Présidentielles : Troadec, le régionaliste « bon client » des médias parisiens, snobé  à Rennes

-- Politique --

Point de vue
Par Christian Rogel

Publié le 25/04/15 11:35 -- mis à jour le 00/00/00 00:00

Dans un article précédent (voir notre article), il était mentionné que les partis bretons étaient handicapés par « l'absence d'un leader identifié, qui, étant donné la personnalisation des débats dans les médias, implique du charisme et des talents de débatteur », mentionnant également que l'Union démocratique bretonne (UDB) a un porte-parole, Nil Caouissin, et non pas un responsable identifié.

Pour l'élection régionale de 2010, Christian Guyonvarc'h était tête de liste principale, sans pour autant avoir le statut de leader du parti. Lors des européennes de 2014, des pourparlers entre l'UDB et Christian Troadec ont eu lieu pour une liste commune, mais, une 3ème place ne pouvait convenir à celui que les médias parisiens venaient, quelques mois auparavant, de consacrer comme personnalité bretonne de poids pour son rôle de porte-parole des Bonnets rouges. Malgré des résultats remarquables dans l'Ouest de la Bretagne, la liste du conseiller général de Carhaix ne put obtenir  l'élection d'un député européen.

Dès novembre 2013, Christian Troadec avait déclaré au Figaro qu'il pensait à une candidature régionaliste pour les présidentielles de 2017 et il a confirmé son intention ce mois-ci, commençant par une tournée en Alsace où il été bien accueilli par Unser  Land - Mouvement alsacien et par le président de la Fédération alsacienne, Paul Mumbach.

Compte tenu de la nouvelle stature politique du porte-parole du Mouvement Bretagne Progrès, réélu brillamment dans le Poher aux départementales, on pouvait se demander si un accord devenait possible avec l'UDB, aussi bien pour les régionales (décembre 2015) que pour la course à l'Élysée.

L'UDB, dans un communiqué (une conférence de presse prévue le 23 a été reportée au 27), a vigoureusement fermé la porte, ce qui est moins étonnant qu'il n'y paraît.

Un tweet assassin publié le lendemain par Christian Guyonvarc'h résume parfaitement la critique faite à Christian Troadec : « La "culture" du chef est une défaite de la pensée. Elle a conduit bien des peuples à la catastrophe ». La critique est violente et peu consensuelle, mais, derrière elle, il faut voir qu'il n'est pas facile pour une organisation cinquantenaire de s'imaginer n'être qu'un wagon dans le train, dont le conducteur a toujours mené ses affaires de manière personnelle.

On peut cependant remarquer que la personnalisation est un atout dans les élections et qu'un homme politique déjà repéré par les médias peut attirer beaucoup plus de voix qu'un obscur candidat, éventuellement inapte aux débats télévisés.

L'UDB préfère avancer l'idée d'une primaire régionaliste qui verrait les formations composant la fédération Régions et Peuples solidaires (R & PS) qu'elle a fondée avec des partis régionalistes de gauche proposer chacune leur candidat.

Ajout du 27 avril : Les composantes de R & PS ne seraient pas tenues de présenter un candidat et celui-ci ne serait forcément issu de leurs rangs, mais ont-elles été partie prenante de la proposition. Mystère....

Cette approche peut susciter quelques problèmes, car Unser Land - Mouvement alsacien, qui n'est pas à gauche, devra choisir entre Troadec et la fédération R & PS et si le Partitu di a Nazione Corsa, de François Alfonsi, accepte la primaire, Troadec pourra prendre langue d'autres partis corses plus influents (Corsica Libera, Femu a Corsica).

En attendant, d'autres annonces concernant les élections régionales sont attendues et l'UDB devra s'insérer dans le triangle Marc Le Fur, le candidat du PS (Le Drian ou Lebranchu ?) et l'incontournable Troadec.

Une réunion du bureau de l'UDB aura lieu le 8 mai et les partisans de Christian Troadec devraient s'y faire entendre. Voilà, sans doute, pourquoi l'UDB n'a pas opposé de démenti formel à cet article qui est basé sur le communiqué officiel, suite à une conférence de presse annoncée avec solennité.

Christian Rogel

Licence pour reproduction intégrale, sous condition de mention de l'auteur et de l'Agence Bretagne Presse

Voir aussi :
Cet article a fait l'objet de 2477 lectures.
mailbox imprimer
Christian Rogel est spécialiste du livre, de la documentation et de la culture bretonne.

Vos commentaires :

An Floc'h
Samedi 25 avril 2015

« La"culture" du chef est une défaite de la pensée. Elle a conduit bien des peuples à la catastrophe »

Sont surtout dégoutés de s'être fait autant manger. L'ego du mouvement breton est inversement proportionnel à son importance dans la vie politique.

Plus on est seul dans sa niche, plus on a l'impression d'avoir raison.

Qu'on se méfie de Troadec dans le cadre strictement breton, on a raison. Il reste un populiste qui navigue à vue (ce qui ne veut pas dire que c'est finalement pire que l'ensemble de la classe politique). Mais dans le cadre d'une présidentielle pour l'ensemble de la France, c'est débile. C'est la France qui oblige à avoir un chef. Ou alors, on ne joue pas. Et si on ne joue pas, on ne gagne rien pour espérer changer les règles.

Et surtout, ce n'est pas la faute de Troadec si cette élection existe et surtout est la seule valable dans ce pays. A vouloir être cohérent, l'UDB devrait se taire pour la présidentielle (ce ne sera pas le cas).

Les régionales, là, il faudra bien se rendre compte qu'elles ne changeront absolument rien. Le Fur, c'est Le Drian (breton dans l'opposition), et même un Troadec sous stéroïdes ne changerait rien à la politique bretonne. Les régionales, c'est rien, zéro, nada. Même si un miracle amenait le mouvement breton à 20%.

Mais bon, rien n'est définitif, il est finalement logique que "L'UDB préfère avancer l'idée d'une primaire régionaliste qui verrait les formations composant la fédération Régions et Peuples solidaires (R & PS) qu'elle a fondée avec des partis régionalistes de gauche proposer chacun leur candidat."

...puisqu'une telle primaire en parallèle ne pourra arriver qu'à la conclusion que Troadec est un meilleur candidat et qu'il a besoin du soutien R&PS.

En tout cas, il est maintenant sûr que l'UDB n'aidera pas. Mais ce n'est pas une grosse surprise, les inimitiés sont vieilles. Il faut espérer que les autres partis régionalistes de l'alliance soient un peu plus courageux que les Bretons. Il y a de quoi espérer, ils sont déjà moins pathétiques.

A moins que la nomination de leur candidat se solde par l'allégeance au FdG (EELV, c'est certainement mort), voire au PS. On aura alors la preuve que l'UDB et R&PS ne sont que des clubs bons à seulement satisfaire les égos de membres bien en décalage avec la conscience ou le bon sens.

LHERITIER Jakez
Samedi 25 avril 2015

En politique bretonne ,il faut

-quelques lignes politiques claires .L'union doit être facile à trouver!

-des "porte paroles" qui ont des expériences,de la "mitraille" en réserve, et une stratégie responsable pour la Bretagne .

- des appuis dans tous les BRO .

En 1983 à l'UDB on avait déjà proposé qu'il fallait

agir électoralement en autonome,qu'il fallait des "goules".Refusé.On est donc retourné gagner notre vie.

La ligne suivie par l'UDB amène en Loire Atlantique en 2015 moins de voix,moins d'élus,30 ans après nous.

Les postes obtenus (CR,député) avec des complicités PS,Verts,ne répondent pas aux espérances de notre peuple.Sur le 44 :4 élus municipaux sur l'agglomération Nantaise en recul sur les années 77/83...?

L'UNION BRETONNE DOIT SE FAIRE pour les régionales d'abord et la présidentielle.

Sur le pays Bretagne Plein Sud (St Nazer,Blain,

Guérande etc ,on y travaille .

De gauche,breton,on doit pouvoir lutter avec nos compatriotes démocrates, des vrais écologistes,..comme nous le faisons sur le terrain ici,

à St Nazer,Trignac,Montoir de Bretagne,en Brière etc..

