Quand les menhirs bretons viendront de Chine !

-- Politique --

Insolites de En Avant Bretagne / Breizh War-Raok
Porte-parole: Jean-Jacques Page

Publié le 10/01/12 1:01 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Pourquoi pas des menhirs « made in China » ?

24527_1.jpg


On n'y croyait pas, la commune de Séné/Sine et son maire Luc Foucault l'ont fait :

L'artère centrale de la commune sera recouverte de granit chinois ! La production de Bretagne, terre de granit par excellence, pays recouvert de menhirs et de dolmens en granit n'a pas la cote auprès de la municipalité sinagote.

Comment Luc Foucault, maire de Séné qui se prétend écologiste et défenseur des circuits courts ose-t-il justifier son choix Chinois dans la presse locale en faisant la promotion des avantages économiques de la mondialisation !

D'une part choisir du granit chinois plutôt que breton pour le chantier de l'entrée du bourg de Séné/Sine ne représente qu'une économie brute de 40.000 € sur un montant de travaux qui se compte en millions d'euros, soit une économie d'environ 1 % seulement.

D'autre part si l'on regarde, non pas le prix d'achat brut, mais la valeur économique globale, il devient alors évident que la balance économique du choix chinois est défavorable aux Bretons.

Enfin pourquoi ignorer les alternatives, si le granit est trop cher, pourquoi ne pas utiliser des pavés de ciment reconstitué, qui restent en tout état de cause une solution technique viable et bien moins chère que le granit (même chinois).

Il est temps de faire preuve de cohérence globale, et de ne pas s'en tenir à des discours creux et incantatoires. Une vision purement comptable ne suffit pas. Le choix de la municipalité de Séné/Sine est à ce niveau caricatural et indéfendable.

Tous les projets financés par nos impôts devraient intégrer non seulement le coût de l'achat direct, mais aussi leurs effets secondaires.

Il convient de prendre en compte tant les effets négatifs, tels que la pollution en raison du transport ou le non respect des normes sociales, que les effets positifs en termes de création d'emplois sur le territoire ou la conservation d'un savoir faire ancestral.

Toute collectivité peut, par ses choix, favoriser l'économie bretonne. En ces temps difficiles, œuvrer à la préservation de l'emploi en Bretagne est plus que jamais une priorité pour les Bretons.

Pour En-Avant-Bretagne/Breizh War-Raok il faut penser et agir «Bretagne d'abord» !

Voir aussi :

Cet article a fait l'objet de 1050 lectures.
mailbox imprimer
logo
En Avant Bretagne / En-Awen-Breizh est une plateforme politique. L'union des modérés qui pensent Bretagne pour que la Bretagne ne compte pas pour du beurre.

Vos commentaires :

Caroline Le Douarin
Samedi 12 mai 2012

Si c'est moins cher, alors pourquoi pas. Moi j'en suis malade de penser à ces éventrements de la Bretagne, Jusqu'à quand sera-ce possible ?

Heureusement que le tram de Paris a choisi du granit de Chine... vu la quantité.

Je préfère qu'on garde notre granit pour nos artistes sculpteurs ou tailleurs de pierres, pour la restauration, pour embellir la Bretagne, y mettre des oeuvres d'art, culturelles – religieuses ou pas, comme La Vallée des Saints de Carnoët par exemple – plutôt que d'en paver les rues ou border les trottoirs.

Au fait quand l'importation des ardoises du Portugal a commencé, je ne me souviens pas de telles protestations, mais peut-être n'ai-je pas bien suivi alors...

Écrire un commentaire :

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 6 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.