Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Propos de François Hollande sur la Réunification de la Bretagne : une véritable provocation !
Si les propos prêtés à François Hollande dans le journal La Tribune devaient se confirmer, il ne s'agirait ni plus ni moins d'une véritable déclaration de guerre aux tenants de
Christian Troadec pour Christian Troadec le 27/05/14 14:26

Si les propos prêtés à François Hollande dans le journal La Tribune devaient se confirmer, il ne s'agirait ni plus ni moins d'une véritable déclaration de guerre aux tenants de la Bretagne à 5 départements et de ce que François Mitterrand avait appelé « la réparation historique ». Le Président de la République aurait en effet indiqué au Premier ministre, Manuel Valls, qu'il ne souhaitait aucune modification des frontières régionales. La Bretagne ne pourrait donc pas intégrer la Loire-Atlantique seule, car seraient uniquement acceptées les fusions de régions en bloc !

Cette déclaration intervient alors que la population des cinq départements bretons, sondage après sondage, souhaite la réunification de la Bretagne, alors que des milliers d'élus et des centaines de collectivités bretonnes ont signé des v½ux pour la réunification, alors que des synergies économiques, sociales et culturelles sont évidentes et fortes entre les cinq départements bretons ! Cette déclaration fait aussi suite aux propos de quelques notables et barons socialistes de Brest, Rennes, Saint-Nazaire et Nantes qui se permettent de rejeter cette envie de réunir l'ensemble des départements bretons et pire, veulent entériner la disparition de la Bretagne dans une construction grotesque allant d'Ouessant au Mans.

Les arguments avancés par ces maires PS sont d'une indigence notable s'appuyant uniquement sur les coopérations entre villes et interrégionales: on ne peut leur poser qu'une seule question : en quoi la réunification de la Bretagne empêcherait-elle ces coopérations ?

La vérité est que ces notables et barons socialistes ne souhaitent que défendre leur pré carré au détriment de la Bretagne et qu'ils sont prêts à tout pour éviter une Bretagne réunifiée.

A l'heure de la réforme territoriale, la seule solution qui réponde aux enjeux économiques, sociaux et culturels des Bretons est la réunification des cinq départements bretons.

Toute autre réponse serait considérée comme un affront, voire une réelle déclaration de guerre, si les propos de François Hollande dans le journal La Tribune devaient se confirmer.

Christian TROADEC

Maire de Carhaix

Conseiller général du Finistère

L'article de La Tribune: (voir le site)

Cet article a fait l'objet de 1834 lectures.
Vos 45 commentaires
PONTKASTELL Le Mardi 27 mai 2014 14:47
Monsieur HOLLANDE, vous ne représentez même pas 20% de l'électorat français alors bémol svp. il est temps que tous les partis, associations de Bretagne se réunissent pour mobiliser tous les habitants des 5 départements. APPEL A LA MOBILISATION GENERALE. Courage Christian, on va gagner ! RE ZO RE ! Ha, au fait, il est où le gwenn ha du, Mme Johanna ROLLAND, maire de naoned, avait promis de le mettre en place à la mairie lors de sa campagne municipale…??? Encore un mensonge de plus ou s'il manque des sous pour en acheter un, demandez à Mr AUXIETTE, pas de problème de budget….
(0) 

Florence Le Moigne Le Mardi 27 mai 2014 16:31
Décidément, depuis dimanche , avec les jacobins, c'est un séisme politique chaque jour...
Je crois qu'il va y avoir du reuz dans l'bourg...
(0) 

Burban Xavier Le Mardi 27 mai 2014 17:39
Malaise Breizh !
Rien n'y fera , ils ne changeront pas les "centralistes parisiens" , en tous les cas , ce n'est pas en Bretagne qu'ils vont désormais s'attirer " les faveurs du vote breton " sans réunifier la Bretagne , ils perdront les prochaines élections régionales : c'est acquis ! Les Démocrates Bretons doivent s'organiser structurer et militer sur le terrain pour gagner les scrutins futures en s'unissant sur nos revendications : emplois , jeunes , taux d'impositions , projets régionaux, services publics , énergie , langue bretonne et Bretagne réunifiée et "une Assemblée de Bretagne " dotée de moyens législatifs et financiers pour expérimenter dans les domaines spécifiques à la Bretagne ! Ni ho unan !
(0) 

Marcel Texier Le Mardi 27 mai 2014 17:41
"Déclaration de guerre" est le mot qui convient. Il n'y en a pas d'autre !
L'année où on célèbre le 70ième anniversaire du Débarquement en Normandie,où on rend à combien juste titre, hommage aux hommes du commando Kieffer, commando dans lequel les Bretons étaient particulièrement nombreux, on mesure l'affront qui est fait aux Bretons qui voient leur pays, déjà démantelé par le décret Pétain-Darlan du 30 juin 1941,promis à une disparition définitive dans un "Grand Ouest" sans âme ! C'est insupportable !
Et il y a des Bretons, des "élus" (sic !,)qui ont la lâcheté d'accepter cette infamie ! Quelle tristesse ! Et quel contraste entre cette attitude minable et l'héroïsme de ces hommes qui constituèrent la majorité des équipages des Forces Navales Françaises Libres, et ceux, bien oubliés, des navires marchands français, cargos et pétroliers qui, entre le 16 juillet 1940 et le 6 avril 1945, contribuèrent à assurer aux alliés de la France, en premier lieu à l'Angleterre, le ravitaillement en armes, munitions, équipements et produits pétroliers qui leur permit de tenir et ensuite de nous libérer !
Il se trouve que j'ai connu quelques-uns de ces héros, par exemple Charles Guillois, un des premiers Bretons débarqués à Londres et qui fut l'auteur de la traduction en breton de l'Appel du 18 juin 1940 et fut chargé jusqu'au 20 août de la même année d'une émission quotidienne d'un quart d'heure à la BBC, en collaboration avec Jean Marin, un autre Breton, pour encourager nos compatriotes à continuer la lutte. Après la guerre, il est resté à Londres. La dernière fois que je l'ai rencontré, nous nous étions donné rendez-vous au lycée français, à Kensington. Nous avons parlé de la séparation de la Loire-Atlantique du reste de la Bretagne. "Pour nous", m'a-t-il dit, "c'est la punition de Pétain !"
J'ai connu aussi Maurice Chauvet, natif de Guémené-Penfao (maintenant inclus dans la région-bidon), le pays de ma grand'mère. Nous participions ensemble à une séance-signatures à la Mission Bretonne à Paris, lui pour "It's a long way to Normandy" et moi pour "La Bretagne n'a pas dit son dernier mot". Je l'avais déjà rencontré à Guérande, encore lors d'une séance-signatures dans le cadre du Festival du livre breton. Je me souviendrai toujours de sa colère, hélas impuissante, quand on évoquait la partition de la Bretagne. "Nous serons en guerre contre la France", me disait-il, "tant que Nantes ne sera pas revenue en Bretagne !" Le pauvre ! Lui, qui avait été un fier soldat, était maintenant un vieillard usé de 86 ans, à moitié aveugle et flageolant sur ses jambes. Il est mort maintenant, et l'infamie perdure.
Charles Guillois et Maurice Chauvet et bien d'autres savaient, eux, ce que c'est que l'honneur à la différence de tant de ceux qui prétendent nous représenter.
Leur veulerie apparaît comme plus répugnante encore quand on connaît le contexte dans lequel s'est produite cette honteuse partition. Il vaut la peine de le rappeler:
Leurs auteurs ont, en effet, sollicité, pour ce découpage, la "bénédiction" des autorités d'occupation, en l'occurrence, le Chef de la Gestapo pour l'Ouest de la France à l'époque, l'Obergruppenführer Werner Best. Citons le:
"C'est à cette époque que le gouvernement français procéda à une réforme de l'organisation territoriale créant des "région" regroupant plusieurs départements avec à la tête de leur administration des "préfets régionaux". Avant que cette organisation ne reçoive notre aval pour la zone occupée, il nous fallut examiner ce qu'elle impliquait pour les intérêts de l'Occupation ainsi que pour ceux de la zone occupée".
Werner Best, après avoir bien servi le Reich en Bretagne, fut envoyé au Danemark pour y organiser la déportation des Juifs. Condamné à mort par un tribunal danois à la Libération, il a réussi finalement à s'en tirer avec une peine très légère - c'était un redoutable juriste !
Les tenants des "Pays de la Loire" se doutent-ils qu'ils sont les héritiers de ce personnage ?
Bravo, Christian Troadec ! Vous redonnez courage aux Bretons ! Vous leur redonnez leur fierté !
(0) 

Michel Danveau Le Mardi 27 mai 2014 18:26
Espérons que l'ensemble des Bretons ne se laissera pas faire. Que de mépris envers notre Pays la Bretagne ! Honte à Mme Appéré, maire de Rennes et au autres. Il faut leur poser ces questions : Quel nom souhaitent-ils donné à cette région qu'il propose ? Que deviendrait le nom "Bretagne" ? Comment se nommeront les habitants ? Pensez-vous que les habitants du Mans voteront des crédits pour la culture bretonne ? Que peuvent-ils répondre ? Comment des personnalités que l'on dit "bretonnes" peuvent-ils renier ainsi leur Pays, le détruire peu à peu ? Tristesse et désolation ! Mais la Bretagne réagira espérons-le !
(0) 

Iffig Cochevelou Le Mardi 27 mai 2014 18:26
@xavier
C'est tout simplement le programme mis en place par Troadec et le Parti Breton-Strollad Breizh pour la liste "NOUS TE FERONS BRETAGNE" pour les régionales , regroupement plus ample aux européennes, avec un seul manquant, qui a annoncé que sans la gauche française pas de salut, les défenseurs de la Bretagne ont fait leur choix ! il n'y a pas grand chose a rajouter.
(0) 

Reun Allain Le Mardi 27 mai 2014 18:39
Déclaration de guerre aux Bretons ! Oui ça va au-delà, c'est un aveu d'avortement de réforme territoriale avant même de l'avoir commencée.
Si la Bretagne n'est pas réunifiée, les PdL, Auxiette en tête n'ont plus lieu de regarder avec qui ils vont se marier. Puisque la Bretagne administrative reste en l'état pourquoi pas les PdL ? Mais de proche en proche tous les barons diront la même chose et on peut compter sur les Picards pour remonter au créneau, eux qui voient rouge vif dès qu'on parle de dilution de leur région dans une entité plus grande. Quid de l'Alsace ? Pourquoi ils iraient fusionner avec les Lorrains si on ne casse pas les PdL au profit d'une réunification bretonne ?
Rien qu'en se limitant à quelques exemples emblématiques, le signal que vient de donner Hollande si c'est confirmé, c'est le clap de fin de réforme territoriale avec toutes les conséquences à la chaine.
Il ne lui reste plus qu'à dissoudre l'Assemblée.
(0) 

LHERITIER Jakez Le Mardi 27 mai 2014 19:37
Prochaines élections:UNION des Organisations bretonnes démocratiques,humanistes avec un programme simple,court tonique pour une Bretagne 2015/2016.
Ne plus s'allier avec ce qu'il reste des partis Français,(ex :Nantes et le drapeau breton promis sans compter les autres promesses non tenues depuis 1977 sur St Nazer..!) ).
le système électoral Français est vicié pour nos peuples.C'est de la fausse démocratie et organisé par nos ennemis.
Se concentrer sur les élections "régionales" bretonnes et municipales.
Organiser des "primaires"fin 2014 pour élire des représentants des pays bretons,et pour construire un premier parlement breton de combat,du 21 ème siècle
Les prochaines élections en Ecosse ,en Catalogne vont être importantes entr'autres avec des conséquences au niveau Européen.
(0) 

Simon Alain Le Mardi 27 mai 2014 20:11
Nous y sommes. Mr. Troadec, nous sommes de tout c½ur avec vous. Bravo encore une fois pour votre engagement sans concession. La France n'est pas un pays, et cela se voit cette fois comme le nez au milieu de la figure.
A galon
Simon ALAIN.
(0) 

Jean-François ZURAW Le Mardi 27 mai 2014 20:12
J'ai également découvert le billet du site web de La Tribune hier soir. La belle affaire que des départements changent de région, si c'est pour plus d'efficacité. Surtout que le changement de région d'un seul département ou bien de plusieurs (en cas de fusion d'une région complète), c'est du pareil au même en définitive.
En effet, l'argument avancé par le maire de Brest, à savoir « La règle fixée par le président de la République et le Premier ministre fait qu'il n'y a pas [...] de découpage au sein d'une région » ne tient pas debout.
Imaginons par exemple que les régions Poitou-Charentes et Aquitaine finissent par fusionner avec Bordeaux comme préfecture de région. Quelle serait la différence entre le fait que la Charente dépende de Bordeaux et le fait que la Loire-Atlantique dépende de Rennes (dans une Bretagne réunifiée avec Rennes comme préfecture de région) ? Aucune. Ces deux départements changeraient de région. Qu'il y en ait un, deux ou quatre ne change rien à l'affaire.
De plus, ce que dit Jacques Auxiette concernant le périmètre de « sa » région n'a pas plus de valeur, puisqu'en cas de fusion des Pays de la Loire avec une autre région, eh bien, le périmètre de la région PdL serait bien modifié. Et croire (ou faire croire) que la nouvelle région pourrait se gérer comme les PdL seuls n'est pas réaliste, surtout avec moitié moins d'élus au final. Et avancer comme justification que la région PdL fonctionne bien actuellement, c'est bien joli, mais il faudrait bien intégrer plusieurs autres départements en cas de fusion. Donc bon.
Bref, tout ceci ne tient pas la route et n'est que de l'enfumage pour éviter la réunification de la Bretagne.
Je ne me suis d'ailleurs pas gêné pour écrire au maire de Brest comme suite à l'appel conjoint de quatre maires de villes bretonnes pour une fusion région Bretagne - Pays de la Loire. Comme par hasard sans Angers et Le Mans et avec la découverte intéressante que Nantes et Rennes seraient finalement complémentaires au sein d'une même région alors que je croyais que c'était impossible au sein d'une Bretagne réunifiée. :-)
Voici d'ailleurs une partie de mon message :
---
Vous indiquez également que, je cite : « Ce n'est pas nous qui fixons les règles du jeu, c'est le pouvoir central. »
Eh bien ! qu'attendez-vous pour imposer une solution bretonne à Paris plutôt que de subir Paris. Pourquoi toujours se voir imposer le diktat de Paris ?
Une région Bretagne avec ses cinq départements, trois métropoles et une Assemblée de Bretagne serait pourtant une chance et une belle réalisation pour la Bretagne et la France du XXIe siècle.
---
(0) 

Louis Le Bars Le Mardi 27 mai 2014 20:44
Pour eux Bretagne, qui plus est dans ses limites historiques ou géographique = lois de la nature ou ancien régime, contre-révolution, identité, autochtones attachés à leur pays, racisme, division de la République etc
Par ailleurs comme Jean-François Zuraw, je m'étonne de la religiosité autour des limites régionales, que ce soit pour la Bretagne ou ailleurs (on voit bien que ça pose un problème avec Poitou-Charentes, Pays-dela-Loire, Languedoc-Roussillon, la Picardie etc). Ce n'est pas pour une question de coût car clairement la fusion pose les mêmes problèmes (répartition de l'endettement, des investissements, sièges de conseils régionaux).
Je ne vois que l'amour-propre d'élus carrièristes, qui veulent laisser leur trace dans l'Histoire...pour eux l'éclatemment de leur région signifie qu'ils sont sanctionnés. Il est vrai que si c'est fait uniquement pour 1 région, cela peut être perçu comme cela. Mais bon, très franchement si le gouvernement s'arrête à cela, c'est clairement du foutage de g...le gouvernement ne s'est pas gêné pour redécouper les cantons ou bientôt les intercommunalités.
(0) 

Yann V. Le Mardi 27 mai 2014 21:36
Je pense que si ils n acceptent pas la fusion de la
Bretagne historique et nous impose une autre fusion,là, sa sera de la provocation.
Dans se cas là, si il faut y aller, et bien,ils l auront cherchés.
Cette fois,ont ne se fera pas entuber par la France.
Qu ils essaient et ils le regrettons amèrement.
(0) 

Lilas Seznec Le Mardi 27 mai 2014 22:06
En ignorant une fois de plus des revendications historiques anciennes, l'état français renie ce fameux droit à l'expérimentation. Dans sa plus pure tradition centralisatrice, il s'apprête à agglomérer des territoires comme mon fils colle ses clipo, et prend un risque insensé. La réponse sera à la hauteur de l'affront, si tel est le cas.
(0) 

SPERED DIEUB Le Mardi 27 mai 2014 22:39
S'il lui reste quelques sentiments bretons ??? Le Drian devrait sortir de son silence qui devient de plus en plus assourdissant.Cependant les dirigeants de l'ump agonisante (tout comme le PS) n'ont certainement pas de meilleures dispositions vis à vis de la Bretagne ,au contraire, si l'on se réfère aux déclarations récentes de Copé et Juppé au sujet de la réunification
L'attitude de l'ensemble de la classe politique parisienne ,est le reflet de la peur ,peur viscérale de voir renaitre une entité politique sur le flanc ouest de la France ,or on dit que la peur est mauvaise conseillère ,et cela se vérifiera car une Bretagne retrouvant son dynamisme économique et maritime ,aurait mécaniquement aidé la France à se relever
Plus que jamais le terme indigné du bout du monde est en phase avec la situation présente
(0) 

PIERRE CAMARET Le Mardi 27 mai 2014 23:54
Il y a , c'est certain une obsession : avoir une Bretagne faible . LA, est la partie Industrielle synonime de production de richesses , d'innovations technologiques .... ensuite et bien il y a les hommes les notables , qui ont cree leurs reseaux , leurs passerelles et tout cela doit etre remis en cause pour des raisons historiques??? Pas serieux Messieurs , on veut a la fois la Reformette territoriale , mais garder nos combines
(0) 

Louis Le Bars Le Mercredi 28 mai 2014 08:39
Il faut quand même bien préciser que beaucoup d'autres élus de la moitié Ouest de la France partagent globalement l'analyse et la vision du redécoupage de Bretagne Réunie par exemple :
C'est bien le Gouvernement actuel, les barons locaux des Pays-de-la-Loire et certains de B4 qui essaient de manipuler l'opinion publique par divers subterfuges (menaces d'isolement, rapprochements métropolitains ligéro-bretons) médiatisés par la presse locale depuis deux semaines pour empêcher par tous les moyens la réunification de la Bretagne et tenter de l'entériner par divers moyens de pression.
François Hollande a reçu le Président des PdlL vendredi, il sera reçu à nouveau par le 1er Ministre mercredi. C'est un accueil de chef d'Etat (de république bananière). Les autres présidents de Région n'ont pas autant d'égard.
Ce qui est inadmissible c'est cette manipulation. La carte de Challenges, les assises de la Ligérie, menace du fusion PdlL/Poitou-Charentes, les élus du 44 qui interviennent ensuite etc pour essayer de nous faire gober n'importe quoi.
A la veille des Européennes, encore un article indiquait qu'Hollande envisageait exceptionnellement un redécoupage pour la Bretagne afin de tenir compte des revendications populaires. Le lendemain des européennes, patatra comme par hasard, plus de réunification.
Toutes ces manipulations/tripatouillages de marchand de tapis lassent profondément tout le monde et ne trompent plus personne.
(0) 

PIERRE CAMARET Le Mercredi 28 mai 2014 09:54
Marchand de tapis . Tres bien , rattacher la FRance a la Syrie . Cela sera juste et en harmonie , avec la Culture de l'Elysee (Paris).
Moi , Sultan , je pourrai encore augmenter mon Harem.
(0) 

eugène le tollec Le Mercredi 28 mai 2014 10:01
Louis Le Bars
Depuis très longtemps la république à double gouvernance à tout fait pour choyer ses serviteurs zélés( voir la création de Pdl,voir la partition de la Normandie ,etc....les barons gaulistes et socialistes ont été servis.
Et nous avons maintenant un de ces derniers parasites qui s'accroche au cuir de son fauteuil( n'y -a-t-il pas une affaire dans les casseroles de l'individu?).
Sur un commentaire ,vous ne compreniez pas,ici ,est ce le cas!
(0) 

Benj Le Mercredi 28 mai 2014 11:28
Il faut croire que Hollande ne comprend rien ... si des milliers de Bretons se sont levés en masse contre l'écotaxe, avec la violence que l'on connaît, je n'imagine même pas ce qui se produira si la Région Bretagne, déjà humiliée par l'amputation du 44, disparaît . Si des gestes malheureux sont commis, il ne faudra pas venir s'en étonner ...
(0) 

PIERRE CAMARET Le Mercredi 28 mai 2014 11:53
Biensur que cette manipulation est inadmissible .Tout se passe comme dans dans l'ancien regime ..... a Paris .Le Roi convoque ses Gouverneurs . Le Peuple ferme la .
Decidemment entre les francais et moi ( je vis dans un pays democratique ) la difference devient de plus en plus grande et l'incomprehension n'est plus mesurable .
Mais les elites francaises adorent cette situation de M... ou ils magouilles , s'allient, se desallient, en fonction de leurs interets . Raz le Bol de ces gens foutre .
(0) 

Ar Vran Le Mercredi 28 mai 2014 11:57
A mon avis
Vu la levée de boucliers que cela entraine et que chacun des hommes politiques impliqués veut défendre son pré carré, Hollande en bon énarque va décider de rien.... (Pour votre information un énarque n'est pas formé pour prendre des décisions mais pour faire croire qu'il en prend....)
Donc il va dire que sa réforme sera l'annulation des élections régionales et son remplacement par des élections départementales à visée régionale.... Et donc la réapparition du conseiller territorial qui sera appelé Élu de proximité
Quant à la fusion de région, cela se fera de manière volontaire seulement donc pour nous et notre problème de Bretagne à 5 départements, on repard comme avant avec d'un côté la bequatrie et de l'autre une belle région pays de loire, avec éventuellement des coopérations renforcées. Comme cela tout le monde, il est content...Elle n'est pas belle la vie?
Et pendant ce temps le monde avance....
(0) 

Reun Allain Le Mercredi 28 mai 2014 12:45
Aux dernières nouvelles selon le Télégramme de ce jour : « La réforme pourrait se faire en plusieurs étapes. Dans un premier temps, la semaine prochaine, il serait publié une liste de fusions de régions, liste dans la laquelle la Bretagne resterait seule. Et dans une deuxième étape, au moment du vote de la loi à l'automne, un droit d'option serait octroyé aux départements qui souhaiteraient se rapprocher d'une région ».
Ce que la rumeur ne précise pas, c'est selon quel processus, les départements auraient voie au chapitre. Décision à la majorité des Conseil généraux ? Référendum ? Campagne électorale aux mains de qui ?
La suite de l'article précise : « … rien, pour l'instant, n'est définitivement arrêté »
Il n'y pas à dire, la France institutionnelle est en fin de cycle, certains commentateurs n'hésitent pas à comparer la situation de ce moment à 1958 :
Déroute du parti au pouvoir en Avril aux municipales, déroute en Mai aux Européennes, chute du principal parti d'opposition avec principaux dirigeants soupçonnés de fraudes et de prises illégales d'intérêts aux frais du contribuable.
L'opinion en Bretagne est en train de se repositionner après un automne 2013 bien chaud, l'impression des Bretons est de ne pas être écoutés au profit des petits arrangements entre copains qui voudraient que ce soit maintenant Auxiette qui s'autoproclame proconsul de Bretons colonisés, quelques maires qui complotent dans leur coin pour former le clan des « Métropolitains » (Rennes-Nantes-Brest) contre la Bretagne (une nouvelle maffia en construction ?), une justice française aux ordres qui donne un signal de reproche aux victimes d'avoir croché dans un sous-marin qu'elle n'est pas capable de retrouver (affaire Bugaled Breizh).
Re ‘zo re mais comme si ce débordement ne suffisait pas encore, il y a maintenant un pouvoir incapable de réparer une injustice du gouvernement de collaboration en 1941.
A lui seul ce fait historique donne la légitimité au pouvoir de profiter de cette réforme territoriale pour remettre les choses à l'endroit. S'il ne le fait pas, les Bretons auront le sentiment d'avoir été trahis, une fois, deux fois, trois fois …ça va s'arrêter quand ?
Si les Bretons se redressent c'est tout un système qui s'écroulera et la chute ne se confinera pas à l'intérieur des frontières bretonnes. La leçon de l'écotaxe aurait-elle déjà été oubliée ?
(0) 

eugène le tollec Le Mercredi 28 mai 2014 12:56
Louis Le Bars
Les commentaires ne font que parler de la déliquescence politique dont la bretonne .....
Voilà le problème de la démocratie...
(0) 

Florence Le Moigne Le Mercredi 28 mai 2014 13:55
Les résultats de Dimanche devrait conduire les politiciens à se faire les chantres de la formule d'Abraham Lincoln, la démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple » : alors c'est certain, ces derniers jours les grands mots sont de sortie : "la démocratie par ici, la République par là,...
Tout cela est bien joli, mais messieurs et mesdames les politiciens, quand respecterez vous enfin la voix du peuple ???
Je pense que prise de position des maires socialistes ces derniers jours concernant la réforme territoriale est simplement scandaleuse : il faut qu'ils comprennent qu'en la matière, leurs voix ne vallent pas plus que la notre, que cela soit au moment de la proposition ou du choix final : maintenant - que l'on se dise - PAROLE AU PEUPLE !!!!!!
(0) 

Louis Le Bars Le Mercredi 28 mai 2014 14:53
Lettre convaincante du Président du Conseil Régional de Bretagne :
(0) 

Louis Le Bars Le Mercredi 28 mai 2014 15:33
@ Reun Allain, très honnêtement je crois que cet article du Télégramme n'est que l'enfumage pour limiter les mécontentements en Bretagne Occidentale, bref pour faire passer la pillule lundi.
D'ailleurs, il n'y a que le Télégramme qui en parle. Il y a 0 source, 0 précision, des "peut-être".
Louis XVI se moque des bretons.
(0) 

philippe jolivet Le Mercredi 28 mai 2014 15:39
on se demandait quel était l'intérêt du maire de BREST pour la fusion de la région BRETAGNE-PDL ;maintenant on le sait.cuillandre devient président du pôle métropolitain loire-bretagne en remplacement de DELEVEAU ex président de RENNES METROPOLE .la trahison mérite toujours un petit cadeau
(0) 

Alan Le Mercredi 28 mai 2014 16:01
Voici une solution : mettre en ligne (ABP, 7seizh) une liste de personnes (plus il y en aura, mieux ça sera ) qui ne voteront plus jamais PS si la réunification ne se fait pas (évidemment ceux qui font de la politique ne pourront pas mettre leur nom!) Et cette liste persistera même après la décision, si elle est défavorable!....Tapons là où ça fait mal! Et attendons le résultat: c'est maintenant où jamais! Qui s'en charge ?
(0) 

herve morvan Le Mercredi 28 mai 2014 16:42
POUR LA BRETAGNE ET SA REUNIFICATION, 116 347 voix le 25 mai 2014, dûment enregistrés en préfecture, qui s'en sert ?
(0) 

Emilie Le Berre Le Mercredi 28 mai 2014 17:42
L'UMPS n'est pas en place pour entendre la voix du peuple, ce sont les portes-serviettes des banquiers internationaux :
"J'ai deux grands ennemis : l'armée sudiste positionnée face à moi et la haute finance dans mon dos. Des deux, c'est la seconde qui est la plus dangeureuse… Je vois s'approcher rapidement une crise qui m'inquiète au point qu'elle me fait trembler pour l'avenir du pays… Nous avons abandonné le pouvoir aux grandes entreprises, et nous allons connaitre une vague de corruption sans précédent qui va s'infiltrer jusq'aux plus hauts niveaux de l'état. Les forces de l'argent vont tenter de ce maintenir au pouvoir en excitant les classes sociales les unes contre les autres jusqu'à ce que toute la richesse se retrouve concentrée dans quelques mains et que notre république s'effondre. J'éprouve en ce moment plus d'inquiétude pour mon pays que je n'en ai jamais eu, même en temps de guerre." Abraham Lincoln, 16ème président des Etats Unis.
(0) 

