Rencontre CGT - Diwan : structuration et contractualisations accélérées à l'ordre du jour

-- Société --

Compte rendu de CGT-SNEIP
Porte-parole: Bertrand Deléon

Publié le 21/09/12 15:38 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Mercredi 19 septembre 2012, une délégation de la CGT, enseignement privé, composée de Pascale Picol, secrétaire académique, Olier Auffret, délégué syndical et délégué du personnel à Diwan, Bertrand Deléon, responsable du pôle 1er degré Diwan et Philippe Legrand, secrétaire général, a rencontré la direction générale de Diwan en la personne de sa directrice, Mme Anna-Vari Chapalain, dans les locaux du siège de Diwan à Landerneau.

Au-delà de la présentation de notre organisation lors de cette première rencontre et le rappel de notre présence liée à la défense des salariés, nous avons abordé les points suivants :

- Contractualisation des écoles Diwan :

Depuis plusieurs mois, nous avons signalé notre étonnement quant à la disparité de traitement dans l'hexagone. Ainsi, les écoles du Pays Basque nord bénéficient, par le biais d'une convention, d'un passage sous contrat au bout d'un an alors que les écoles Diwan attendent au minimum 5 ans.

Nous nous étions déplacés en juin dernier au Pays Basque pour aborder cette problématique avec des camarades des Ikastolas.

Diwan nous a assuré de son engagement dans la résolution de ce problème en ayant contacté le nouveau « responsable des langues régionales » au Ministère de l'Education Nationale.

La CGT, de son côté, abordera avec le chef de cabinet de Vincent Peillon cette situation anormale pour les écoles Diwan et pour ses salariés.

- Structuration du réseau Diwan :

Nous nous sommes inquiétés de la gestion de certaines écoles qui pâtissent de l'omnipotence des parents d'élèves ou membres associatifs. Nous citons certaines décisions prises sans consultation des professionnels de l'Education qui vont à l'encontre de la sécurité des élèves, de la pérennité de la structure et des conditions de travail des salariés. S'il est des points sur lesquels nous sommes d'accord, force est de constater qu'il existe des divergences entre Diwan et la CGT enseignement privé. Sur le sujet du statut des directeurs, Mme Anna-Vari Chapalain nous confirme que la gestion des personnels de droit privé incombe à ces derniers. En outre, nous avons souligné leur formation apparaissant comme très insuffisante.

- Contractualisation des enseignants (application de la loi de résorption des emplois précaires) :

Si la direction de Diwan nous a déclaré qu'il n'y avait pas cette année de dossier à traiter, nous resterons vigilants à toute demande de salarié-e.

- Situation disparate des personnels de services à Diwan :

Nous avons posé la question d'un statut uniforme pour l'ensemble des personnels.

La délégation CGT.

Voir aussi :
mailbox imprimer
logo
La CGT vous invite à prendre votre place dans l'action et l'activité syndicale, à vous investir, à vous y épanouir. La CGT ce n'est pas les « autres », qu'ils soient responsables ou délégués, élus ou mandatés. La vraie force de la CGT, c'est l'action conjuguée et cohérente de ses 650000 adhérent(e)s pour améliorer la situation de toutes et tous. Tous les salariés se retrouvent « Ensemble pour Agir ».

Vos commentaires :

jojo
Samedi 22 septembre 2012

Pas bon, pas bon. Mélanger Diwan et politique, revendications salariales etc... pas meilleur moyen pour détruire ce qui est et reste un élément primordial du renouveau et de la pérennité de la culture bretonne.

Attention, diwall paotred!

Jord
Lundi 24 septembre 2012

Ah bon ! Le problème de Diwan et celui de la langue bretonne ne sont pas poltiques ? Ceci dit, ici, ça n'a rien à voir, il s'agit de défendre des conditions de travail et des salariés. Sont-ils aussi corvéables à merci les salariés de Diwan et de l'Education nationale ?

Quant à la menace potentielle que vous citez, M. Jojo, ne s'agit-il pas là de défense de la stabilité d'un système ? Système qui a l'air d'avoir du plomb dans l'aile dans certaines écoles et qui doit sûrement être freiné dans son développement.

Par ailleurs, on dit "Diwallit paotred". Mais comme l'enesmble de votre commentaire, bien libéral et bien macho, il y a des femmes à Diwan et dans l'enseignement !

Yann Krouer
Lundi 24 septembre 2012

... surtout quand on est moralement responsable de la situation actuelle, la CGT ayant avec d'autres syndicats, fait casser devant le conseil d'Etat l'intégration de Diwan dans le réseau public.

Gilbert M.
Lundi 24 septembre 2012

ce que veut la CGT pour l'enseignement privé? y compris Diwan:

(voir le site)

le nivellement ?...avant la mise sous tutelle par les lobbys centralistes et anti-langue bretonne...?

Elodie CGT
Lundi 24 septembre 2012

Oui Gilbert M. et cela dans le respect de la pédagogie de chacun. Diwan c'est l'immersion en breton, ça restera l'immersion en breton. Il s'agit d'un statut officiel, rien d'autre. Et de toute façon, Diwan est assez fort pour mettre ses pions quand il le faudra. Le syndicat est là pour ça.

Elodie CGT
Lundi 24 septembre 2012

A Yann Kouer (Yann Gouer e brezhoneg reizh) : (voir le site)

On vous a déjà répondu là-dessus, ne vous enfoncez pas.

Klaod an Duigou
Lundi 24 septembre 2012

Pour Yann Krouer: vous confondez visiblement, pour ce qui est du recours ayant abouti à la décision du Conseil d'Etat, la CGT-FO, alias "Force Ouvrière" (secrétaire général: Monsieur Mailly), dont des pans entiers sont contrôlés par les trotskistes lambertistes, et la CGT (secrétaire général: Monsieur Thibault)

Francois
Lundi 24 septembre 2012

+1 jojo

Yann Krouer
Mardi 25 septembre 2012

OK. Mille excuses je n'avais pas vu vos réponses. Veuillez me pardonner d'avoir confondu CGT et CGT-FO. Je ne suis pas un pro dans l'histoire du syndicalisme.

ANTI-SPAM : Combien font 8 multiplié par 9 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.

--Publicité--
yoran embanner