Quand l'histoire repasse les plats, le silence n'est plus tenable

-- Patrimoine --

Chronique
Par Yvon Ollivier

Publié le 2/02/20 15:06 -- mis à jour le 03/02/20 08:20
49965_1.jpg
couverture du livre "lettre à ceux qui ont renoncé à la bretagne"

Certains faits récents nous renvoient aux pages les plus sombres de notre histoire. C’est la raison qui me pousse à rappeler ici que l’histoire repasse souvent les plats et que nous gagnerions à nous méfier. Ne considérons pas certains faits à la légère, et je regrette que tant d’autres, qui auraient toute légitimité à s’exprimer, préfèrent se taire. Après tout, nous savons à présent que la démocratie n’est pas éternelle, qu’elle est menacée de toute part dans sa capacité à maintenir des institutions libérales, à prendre en compte les droits des minorités et des plus faibles. Quant à la Bretagne, il n’est pas écrit que le chemin vers l’émancipation progressive de notre peuple breton sera celui que nous emprunterons. Le principe d’émancipation du peuple breton s’est retrouvé désamorcé par quinze ans de belles promesses socialistes. Le temps du recul est peut-être venu, au moins sous la forme technocratique avec la réforme Blanquer qui réduit nos langues au statut de langues mortes, alors même que Mr Le Drian n’y voit aucun souci et a choisi de rester Ministre. Mais d’autres nuages pointent à l’horizon. Il suffit de savoir entendre.

La bête hideuse nous menace. Certains propos tenus récemment par Gilles Pennelle, le représentant du rassemblement national, devraient nous émouvoir en ce qu’ils nous ramènent aux temps d’avant la révolution nationale de Pétain, aux temps des ligues, à l’époque où la droite antisémite aspirait à la vengeance, à la grande lessive… Au sujet des manifestants de gauche qui s’opposent à la venue de Marine Le Pen à Brest, « On s’en occupera particulièrement quand on sera au pouvoir, c’est-à-dire très prochainement et on les mettra hors d’état de nuire » affirme Gilles Pennelle. Dérapage verbal ? Je pense qu’il livrait là sa véritable pensée, la haine dans le cœur à l’encontre de tous ceux qui s’opposent à l’avènement du monde selon Le Pen, c’est-à-dire du monde où les hommes et les femmes n’ont plus qu’une seule tête, conforme à l’idéal parisien, et si possible une seule couleur. Gilles Pennelle ne nous a pas dit comment il mettra hors d'état de nuire de simples manifestants usant de leurs droits reconnus constitutionnellement. Dommage ! Il faut comprendre que Gilles Pennelle et ses amis s’occuperont de tous ceux qui ne partagent pas leur idéologie. Ils s’occuperont donc aussi de nous, les défenseurs de la Bretagne. Et bien soit, nous serons au rendez-vous, car c’est la seule manière de lutter contre ces dérives. Je m’étonne que de tels propos n’aient pas suscité de plus vives réactions. Même les esprits sont anesthésiés de nos jours.

