Région Bretagne : « Nous ne pouvons pas nous contenter d’être les supplétifs de l’Etat »

-- --

Communiqué de presse de Blog de Marc Le Fur
Porte-parole:

Publié le 28/04/20 20:01 -- mis à jour le 29/04/20 08:05

 Considérant les enjeux du déconfinement pour le Conseil régional de  Bretagne, et plus largement, pour la Bretagne dans son ensemble, j’écrivais au Président de la Région Bretagne, le mercredi 22 avril, afin qu’il convoque une session extraordinaire du Conseil régional avant la date du 11 mai. Il nous faut effectivement évoquer d’urgence les conditions de la reprise des cours, de la restauration scolaire dans les lycées, des internats, des transports scolaires, des professionnels du tourisme, de l’hôtellerie, de la restauration, de l’industrie bretonne, de la pêche et de l’agriculture, des événements de l’été, de la vie des clubs sportifs…, rappelle Marc Le Fur.

Par un mail du 24 avril, en soirée, le Président du Conseil régional n’a pas souhaité donner suite à cette proposition, regrette Marc Le Fur.

 «Lorsque nous aurons avancé avec Monsieur le Recteur, Madame la Préfète et que nous aurons des informations précises, les commissions se réuniront avant le 11 mai car nous devons informer et débattre sur l’ensemble des sujets ensemble», me répond en effet Loïg Chesnais-Girard.

 «Cette réponse confirme malheureusement ce que je pressens depuis quelques semaines », commente Marc Le Fur. «La Région Bretagne ne vit son action que comme un supplétif de l’Etat auprès duquel il prend ses ordres». Je pense que nous n’avons pas tout à attendre de l’Etat . «Je souhaite que, dans ce contexte très singulier, la Région Bretagne fasse preuve d’autonomie sur des thèmes qui peuvent être les siens. Je souhaite que ces thèmes fassent l’objet d’un débat public comme il se doit en démocratie», conclut Marc Le Fur.

Ce communiqué est paru sur Blog de Marc Le Fur

Voir aussi :
mailbox imprimer

Vos commentaires :

Pcosquer
Mercredi 29 avril 2020

Aotroù LE FUR! Poent eo deoc'h tostaat ouzh Breizh da vat... tud a zehoù ha tud a gleiz 'ba ar bed politikel a zo trevadennourien c'hoazh hiziv an deiz...Int a zo gant ar memes spered zo bet tro dro 1900... Pezh zo war an tu kontrol pa spurmenter dazont ar blanedenn moarvat... Lezit ho c'henseurted bolitikel a-vremañ da vont d'an traoñ.

André Gilbert
Jeudi 30 avril 2020

«Cette réponse confirme malheureusement ce que je pressens depuis quelques semaines », commente Marc Le Fur. «La Région Bretagne ne vit son action que comme un supplétif de l’Etat auprès duquel il prend ses ordres». Je pense que nous n’avons pas tout à attendre de l’Etat . «Je souhaite que, dans ce contexte très singulier, la Région Bretagne fasse preuve d’autonomie sur des thèmes qui peuvent être les siens.

quel plaisir de lire ces lignes , mais dommage que votre appel à l'autonomie ne soit que de circonstance

kris braz
Jeudi 30 avril 2020

Pas une seule fois le mot Région n'a été prononcé par Macron ou Philippe (si une fois par Philippe, mais parlant des régions au sens vaguement géographique, non des Régions/collectivités territoriales) dans leurs diverses prises de parole. Bizarre que ceci n'ait guère été relevé dans la presse/les commentaires.

Y Pibot
Vendredi 1 mai 2020

"La Région Bretagne ne vit son action que comme un supplétif de l’Etat auprès duquel il prend ses ordres"...

Allez un peu de courage, et n'ayez peur de lâcher les mots ...; il s'agit ni plus ni moins que de l'indépendance....

Une Bretagne indépendante, c'est une solution pour, probablement, une meilleure gestion de la crise actuelle....

ANTI-SPAM : Combien font 2 multiplié par 7 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.