Pour le Parti Breton : projet minier en centre Bretagne, l'Etat français décide, les Bretons subissent !

-- Politique --

Communiqué de presse de Parti Breton
Porte-parole: Sébastien Girard

Publié le 11/07/16 22:55 -- mis à jour le 00/00/00 00:00
40557_1.jpg
Parti Breton

Le Parti Breton appelle à la vigilance concernant le projet de recherches et d'exploitations minières porté par Variscan France sur le territoire breton.

En effet, cinq permis de recherches distincts pour les communes de Silfiac (56), Loc-Envel(22) (pour cette commune cela concerne un ensemble plus vaste de 25 communes autour ) Merléac(22), Beaulieu (44), Dompierre du Chemin (35) ont d'ores et déjà été accordés par le ministère de l'Economie et un sixième est en consultation, dans le cadre de ce qu'Arnaud Montebourg avait appelé en 2013 "le renouveau minier français".

L'ouverture et l'exploitation de nouvelles mines en Bretagne ne bénéficiera cependant pas aux Bretons eux-mêmes, une fois de plus exclus de tout pouvoir de décision par un Etat français peu soucieux de notre développement économique ou de notre santé. Au contraire, une telle activité risquerait de porter atteinte une fois de plus au monde agricole ainsi qu'à celui du tourisme, deux piliers de l'économie bretonne.

Au regard des précédents projets miniers en Bretagne, la question de l'impact d'une telle exploitation sur notre environnement se pose également. Nos sources d'eau potable, vulnérables à la pollution, pourraient en être affectées, ainsi que les terres voisines aux mines, exposées à la contamination.

En conclusion, l'Etat français vend les terres bretonnes au plus offrant, ici la filiale d'une entreprise australienne, en espérant en tirer bénéfice, sans que cela ne soit profitable à la Bretagne et aux Bretons.

Doit-on continuer de subir cette politique ?

Seul un Etat breton souverain nous permettra d'obtenir le pouvoir de décision ainsi que l'écoute démocratique dont nous avons besoin.

Pour le Parti Breton

Le secrétaire adjoint de la fédération de Pontivy

Maël Graignic

Document PDF 40557-mines_variscan.pdf . Source :
mailbox imprimer
Le Parti Breton a pour but de rassembler, d'unir et d'organiser tous les bretons et amis de la Bretagne décidés à réveiller la conscience nationale du Peuple Breton afin que celui-ci se dote enfin des structures politiques, économiques, sociales et culturelles lui permettant d'assurer en tant qu'entité internationalement reconnue, son avenir et son épanouissement dans le cadre d'une Europe des Peuples et de la Solidarité
Vos 5 commentaires
sebgi35
Mardi 12 juillet 2016

Nous avons des fédérations de pays elles s'expriment de manière démocratique après accord du CN 30 membres sur les sujets qui sont présentés. Nous réagissons au plus près de la population et si vous comptez sur Le Drian pour vous représenter et sur ses conseillers vous êtes vraiment colonisés et ne connaissez rien au système français. Le Conseil régional ne représente rien en France. La preuve ces ouvertures de mines sont décidés par l'Etat sans avis du Conseil Régional.

Jacques
Mardi 12 juillet 2016

Une exploitation minière n'est pas un problème en soit. D'ailleurs, la Bretagne et avant le massif armoricain était réputée pour ses mines.
La problématique, c'est qu'une fois de plus, la décision vient de Paris et non de Bretagne.
Si les Bretons décidaient la valorisation de ces mines, cela pourrait se comprendre, car l'argent reviendrait directement à notre économie.
On pourrait également poser les limites : où, comment, combien, avec qui...!
Une fois encore, le débat n'est pas "pour" ou "contre" les mines (ou NDDL, le sable, les éoliennes),.... mais bien que ces exploitations sont décidées sans consultation du peuple breton avec pour conséquence un faible retour au bénéfice de la population.
Malheureusement, pour nous faire accepter le déni de Démocratie, l'argument "choc" va être encore utilisé : "C'est pour le progrès, ceux qui s'y opposent sont les gens du passé...!"
Les Bretons trouvent inacceptable quand Londres décident sans consulter les Ecossais, mais affirme "Progrès" quand Paris décident sans consulter les "Bretons"!
Nous avons un double langage!
Reste à savoir combien de temps encore, les Bretons (média/militants, citoyens) accepterons l'argument pour justifier le déni de leur Démocratie!