Une autre menace non moins réelle est celle que je nomme « le retour des coupeurs de têtes ». Eux aussi ont choisi de réduire hors d’état de nuire tout ce qui n’est pas conforme à leur idéologie laïque et franchouillarde. « La libre pensée » et leurs amis de la France insoumise, s’en prennent ici à un calvaire qu’il faut détruire à Plorec-sur-Arguenon , et là, à nos vieux saints bretons au point de solliciter une nouvelle dénomination pour Saint-Brieuc, expurgée de son histoire : Port Brieuc. Ces gens-là poursuivent l’œuvre de Robespierre, en se servant des lois et des élections municipales, mais c’est toujours le même but, éradiquer tout ce qui déroge et surtout cette vieille culture bretonne qui n’a d’autre tort que sa différence au regard de la norme nationale, et avoir, il est vrai, un lien historiquement fort avec le catholicisme. Leurs dégâts sont encore visibles partout dans nos Eglises et nos chapelles, à la vue de ces têtes de saints décapités. Faudrait-il encore couper les têtes, en plein 21e siècle ? Nous voici donc réduits à leur donner la même leçon de démocratie qui consiste à accepter l’autre dans son histoire, dans son patrimoine, voire dans sa religion. Qu’on le veuille ou non, que l’on soit catholique ou non, nos vieux saints bretons participent de notre patrimoine. Il s’agit même d’une part de notre identité bretonne. Il est fini le temps où la Bretagne n’avait d’autre expression que religieuse. Elle s’est depuis longtemps émancipée de la religion, et c’est une bonne chose. Seulement, il nous reste notre histoire collective et notre patrimoine. Nos vieux saints fondateurs en font partie. Et ce sont des choses qui méritent le respect. Jamais nous ne forcerons ces messieurs de la « libre pensée » à aller à la messe, au pardon du Folgoët, de Rumengol ou à la Vallée des saints, car nous respectons les idées d’autrui. Mais nous sommes encore nombreux à les fréquenter, à chanter nos vieux cantiques en breton -quelle horreur-, et pour des raisons qui ne concernent que nous, par foi ou simple tradition. Notre vieille Bretagne est une terre de saints. C’est une part de nous-mêmes et nous y tenons.

Face aux assauts que la Bretagne reçoit et recevra de plus en plus, je suis effaré de l’absence de réaction de nos élus et de l’ensemble de la société. La Bretagne ne se réduit pas à nos langues, à la musique et à la danse. Elle dispose d’un patrimoine bien plus vaste et qui mérite d’être défendu, aussi. Nous avons trop souvent le tort de n’aborder notre patrimoine breton qu’au travers du petit bout de notre lorgnette. Ne pas s’exprimer, ne pas s’indigner, c’est laisser le champ libre aux coupeurs de têtes qui trouveront matière à s’enhardir. Méfions-nous de ceux qui veulent réduire le réel à leur dogme, à leur idéologie et abordons la Bretagne telle qu’elle est, c’est-à-dire dans son histoire et dans sa diversité. Au lieu d’être l’expression des vieilles haines, la Bretagne gagnerait à devenir le laboratoire d’une laïcité apaisée, car nous avons la chance de bénéficier encore de valeurs fortes et communes qui nous rassemblent.

J’essaie d’être respectueux des idées d’autrui, mais quand même, il faut savoir être cohérents. Si les partisans de la bête hideuse et les nouveaux coupeurs de tête n’aspirent au fond qu’à une Bretagne éradiquée d’elle-même, entièrement conforme à la norme parisienne, et si la seule pensée de notre patrimoine les fait vomir, et bien je leur conseillerais d’être fidèles à leurs convictions. Libres à eux de rejoindre Paris où ils trouveront leur eden aux trois couleurs. Car nous, nous ne lâcherons jamais rien de ce que nous sommes.

Yvon Ollivier

Auteur

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 1560 lectures.
mailbox imprimer
logo
Yvon OLLIVIER est juriste, auteur de l'ouvrage "la désunion française essai sur l'altérité au sein de la République" ed l'harmattan 2012 et membre de la coordination des juristes de Bretagne blog associé desunion-francaise.over-blog.com

Vos commentaires :

Michel LE TALLEC
Dimanche 2 février 2020

Bonjour Yvon,

Entièrement d'accord avec toi, sur la bête hideuse (RN) et les coupeurs de tête (LFI). Sur ce dernier sujet, une réaction

va paraître sur le site de PLB. Mais c'est vrai, je suis aussi consterné que toi par le silence assourdissant du milieu militant breton, à ce propos. Autre sujet, qui, j'en suis sûr, n'aura pas manqué de t'alerter : les manoeuvres d'un Le Drian, qui, toute en restant ministre, veut créer une sorte d'aile gauche au sein de la "macronie", en maintenant bien sûr son soutien à Macron. Un bel exemple de chorégraphie politicienne... Mais danger, danger pour le Bretagne. Dernier point : je n'aime pas plus que toi le RN, mais j'aime encore moins ceux qui s'intitulent les anti-fas, et qui perturbent, régulièrement et violemment, à Rennes, Nantes ou ailleurs, des réunions pacifiques de chrétiens ou croyants qui veulent réfléchir au sujet de la bioéthique, ou plus généralement des évolutions sociétales. Et dire qu'ils ont le culot de de s'appeler and-fas! La violence entraînant la violence, je peux, sans les cautionner, comprendre les réflexions de Penelle.

A greiz galon,

Michel

Laer-noz
Lundi 3 février 2020

Mais si face à tous ces coupeurs de têtes (ou a côté) il ne se trouve que des Bretons qui ont accepté de se laisser couper la tête ; et qui discutent, chipotent seulement sur la longueur du cou qui restera en affirmant au Peuple Breton qu’au delà de quelques centimètres, c’est l’essentiel et une victoire.

Que c’est une victoire acceptable car ce sont de vrais Bretons (ou /et pas) qui actionnent et entretiennent le lourd couperet !

Les diverses élections n’étant plus depuis que de vulgaires « crêpage de chignons avant la coupe sévère », pour des décapitations plus que symboliques, qu’ils vont organiser servilement, pour leurs, des maîtres bouchers plus soft que d’autres !

A greiz penn !

krys44
Lundi 3 février 2020

Démocratie , un mot magnifique ! La France ne fait plus partie que des démocraties imparfaites ...

Source : (voir le site)

"Le consortium de média mené par The Economist a publié son classement 2019 des pays par indice de démocratie. Cet indice mesure la propension d’un pays à être effectivement une démocratie dans l’ensemble de ses composantes. La méthodologie utilisée est décrite en bas de cet article. Le classement des pays par indice de démocratie 2020 sera mis à jour dans les semaines à venir.

Cet indice de démocratie, sur 10, permet de distinguer 4 groupes de pays :

les démocraties pleines, qui ont un indice supérieur à 8 ;

les démocraties imparfaites, qui ont un indice compris entre 6 et 8 ;

les régimes hybrides, qui ont un indice compris entre 4 et 6 ;

les régimes autoritaires, qui ont un indice inférieur à 4."

Jean-luc Laquittant
Lundi 3 février 2020

Encore du grand Yvon OLLIVIER ! toujours aussi virulent sur la "penelle"(1) et les jacots coupeurs de têtes, que tolérant avec toutes les idéologies pacifistes du monde. Mais quand l'histoire"repasse les plats" l'endormissement est, effectivement,mortel.

Car, pour sauver notre Bretagne, nous ne sommes plus aux états d'âme de certains et aux EGO de tous. Nous sommes condamnés à l'union ou à la mort. Pour cela prenons en exemple notre drapeau, qui unit sans les fondre, deux teintes totalement opposées: le blanc et le noir, pour en faire la plus belle des bannières et le symbole d'une vraie démocratie.

Personne n'est tout blanc ! Personne n'est tout noir ! Nous sommes tous " Bianc é naï " Nous sommes tous des " Gwen ha Du ".

(1) Penelle, le bien nommé, signifie "misère" en gallo.

Ifig
Lundi 3 février 2020

Deskomp er brezhoneg hag e vo graet an darn vrasan ag an hent. Hemp brezhoneg Breizh ebed. Traeù arall a zo avel ha moged. (D'am sonj atao...)

Yann D
Jeudi 6 février 2020

février 2020 - " Le reste" de Jean-Luc Mélenchon.LFI Cela ne peut pas passer.

"L'imaginaire des Français est travaillé par le souvenir de la Grande Révolution de 1789 qui est une révolution égalitaire, on a aboli les privilèges», «La tête du roi, le reste, c'est quasiment secondaire par rapport à ce qui est essentiel : l'abolition des privilèges.»

«Les pires violences ont été commis pour l'instant par des policiers qui ont de sang froid visés leur compatriote en pleine figure, qui ont matraqué des gens à terre, qui ont frappé à coup de poing des pompiers...."

