Réforme territoriale/audition à l'Assemblée nationale : Bernadette Malgorn défend la Bretagne à cinq départements
Communiqué de presse de Droite et Centre de Bretagne - Breizh tu-dehou ha tu-kreiz

Publié le 30/06/14 18:42 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Bernadette Malgorn, présidente du groupe Droite & Centre de Bretagne a été auditionnée, avec les représentants des autres groupes politiques du Conseil régional de Bretagne, le vendredi 27 juin à l'Assemblée nationale, par le député Carlos da SILVA, futur rapporteur de la loi sur la réforme territoriale. Au cours de cet entretien, la leader de l'opposition régionale a exprimé la position de son groupe sur cette réforme.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

« L'annonce du Président de la République a suscité un espoir et des interrogations. Un espoir, celui de rendre possible la réunification de la Bretagne. Des interrogations sur la méthode et le calendrier qui peut laisser planer le soupçon de man½uvres. La tradition républicaine veut qu'on ne fasse pas de réforme d'une collectivité moins d'un an avant le scrutin de renouvellement de son conseil. Le gouvernement s'en affranchit et reporte les élections de mars à décembre 2015. Cela suppose au moins que la réforme soit adoptée avant décembre 2014», a souligné Bernadette Malgorn.

L'élue finistérienne a rappelé le soutien de son groupe à la loi du 16 décembre 2010 portant création du conseiller territorial, malheureusement abrogée par la majorité socialiste. « Cette loi organisait des convergences entre les niveaux départementaux et régional. Nous sommes toujours décidés à travailler dans ce sens. L'idée d'assemblée de Bretagne lancée par le député URVOAS reprend à son compte cette convergence que nous avons préconisée. Mais nous n'entendons pas nous enfermer dans un schéma théorique.». Bernadette Malgorn a d'ailleurs demandé au président du Conseil régional de mettre la question de l'assemblée de Bretagne à l'ordre du jour de la session d'octobre, une fois connus les résultats de l'étude d'impact commanditée par l'exécutif il y a un mois.

Il a été également question du futur périmètre des nouvelles régions. Sur ce point Bernadette Malgorn a noté « qu'il y avait un paradoxe dans la position gouvernementale visant à élargir la taille des régions tout en supprimant les conseils généraux qui assurent des services de proximité. Les régions françaises ont une taille supérieure à la moyenne européenne que ce soit en superficie ou en population ».

A propos de la Bretagne, l'élue régionale a rappelé que « notre région est une péninsule, marquée par un triple décrochage économique, démographique et territorial entre l'est et l'ouest de la région. Cette périphéricité, extrême à l'échelle de l'Europe, a un coût très lourd. Or l'organisation des collectivités est d'abord une question de solidarité budgétaire. Est-ce que la Sarthe déjà dans l'orbite de la région parisienne ou la Vendée avec son modèle original de développement accepteront de supporter les surcoûts liés à la périphéricité de la Bretagne ? » s'interroge Bernadette Malgorn.

Pour la conseillère régionale, « la culture bretonne n'a pas besoin d'une onction administrative pour s'affirmer. L'économie aussi se joue des frontières. En revanche les limites administratives ont un sens en termes de solidarité financière des collectivités. On ne peut l'attendre de l'ensemble des Pays de la Loire tandis que la constitution d'un triangle de solidarité entre Rennes, Brest et Nantes peut redonner une puissance et une capacité d'action à la Bretagne ».

Cette nouvelle configuration ne saurait toutefois être imposée d'en haut. Aussi Bernadette Malgorn a-t-elle soutenu « le droit d'option pour les départements qui souhaiteraient se rattacher à une région particulière ».


mailbox
imprimer
Le groupe "Droite et Centre de Bretagne" rassemble 19 conseillères et conseillers régionaux de la droite et du centre. Dans la diversité de nos sensibilités et l’unité de nos convictions, nous sommes une opposition à votre écoute pour défendre trois priorités : l’équilibre territorial, le développement économique, l’emploi par la formation.
Vos 4 commentaires
marc iliou
2014-06-30 20:30:35
Breton de gauche et vu le niveau de la gauche française jacobine à souhaits je me demande si je ne vais pas finir par voter à droite pour virer le PS dont je ne commenterais pas le sigle parce que mon commentaire ne serait pas accepté !
(0) 
Louis Le Bars
2014-06-30 21:55:53
Je doute de la sincérité de l'UMP ou du PS sur la question de la réunification bretonne lorsqu'ils sont dans l'opposition.
MAIS, je partage totalement les 4 derniers paragraphes qui me paraissent très pertinents sur la question.
A mon avis le PS n'a pas réellement pour ambition de supprimer les départements, c'est un leurre...le PS n'a pas découvert l'inconstitutionnalité de la suppression des départements soudainement, le PS n'a pas supprimé le Conseiller Territorial pour rien et le PS n'a pas inventé un nouveau mode d'élection des conseillers généraux (départementaux) pour ne pas s'en servir !
L'objectif du PS, c'est la carte des régions. Moins de régions = Moins de défaites. Tel ou tel assemblage pourrait également lui permettre de conserver certains bastions. Supprimer des régions comme l'Alsace ou la Bretagne dans un contexte européen marqué par des référendums un peu partout n'est également nullement anodin.
(0) 
Paul Kerguelen
2014-07-01 11:15:44
Personnellement, une question se pose: Pourquoi voter pour des partis français, quand nous avons des partis bretons, ½uvrant pour la Bretagne...
Les partis français sont gouvernés de Paris (par des politiciens dont l'ambition personnelle prend le pas sur le bien public) et c'est Paris qui dit ou doivent aller les Bretons.... A voir Le Drian se reniant après avoir reçu ses ordres de Paris...
Parce que les partis bretons ne font pas de grands scores au élections?
Si on continu à voter français et non breton, alors oui, les scores resteront bas.... Plus les bretons voterons pour des partis Bretons, plus nous seront maître chez nous et serons pris au sérieux...
(0) 
Yohann Falchier
2014-07-01 22:58:12
Assez d'accord avec le commentaire de Marc Iliou. Les socialistes avaient une occasion en or de répondre présents sur ce dossier en Bretagne historique et de sauver bien plus que les meubles pour les prochaines élections. Je n'hésiterai pas à voter pour les mettre dehors. Je préfère voter à droite pour quelqu'un qui défend son territoire et a un minimum de conscience démocratique que pour une gauche qui ne voit que par Paris et méprise les attentes des populations.
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 6 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.