Put your name here

connexionS'accréditer | S'abonner | Se connecter | Faire un don
> Logo ABP
ABP e brezhoneg | ABP in English |
- Communiqué de presse -
Pression turque maximum sur les nouveaux députés et sur le maire de Diyarbakir
les autorités turques font pression sur les députés kurdes pour qu'ils déclarent que le PKK est une organisation terroriste. Leur pression s'exerce aussi contre le maire de la grande ville kurde métropolitaine de Diyarbakir contre qui une énième information judiciaire est ouverte. "Projet pour Hakkari" est aussi victime de "discrimination"
André Métayer pour Amitiés Kurdes de Bretagne le 15/09/07 16:51

Le gouvernement et le Parlement de Turquie font pression sur le groupe DTP (Parti pour une Société Démocratique) de députés kurdes, nouvellement élus, pour qu'il déclare que le PKK est une organisation terroriste : " Qu'est-ce que ça changerait à la situation ?" rétorque Osman Özçelik (Siirt), l'un des députés DTP, en ajoutant ironiquement : "avez-vous seulement un quelconque projet pour résoudre le problème kurde ?". Et de dénoncer les entreprises d'instrumentalisation dont le DTP est l'objet de la part des différents groupes politiques du parlement.

La justice maintient également sa pression sur plusieurs députés DTP, en instance de procès pour "soutien à une organisation terroriste" et "aide et encouragement à une organisation terroriste" dont Aysel Tuğluk (Diyarbakir) et Ayla Akat Ata (Batman) qui ont assuré,en tant qu'avocat, la défense d'Öcalan, et Sebahat Tuncel (Istanbul), ancienne porte parole des femmes du DTP : leur immunité parlementaire pourrait être levée, comme en 1993 pour Leila Zana, Hatipe Dicle, Orhan Dogan et Selim Sadack , députés du DEP qui furent condamnés à une peine de 15 ans d'emprisonnement.

une nouvelle (c'est à dire une énième) information judiciaire est ouverte à l'encontre de Osman Baydemir, maire de Diyarbakır, au sujet d'une polémique provoquée par le premier ministre Recep Tayyip Erdogan mettant le maire au défit d'apporter les preuves d 'une politique gouvernementale discriminatoire envers la ville de Diyarbakir : " ce n'est pas moi qui ai provoqué la polémique, précise Osman Baydemir, je n'ai fait qu'user de mon droit de réponse en rendant publique la liste des projets qui n'ont pas été soutenus par le gouvernement et que j'avais présentés aux services du Premier ministre en août 2005" mettant en évidence une "discrimination négative".

Osman Baydemir, qui promet d'envoyer son rapport à tous les parlementaires, est aussi la cible du parti nationaliste d'opposition (MHP) qui "pousse les feux" en critiquant le gouvernement accusé de conduire, face au terrorisme séparatiste, une politique laxiste qui encourage des attitudes comme celles du maire de Diyarbakir. Le CHP Parti républicain du peuple, premier parti d'opposition, membre de l'internationale socialiste s'est également invité au débat, en reprochant à l'AKP de ne pas soutenir les municipalités administrées par des partis d'opposition et de traiter Diyarbakır comme une ville qui se trouverait en dehors de la Turquie. Akın Birdal, député DTP de Diyarbakır a, lors d'une conférence de presse parlementaire, soutenu Osman Baydemir dans sa quête pour obtenir un traitement d'équité pour sa ville.

Notons que l'association bretonne "Projet pour Hakkari" attend toujours l'autorisation du gouvernement turc pour verser au GABB (union des municipalités du Sud-est anatolien), présidée par le maire de Diyarbakir, les dons en provenance du Conseil Régional de Bretagne et autres collectivités territoriales bretonnes pour la construction du centre municipal de formation et de santé spécialement conçu pour les femmes de Hakkari , province que vient de visiter le nouveau président de Turquie, Abdullah Gül : " une visite destinée à renforcer les liens du pouvoir central avec ces zones défavorisées économiquement, a-t-on indiqué dans son entourage". C'est précisément pour aider cette zone défavorisée que "projet pour Hakkari" est né.

André Métayer Rennes le 15 septembre 2007

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2005 lectures.
logo
Amitiés kurdes de Bretagne est une association loi 1901 chargée de faire connaitre les luttes du peuple kurde. Elle a été créée en 1994.
Voir tous les articles de Amitiés Kurdes de Bretagne
Vos 0 commentaires
Commenter :
Votre email est optionnel et restera confidentiel. Il ne sera utilisé que si vous voulez une réponse d'un lecteur via email. Par exemple si vous cherchez un co-voiturage pour cet évènement ou autre chose.
ANTI-SPAM : Combien font ( 3 multiplié par 7) + 2 ?

ABP

Publier

Nous suivre

2003-2024 © Agence Bretagne Presse, sauf Creative Commons