leguern patrick
Mardi 12 juillet 2016

Plusieurs décennies de colonialisme notamment en Afrique n'ont pas été oubliées pour certains et l'Etat Français agit comme bon lui semble dans ses territoires occupés. Il pillera (enfin, il continue de piller) les richesses d'une Bretagne annexée, alors que la terre sous les pieds des bretons appartient au peuple breton, charge pour lui d'en assurer son exploitation. Le vent d'Ouest risque encore de souffler en rafales dans les jours à venir, certains pourraient bien ressortir les bonnets dès la fin de l'été.

Paul Chérel
Mardi 12 juillet 2016

Il me semble que sebgi35 répond non pas à un commentaire mais à un texte que J'AI "envoyé à l'auteur" et qu'il interprète à sa manière mais passons ! Par contre la réflexion de Jacques est très bonne. il faudra quand même attendre un peu pour que les Bretons se mettent à la page sans écouter les petits retardés, peureux, craintifs anti-progrés, anti-tout, sous anesthésie écolo, etc. Que peut-on trouver AUJOURD'HUI dans les mines, en dehors du charbon, du fer ou autres "choses" vulgaires, sales et dangereuses ? Eh bien, tout un tas de matériaux qui AUJOURD'HUI sont très recherchés, donc très rares et chers. Les Australiens l'ont compris, les Français, laissons tomber ! mais que ceux qui disent militer pour la Bretagne se mêlent au même concert et emboîtent le pas, Allons donc ! Il est vrai que le CR ne sert à rien et qu'une fois encore, les Bretons ont mis à sa tête un personnage pour qui les questions bretonnes arrivent en second plan. Il y a du grain à moudre, comme disait un illustre autre personnage du même bord. Profitons-en et exigeons que ce ne soit pas la France qui en profite. Paul Chérel

Jacques
Mercredi 13 juillet 2016

@ Paul.
Merci.
La difficulté c'est que nombre de bretons qui s'opposent à l'absence de Démocratie Bretonne se retrouvent au coté de ces fameux alternatifs dont la majorité est exogène à la Bretagne.
A l'inverse, ceux qui défendent ces projets se retrouvent à consolider/justifier l'action de l'Etat qui prétend décider mieux et à la place du peuple (notamment du peuple breton).
Si les Bretons et les citoyens sensibles à la question de la Démocratie ne décident pas de changer leur prisme d'action, on se retrouve de facto à se déchirer et à contribuer à maintenir un statut-quo au grand bonheur de la machine oligarchique.
("Diviser pour mieux régner" est un slogan bien connu mais il est ô combien actuel...!)
Donc, les Bretons du "camp du pour" ou "camp du contre" se doivent avant tout de mettre dans l'ordre des priorités "l'origine bretonne du choix après un débat démocratique" réel et sincère.
Le premier avantage serait de définir la sémantique du "pour" et du "contre" puis de décider en pleine responsabilité vis à vis de l'avenir!
Cela implique d'exiger que:
1) La décision finale provienne de nos élus (CRB4+CG44).
2) Que les Bretons disposent des outils propres au débat démocratique (en premier lieu une ou plusieurs télévisions nationales bretonnes), des radios et journaux.
3) Que les intervenants (experts ou élus) bretons se mouillent! (C'est à dire, que les élus soient en responsabilité de perdre leur poste si le peuple s'oppose à la décision ou à le consolider en cas contraire).
Malheureusement, il y a un travail énorme car la Démocratie ne va pas de soit, même en Bretagne où notre prédisposition historique et culturelle s'est perdue depuis 2 siècles au nom d'un "progrès" qui voudrait que les Bretons n'aient plus à décider pour eux-même!

ANTI-SPAM : Combien font 5 multiplié par 2 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.