-- La réunification --

Régionales en 44 : la Bretagne se présente unie derrière Gilles Denigot

Le 19 juin, Michel Beaupré, Jonathan Guillaume, Jacky Flippot et Thierry Jamet, des partis Union Démocratique Bretonne, Breizhistance, Parti Breton et Mouvement Bretagne et Progrès annonçaient un accord historique en Loire-Atlantique pour une liste bretonne unique aux élections régionales, et la création d'un site participatif « coopérative politique », .bzh evel just, (voir le site)

Ce 7 juillet, les quatre partis ont présenté leur tête de liste lors d'une conférence de presse. Le choix s'est porté sur Gilles Denigot, ancien élu EELV à Saint-Nazaire et au Conseil général, ancien docker, écologiste et syndicaliste (photo à venir). Cette figure bien connue dans le département, fils de paysans et d'ouvriers, fera une tête de liste incontestée. Son militantisme pour la réunification de la Bretagne est bien connu de tous.

Un accord des principaux partis bretons en Loire-Atlantique

Urgence il y avait de se présenter unis aux élections régionales. Les Bretons, en 44 ou en « Bretagne amputée » (comprendre région administrative Bretagne) se doivent de montrer aux Jacobins qu'ils en ont marre de leurs diktats. En 44, après un long travail de discussions, un accord est parvenu le 19 juin. Les quatre principaux partis bretons : Union Démocratique Bretonne, Breizhistance, Parti Breton et le Mouvement Bretagne et Progrès, ont réussi à faire fi de leurs divergences et à s'unir, dans le but de présenter cette liste commune historique.

une région ahurissante d'incohérence : PDL

Cette liste s'adresse à tous les Bretons de Loire-Atlantique : aux dizaines de milliers de Bretons ayant défilé trois fois de rang en 2014 dans les rues de Nantes, aux 70 % des habitants de ce département affirmant qu'ils sont pour la réunification et, de fait, pour le démantèlement de cette région ahurissante d'incohérence : PDL.

Une charte multidimensionnelle

Mais la Réunification n'est pas le seul ciment de cette liste bretonne 100 % pur beurre. Le site participatif de cette liste (voir le site) décline les grands axes communs voulus par tous ses signataires, où éclate une volonté écologique et citoyenne, avec un appel à la mobilisation citoyenne : « Nous entendons mobiliser les citoyennes et citoyens pour la mise en ½uvre de toutes les transitions écologiques nécessaires : énergétiques, industrielles, agricoles, maritimes, dans les modes de transports multimodaux notamment  ».

Au-delà de la Loire-Atlantique, cette liste entend ouvrir le débat dans les autres départements de PDL

Les élections régionales se déroulant sur des listes au niveau régional, administrativement parlant, Les habitants de Loire-Atlantique ne seront qu'observateurs de ce qui se passe dans le reste de leur pays : la région B4, au travers de la liste d'union Troadec (voir ABP 37831) et (voir ABP 37680). En PDL, ils devront faire des listes départementales dans les quatre autres départements. Ils en profiteront pour mettre le doigt sur l'absurdité de l'actuel découpage territorial : « Nous ne limitons pas notre engagement à la réunification de la Bretagne. Nous entendons faire des propositions et ouvrir le débat démocratique pour les quatre autres départements des Pays de la Loire pour lesquels des solutions pertinentes existent à travers un autre découpage ».

Un score observé à la loupe

La propagande jacobine bat son plein avec un débat pseudo-démocratique qui ne se résumerait qu'à une passe d'armes parisianno-parisienne entre les « trois principaux partis » (sic), tous anti-Bretons, ils l'ont démontré ou affirmé. Il sera intéressant de regarder à la loupe les résultats effectués par la liste Troadec en B4 d'une part (il annonce rester en course s'il dépassait 10%, chiffre d'une très grande vraisemblance), et en 44 d'autre part. Dans ce département en 2010, la liste menée par Jacky Flippot du Parti Breton, allié avec le Mouvement Bretagne et Progrès de Christian Troadec sous le nom de « Nous te ferons Bretagne », avait réalisé 2,62 % des suffrages exprimés.

La parfaite union des partis, la nouvelle carte régionale vraiment idiote, la prise de conscience de plus en plus forte de leur bretonnitude par la très grande majorité des habitants de Loire-Atlantique et aussi le constat par tous du mépris des partis nationaux-parisiannistes laissent augurer d'un résultat bien supérieur.

Voir aussi :
©agence bretagne presse

Cet article a fait l'objet de 1565 lectures.
mailbox imprimer

Vos commentaires :

An Floc'h
Mercredi 8 juillet 2015

Bravo !

Pour la Bretagne, la Loire-Atlantique et l'union !

Aussi pour la conscience de devoir porter un discours dans les autres départements qui souffrent aussi de ce découpage absurde. Leurs habitants sont par trop manipulés et se voient trop facilement en opposition face à la Bretagne.

Ils doivent entendre que la Bretagne n'a rien contre eux, bien au contraire, mais qu'elle est, géographiquement, humainement et philosophiquement à leurs côtés.

Aux Bretons aussi d'être assez clair là-dessus. Bien que l'urgence pour les particularités bretonnes plus marquées expliquent qu'ils peuvent paraitre égoïstes, ce n'est certainement pas le cas.

Il faut créer une synergie pour espérer une séparation positive. C'est aussi parce que les 4 autres départements ont de formidables atouts qu'ils n'ont pas à avoir peur et doivent comprendre qu'ils s'exprimeront mieux.

Vendée et Maine-et-Loire deviennent des banlieues de Nantes. Ces dynamiques et superbes départements méritent mieux.

Comme Mayenne et Sarthe, mises de côté tout en étant forcées à regarder vers Nantes, alors qu'elles peuvent bénéficier grandement de jouer leurs places de carrefour entre Bretagne, Normandie et région parisienne.

Voir Gilles Denigot à la tête de cette liste est, j'espère, prophétique.

EELV crève du jeu politicien. A ne pas avoir su mettre en avant sa tendance fédéraliste, sa vraie originalité pour une réforme de l'Etat mantrasiser depuis 30 ans sans résultat, car ayant toujours ignoré le problème jacobin dans le discours, elle se tire une balle dans le pied. Stupidité de n'avoir jamais voulu mettre cette facette de leur programme en avant, juste derrière les questions écologiques.

Si la parti doit continuer son effondrement, il faut que plus de ses membres suivent l'exemple de Denigot. Ou au moins comprennent qu'il doit rester indépendant en en finissant avec les alliances jacobines pour choisir celles des peuples ancrés au niveau local.

C'est du bas vers le haut que les changements positifs peuvent avoir lieu. Dans l'autre sens, des décennies démontrent que c'est inutile d'espérer.

LHERITIER Jakez
Jeudi 9 juillet 2015

Bien,

et avec l'annonce de la liste d'UNION BRETONNE sur B4,cela commence à avoir une belle Carène et de bons gréements.

Si FR3 Bretagne 4 a bien diffusé un reportage mardi;sur FR 3 PDL,motus, et sur Ouest France PDL rien sur la liste B4 (MPB,UDB,PB).

Le mur de la Honte est toujours là!

Par contre, ils ont bien parlé de la liste Bretonne sur le 44.

Maintenant:

mise en place des comités par BRO,

le financement.

programme simple,

répartition des candidates et candidats par pays.

Pas de consignes préalables selon les résultats.

Maintien au second tour si possible.

Pensez aux effets présidentielle 2017 et entente pour les municipales en 2020.

JP. Touzalin
Jeudi 9 juillet 2015

Il faut tenir le coup!

Solidarité celtique à tous les points de vue.

Chans vat d'an holl !

Ar Vran
Jeudi 9 juillet 2015

Très bien

Maintenant pour gagner aux élections, il ne faut pas que cette liste reste cantonné dans le combat culturel de la réunification, il faut qu'elle propose des alternatives et montre que d'un point de vue économique cette réunification serait non seulement bien pour la Loire-Atlantique mais pour les autres départements de la région PDL.

Il faut qu'elle affiche un programme complet et donc non limité à la réunification; sinon ses opposants politiques vont tout faire pour la discréditer

Lucien Le Mahre
Vendredi 10 juillet 2015

Bravo à nos amis de Loire Atlantique dont la partie à jouer, si elle est plus difficile encore qu'en B4, reste également d'une importance fondamentale pour la poursuite de tout projet visant à une Bretagne retrouvée, viable et prospère.

M.Prigent
Samedi 11 juillet 2015

Dans un contexte de décomposition totale du mouvement écologiste complètement illisible tant au niveau national que local, le choix de Gilles Denigot "... ancien élu EELV à Saint-Nazaire et au Conseil général,..." comme tête de liste de la "coopérative politique" dans les PdL est très pertinent.

Ici, en PdL, c'est l'anarchie complète dans les rangs des Verts-EELV entre les élus écolos du CR des PdL qui tiennent à garder leur mandat, ceux qui voudraient s'allier au PS pour en gagner, ceux qui voudraient faire liste à part quitte à s'allier avec le FG, bref on est en pleine "lutte des places" en lieu et "place" de débats d'idée ou de propositions.

Bien entendu, à aucun moment, il n'y est question du charcutage territorial et encore moins de Bretagne Réunifiée.

Et dans ce panier de crabes le pauvre F.De Rugy ne sait plus où il en est.

PIERRE CAMARET
Mercredi 22 juillet 2015

Interessant . Moi non plus .

Écrire un commentaire :

Combien font 1 multiplié par 0 ?

Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.

Publicités et partenariat