eugène le tollec Le Mercredi 28 mai 2014 17:53
Je dis et répète.
ON a donner le savoir au peuple( surtout au peuple breton)
Donc le peuple sait analyser, soupeser et juger la qualité des gens "au pouvoir"....et nous rentrons dans une phase où le peuple reprends ses droits ....Les girondins et marseillais sont montés sur Paris à une époque.....Méfiez vous gens de PARIS ....maintenant ,la plèbe peut vous refaire la même démonstration.
Méfiez vous d'un breton en colère...parfois il peut devenir PLOUC et mechant.
(0) 

eugène le tollec Le Mercredi 28 mai 2014 18:11
J'ai confiance dans un seul socialiste ..
Il est breton
IL EST HOMME DE DEVOIR.
IL A LES QUALITÉS DE LA RACE...
Il est de nos TERROIRS
IL EST CHEVALIER DU KROAS DU
(0) 

Michael PAUL Le Mercredi 28 mai 2014 18:27
avec des propos aussi véhéments (à juste titre bien sur !), on peut espérer que Mr Troadec ne s'alliera plus à la gauche française comme il l'a fait dans le passé ! Plus jamais de collaboration avec ceux qui veulent la disparition de notre pays, notre langue, et de nous en tant que peuple ! Laisser cela aux traitres de l'UDB Mr Troadec !
(0) 

eugène le tollec Le Mercredi 28 mai 2014 20:10
J'espère que JY Le Drian va rester homme de parole et de devoir envers le peuple breton...car nous devons rentrer dans ce millénaire avec tous nos atouts...
Moi, homme apolitique MAIS HUMANISTE je le redis.
(0) 

gilles legrand Le Mercredi 28 mai 2014 21:16
c'est pas mieux pour nous amis breton
On sait que la normandie va disparaitre au profit d 'une région nord ouest littoral
une région du mont st michel à Lille
c'est consternant
votre combat et le notre sont nobles mais on lutte contre des technocrates qui ne pensent qu'à leur petit pouoir
j'ai honte vive la bretagne vive la normandie
(0) 

Dider Le Mercredi 28 mai 2014 22:35
Il y en a une qui ce fait oublier... Je parle de la jeune mairesse de Nantes. Quand entendrons-nous sont avis?
(0) 

Julien Le Mercredi 28 mai 2014 22:41
Ne vous affolez pas, Hollande il est connu pour dire oui à tout le monde et au final de faire ce qu'il veut sans tenir compte des avis des uns et autres. Alors une LA rattachée à l'Alsace, l'Auvergne et le Var? ;)
(0) 

Dider Le Mercredi 28 mai 2014 22:42
Il y en a une qui se fait oublier... Je parle de la jeune mairesse de Nantes; la même qui avait promis de faire flotter le gwenn ha du sur les frontons de la mairie et dont on ne vois pas encore la "couleur". En plus, il y a deux conseillés municipaux à la mairie de Nantes qui sont encartés UDB.
(0) 

Jean-François ZURAW Le Jeudi 29 mai 2014 00:06
À chaque jour sa nouvelle hypothèse. Ce serait finalement la fusion entre les régions Centre et Pays de la Loire qui tiendrait maintenant la corde. Voir
En tout cas, ici à Toulouse où je vis, il n'y a pas vraiment de débat. Ce qui fait que l'on ne sait pas comment la situation va évoluer pour la région Midi-Pyrénées. Ce sera la surprise.
(0) 

PIERRE CAMARET Le Jeudi 29 mai 2014 07:49
Mais attendez , je crois me souvenir que HOLLANDE avait dit avant son election /ou immediatement après son election , qu'il n'y aurait aucun status particulier pour la Bretagne et pas de redecoupage ???????
(0) 

