Quatre évêques de Bretagne créent un fonds de dotation pour aider les jeunes
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 11/05/11 10:18 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Une première en France, des évêques se réunissent pour lancer un projet en commun. Il s'agit d'un fonds de dotation, une structure, mise en place en 2008 par la ministre de l'Économie Christine Lagarde,pour permettre de lancer facilement des mini fondations et sans un apport massif de capitaux.

Le fonds Spi Breizh est destiné à soutenir les jeunes en difficulté en les associant à des actions éducatives sans aucune distinction de religion ou de culture. Les quatre évêques de Bretagne font partie du conseil d'administration du fonds. Les quatre évêchés ont doté le fonds d'un capital initial de 460.000 euros. Les fondateurs veulent se donner les moyens de collecter des financements suffisants afin de réaliser des projets d'envergure en Bretagne. Le nom Spi Breizh, a été choisi pour "affirmer clairement l'identité bretonne" du fonds. Spi veut dire espoir en breton. L'espoir d'un souffle nouveau donc (le spinnaker).

Deux projets sont déjà retenus : la rénovation du Centre de Musique Sacrée de Sainte Anne-d'Auray et la réhabilitation du club des Cadets de Bretagne de Rennes (un centre sportif).

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch


mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 2459 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 3 multiplié par 4 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.