Régionales en 44 : la Bretagne se présente unie derrière Gilles Denigot

-- La réunification --

Reportage
Par Didier Lefebvre

Publié le 8/07/15 18:00 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Le 19 juin, Michel Beaupré, Jonathan Guillaume, Jacky Flippot et Thierry Jamet, des partis Union Démocratique Bretonne, Breizhistance, Parti Breton et Mouvement Bretagne et Progrès annonçaient un accord historique en Loire-Atlantique pour une liste bretonne unique aux élections régionales, et la création d'un site participatif « coopérative politique », .bzh evel just, (voir le site)

Ce 7 juillet, les quatre partis ont présenté leur tête de liste lors d'une conférence de presse. Le choix s'est porté sur Gilles Denigot, ancien élu EELV à Saint-Nazaire et au Conseil général, ancien docker, écologiste et syndicaliste (photo à venir). Cette figure bien connue dans le département, fils de paysans et d'ouvriers, fera une tête de liste incontestée. Son militantisme pour la réunification de la Bretagne est bien connu de tous.

Un accord des principaux partis bretons en Loire-Atlantique

Urgence il y avait de se présenter unis aux élections régionales. Les Bretons, en 44 ou en « Bretagne amputée » (comprendre région administrative Bretagne) se doivent de montrer aux Jacobins qu'ils en ont marre de leurs diktats. En 44, après un long travail de discussions, un accord est parvenu le 19 juin. Les quatre principaux partis bretons : Union Démocratique Bretonne, Breizhistance, Parti Breton et le Mouvement Bretagne et Progrès, ont réussi à faire fi de leurs divergences et à s'unir, dans le but de présenter cette liste commune historique.

une région ahurissante d'incohérence : PDL

Cette liste s'adresse à tous les Bretons de Loire-Atlantique : aux dizaines de milliers de Bretons ayant défilé trois fois de rang en 2014 dans les rues de Nantes, aux 70 % des habitants de ce département affirmant qu'ils sont pour la réunification et, de fait, pour le démantèlement de cette région ahurissante d'incohérence : PDL.

Une charte multidimensionnelle

Mais la Réunification n'est pas le seul ciment de cette liste bretonne 100 % pur beurre. Le site participatif de cette liste (voir le site) décline les grands axes communs voulus par tous ses signataires, où éclate une volonté écologique et citoyenne, avec un appel à la mobilisation citoyenne : « Nous entendons mobiliser les citoyennes et citoyens pour la mise en ½uvre de toutes les transitions écologiques nécessaires : énergétiques, industrielles, agricoles, maritimes, dans les modes de transports multimodaux notamment  ».

Au-delà de la Loire-Atlantique, cette liste entend ouvrir le débat dans les autres départements de PDL

Les élections régionales se déroulant sur des listes au niveau régional, administrativement parlant, Les habitants de Loire-Atlantique ne seront qu'observateurs de ce qui se passe dans le reste de leur pays : la région B4, au travers de la liste d'union Troadec (voir notre article) et (voir notre article). En PDL, ils devront faire des listes départementales dans les quatre autres départements. Ils en profiteront pour mettre le doigt sur l'absurdité de l'actuel découpage territorial : « Nous ne limitons pas notre engagement à la réunification de la Bretagne. Nous entendons faire des propositions et ouvrir le débat démocratique pour les quatre autres départements des Pays de la Loire pour lesquels des solutions pertinentes existent à travers un autre découpage ».

Un score observé à la loupe

La propagande jacobine bat son plein avec un débat pseudo-démocratique qui ne se résumerait qu'à une passe d'armes parisianno-parisienne entre les « trois principaux partis » (sic), tous anti-Bretons, ils l'ont démontré ou affirmé. Il sera intéressant de regarder à la loupe les résultats effectués par la liste Troadec en B4 d'une part (il annonce rester en course s'il dépassait 10%, chiffre d'une très grande vraisemblance), et en 44 d'autre part. Dans ce département en 2010, la liste menée par Jacky Flippot du Parti Breton, allié avec le Mouvement Bretagne et Progrès de Christian Troadec sous le nom de « Nous te ferons Bretagne », avait réalisé 2,62 % des suffrages exprimés.

La parfaite union des partis, la nouvelle carte régionale vraiment idiote, la prise de conscience de plus en plus forte de leur bretonnitude par la très grande majorité des habitants de Loire-Atlantique et aussi le constat par tous du mépris des partis nationaux-parisiannistes laissent augurer d'un résultat bien supérieur.

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1577 lectures.
mailbox imprimer