Et les 150 000 habitants abattus, massacrés, ou brûlés vifs dans les guerres dites de Vendée- sur 4 départements sud Bretagne, Vendée, Maine et Loire, Deux-Sèvres. ?

boned ruz
Jeudi 6 février 2020

Mennozhioù sokioyezhoniel 'zo a lâr: ne blij ket mui d'an dud bezañ lakaet war o chouk un identelezh bennak... Re wir eo ez eus emzalc'h nevez gant an dud ha pep hini da zibab: Piv on! Peseurt identelezh zo din? - Peseurt kultur a blij din ar muiañ?- Ma savpoent din-me war pep tra da gentañ - ha kement zo! Strategiezh ar strolladoù politikel ne servij ket mui da wall dra hiziv! nemet evit lod splujet tout o fennoù araok hag a-dreñv er bed politikel met n'eo ket an holl a zo livet gant ul liv politikel bennak... Yann e spered fin-fin-tre (evit ur wech) a vo an hini nemetañ gouest da c'houzout penaos 'vo an traoù... n'emañ ket an dalc'h gant ar strolladoù politikel nemet gant kinnig ur raktres gwirion d'ar vretoned ha war an dro ur c'hred buhezel nevez emañ... An" Assemblée de Bretagne" an hini eo a c'hallfe skarzhañ da vat LFI RN ha reoù-all "libre penseur"...Poent eo lakaat an dra nevez-mañ da vont en dro neketa? An avel fresk o flourañ pep hini gant ur vlazig a frankiz marteze!

Jacques
Lundi 24 février 2020

A mon humble avis, notre inquiétude devrait moins venir de la crainte de la ''bête hideuse" (allusion directe à ce qui devient l'unique référence historique en manière de politique occidentale) que de l'incapacité actuelle des Bretons à faire vivre leur démocratie (c'est à dire le pouvoir du peuple).

Il est facile de noter qu'aujourd'hui le mot ''démocratie'' est très à la mode et très utilisé quand, en parallèle le mot ''pouvoir du peuple'' est très largement devenu suspect... Peut-être tout simplement parce que la définition de la ''démocratie'' a évoluée dans le contexte de ''nov langue'' du monde occidental actuel...

Personnellement, je pense qu'il faut laisser l'argument des ''heures sombres'' à ceux qui ont peur de la démocratie... N'oublions pas que si officiellement la ''bête hideuse'' fut mis au pouvoir par la ''démocratie''... dans la pratique, c'est plutôt l'oligarchie allemande qui a joué avec une force qu'elle pensait contrôler...

En clair, Hitler (pour le nommer) n'a jamais été élu mais appelé à la chancellerie par Hindenburg suite à l'incapacité/volonté de l'oligarchie de réponde aux attentes du peuple ! Dans ce contexte délétère, 2 tendances émergeaient chacune portée par une idéologie totalitariste : les communistes (aux ordres de l'internationale dirigée par Moscou) et les nationaux-socialistes (socialistes opposés au concept internationaliste, influencé par les idées propres à leur leader).

Entre ces 2 puissances émergentes (la peste et le choléra), le Maréchal et ceux qu'il représentait (la haute-bourgeoisie) ont fait le choix du ''plus patriote'' en pensant pouvoir manipuler plus facilement celui qui n'était qu'un caporal autrichien...

La suite, on la connait!

Rappel, car c'est nécessaire : A l'époque, il n'y avait pratiquement plus de partis politiques en Allemagne, seulement une chienlit de politiciens bourgeois se battant entre eux pour le pouvoir pendant que dans la vie réelle le peuple ne se sentait pas écouté/représenté... Et si comparaison n'est pas raison, on notera une certaine similitude avec la situation actuel dans l'Hexagone...

Ce n'est pas Hitler qui a tué la ''démocratie'' allemande, elle était déjà morte... Il n'a fait qu'évacuer le cadavre et prendre la place vacante...!

=> Aujourd'hui, dans l'Hexagone, nous avons une gauche internationaliste bruyante/violente de plus en plus allié aux islamistes, face à une droite (non universaliste) à peine moins désunie que le reste de la classe politique... Un paysage de chienlit politique en haut duquel trône depuis 4 ans un pseudo néo-parti issu de la sphère apatride-financiero-oligarchique... (La notion de ''souveraineté du peuple/démocratie'' semble bien éloigné de ce paysage)

=>A considérer que la démocratie ait un jour existé dans la République, elle semble bien moribonde...

Ne nous trompons pas d'objectif :

Le plus grand obstacle à la Bretagne et aux Bretons, c'est bel et bien l'abandon actuel de la démocratie par les Bretons, l'absence totale de volonté réelle de voir émerger un pouvoir démocratique en lieu et place de la chienlit du système oligarchique centralisé...!

=> Les Bretons actuels ne considèrent pas la démocratie bretonne comme légitime, et rien de ce qui est fait au sein du mouvement breton ne semble recevable pour leur faire changer d'avis...

Pour comprendre ce phénomène, c'est bel et bien ''nous même'' (les Bretons actuels) qu'il va falloir étudier....

Pas simple...!

pcosquer
Lundi 24 février 2020

Ci-joint un commentaire déjà écrit sur APB à propos des Initiatives Citoyennes Européenne. qui étaient bien peu suivies en Bretagne malheureusement En 2013 ou 2014 , Romain PASQUIER (politologue) expliquait à propos des bonnets rouges que les Bretons étaient selon lui des "jacobins refoulés", une manière sans doute d'étiqueter un mouvement qui échappait à toute logique française; cette réflexion fait-elle partie de la "caution morale" à laquelle nous sommes sensés adhérer et dès lors, doit on se considérer effectivement comme jacobin?

En fait, si on tient compte du résultat de l'action administrative et politique française en Bretagne sur le comportement de nos parents bretonnants pour ce qui concerne la Basse Bretagne au moins ( personne nés entre les 2 guerres), résultat qui s'est soldée par l' arrêt de la transmission de la langue à leurs enfants; soit environ 50% de nos parents qui auraient agit en ce sens d'une manière délibérée, mais aussi par près de 30 % de nos autres parents qui ont laissé faire..., Il est logique de se demander pourquoi ils ont agit comme ça? Pauvreté et modernisme à l'oeuvre ? Personnellement, je n'y crois pas, en tout cas cela ne semble pas suffisant car il reste malgré tout prés de 20 % de nos parents qui eux ont enseigné la langue à leurs enfants et ils n'étaient pas plus riches... Alors quoi? Disons que justement la pensée de Romain PASQUIER est peut-être mal construite et qu'il s'agirait plutôt de Bretons qui auraient opté pour la caution "morale française" et seraient donc devenus de faux jacobins ou plus vraisemblablement des "Bretons refoulés". C'est donc l'inverse il me semble.

Quand P MOLAC dit qu'il faut "travailler sur les Bretons", je suis d'accord avec lui...Ce choix malheureux de nos parents qui s'explique par la politique d'ethnocide menée depuis si longtemps par les gouvernances françaises, les a conduit à adopter cette " moralité française". Et leurs enfants ( nous-mêmes) en large part ne se posent même plus le problème ou à peine. Nos aînés ont une dure pente à gravir et notre génération en partie déconnectée de son identité est sur la même pente... La difficulté est située au plus profond d'eux-mêmes...établir ce qu'ils ont gagné et ce qu'ils ont perdu, relativiser les promesses d'avant aux jours désastreux d'aujourd'hui que connaît la "société" en hexagonie. Mais en ont-ils l'envie? ou même la force ? Sans eux, le changement ne sera pas pour demain... La caution morale des Bretons doit être bretonne et non plus celle qui a été imposée à travers la destruction de la langue. La caution morale Bretonne est à construire et elle ne peut pas être politique sauf à ce que cette dernière soit d'une très grande maturité et là... la barre est trop haute pour nos chers élus car on sait ce que ça donne malheureusement: une ou des déchirures sociétales vécues pendant puis après la guerre.

ANTI-SPAM : Combien font 1 multiplié par 3 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.

--Publicité--
yoran embanner