Réaction de Jean-Yves Le Drian aux propos du président de la République au sujet de la LGV
Communiqué de presse de Region Bretagne

Publié le 11/07/11 12:10 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Je viens de prendre connaissance de la déclaration du président de la République sur la desserte ferroviaire de la Bretagne.

Toutes nos newsletters et tous nos agrégateurs sont gratuits ! Abonnez-vous ! (voir le site)


La durée de parcours de 3 h 30 annoncée est celle de trajets entre la capitale et Brest ou Quimper comportant 5 arrêts intermédiaires. La mise en service de la LGV et la réalisation des travaux sur Rennes-Brest et Rennes-Quimper permettront bien aux trains les plus rapides de desservir les deux villes de la pointe bretonne en 3 h 08.

Reste bien évidemment à définir la deuxième phase du projet Bretagne à Grande vitesse. Les études sont d’ores et déjà engagées. Un débat public est prévu, en 2013, dès lors que le Schéma national des infrastructures de transport aura, ce dont je ne doute pas, validé l’intégration de portions de voies nouvelles Nord et Sud, à réaliser concomitamment pour atteindre au plus tôt cet objectif.

Jean-Yves Le Drian

(voir le site)

Voir aussi :

mailbox
imprimer
logo
La région administrative Bretagne.
Administration régionale
Site Patton
283 avenue du général Patton, CS 21101,
35711 Rennes cedex 7
Tél. : 02 99 27 10 10 - Fax : 02 99 27 11 11 Service Presse de la Région Bretagne
T. 02 99 27 13 54, F. 02 99 27 13 34,
courriel : presse@region-bretagne.fr
Vos 2 commentaires
  Jacques
  le Mardi 12 juillet 2011 21:24
Comment se contenter d'une inscription au futur SNIT toujours pas adopté depuis fin 2010 quant on sait que la modernisation (relevé de vitesse, suppression des PN....) des liaisons Rennes/Brest - Rennes/Quimper était déjà inscrite au CPER de 2000-2006, reprise dans le CPER 2007-2013 et dans le projet global BGV
De qui se moque-t-on ?
la LGV Connerré/Rennes ne mettra pas Paris-Rennes/Brest ou Quimper à 3 H
tous les citoyens usagers en sont conscients sauf nos politiques
pourquoi dépenser autant de Milliards d'euros en laissant le réseau existant en l'état ?
(0) 
  jd
  le Jeudi 14 juillet 2011 01:25
la Bretagne roulée dans la farine , c'est surprenant ! avec le projet de LGV Rennes-Le Mans
La Bretagne condamnée à payer 3 fois
1) cette convention de financement impliquant la participation de la Bretagne est la première de deux autres :
2) la modernisation avec relevé de vitesse pour Rennes - Brest/Quimper annoncée avec un débat public devant avoir lieu "à l'horizon 2013" ! - alors que ce projet est inscrit dans le contrat de plan Etat Région 2000-2006 et renouvelé depuis pour 2007-2013 et inscrit dans le projet global B G V
3) la liaison rapide (type LGV) entre Rennes et Nantes avec l'aéroport de N D d Landes en cours
il est surprenant que le projet LGV soit estimé seulement à 3,3 Md€ dont pour les collectivités 950 M€ et l'Etat (l'AFIFT) pour 950 M€ alors que l'engagement de l'Etat selon le dernier CA de l'AFIFT est porté à 2,160 Md€ soit un delta de 1,2 Md€ qui se rajoute donc aux 3,3 Md€ soit un global estimé à ce jour de 3,3 + 1,2
soit 4,5 Md€ sans les 10 à 20 % de variation d'ici la réalisation pas avant 2017 !!!!
Il est surprenant que ce projet soit un « puissant moteur de croissance » en laissant en l'état le réseau existant empêchant tout développement du fret et des liaisons TER en l'absence d'inscription et d'adoption du SNIT Schéma National des Infrastructures de Transports toujours pas adopté depuis fin 2010
Il est surprenant de relater que le projet LGV est né en 1997 alors que le premier projet du TGV Atlantique a été présenté au Ministère en 1978 et réalisée en 1990 et que l'extension du TGV Ouest a fait l'objet d'un cahier des charges en 1995 (on comprend mieux au fil du temps la perte de pertinence technique de ce projet : la suppression de la branche vers Nantes, son zigzag et la virgule de Sablé)
Il est surprenant d'affirmer que le mariage financier est innovant (sauf à dire que c'est l'Etat donc les citoyens qui supporte un projet estimé aujourd'hui à 4,5 Md€) tout en sachant que le contrat de partenariat public et privé (avec Eiffage, financièrement fragilisé..) n'est toujours pas signé alors que le contrat PPP de Tours Bordeaux beaucoup plus conséquent vient d'être signé début Juin avec le groupe Vinci
Il est surprenant que conformément aux lois Grenelle aucune étude alternative ne soit faite ni que le SNIT ne soit adopté ni que les assises ferroviaires annoncées en septembre par NKM ne soient pas déroulées
Politiquement Tenir pour acquis n’est pas un engagement contractuel de réalisation
(0) 
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 5 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR de l'article et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.