Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Interview -
Régionales : ABP interviewe Marc Le Fur
Marc Le Fur, le candidat Les Républicains pour les régionales 2015, présentait hier à Brest sa liste pour le Finistère. Nous remercions le député d'avoir accepté de répondre à nos
Philippe Argouarch pour ABP le 16/10/15 14:47

Marc Le Fur, le candidat Les Républicains pour les régionales 2015, présentait hier à Brest sa liste pour le Finistère. Nous remercions le député d'avoir accepté de répondre à nos questions.

Ancien de Sciences-po et de l'ENA, Marc Le Fur a gardé de solides attaches en Bretagne. Il est un farouche partisan de la réunification, on l'a vu aux manifestations à Nantes l'année dernière et a même invité l'ancien président de l'association Bretagne Réunie, Jean-François Le Bihan, à figurer sur sa liste des Côtes d' Armor. Ses listes rassemblent des Républicains des UDI, des Modems, des centristes et des régionalistes comme Caroline Ollivro ou Jean-Jacques Page.

Remettez vos cabans et montez sur le pont ! Marc Le Fur rappelle que les Bretons sont des pionniers et qu'il faut se réveiller. Crise agricole, refus de la réunification, canular du pacte d'avenir, le candidat pense qu'il peut changer le cours des choses. Une liste sarkozyste ? Nous lui avons posé la question mais la direction jacobine de son parti ne semble pas inquiéter plus que cela le député de Loudéac/Lamballe, vice-président de l'Assemblée nationale.

Voir aussi :
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Voir tous les articles de de Philippe Argouarch
Vos 4 commentaires
Muichka Le Dimanche 18 octobre 2015 12:50
En citant les villes intermédiaires, il omet Saint-Nazaire.
A-t-il vraiment la réunification dans les tripes ?
(0) 

Yann le Bleiz Le Lundi 19 octobre 2015 12:03
Désolé pour Marc le Fur, mais c'est pas convainquant.
M. le Fur est certainement sincèrement mais son parti politique est génétiquement à l'image du PS : anti-breton.
Quand il évoque les pays ou territoires européens qui se développent, soi-disant à nos dépens : Flandre, Danemark, Hollande, etc...
Comme par hasard, ce sont nos anciens partenaires économiques, du temps ou nous étions indépendants!
Et pour aller dans les Frandres ou en Hollande, pas besoin de NDDL ou d'un TVG désenclaveur, il faut "des caboteurs " et l'autoroute s'appelle "la Manche" ou pour ceux qui s'en souviennent "Mor Breizh" (la mer de Bretagne)!
Sauf que les nordiques disposent d'une flotte impressionnante de caboteurs, et que la marine bretonne se limite aujourd'hui aux bateaux de plaisance!
Non Monsieur le Fur, ce n'est pas en votant "les Républicains" (terme dans le sens français issu d'une idéologie niant les peuples) que l'on redonnera du dynamisme en Bretagne!
Mais en votant pour ceux qui souhaitent faire rentrer la Bretagne dans l'Europe!
(0) 

D WX 4H E Le Mardi 20 octobre 2015 03:27
Question transport et commerce maritime, la France est malgré un domaine maritime 2è mondial, classée au 28è rang, bien loin derrière la Belgique.
D'autant que je m'en souvienne, nous avons la moitié moins de caboteurs que l'Allemagne avec ses 600 kms de cotes.
Et celà risque de perdurer, le gouvernement, malgré les pressantes sollicitations des armateurs et des marins du Hâvre, vient de dire Non à la constitution d'une flotte commerciale stratégique nationale garantissant l'indépendance de l'approvisionnement maritime du pays (produits pétroliers, minerais, alimentation....).
Et pourtant, dans les "plan Guide Blay" de Nantes que j'ai sous les yeux, un petit historique de la ville fort bien écrit, nous rappelle qu:
"Au début du XVIIIè siècle, l'essor du port, alors le premier de France, assurait à Nantes, comptoir de la compagnie des Indes, une extraordinaire prospérité".
Certes, le "commerce triangulaire" y a aussi contribué, il n'empèche que la Révolution française jalouse de sa réussite s'empressa de déclarer la Compagnie des Indes contre Révolutionnaire et la liquida...ainsi que nombre de ses dirigeants.
On ne fait pas ombrage à Versailles (alias Paris) impunément: Plutôt détruire le potentiel maritime français que de favoriser l'expansion des territoires cotiers, en particulier bretons !
(0) 

Yann le Bleiz Le Mardi 20 octobre 2015 20:30
@ D WX 4H E
Et pour la petite anecdote, au XVIIIème siècle, la flotte de commerce bretonne battait pavillon breton (le Kroas Du) et non le pavillon français.
C'est dire si on a régressé!
Pour les caboteurs, je suis étonné que l'Allemagne n'a que le double des caboteurs (français/bretons) car entre les vrais caboteurs et les péniches de haute mer, là-bas on en voit des bateaux (pas comme ici ou les ports sont vides!)
Qu'en pense M. le Fur?
Souhaite-t-il rouvrir l'autoroute du désenclavement qu'est la Manche à la marine de Bretagne?
Ou en bon Républicain, une marchandise bretonne se doit de passer par la route afin de justifier les investissement routier autour de Paris?
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 0 multiplié par 8) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons