Prison avec sursis et amendes requises contre Charles Josselin et Claudy Lebreton
Dépêche de Philippe Argouarch

Publié le 20/01/08 13:54 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Jeudi 17 janvier, sept prévenus costarmoricains comparaissaient devant le Tribunal correctionnel de Paris dont Charles Josselin et Claudy Lebreton, respectivement ancien et actuel présidents du Conseil général des Côtes d'Armor (PS).

Le dossier d'accusation était étayé par un rapport de la Chambre régionale de la Cour des Comptes dont la lecture nourrit quelques interrogations sur la manière dont est géré ce département.

Charles Josselin, poursuivi pour abus de confiance, a tenté d'expliquer les dérives dont il est l'auteur en arguant d'une frontière ténue entre l'usage professionnel et personnel. Ils étaient accusés d'avoir en particulier utilisé illégalement des voitures et un logement de fonction du Conseil général des Côtes-d'Armor.

Philippe Bourion, procureur, a souligné :

« Ce qui est en cause, c'est l'argent de nos concitoyens qui n'ont que faire des règles non écrites et du droit coutumier local ». Il a dénoncé ces dérives qui consistent à utiliser à des fins personnelles ce qui est remis à des fins professionnelles.

Il a requis trois mois de prison avec sursis et des amendes de 4 000 à 5 000 Euros contre Charles Josselin et Claudy Lebreton.

Philippe Argouarch

Philippe Argouarch


mailbox
imprimer
Cet article a fait l'objet de 1460 lectures.
logo
Philippe Argouarch est un reporter multi-média ABP pour la Cornouaille. Il a lancé ABP en octobre 2003. Auparavant, il a été le webmaster de l'International Herald Tribune à Paris et avant ça, un des trois webmasters de la Wells Fargo Bank à San Francisco. Il a aussi travaillé dans des start-up et dans un laboratoire de recherche de l'université de Stanford.
Vos 0 commentaires
ANTI-SPAM : Combien font 9 multiplié par 7 ?
Cet espace est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés.
MERCI DE RESPECTER LA LANGUE DE L'AUTEUR et donc des lecteurs. Les articles écrits en français doivent être commentés en français, les articles écrits en breton doivent être commentés en breton. Cacophonie ? Merci de ne pas mélanger les langues dans le même commentaire, sauf pour la traduction intégrale du commentaire.