Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Que se passe-t-il là-bas, au Rojava, au Kurdistan syrien ?
Alors que les envoyés des Amitiés kurdes de Bretagne rencontraient à Diyarbakir une délégation du Kurdistan syrien venue de Kobanê, des affrontements violents se produisaient dans ce canton, géographiquement
André Métayer pour Amitiés kurdes de Bretagne le 13/05/14 12:00

Alors que les envoyés des Amitiés kurdes de Bretagne rencontraient à Diyarbakir une délégation du Kurdistan syrien venue de Kobanê, des affrontements violents se produisaient dans ce canton, géographiquement vulnérable, victime d'attaques fréquentes des combattants djihadistes de l'Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL). Le silence international, à ce sujet, est impressionnant, comme si la déstabilisation du Kurdistan occidental était, pour certains, l'objectif majeur à atteindre.

Ibrahim Kurdo, qui a le titre de ministre des Affaires étrangères du canton de Kobanê, ne décolère pas : "la Turquie alimente l'idée que nous soutenons le régime de Bachar El-Assad au motif que nous nous défendons contre les attaques des djihadistes. C'est absolument faux ! Ni les uns ni les autres ne sont démocrates". Il fustige également la position de certaines forces internationales et des Etats régionaux qui, selon lui, veulent détruire le mode de gouvernance institué dans ce Kurdistan occidental, ce Kurdistan syrien, nommé en kurde "Rojava".

Le Kurdistan syrien reconnait trois langues officielles

"Rojava s'est doté d'une autorité démocratique et autonome" déclarent les représentantes de "l'Assemblée législative". Le mode de gouvernance adopté reconnait trois langues officielles (kurde, arabe, syriaque) inclut les Kurdes, les Arabes, les Arméniens, les Assyriens, les Tchétchènes, mais aussi les différentes religions comme l'islam, le christianisme, le yézidisme. Aux termes de la constitution (appelée contrat social), la région kurde est divisée en trois cantons : Djezira (le canton le plus peuplé comprenant notamment la ville de Qamişlo), Kobanê et Efrin. Chaque canton est habilité à se doter de structures autonomes de gouvernance selon le modèle défini par la constitution. Il est à noter que les femmes sont fortement représentées dans les gouvernements de ces trois cantons. C'est d'ailleurs une femme qui est à la tête du canton d'Efrin.

Une des difficultés à surmonter est l'isolement des cantons : deux corridors d'une soixantaine de km prennent en sandwich Kobanê, le canton situé au centre. Ces corridors, sont sous contrôle djihadiste. Pour circuler d'un canton à l'autre, les populations kurdes sont contraintes de passer par l'Irak et la Turquie qui, de son côté, a mis en place un embargo sur toute la région.

Détermination farouche pour s'opposer à l'envahisseur

Mais les Kurdes syriens, qui peuvent compter sur la solidarité des "Kurdes de Diyarbakir", sont déterminés comme le déclare Ibrahim Kurdo

"Cette révolution qui a remonté le moral des peuples est la seule option offrant une perspective de coexistence basée sur l'égalité et la liberté. Elle est contestée par certaines forces internationales et les Etats régionaux qui veulent la détruire, notamment la Turquie et certains pays arabes oligarchiques qui apportent un soutien politique, logistique, financier et militaire à des groupes comme Al-Qaïda, l'EIIL et Al Nosra. Quel que soit le prix à payer, nos unités de défense sont prêtes à servir de boucliers humains pour faire échouer les plans de l'EIIL. Aucune force ne pourra résister à cette révolution"

André Métayer

Voir aussi :
logo
Amitiés kurdes de Bretagne est une association loi 1901 chargée de faire connaitre les luttes du peuple kurde. Elle a été créée en 1994.
Voir tous les articles de Amitiés kurdes de Bretagne
L'auteur a décidé de ne pas autoriser les commentaires pour cet article.

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons