Record en bourse pour Ubisoft
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 4/01/08 11:03 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Trés bonne année pour l'éditeur de jeux vidéo Ubisoft. Le cours s'envole de 171,69 % à 70 euros. La deuxième meilleure progression française des valeurs du marché pour l'année 2007.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)

Grâce aux ventes record pour le jeu Assassin's Creed avec plus de 2,5 millions d'unités vendues, le chiffre d'affaires 2007-08 s'eleve à plus de 840 millions. Un record pour l'entreprise bretonne ( les 5 frères Guillemot qui dirigent le groupe sont originaires de Carentoir dans le Morbihan).

La seule ombre au tableau, l'entreprise californienne Electronics Arts, le numéro un mondial, qui détient 15.4% des parts d'Ubisoft et qui peut à tout instant opèrer une OPA. Ce qui est certain, c'est que plus ça va, plus l'opèration sera couteuse pour EA.

Philippe Argouarch

Voir aussi :

mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1041 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 8 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.