Louis Le Bars Le Jeudi 29 mai 2014 09:18
@ Pierre Camaret, Hollande n'avait pas non plus programmé de diviser par 2 le nombre de régions ou de supprimer les départements.
@ Jean-François Zuraw, à mon avis la fusion la moins incohérente pour Midi-Pyrénées c'est avec Languedoc-Roussillon. Regardez déjà les deux logos de ces deux régions : c'est pour ainsi dire les mêmes !!
C'est là qu'il y a le plus d'échanges humains et économiques, Toulouse était la capitale du Languedoc... liens culturels évidents en plein coeur du pays occitan (entre Gascogne et Provence), un débouché vers la Méditerranée pour les régions (assez rurales) du Midi-Pyrénées.
Je crois que Bayrou défend une fusion Aquitaine-Midi-Pyrénées plutot qu'Aquitaine/Poitou-Charentes, mais là il ne raisonne qu'en tant que palois. Bordeaux et Toulouse sont quand même deux très grandes villes, et il n'y a pas un réseau de villes intermédiaires à coté, donc forte rivalité:antagonisme interne à prévoir dans ce cas. Il parle des liens linguistiques avec Midi-Pyrénées mais seule une partie (minoritaire) de Midi-Pyrénées sont gasconnes et l'Aquitaine actuelle c'est aussi le dialecte occitan limousin (Périgord) et même le saintongeais un peu au nord du département de la Gironde. Et puis son argumentation culturelle est bizarre puisqu'il est opposé à la création d'un département basque par exemple , il est pas du tout en cohérence dans son argumentation culturelle ou géographique...bref il voudrait que le découpage soit fait en fonction de Pau. Peut-être qu'il faudrait créer un département Béarn et le rattacher au Languedoc-Pyrénées, mais je ne crois pas que ce soit dans les cartons. Si l'Aquitaine actuelle avance vers le Nord, Bordeaux sera toujours la capitale, donc fondamentalement cela ne changerait pas énormément de choses pour les palois. Historiquement les Charentes sont sans conteste aquitaines, et géographiquement c'est la continuité littorale. Les liens interurbains avec Bordeaux sont importants également.
Fusion Pays-de-la-Loire/Poitou-Charentes et Aquitaine/midi-Pyréenées cela crée plein de problèmes, ça amène ensuite à faire un immense truc non-vaible Centre-Auvergne-Limousin, à fusionner Languedoc-Roussillon avec PACA (immense et fortement peuplé) etc
Le plus cohérent avec des fusions "brutes" c'est Nord-Picardie(-Champagne), Normandie, Vallée de la Loire, Aquitaine-Poitou-Limousin, Languedoc-Pyrénées, Rhone-Alpes-Auvergne, Alsace-Lorraine, BourgogneS-(Champagne).
Le gouvernement voulait supprimer les départements, ce sera peut-être compliqué, et dans pas mal de régions l'idée d'une Conférence des Communautés de communes (à l'échelle du département actuel mais avec moins de pouvoir) semble faire son chemin. A mon avis l'expérimentation en Bretagne, qui plus est réduite, (Corse, voire Ile-de-France et territoires ultra-marins) d'une Assemblée unique serait très logique, et dans les autres régions transformation des départements en conseil des communautés de communes. Il y a fort à parier que dans cette configuration les périmètres des départements se calquent sur ceux des intercommunalités (?). Si la réunification de la Bretagne n'est pas actée il faudra être très vigilant à ce que Redon ou Cap Atlantique qui incluent des communes du 35 ou 56 ne tombent pas du mauvais côté et que l'on ne nous grignote pas un peu plus sur des territoires foncièrement bretons.
(0) 

PIERRE CAMARET Le Jeudi 29 mai 2014 10:18
@Louis Le Bars . Les promesses de Mr HOLLANDE . C'est exact, mais Mr HOLLANDE a une tres mauvaise reputation ,on ne croit plus a ses promesses.
Ma Position : je suis et supporte B5, et son organisation point final . Le, reste n'offre pour moi qu'un interet limite .Je suis assez occupe par ailleurs .
(0) 

TY JEAN Le Vendredi 30 mai 2014 14:47
Nous sommes en guerre, contre la trahison des notables, la cupidité,les combinards, retourneurs de vestes et petits potentats locaux parlant au nom du peuple breton.Suffisait-il de défiler sur la 5ème avenue ( avec l'écharpe tricolore pour certains ) de brandir le gwen ha du aux vieilles charrues,ou de crier victoire parce qu'il y a des panneaux bilingues sur de hideux ronds-points ?Nous sommes en guerre.Nous avons un devoir de résistance.J'espère voir,entendre,lire,de toute urgence ici même et ailleurs,que les artistes,musiciens,écrivains,vont protester,crier,ce refus de l'abomination lors des toutes prochaines fêtes.C'est maintenant qu'il faut choisir,agir,avant qu'il ne soit trop tard.
(0) 

SPERED DIEUB Le Vendredi 30 mai 2014 20:19
Voici la dernière nouvelle pas mauvaise mais qui croire avec ces voltes faces permanentes
(0) 

Jean-François ZURAW Le Vendredi 30 mai 2014 21:23
@Louis Le Bars : merci pour toutes ces précisions.
Autrement, c'est maintenant au tour de la région Centre de demander la fusion avec les Pays de la Loire. Mais sans plus mentionner que la Loire-Atlantique devrait rejoindre une Bretagne réunifiée comme l'indique la dépêche AFP, au prétexte que seules des fusions seraient acceptées.
J'avoue que je ne comprends pas cette volonté de ne procéder qu'à des fusions sans accepter certains redécoupages. Sachant que ces fusions vont forcément modifier les « frontières » régionales et donc la gestion de ces nouveaux territoires, quel problème cela pourrait-il poser que le département de la Loire-Atlantique rejoigne la région Bretagne dans le cadre de la création de cette région Val de Loire par exemple ?
Ces blocages n'ont pas de sens pour moi et c'est très frustrant quand même.
En tout cas, nous devrions découvrir la nouvelle carte des régions mercredi prochain a priori.
(0) 

Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 4 multiplié par 4) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons