mission bretonne le samedi 26 mai place Jacques Demy dans le XIVe, l'Agence Bretagne Presse propose un éclairage sur un jeune chef d'entreprise bigouden de Loctudy, Stéphane Palud, qui, après 20 ans de vie professionnelle salariée, a créé avec sa femme une entreprise de e-commerce dans les Yvelines, Rêves de Bretagne.


– ABP : Qu'est-ce que Rêves de Bretagne ?

Stéphane Palud : Rêves de Bretagne fête ce mois-ci (le 20 mai) les 2 ans de sa mise en ligne. C'est un site e-commerce de produits bretons qui a pour particularité de ne pas être situé en Bretagne mais dans les Yvelines, en région parisienne.


– ABP : Comment cela se fait-il ?

S. P. : Parti à Paris il y a plus de 20 ans pour raisons professionnelles, je n'en ai pas pour autant oublié mes racines et comme beaucoup d'expatriés, j'ai gardé un profond attachement pour la Bretagne. Aussi avec ma femme, Cécile native des Yvelines, quand nous avons décidé de créer une société, nous nous sommes rapprochés du Pays mais tout en restant ici.


– ABP : En 2 ans avez-vous analysé vos clients ?

S. P. : Si beaucoup de clients de Rêves de Bretagne vivent en Île-de-France, tous les départements sont représentés, y compris les 5 départements bretons de la Bretagne et l'Outre-mer. En dehors des frontières, la Belgique, la Suisse et l'Allemagne sont majoritaires mais des Bretons de Thaïlande ou d'Hawaï répondent également présents !


– ABP : C'est compliqué de gérer un catalogue sans être proche de ses fournisseurs ?

S. P. : Ce n'est pas le plus simple en effet, gérer 37 fournisseurs pour un catalogue de plus de 600 articles offrant un large choix en épicerie fine, cosmétiques marins, vêtements et accessoires, linge de maison, papeterie, coffrets garnis et une multitude de produits d'identité bretonne demande du suivi et de la rigueur, mais lorsque l'on a décidé de voguer seul on ne se pose plus de questions, il faut y aller. Et être dispo pour le reste, car Rêves de Bretagne c'est aussi un accueil téléphonique de 8 h à 21 h, des services gratuits comme accompagner sa commande d'un message personnel, faire envelopper ses articles d'un papier cadeau, venir retirer sa commande sur site ou être livré sur le Pays Houdanais… Mais notre ténacité paie, nous nous en rendons compte, des entreprises font également de plus en plus appel à nos services pour des cadeaux d'affaires, des paniers gourmands et l'organisation d'expositions-vente pour leurs salariés.


– ABP : Venez-vous rencontrer vos fournisseurs en direct en Bretagne ?

S. P. : Oui absolument et c'est indispensable. Tout d'abord il est important d'entendre les fournisseurs parler de leurs produits et de leurs propres expériences pour savoir comment se positionner en terme de stratégie commerciale et le contact humain l'est également tout autant car nous allons être amenés à traiter des affaires ensemble, il est donc plus facile de le faire en se connaissant déjà un peu même si on peut aujourd'hui tout gérer à distance. Je descends en général tous les 2 à 3 mois pour une semaine pour rencontrer une partie de mes fournisseurs et bien sûr ma famille.


– ABP : Quel endroit préférez-vous à Loctudy ?

S. P. : Il y en a plusieurs mais puisqu'il faut n'en citer qu'un seul je dirais le chemin piétonnier qui part de Loctudy pour aller jusqu'au Dourdy en longeant la rivière de Pont-l'Abbé.


– ABP : Vous imaginiez-vous faire aujourd'hui cette activité quand vous avez quitté Loctudy il y a vingt ans ?

S. P. : Non, pas du tout bien évidemment, d'ailleurs à l'époque internet n'existait pas encore pour le grand public. De plus, je pensais ne rester que 2 ou 3 ans en région parisienne mais comme pour la grande majorité des expatriés il est ensuite difficile, une fois installé, de pouvoir programmer son retour. Cela se fait pour beaucoup à l'heure de la retraite.


– ABP : Quel parcours professionnel avez-vous réalisé à Paris avant de créer Rêves de Bretagne ?

S. Palud : Après une première expérience professionnelle à Quimper dans le domaine du Minitel (l'ancêtre d'internet…), j'ai été embauché dans une SSII Informatique en 1989 à Paris comme développeur puis j'ai intégré en 1990 la Division Automatismes de Dassault Électronique dans le service Support Logiciel pour m'occuper des automates bancaires. Cette activité est passée ensuite dans le groupe Thalès puis a été rachetée par un groupe allemand Wincor Nixdor, j'y suis resté jusqu'en juillet 2009 avec la fonction de Chef de Projet Logiciel. Le déménagement de ma société en 2009 a été en fait le déclic pour me lancer un nouveau défi !


(voir le site) et retrouvez l'équipe de Rêves de Bretagne le samedi 26 mai 2012 sur leur stand place Jacques Demy 75014 Paris

à l'occasion de la Fête de la Bretagne organisée par la Mission Bretonne, la Mairie du XIVe arrondissement de Paris et la Région Bretagne.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1284 lectures.
mailbox imprimer

Vos commentaires :

ANTI-SPAM : Combien font 4 multiplié par 0 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.