Randorade et observation des oiseaux

-- Environnement --

Chronique de marc Patay Lejean

Publié le 25/05/15 19:22 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Ce dimanche de la Pentecôte (24 mai) avait lieu la Randorade 2015, organisée par l'école Diwan de Brest. Des milliers de randonneurs pouvaient emprunter huit parcours de 5 à 30 km, à partir du Camfrout, au Relecq-kerhuon, et participer à de nombreuses animations tout au long de la journée : musique, découverte du patrimoine local (Manoir de Lossulien) et de la nature avec l'association Bretagne Vivante (Sepnb) qui avait installé des stands en différents endroits.

La section de Brest de l'association de protection de la nature Bretagne Vivante avait notamment un stand dédié à l'observation des oiseaux à l'anse de Kerhuon. Toute la journée, de 9h à 17 heures, nombreux furent les randonneurs à s'arrêter à notre emplacement où nous leur proposions des jumelles et des longues-vues, afin d'observer de plus près les hôtes de ces lieux, notamment le grèbe huppé (1), ar plomer kuchen en breton, magnifique oiseau qui s'observe toute l'année dans notre région. Bec pointu, poitrail blanc, huppe noire et collerette rousse, cet oiseau élégant, de la taille d'un canard, hante étangs et lacs où il pêche des petits poissons. L'animal plonge souvent et darder la longue vue sur lui n'est pas toujours facile. Très au large, nous aperçûmes aussi un grèbe castagneux, plus petit, sombre, banal aussi ... sauf pour un ornithologue ! Le grèbe huppé se caractérise par des parades nuptiales intéressantes dont nous vîmes quelques amorces (secouement de têtes) ; de même, ses petits ont coutume de s'abriter sur le dos des parents !

Si nos grèbes (jusqu'à six) ont focalisé l'attention des visiteurs, de nombreuses autres espèces ont été vues : bergeronnette grise qui papillonnait au dessus de l'eau afin d'attraper des insectes, hirondelles des fenêtres rasant délicatement l'onde, goéland (ar gouelan) brun et argenté, grand cormoran s'élevant progressivement au dessus de l'anse, couple de foulques macroule (ar jualenn), noirs avec un bec blanc, se tenant prudemment, près des joncs protecteurs, aigrette garzette (an herlegon) d'un blanc immaculé, nombreux canards colvert s'approchant familièrement des berges, espérant quelques quignons de pain; au loin, sur la berge opposée (Pyrotechnie St-Nicolas), un cygne tuberculé (an alarc'h) nage paisiblement et, curieusement, ni héron ni poule d'eau dans les environs. Mais d'autres volatiles, cachés dans les frondaisons, faisaient entendre leur chant : bouscarle de cetti, petit oiseaux roux, difficile à voir mais au chant caractéristique, verdier …

Un de nos visiteurs racontait avoir vu un butor étoilé, tapis dans les roseaux; un autre randonneur nous décrivit longuement un oiseau remarquable aperçu dans un champ, piquant la terre de son bec et muni d'un ample huppe … une huppe fasciée justement (2) ! qui habituellement, fréquente surtout le sud de la France, réchauffement de la planète ?

Notes :

1 et 2 : voir photo

Bretagne vivante : (voir le site)

L'association organise de nombreuses sorties oiseaux, insectes, botanique ; se rapprocher d'une section locale pour en connaître le détail.


mailbox
imprimer
logo
Informaticien, marié, aime l'écriture (prose poétique, essais, traduction), la langue bretonne, l'histoire, de la Bretagne en particulier, etc
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 7 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.