Courage,il faut s'unir.

iffig cochevelou
Samedi 25 avril 2015

Il faudrait que Christian Guyonvarc'h nous dise ou existent des partis politiques puissants des peuples d'Europe (et d'ailleurs) qui n'ont pas de leader : entre autres l'Ecosse après Alex Salmond , s'est trouvé Nicola Sturgeon !

Herri Spohé
Samedi 25 avril 2015

Bravo à Christian Rogel pour jeter de l'huile sur le feu d'une situation déjà compliquée. Ce faisant, il se met au même niveau que Christian Guyonvarc'h et sa pathétique série de tweets, c'est-à-dire très très bas. L'UDB ne ferme pas la porte à Christian Troadec, comme en témoigne une lecture attentive de son communiqué, elle essaie juste de mettre du collectif dans une démarche individuelle, et ainsi en définitive renforcer la candidature de Christian Troadec, seule candidature régionaliste crédible: (voir le site)

Philippe Guilloux
Samedi 25 avril 2015

L'udb mène depuis toujours une politique suicidaire. On se rappelle qu'à l'époque du flb, l'ubb condamnait les actions dans la presse. A défaut de le soutenir, il aurait pu s'abstenir de hurler avec les loups.

Se positionnant systématiquement à la remorque du ps, l'udb n'est plus crédible depuis longtemps, il suffit de regarder les résultats électoraux.

En tous les cas, c'est assez drôle de voir Guyonvarc'h nous expliquer que la culture du chef est une défaite de la pensée. N'est-il pas lui même chef de son parti ? Et s'il n'a pas compris que le mouvement régionaliste breton souffre justement d'un leader, c'est qu'il n'a rien compris. Certes le point de vue et les méthodes du maire de Carhaix sur ce point précis peuvent-être remise en cause mais il fallait négocier et pas fermer la porte d'autant qu'il y a fort à parier que des négociations sont en cours entre le PS et Troadec. Car le ps n'est pas, n'est plus un bloc. Il y a bien plus de points communs entre l'élu du Poher et des gens comme Le Drian qu'entre l'actuel ministre de la défense et la ministre de la pseudo décentralisation. Du coup, l'udb va se retrouver sur la touche car, après une telle déclaration de guerre (et c'est pas la première fois), il est assez évident que Troadec fera en sorte, en cas d'accord avec le PS, de régler les comptes. Et il suffit de regardert, encore une fois les scores électoraux pour se douter vers qui ira un PS régional qui sait très bien qu'il lui faudra des partenaires s'il veut garder la majorité.

Christian Rogel
Samedi 25 avril 2015

@Herri Spohé

On ne peut pas se prétendre observateur (sur votre blog) et se fixer des limites aux analyses sous le prétexte fumeux de ne pas "mettre de l'huile sur le feu". C'est en toute responsabilité que l'UDB saborde toute discussion avec Troadec (et j'indique bien qu'elle n'a guère le choix, étant donné sa "culture").

Ne pas le souligner revient à valider l'inculture politique et, pire, maintenir une forme de non-analyse politique, bien pratique pour cacher les lacunes.

Herri Spohé
Samedi 25 avril 2015

@ Christian Rogel

Autant nous avons apprécié certains de vos précédents articles, autant celui-ci ne peut pas être qualifié d'analyse parce qu'il ne prend pas en compte la réalité, qu'il ignore complètement la diversité des positions au sein même de l'UDB. Diaboliser l'UDB en bloc est aussi néfaste et stupide que diaboliser Troadec.

Christian Rogel
Samedi 25 avril 2015

@Herri Spohé

Si vous voulez défendre la base de l'UDB opprimée par des non-leaders incompétents, je peux, à la rigueur, comprendre vos regrets, mais, l'analyse politique, c'est d'abord, décrypter la position officielle d'un parti. Celle-ci a été sans ambiguité, bien que polie.

Christian Guyonvarc'h aurait donc mis de l'huile sur le feu pour faire taire l'opposition interne ? Intéressant, mais, secondaire.

Vous confirmez donc que l'UDB n'a plus les moyens de cacher son indigence stratégique, mais, on le sait depuis longtemps.

Stéphane Domagala
Samedi 25 avril 2015

L'UDB se désolidarise ( encore ) officiellement de la Bretagne . Pire ... Il devient ennemi ...

A force de communications et d'évolutions consanguines , refusant systématiquement toute autre pensée que la leur, après 50 ans de "luttes" le bilan est simple 1% et des gobelets en plastiques ...

Il est vrai que leur appartenance clairement soumise voir masochiste au PS faisait déjà beaucoup de bruits , Le non soutien aux bonnets rouges était aussi flagrant ( jalousie ? mégalomanie ? ) .

L'UDB avait une chance de montrer dans le visage politique une union , voir une entente pour avancer , mais elle a choisie la voix de la France Jacobine dans une Bretagne désunie .

A bout de souffle ; elle ressort le vieux cadavre poussiéreux du RPS , encore une fois , si vous voulez y adhérer vous devrez pensez comme eux .

Régions Peuples Solidaires ? définitivement non . Régions Peuples Soumis .

La Bretagne à besoin de gens courageux désirant faire L'union.

Il serait logique de constater le ras le bol des rares bretons s'intéressant à ce mouvement et aux autres désireux d'avancer ... La dissolution est maintenant envisageable si ses membres acceptent cette voix.

Karl POINSON
Samedi 25 avril 2015

L'idée d'une candidature "régionaliste" à la présidentielle est excellente mais elle doit s'inscrire dans une unité plus large englobant les autres partis défenseurs des minorités régionales en France. Les bretons seuls ne représenterons pas grand chose au regard du nombre des électeurs, et au contraire uni avec les alsaciens, corses, savoisiens, basques, catalans et les occitans, sans doute avons nous plus de chance de peser enfin face aux jacobins. Cela nécessite de ne pas vouloir incarner seul ce beau projet, mais également de ne pas le cantonner à la gauche. Il existe évidemment d'autres personnes votant comme vous dîtes à droite (le clivage droite/gauche est aussi une expression de la vision jacobine utilisé par ces mêmes personnes qui la combatte...)et qui sont tout autant pour le respect des identités, de la démocratie et bien évidemment pour la réunification. Ce combat dépasse de très loin le clivage républicain jacobin qui nourrit et pourrit les intérêts bretons !

SPERED DIEUB
Samedi 25 avril 2015

On parle d'une rupture entre les jeunes de l'udb et les anciens ,cependant la position de Nil Caouissin est conforme à la ligne historique suicidaire de ce parti

Au fait quel est le rôle de cette prétendue union démocratique bretonne ? une succursale des jacobins et pas seulement de gauche pour semer la manipulation la brouille dans la mouvance bretonne en abusant des militants sincères ? en tout cas si c'était son intention elle ne s'y prendrait pas autrement .

Que un leader breton ait un égo un peu

démesuré ,je veux bien mais ce défaut est compensé par des qualités qui ont cruellement manquées à bien des dirigeants du mouvement breton par le passé

Je crains une fois de plus que la machine à perdre est en route ,provoquée une fois de plus par les gênes de la division ,de la jalousie et de l'orgueil bien trop présents chez les bretons .C'est d'ailleurs la cause principale de leurs échecs dans la grande ile face aux germains et aux autres celtes gaéliques ,la lecture de Bède me conforte dans cette opinion

Le Denmat
Samedi 25 avril 2015

J'ai souvent été amené à voter UDB a des élections lorsqu'il n'y avait pas de candidat plus proche de mes idées.

Je m'en faisait un devoir parce qu'elle représentait à mes yeux un vote breton bien qu'éloignée de mes idées tant pour la Bretagne que pour le reste.

Mais la c'est trop!

Alors que l'UDB est toujours à la traîne.

Incapable d'imaginer prendre une initiative, et probablement cela traduit-il son manque de courage et d'ambition pour la Bretagne.

Cela a déjà été le cas aux Européennes, puisque le PB/NTFB avait prise cette initiative (avec d'ailleurs un magnifique tract), l'UDB n'a pu s'empêcher de créer une liste concurrente.

Finalement ce parti n'a plus d'autre raison d'être que de maintenir élus jusqu'à la retraite une poignée d'élus prêts à avaler toutes les couleuvres pour ce faire.

Donc pour moi le vote UDB n'est plus un vote breton.

Il ne reste plus qu'à souhaiter a l'UDB une fin de vie rapide tant son agonie est préjudiciable à la Bretagne

jo charruau
Samedi 25 avril 2015

La culture du chef s'est quelque peu émoussée depuis quelques décennies. Comme l'écrit C. Rogel, on peut cependant remarquer que la personnalisation reste encore un atout dans les élections à venir.

Pour les présidentielles de 2017, C. Troadec aura, à ne pas douter, ses 500 signatures.

En ce qui concerne les régionales de décembre 2015, c'est aux bretons et bretonnes de choisir par vote la tête de liste qui défendra les intérêts de la Bretagne.

Nous attendons les candidatures.

Tugdual Rdiguet
Samedi 25 avril 2015

Voilà où nous mène de faire passer une idéologie avant la Bretagne!....

Comment voulez vous que nous croissions dans la population quand nous offrons un tel spectacle?

Aucune unité, des bâtons dans les roues des "concurrents", des alliances avec des partis français, etc...

En un mot: LAMENTABLE.

A rajouter dans le dictionnaire. Traduction de "Emsav": lamentable.

Est-ce ainsi que nous arriverons à quelque chose?

J'en doute fort!

Pour ma part, cela me donne plutôt envie de jeter l'éponge. Définitivement.

Seule lueur d'espoir: NTFB.

Mais qui, cependant, reste un embryon de parti du style SNP écossais.

Brocèlbreizh
Samedi 25 avril 2015

Je plussoie au commentaire de Mr Domagala.

Gobelets en plastique,assiettes en carton et bientôt la valise en mode Linda de Souza.

Il ne tient qu'à eux de prendre leurs responsabilités et de renouveler convenablement leur logiciel.

La disquette que l'on insère dans le TO7 Amstrad c'est bien la préhistoire.

L'UDB a donc 2 possibilités:L'autoflagellation non constructive ou l'analyse pragmatique de leur situation.50 ans d'existence pour un score inférieur à 2% devrait pourtant les inciter à penser davantage et revoir leurs alliances pour le plus grand bien des habitants de Breizh.Les autres n'enclencheront pas la marche arrière car leurs logiciels sont neufs.

Concernant le meilleur stratège à l'instant "t",Mr Troadec,le romantisme passe bien après le pragmatisme.

C'est le principe d'un "chef" à l'écoute des autres...

Philippe Guilloux
Samedi 25 avril 2015

le score de l'UDB parle pour eux. Surtout lorsqu'on considère qu'il faut diviser le nombre de voix par deux. Ben oui, le slogan de l'UDB dans les années 70/80, c'était : Voter pour l'UDB, c'est voter deux fois : une fois pour la gauche, une fois pour la Bretagne... Mais au moins à l'époque, on pouvait en rire autour d'une bolée avec les candidats.

Maintenat, voilà que l'UDB se prend au sérieux et s'autorise à distribuer les bons points et à donner des leçons aux autres. Hé ho, les gars, rappelez vous d'où vous venez. Redescendez un peu sur terre.

Pôtr ar skluj
Samedi 25 avril 2015

"A rajouter dans le dictionnaire. Traduction de"Emsav": lamentable."

Je donnerais beaucoup pour savoir quelle proportion des membres de l'Emzao est au courant que "emzao" signifie "avantageux" en vrai breton. Il est cependant clair que l'Emzao ne l'est pas et que la définition donnée par Tugdual Radiguet est meilleur.

Momo
Samedi 25 avril 2015

L'UDB est une voiture balais du PS. Si elle tient à une candidature, c'est uniquement pour survivre en Bretagne face à la fin de la gauchisation des esprits.

Brocèlbreizh
Samedi 25 avril 2015

L'UDB ne ferme pas la porte à Christian Troadec.

Vu les scores c'est bien le minimum.

Autre point de vu subjectif:Troadec,Bretagne et progrès et les 2 autres pourront t'ils encore ouvrir les portes à l'UDB dans leurs situations respectives actuelles?

Je demeure optimiste quand à leur survivance.A condition que ces derniers travaillent à leur propre subsistance.

Louis Le Bars
Samedi 25 avril 2015

Est-ce qu'ABP and co ne donnent pas une trop grande place à l'UDB quand on parle politique en Bretagne ?? Le nombre d'articles les concernant est impressionnant.

En terme de scores électoraux, de nombre d'adhérents, de cohérence et d'utilité pour la Bretagne, ce groupe représente à peu près rien...à mon avis trop en parler revient à leur donner une place surdimensionnée que ce soit en tant que victime, coupable etc.

L'UDB est un petit parti breton, une sorte de micro-parti satellite du PS ou "parasite" qui vit du PS. Je ne les classerai pas dans l'Emsav, ni dans l'autonomisme. Quant au régionalisme, je ne sais pas trop ce que ça veut dire (défendre le pré-carré de Le Drian ?). Je n'en vois pas trop l'intérêt, autant faire parti d'un courant du PSF.

Tugdual Rdiguet
Dimanche 26 avril 2015

@ Brocèlbreizh

"L'UDB ne ferme pas la porte à Christian Troadec."

C'est vrai. La preuve en est qu'un des candidats lors des cantonales s'est présenté sous la liste NTFB.

Cependant, est-ce un doux euphémisme de dire que les relations de Troadec et de l'UDB n'est pas au beau fixe?

Comment prendre différemment les déclarations de l'UDB?

Surtout sachant que Troadec s'est déclaré comme candidat... ce que l'UDB ne peux ignorer...

L'UDB ne fait que double jeu: manifestant pour la réunification, mais s'alliant avec le PS qui détruit la Bretagne... ne fermant pas la porte à Troadec, mais lui mettant des bâtons dans les roues....

Bref, voilà où nous mènent les 36000 partis faisant passer leur idéologies avant de faire passer la Bretagne....

Où est le pragmatisme dedans??

En quoi avons nous avancé? depuis 10 ans?? depuis 50 ans??? depuis 100 ans???

En quoi avoir 36000 partis nous à aidé dans l'opinion bretonne surtout devant de telles démonstrations???

Et vous êtes optimiste devant la survivance de l'UDB?!?!?!?!?!

Personnellement, je suis indépendantiste. Mais je trouve le spectacle du "mouvement" désolant, affligeant, lamentable....

Et voilà ce qui fait que nombre de personnes ne suivent pas le "mouvement" Breton... Mouvement qui n'en a que le nom....

Et voilà pourquoi, d'autre militant de longue date se désintéresse du mouvement...

C'est peut-être faire le jeu des "français" que d'abandonner le combat, mais quand les Bretons eux-même font leur jeu et tendent le bâtons pour se faire battre!

Je me dis qu'au fond, c'est Pierre Camaret qui à le plus raison... laissons les Bretons se débattre dans leur débat stériles qui ne fait que le jeu de ces "môôôsieurs de Paris"...

J'ai quitté la Suisse, une vraie démocratie, avec un niveau de vie supérieur à la france, pour vivre en équations avec mes idéaux...

Le pire???

C'est que j'en arrive à le regretter!!! mais quand je vois le niveau du "mouvement" Breton....

Christian Rogel
Dimanche 26 avril 2015

Certains avancent que l'UDB ne refuse pas définitivement de s'entendre avec Troadec, mais, alors pourquoi s'abriter derrière R & PS, dont le micro-parti de CT, Mouvement Bretagne Progrès ne fait pas partie ?

Comme il n'est pas fait état de contacts préalables avec R & PS, la déclaration ressemble plutôt à une tentative de répondre dans la précipitation au blitzkrieg (mouvement rapide et inattendu) de l'adversaire qui fait monter la mayonnaise en commençant par l'Alsace.

L'UDB semble s'être fait définitivement distancer.

Donbzh
Dimanche 26 avril 2015

Nous devrions différencier dans nos commentaires, la position officielle de l'UDB, qui cherche à exister face à une probable alliance des autres partis bretons pour les régionales et présidentielles, et ses militants ou sympathisants , dont une parti au niveau local souhaite aussi l'alliance.

L' alliance d'un parti nationaliste comme le PB avec les régionalistes de Troadec et NTFB, ainsi que Breizh Europa, a de grande chance d'attirer à eux, une partie des voix qui se tournaient avant vers l'UDB...

C'est surement décevant pour les militants UDB qui souhaitait l'alliance.Attendons leur réaction...

C'est décevant pour l'ensemble des militants bretons , mais cela a au moins l'avantage de clarifier les positions.On avancent plus vite quand on sait sur qui l'on peut compter....

Brocèlbreizh
Dimanche 26 avril 2015

Mr Radiguet,

"L'UDB ne ferme pas la porte à Christian Troadec.."

C'est le discours d'un autre commentateur comme vous le comprendrez en remontant les écrits de chacun.

J'ai repris cette phrase afin de développer le contre-pied.La conclusion est évidente.Mr Rogel décrit cette nouvelle donne factuelle en faisant preuve d'urbanité:

"L'UDB semble s'être fait définitivement distancer."

Un euphémisme courtois qui ouvre des portes sur d'inénarrables conséquences incluant les gobelets en plastique!

Momo
Dimanche 26 avril 2015

C'est à supposer que Troadec obtienne 500 signatures. Ce n'est pas une mince affaire.

En outre, cela repose une erreur d'appréciation récurrente : la France aspirerait au "régionalisme". C'est faux. Il y a des poches séparatistes (Corse), ou autonomiste (Alsace). Le reste n'existe pas. Il n'y a qu'en Bretagne où on rêve de refaire la France en mettant de l'eau dans son vin avec ces histoires de "régionalisme", terme sans substance qui ne mène nulle part.

Il y a déjà eu des candidatures fédéralistes en France, elles n'ont pas de succès. Il n'y a qu'en Bretagne où une poignée de rêveurs projettent sur la France leur propre aspiration.

De toute façon Troadec n'a aucune vision politique. C'est un pur opportuniste qui change de discours tous les jours. Personne ne lui fait confiance, à raison. Un jour autonomiste, il est régionaliste le lendemain, avant de faire dans le gauchisme le surlendemain puis de faire du pied à la droite la semaine suivante.

On a vu l'affaire des Bonnets Rouges : pas de vision, du socialisme larvé sur fond de populisme rural, des fois des références régionalistes qui n'intéressent personne. 100 ans après la naissance du premier parti nationaliste breton, ça végète dans le régionalo-socialisme.

Les combines politiciennes seront toujours le coeur des actions de Troadec. C'est du poujadisme sauce locale.

L'UDB panique parce que ce démagogue va squatter un créneau dont elle vivait depuis 50 ans. Mais ça ne débouchera pas davantage sur quelque chose. Troadec restera l'agitateur de Carhaix qui ne peut pas sortir de son centre Finistère.

Par ailleurs, un commentateur a raison : l'UDB est un objet insignifiant dont l'importance est grossie démesurément sur ABP. 100 encartés et quelques élus par les grâces du PS ne forment pas une force politique.

PIERRE CAMARET
Dimanche 26 avril 2015

Les Dernieres Nouvelles d'Alsace 26/4/2015.

De nos amis Alsaciens/Mosellans quote Des Decembre les electeurs auront certainement a choisir entre ceux qui defendant l'identites de nos territoires et ceux qui defendant leur place d'elu au prix de renoncements et de compromissions . unquote

Nous allons trouver cela en Bretagne.

TUGDAL RADIGUET .Bien percu .La Suisse est le pays ou l'on est le plus heureux .Pays sain , bien gere.

La Bretagne , les departementales ! helas ! .Les Regionales Hola!Les Bretons ... de bons franchouillards.

Christian Rogel
Dimanche 26 avril 2015

@DonBzh

Comme l'"observateur" Herri Spohé, vous faites état de possibles divergences entre une partie de la base encline à se mettre sous la bannière de Troadec et des dirigeants plus circonspects.

L'heure de vérité sonnera lors de la convention de l'UDB, le 8 mai.

On voit que, d'ici là,Guyonvarc'h fait tout pour instruire le procès du "trublion du Poher". Ca nous rajeunirai presque : Ronan Leprohon, excellent procureur, s'est trouvé un ou plusieurs fils spirituels.

sebgi35
Dimanche 26 avril 2015

Encre une fois vous oubliez dans votre équation le Parti Breton qui n'est nullement cité car nous avons les contacts, l'organisation et les militants qui manquent à C Troadec. Il faudra qu'il y ait une large place faite à notre organisation pour qu'il y ait une union large et qui permette la victoire.

An Floc'h
Dimanche 26 avril 2015

@Momo

"Il y a déjà eu des candidatures fédéralistes en France, elles n'ont pas de succès."

Il y a une élection d'importance, c'est la présidentielle.

Il y a eu une candidature fédéraliste, purement théorique et non pas enracinée, à une présidentielle.

L'élection de 2017 n'aura rien à voir avec les précédentes.

Pas de duel gauche/droite au 2nd tour, c'est acquis.

Pas de candidature du sortant ? C'est fort possible, en tout cas c'est inédit.

Pas de candidature du sortant précédent ? Même chose.

Défaite assurée d'un qualifié au 2nd tour ? 2 ans avant ce 2nd tour, ça n'a jamais été autant acquis.

A part la défaite du FN au 2nd tour, rien dans cette élection ne ressemblera aux précédentes.

Maintenant, sur le propos "régionaliste".

Il y a des tensions identitaires qui n'ont jamais existé sous cette forme. Ce n'est plus des communautés contre un rouleau-compresseur mais des communautés en concurrence, vivant côte à côte.

Après des années à avoir entendu la promesse de la réforme de l'Etat, un candidat dont c'est la motivation principale a toutes les chances de se faire remarquer.

Changer le pays aussi. Le french-bashing, avant tout par les Français, est solidement implanté depuis 20 ans. Jamais tant de Français n'ont vécu à l'étranger. Les Français n'aiment plus la France. Même les Parisiens aiment de moins en moins Paris.

L'idée de la France n'a jamais été aussi floue. Il n'y a que la tentation totalitaire qui lui permettrait de se retrouver telle qu'en elle-même.

La France jacobino-bonapartiste n'a pas dit son dernier mot mais elle n'a jamais été aussi fragile.

La récolte des signatures par Troadec est un bon curser pour savoir à quel point elle est aux abois.

La défiance affichée de l'UDB est presque une bonne chose. Et peut-être compte-t-elle sur l'échec des parrainages pour retourner à la gamelle.

Mais c'est certain que si Troadec a les 500, l'UDB ne pourra que se soumettre ou mourir.

Cette défiance n'empêchera pas grand chose. C'est simplement pathétique de ne pas voir se créer une dynamique qui permettrait d'assurer les parrainages et un score conséquent.

Le potentiel Troadec reste fort et la campagne livrera sa vérité, mais une alliance précoce avec le R&PS aurait eu le mérite de le faire grandir.

Christian Rogel
Dimanche 26 avril 2015

@Sebgi35

Le sujet de l'article neconcernait que l'UDB. Celle-ci pourrait devenir, ai-je écrit, un parti inclusif axé sur le centre-gauche, mais, une uautre possibilité est que le PB et Breizh Europa agrègent tous les militants perdus à condition de faire une offre beaucoup moins brouillonne.

An Floc'h
Dimanche 26 avril 2015

@sebgi35

"Encre une fois vous oubliez dans votre équation le Parti Breton"

Si ça arrive régulièrement, il faut peut-être se poser des questions.

"qui n'est nullement cité car nous avons les contacts, l'organisation et les militants qui manquent à C Troadec."

Euh... comment dire ? Non ? Même pas en rêve ? C'est la présidentielle là, pas les cantonales. C'est un métier.

"Il faudra qu'il y ait une large place faite à notre organisation pour qu'il y ait une union large et qui permette la victoire."

Hihihi.

Blague à part. Voyez la faiblesse et le ridicule de l'UDB ? Bah le PB, c'est pareil, l'Histoire en moins.

Après, plus il y a de porteurs d'eau, mieux c'est.

Mais surtout, il ne faut pas oublier que c'est une candidature pour toutes les régions.

Troadec soutenu par la moitié des Corses, des Basques et des Alsaciens, ça serait plus efficace que la seule union sacrée bretonne derrière lui.

Yann Ar Vilin
Dimanche 26 avril 2015

Voter pour l'UDB c'est voter pour le PS. Sklaer eo evel lagad an naer.

Philippe Guilloux
Dimanche 26 avril 2015

Momo : le simple chiffre de l'abstention montre que les électeurs, à défaut d'être régionalistes, ne sont plus intéressés par la politique nationale, par le destin de cette France éternelle que vous semblez vouloir défendre à tout crin, quitte à tout mélanger. Ainsi pourriez vous me dire qu'elle est la différence entre régionaliste et autonomiste ? Un autonomiste n'est pas obligatoirement séparatiste, ce que vous sous-entendez pour nous expliquer que C Troadec est une girouette. Les derniers débats, et pas seulement en Bretagne, au moment de la réforme territoriale ont montré que, si les politiques sont majoritairement aveuglés par la défense de leur pré carré ou leur vision d'une France fantasmée, bien plus mythifiée que cette vision régionaliste qui vous irrite, les citoyens, dans leur grande majorité, estiment qu'il est nécessaire de revoir l'organisation territoriale de ce pays qui se prétend nation.

Donbzh
Dimanche 26 avril 2015

Dans le Morbihan, une motion a été adoptée par les militants UDB en faveur d'une alliance.

La liste de Christian Derrien (NTFB)sur Gourin avait une remplaçante UDB...

Et dans notre comité locale de Bonnets rouges, tous les partis bretons étaient représentés et travaillaient ensemble, le clivage se faisant plus entre indépendantistes et régionalistes que sur une problématique droite gauche...

L'articulation entre nationalistes et régionalistes doit être travailler, pour une meilleur compréhension et complémentarité tout en respectant les différences...

L' idée de primaires de l'UDB n'est pas mauvaise en soi, mais le timing ainsi que le véto des dirigeants de l'UDB contre NTFB à R§PS n'auront pas forcément l'assentiment de tous les membres et sympathisants de l'UDB...

Tugdual Rdiguet
Dimanche 26 avril 2015

@ Donbzh

Le problème est que la candidature de Troadec n'est pas une surprise. Il en parlait depuis longtemps.

Si effectivement l'idée des primaires n'est pas une chose mauvaise en soit, il fallait la lancer dés le début. Ce n'est pas quand la récolte des signatures à commencer qu'il faut mettre des bâtons dans les roues à celui qui à le plus de chance d'y arriver!

Troadec n'est pas seulement connu en Bretagne, mais aussi dans les autres régions...

Malheureusement, le mouvement Breton préfère passer une idéologie avant de faire passer l'intérêt de la Bretagne. L'UDB en est l'exemple, la démonstration parfaite. Quitte à faire double jeu.

Étant indépendantiste, je ne me pose pas la question de savoir si la Bretagne doit être de gauche ou de droite mais de savoir si elle doit être régionale, autonome ou indépendante.

Cependant, la meilleure offre (dans le sens chance d'y arriver) que nous ayons actuellement, est celle de Troadec. Elle est régionale et non pas indépendantiste? C'est déjà mieux que rien! Une avancée, même minime, sera toujours mieux que l'état actuel des choses...

Mais quand on à un bon cheval de course sous la main, on ne le flingue pas sous prétexte qu'il est pommelé alors qu'on préférerait qu'il soit alzan. Peu importe la couleur de sa robe, pourvu qu'il gagne la course.

SPERED DIEUB
Dimanche 26 avril 2015

Syndrome des bretons subconsciemment complexés

Dès qu'il y a une personnalité bretonne qui sort de l'ordinaire ,il y a comme une coalition pour lui chercher des poux dans la tête ,et en même temps ces mêmes personnes tolèrent la corruption et les dérives parfois xénophobes de la classe politique parisienne d'un bout à l'autre de l'échiquier ,alors que je sache Troadec ,quels que soient ses défauts de ses qualités et les qualités de ses défauts n'a jamais tenus ,de propos racistes ,ou haineux qui sont devenus presque banalité chez certains politiques français

Hervé Pencrec'h
Dimanche 26 avril 2015

"la culture du chef est une défaite de la pensée" selon Guyonvarc'h je dirais plutôt que "La culture politique de l'UDB est l'absence de pensée". Pas de chefs certes mais de petits marquis très heureux des miettes que leur laissent le PS. les jacobins peuvent dormir sur leurs deux oreilles !

Philippe Guilloux
Dimanche 26 avril 2015

Dombzh Il semble que pour vous on ne puisse pas être nationaliste sans être séparatiste.

La nation Bretonne, n'en déplaise à certains, est un fait dès lors que l'on considère qu'une nation est un ensemble identifiable par une culture, une histoire, un territoire commun. La Bretagne est donc une nation, tout autant que le Pays de Galle où l'Ecosse. La différence avec ces deux nations est que l'Etat français a toujours confondu nation et état en définissant la nation comme une entité politique. Un état, qui est système de gouvernance, peut être constitué de plusieurs nations sans pour autant qu'il soit nécessaire de parler de fédéralisme qui implique une séparation des pouvoirs plus importante. Il est tout à fait possible de donner des compétences aux régions sans parler de fédéralisme, épouvantail brandit par les défenseurs d'une république indivisible tels que Guaino, Mélenchon, j'en passe et des "meilleurs". C'est ainsi que nous avons un tournois des 6 nations avec deux Etats, la France et l'Italie, et 4 nations au sens véritable de ce terme.

Donc, on peut être nationaliste sans pour autant être séparatiste.

Je ne pense pas que Christian Troadec soit séparatiste. C'est d'ailleurs étrange qu'on se pose la question car s'il l'était, il ne serait pas logique en se présentant à la Présidentielle pour faire entendre la voix des régions. Qu'il soit autonomiste en exigeant que des pouvoirs et des moyens soient rendus aux territoires, pas de doutes là-dessus.

Si les mouvements bretons n'ont pas d'autres choses à faire que de se faire querelle sur des mots on est mal barrés !

Il me semble qu'il serait plus urgent de créer une coalition bretonne ou pourrait être présent plusieurs tendances politiques avec une socle commun qui serait l'autonomie régionale. Le fait que certains soient séparatistes et d'autres autonomistes n'ayant pas à l'heure actuelle une véritable importance. C'est ce que font des gouvernements comme l'Allemagne et que je sache, ca ne fonctionne pas mal.

Brocèlbreizh
Dimanche 26 avril 2015

Parfaitement d'accord avec Dieub et Philippe entre autres.D'autres devraient éventuellement approfondir la notion d'autonomie politique et du libre arbitre. Nous ne sommes pas en 1815 ou en 1915.Depuis 2 siècles l'économie et la politique démontre que les pays sont interdépendants.Le principe de séparatisme entraine un problème aux séparatistes eux même.Pas aux autres. Certains veulent se séparer de certaines régions, d'autres de la France et d'autres encore de l'Europe. Certains voudront se séparer de l'économie de marché tandis que d'autres seront économiquement libéral et sentimentalement conservateurs sociétaux...

Régonalisme/Autonomie politique=sémantik dans le fédéralisme.Le terme d'autonomie me parait plus moderne.Certains font le choix du terme régional,plus ancien, s'il correspond in fine à la philosophie politicienne du centre Breizh,ou est le problème?Nul part en fait.L'UDB,en l'état,c'est croq-vacances,leur mixture gloubi-boulga est épuisante pour eux même. Actuellement,c'est le verre en plastique et le puits risque de se tarir.Ils sont seul responsable de leur avenir politique.Troadec est dans un train en marche et d'autres se demande encore ou est la gare.

Chaque élection implique une stratégie propre car la monarchie républicaine définit les règles.Pas nous.

J'ai regarder les scores dit "nationalistes-indépendantistes":l'auteur me corrigera éventuellement,

selon circonscription,il surnage entre 0,58 et 1,2%.

Ce qui explique très bien les carottes et les lapins.

Pour l'UDB,idem,les scores depuis 1964 parlent d'eux même.A contrario,regardez les scores NTFE des Européennes:la carte et le commentaire.Limpide.

(voir le site)

Brocèlbreizh
Dimanche 26 avril 2015

Comme le dit Tugdual,"quand on à un bon cheval de course sous la main, on ne le flingue pas"La tache est déjà bien assez rude en H-B.

J-J PAGE
Dimanche 26 avril 2015

Le moment est sans doute particulièrement intéressant. L'UDB qui déteste Troadec, le démontre en taclant toute initiative de ce dernier. Manifestation concurrente des "bonnets rouges" en 2013, communiqué déstabilisant à quelques jours des élections sénatoriales de septembre 2014, annonce "jumelle" à celle de C. Troadec en ce qui concerne les élections de 2017, juste pour exister.

Nous savons depuis longtemps que l'UDB "c'est insuffisant", désormais, est-ce que l'UDB est vraiment "nécessaire" à la Bretagne ? Le moment est sans doute venu de sortir des "niches" bretonnes qui placent l'UDB au centre du jeu... Nous ferons autre chose en décembre 2015, et nous sortirons les jacobins qui ont plombé la réunification de la Bretagne. Re zo re.

Katell Goant
Dimanche 26 avril 2015

@ An Floc'h

Votre commentaire sur le PB est stupide. J'espère que vous êtes droit dans vos bottes pour dire autant d'âneries. Plutôt que de se foutre ouvertement du boulot qu'essaie de faire une formation politique qui n'a pas de subsides de partis jacobins et qui a à coeur la pérennité de la Bretagne , appelez à la cohésion , au rassemblement. A moins que cela vous amuse et que vous soyez prêts comme tant d'autres à attendre encore quelques décennies avant de voir notre pays fonctionner réellement.

Alwenn
Dimanche 26 avril 2015

Plutôt que de s'occuper de l'udb, sur le diagnostic duquel tout le monde est à peu prêt d'accord et dont le mieux est de le laisser à ses occupations sans en faire plus de cas que cela, allez voir la video d'Yvon Ollivier :

(voir le site)

Quel avenir pour la République (bretonne ?)

Il semble être arrivé à peu près à la même conclusion que moi : le système français n'est pas réformable, parce que les élites françaises ont tout à perdre et rien à gagner à ce que ça change. Personne ne donne un pouvoir qu'il possède.

La Bretagne n'obtiendra rien de l'Etat français de son propre gré, sinon des miettes pour nous faire patienter. Et les élites politiques genre Le Drian sont dans le système et travaillent pour lui, non pour la Bretagne et pour nous, ni pour l'Alsace.

Nous n'obtiendrons que ce que nous saurons imposer.

Nous devons imposer qui nous sommes : une nation

Nous devons imposer nos droits : tous les droits d'une nation => Toute nation est souveraine, et la nation bretonne est souveraine. Toute limitation à cette souveraineté est une atteinte inacceptable de nature coloniale.

"Yvon Ollivier appelle à la rédaction d'une charte des libertés bretonnes"

Comme je l'ai déjà dit (je ne suis évidemment pas le premier à le dire !), la liberté ne se donne pas, elle se conquière, et pas par les urnes où nous serons toujours minoritaires par rapport aux "français".

Tugdual Rdiguet
Dimanche 26 avril 2015

@ Philippe Guilloux

"Il me semble qu'il serait plus urgent de créer une coalition bretonne ou pourrait être présent plusieurs tendances politiques avec une socle commun qui serait l'autonomie régionale. Le fait que certains soient séparatistes et d'autres autonomistes n'ayant pas à l'heure actuelle une véritable importance."

Malheureusement, nous sommes nombreux à le réclamer!

Malheureusement, les propositions que nous avons en sont loin, préférant faire passer les idéologie plutôt que la Bretagne..

Malheureusement, nous voyons ou cela nous mène, et ce depuis plusieurs décennies, pour ne pas dire des siècles...

Malheureusement, le spectacle donné par l'Emsav, est si lamentable, que nous ne sommes même pas capable de fédérer la population... alors que 20% de la population est plus ou moins favorable à l'indépendance...

Malheureusement, ce spectacle fait que non seulement la population ne nous suit pas, mais, qu'en plus, certains pensent à le quitter...

Voyons les choses en face!

Cependant, il existe des lueurs d'espoirs... NTFB en fait parti...

Tugdual Rdiguet
Lundi 27 avril 2015

@ Alwenn

Jusqu'à présent, les avancées de la Bretagne ont été "arrachées" à la France....

Les miettes obtenues? soit de la poudre aux yeux, comme le "contrat d'avenir" soit...de la poudre aux yeux, comme dans le cas de la futur radio:

"On vous donne ce que vous voulez... de quoi vous plaignez-vous?"... mais sur un canal abandonné.. à quand une télé Bretonne, non pas sur la TNT, mais sur le réseau hertzien? histoire de nous prendre encore plus pour des C....???

"Nous devons imposer qui nous sommes : une nation"

Tout à fait d'accord!

Mais juste un problème: tant que nous ne nous organisons pas en état, tant que nous offrirons un tel spectacle au Bretons, tant que nous ne ferons passer les égos avant le but final, tant que chacun fera sa propre initiative de son côté sans .. cela restera un v½u pieu

Pourtant le potentiel est là...les initiatives sont là pour le prouver... il y à juste que nous ne savons pas en profiter...ce qui est d'autant plus enrageant!

Christian Rogel
Lundi 27 avril 2015

Nil Caoussin, porte-parole de l'UDB, écrit à l'ABP pour relever des erreurs que j'aurais faites dans mon analyse du communiqué de la semaine dernière. Texte ici : (voir le site) qui se décryptait ainsi

1 Il faut une primaire régionaliste pour les présidentielles

2 Régions et Peuples solidaires est le support pour l'organiser, puisque, heureux hasard, l'UDB est le seul parti breton à en être membre

3 Ah, oui, il paraîtrait qu'un candidat extérieur pourrait frapper à la porte et demander poliment à être de la fête

4 Autre solution : la convention de l'UDB, saisie par la grâce, intronise le trublion de Carhaix et le propose à RPS

5 Christian Guyonvarc'h, de peur que cela n'arrive, émet des tweets assassins en rafales pour faire croire que Troadec et Ceausescu, c'est pareil. Ils sont publiés en regard du communiqué.

Donc, Monsieur le porte-parole, indiquez-moi si une procédure d'exclusion est en cours pour votre trublion à vous et je pourrais commencer à imaginer que votre communiqué n'est pas destiné à écarter Troadec.

Alwenn
Lundi 27 avril 2015

@ Tugdual Radiguet

Il ne faut pas se focaliser uniquement sur les partis, la démarche de Breizh-Impacte, qui a organiser les Breujoù Breizh/ Etats généraux des langues et de la culture (samedi 25 avril à St- Avé) me paraît plus porteuse, et des personnes comme Yvon Ollivier, qui ont bien compris le "système" français et ne sont pas à la recherche d'un strapontin en politique, sont plus à même de faire avancer les choses, ou encore Aï'ta, qui utilise la désobéissance civique.

Il faudra passer par de la désobéissance civile. Il faut l'organiser, l'expliquer, la généraliser.

Voici quels sont nos droits, Voilà qui les bafout : l'Etat français. Voici ce que nous avons décidé : refuser d'obtempérer à ses injonctions illégitimes.

L'Etat français continuera de nous imposer sa loi tant que nous y obéirons. Cessons d'obéir !

Tugdual Rdiguet
Lundi 27 avril 2015

@ Alwenn

Encore une fois, je suis TOTALEMENT en accord avec vous...

Je l'ai moi même préconisé ici sur ABP, ne serait-ce pour ce qui concerne les impôts français, illégaux en Bretagne...

Je déplore juste qu'il n'existe aucunes coordinations entre toutes les initiatives, que le "mouvement" Breton soit si peu organisé.

Le potentiel est là, mais nous ne savons en profiter!!!

Mais, sans se focaliser sur les partis, ceux-ci ont leurs parts à jouer: ils sont le reflet démocratique des opinions.

Mais, nos "partis" sont trop frileux ou offre un spectacle si lamentable que le reste de la population ne nous suit pas...

Philippe Guilloux
Lundi 27 avril 2015

Finalement, la candidature de Troadec aura au moins un intérêt, réveiller un parti moribond. Non je rigole, pour l'intérêt, pas pour le parti.

L'UDB, ou du moins ceux qui s'expriment, tire depuis plusieurs mois sur Christian Troadec. Et pourtant, il fut en temps où le carhaisien avait le soutien de l'UDB (notamment pour prendre la mairie de Carhaix). Que c'est-il passé depuis ? Tout simplement que celui qui est devenu l'homme fort du Centre-Bretagne dérange en empiétant sur le réservoir de voix de l'UDB.

Je crois qu'il faudrait tout de même que Christian Guyomarc'h regarde un peu les scores aux élections : aussi bien aux municipales qu'aux cantonales, le score de Troadec est un plébiscite. Donc, à part prendre les gens du Centre-Bretagne pour de parfaits crétins (nous en avons l'habitude, y compris par une majorité de Bretons, éreinter Troadec sur sa personnalité et son "populisme" est un déni de démocratie. La critique d'un homme politique, dès lors qu'elle n'est pas faite sur ses actions et sur son bilan n'est jamais qu'un réglement compte à OK Coral. On peut ne pas apprécier les méthodes de Troadec, son culot. Chacun à sa personnalité. Mais çà n'est pas là-dessus qu'on élit un représentant. C'est sur ce qu'il fait. Et là, le bilan du maire de Carhaix est très largement supérieur à pas mal d'élus. Ca peut déplaire à certains, notamment le PS et ses alliés qui sont d'ailleurs dans l'opposition municipale.

Quand à ceux qui expliquent que celà fait des années qu'on obtient rien ou si peu, ils oublient une chose : jamais l'Etat français et son système politique n'ont été aussi mal en point. L'abstention est importante, les dirigeants ne sont plus crédibles, soit parce qu'ils ont renié leurs promesses aussitôt élus (n'est ce pas François ?) soit parce qu'ils trempent dans des affaires pas toujours très nette et le tout sur fond d'échec de leurs politiques sur le plan économique mais aussi sur le plan sociétal. Cela veut dire qu'il y a aujourd'hui une vraie opportunité à saisir en Bretagne pour bousculer les choses. C'est aussi çà que l'UDB semble ne pas être capable de regarder.

iffig cochevelou
Lundi 27 avril 2015

Je crois rêver quand je lis beaucoup de ces commentaires : alors que la Bretagne n'existe pas, qu'il n'y a qu'une poignée de militants actifs qui font un boulot sérieux, alors que quelqu'un se met en avant pour tenter de nous sortir de cette "merde", on commence a lui taper dessus. Je suis nationaliste breton, comment cela pourrait-il être autrement . Dans ce contexte alors que la Bretagne n'a aucun statut , je me fous totalement des qualificatifs utilisés pour justifier mon combat, régionaliste, autonomiste, indépendantiste, séparatiste, ce ne sont que des mots. Décidons d'être BRETON, nous aurons réussi quand nous serons reconnus politiquement en dépassant les 10% aux élections locales , ensuite le reste suivra. Mais il faudra du monde , pas ces gens qui contestent systématiquement tout ce qui se fait. Pour la première fois nous avons quelqu'un qui peut se permettre de nous représenter profitons-en et avançons.

Il nous faut aussi une reconnaissance internationale, et quoi de mieux que cette couverture médiatique que sont les élections présidentielles françaises, quoiqu'en disent les grincheux .

Une fois de plus , nous n'avons pas de temps à perdre, le monde évolue trop vite et dans une génération la Bretagne aura disparu

Alors remuez vous un peu et arrêtez de débattre sur un mouvement complètement dépassé!

jean louis le corre
Lundi 27 avril 2015

De Clisson a Ouessant,(waraok dustu evit...)En avant pour une Republique Populaire Socialiste et Democratique Bretonne,membre de l'Europe et de l'ONU

Patrick Le Guern
Lundi 27 avril 2015

Pour paraphraser une célèbre devise, je dirais moi aussi pour ces présidentielles :

"Ni de droite, ni de gauche, Breton suis".

Bravo à Christian Troadec de porter un projet, non seulement pour la Bretagne, mais pour toutes les nations de l'hexagone.

Commençons déjà par gagner le combat de la Bretagne

Lucien Le Mahre
Lundi 27 avril 2015

N'étant pas particulièrement expert en politique politicienne, mes filets dérivants ne m'ont ramené qu'un fretin de réflexions décousues inspirées par les faits...

D'abord, tout aussi dommageable que la "culture du Chef", il y a la "culture de la Gamelle".

Les uns se mettent en rang à l'appel du meneur, les autres accourent en désordre au moindre bruit cantinier.

On a d'ailleurs le plus souvent affaire à des situations mixtes, l'obéissance aux ordres supérieurs déterminant directement la teneur en nutriments de la portion octroyée. Nous avons d'ailleurs pu admirer sous toutes ses coutures, fin 2014, dans les rangs des députés PS, cette notion panachée à laquelle n'échappèrent qu'une poignée d'hommes véritables.

Le summum de la "culture du Chef" fut atteint chez les Nazis pour qui la fameuse "Kadavergehorsam" (obéissance de cadavre) était le nec plus ultra du comportement du SS qui devait dans l'idéal devenir une machine à obéir décervelée s'en remettant en tout et pour tout au cerveau du Chef.

Pas d'anachronisme. Est-ce vraiment une crainte raisonnée concernant quelque leader populiste ou d'appareil que ce soit actuellement en Bretagne ? La question prête à rire ! Mais il est vrai que des versions moins radicales et plus feutrées se rencontrent (et se rencontreront longtemps encore) quotidiennement un peu partout.

De son côté la "culture de la Gamelle" est également de tous les époques et si La Fontaine s'en expliquait déjà de façon claire dans "Le Loup et le Chien" autant que je m'en souvienne, le Christ lui-même avait été trahi pour un modeste plat de lentilles...

Enfin, si je comprends à peu près la situation, nous avons sur le terrain régional le choix entre deux grandes options politiques. D'une part : NTFB (Nous Te Ferons Bretagne) - ce qui n'est pas gagné d'avance - et d'autre part : NnTFpB (Nous ne Te Ferons pas Bretagne) objectif beaucoup plus facile à réaliser...

PIERRE CAMARET
Lundi 27 avril 2015

Lucien LE MAHRE.Tres bon commentaire . J'admire votre esprit .

Voyons les Regionales .... et l'evolution intelligente?????? de nos Bretons .

J'ai peur et je plagis ( Victor HUGO ???)

suite a un jugement sur une piece de theatre :

Apres ???????(Departementales) helas!!!! , après Hernani (Regionales) Hola!!!!!

An Floc'h
Lundi 27 avril 2015

@Katell Goant

"Votre commentaire sur le PB est stupide."

Remettre les choses en perspectives, spécialement dans le mouvement breton, n'a jamais fait de mal au militantisme.

L'émotion et les rêves sont moteurs d'ambition mais ne suffisent pas.

Le commentaire de sebgi35 mérite bien cette remarque. Et je pense que c'est beaucoup plus constructif de s'entendre dire que la réalité n'est pas si simple.

Mon ton moqueur est simplement une façon de contrebalancer l'emphase. D'autant plus quand c'est de l'emphase de militant de parti, qui n'est pas la plus à même de transporter.

"J'espère que vous êtes droit dans vos bottes pour dire autant d'âneries."

Quelles âneries ? Que le PB représente moins que l'UDB ? Faux ? Alors que l'UDB ne représente déjà pas grand chose ? Le PB a beaucoup plus à gagner de Troadec que l'inverse. Et Troadec a plus à gagner en ralliant l'UDB. C'est une ânerie de le penser ?

Alors, oui je suis un âne bâté. Parce que je suis loin d'être le seul à faire ce constat.

Quant à la rectitude dans mes bottes, je ne peux que juger que j'y suis à l'aise, après les avoir travaillées, ayant la même paire depuis longtemps, sans qu'elles ne soient forcément les plus belles.

L'article est centré sur l'UDB qui, justement au regard de son histoire, mérite les critiques. Cette sortie récente est évidemment lamentable. Mais ça ne justifie aucunement une supériorité PB. D'autant qu'il se définie beaucoup trop à mon goût comme miroir de l'UDB. Néanmoins, il a le mérite d'exister et son importance. Je serais même le premier à être satisfait de le voir grossir. Peu me chaut qu'il finisse plus ou moins gros que l'UDB. Bien que j'ai le triste doute que damer le pion à l'UDB suffirait à son bonheur.

Un peu comme le Stade Rennais FC. Sérieux, organisé, sans rien qui dépasse, pas même les résultats, et qui se contente finalement de battre les autres clubs bretons. Sauf qu'il n'y a pas de titres à gagner à ce petit jeu.

"appelez à la cohésion , au rassemblement"

Beaucoup le font et l'ont fait. Avec les résultats que l'on connait.

Excusez-moi d'attendre beaucoup plus de l'union de nos amis d'autres régions derrière Troadec que du mouvement breton qui déçoit beaucoup.

Excusez-moi aussi de penser que la candidature de Troadec est primordiale, au risque d'un échec singlant qui porterait un coup dur au mouvement politique breton. Mais qui doit se tenter à fond vu qu'il n'y a pas grand chose à perdre.

Et puis, je ne descends pas le PB pour défendre l'UDB. Je remets en perspective. L'UDB freine parce que justement elle s'accroche à ses miettes. Le PB n'ayant rien à perdre, c'est bien le moins qu'il se bouge. Désolé de ne pas tomber en admiration.

"une formation politique qui n'a pas de subsides de partis jacobins"

Mais qui est capable de partager la même table du côté de Rennes, non ?

Je ne condamne pas, remarquez.

"A moins que cela vous amuse"

Mais c'est vrai que je m'amuse alors simplement du pedigree de pureté qu'on voudrait lui coller.

Je m'en amuse aussi pour ne pas avoir à en pleurer.

"et que vous soyez prêts comme tant d'autres à attendre encore quelques décennies avant de voir notre pays fonctionner réellement."

La question de savoir si je suis prêt à attendre comme tant d'autres ne se pose pas. Vous êtes beaucoup trop optimiste. La Bretagne n'aura pas 20 ans pour se réveiller.

Il n'y a pas qu'une façon de le faire. Rappeler la froide réalité de temps en temps en est une.

Tramber a-du
Lundi 27 avril 2015

Excellente chutte M.le Mahre, à votre dernier commentaire.A-du on pen da ben.L'humour fait le plus grand bien face au spectacle consternant de nos chapelles politiques Bretonnes, NnTFpB est excellent! Il nous manque vraiment un dessinateur de presse.

An Floc'h
Lundi 27 avril 2015

@Christian Rogel

"je pourrais commencer à imaginer que votre communiqué n'est pas destiné à écarter Troadec."

On peut aussi imaginer que c'est pour sauver la face.

Il n'y a pas de surprise dans la réaction de l'UDB. Elle se fait souffler son sentiment de représentante politique de la Bretagne. Ouïlle à l'orgueil.

Et puis le "nul n'est prophète en son pays". Troadec candidat, il y a fort à parier que les Bretons jacobins seront les plus féroces adversaires.

Les autres formations R&PS ne suivront pas automatiquement l'UDB (un candidat de gauche jacobine plus sûrement, malheureusement) mais l'UDB sera obligé de les suivre. Il y a encore la place.

Brocèlbreizh
Lundi 27 avril 2015

Mr Le Mahre pivote,un dribble,deux dribble,il se démarque...oui,c'est bien joué ça...il enroule le ballon... et il frappe!!!Un tir en pleine lucarne des 30 mètres!!!c'est juste magnifique!Mais quelle maitrise du jeu!!Le gardien de l'UDB parait touché et l'arbitre regarde son chronomètre.Quel suspens!

Yann LeBleiz
Lundi 27 avril 2015

L'UDB se voulait l'unique parti politique breton!

L'unique parti d'une Bretagne qui serait concevable qu'à gôôche et en symbiose avec la gauche internationale à commencer par la gauche française qui lui offrait des strapontins!

Cette vision est un échec complet, l'UDB n'a plus aucun avenir!

A cela, je vois 3 raisons :

1)Son allier français socialiste a fait plus de dégât à la Bretagne que le Maréchal Pétain : "il a fait voter par ses élus (des députés) l'officialisation de la partition de la Bretagne ce qui permet à la France de prétendre à une justification démocratique".

2) Son intolérance, voir son apartheid, envers tous ce qui n'est pas de "gôôche", surtout si c'est Breton!

3) L'archaïsme de son concept de "gôôche", qui très français s'oppose à la Social-Démocratie Européenne notamment chez les alliés traditionnels de la Bretagne.

TROADEC pourrait être enfin le moteur de la "Social-Démocratie" en Bretagne.

Certes, il ne le présente, tenant compte probablement du poids actuel de la culture politique française chez les Bretons.

Mais il existe à mon sens un réel espoir qu'il puisse rentrer les Bretons de sensibilité "sociale" dans la modernité.

Adieu UDB, vive la Social-Démocratie Bretonne!

Un GRAND pas en avant!

Reste maintenant à doter la Bretagne d'une représentation "Social-Libérale" et d'une représentation "Chrétienne-Démocrate"....

Et là, pas facile de savoir si cela viendra du Parti Breton, qui comme Breizh-Europa semble glisser vers l'opportunité réelle de la Social-Démocratie, ou s'il faudra créer 1 voir 2 nouveaux partis politiques en Bretagne.

Quoi qu'il en soit, TROADEC est en train de faire bouger les lignes!

SPERED DIEUB
Lundi 27 avril 2015

Autre hypothèse , l'udb a été prise de vitesse avec Troadec , alors qu'elle envisageait la candidature RPS de Paul Molac à la présidentielle ??????

MANSKER
Lundi 27 avril 2015

Il y a un train à prendre ! Un nouveau train, tout neuf, avec de brillantes idées. Il s'arrête où il veut, quand il veut. Il offre à boire et à manger à ses passagers, les invitant poliment de revenir dès que possible. Il offre un panel d'innovations, et une grosse boîte à idées pour encore mieux vous servir. Que demande le peuple ! Il invite même ses détracteurs, qui, craintifs comme d'accoutumée, craignent l'asphyxie à grande vitesse. Ô secours ! le nouveau train va nous piquer notre belle place. Il est vrai que le modernisme fait peur. L'innovation n'est point à l'ordre du jour. Alors vous imaginer une nouvelle machine qui de l'Alsace à la Bretagne, et de la Corse à la Catalogne, en passant par la Savoie, rafle tous nos anciens passagers. Et moins cher qui plus est ! Bizkoaz ! Quel gross malheure pour notre petit train-train quotidien. Donnez-nous des arguments pour casser cette belle machine, nous on se complait dans notre Tour d'ivoire, rodée de fange nauséabonde. Il est vrai qu'à force on s'y habitue...

Bon, j'ai un train à prendre, non, pas celui-là, merci les flagorneurs et bonimenteurs en tous genres, le neuf, je veux l'essayer ! Bretons, Bretonnes, Alsaciens, Alsaciennes, Catalans, Catalanes, Corses, Savoyards, Picards, et à tous les amoureux des beaux trains tous neufs, à une nouvelle voie plus confortable, aux paysages enchanteurs, aux contrôleurs heureux, le beau train des régions a de l'avenir, croyez-en un connaisseur.

Quand aux zélés délateurs, les nommer ne serait que publicité, restez sur le quai, vous ne ferez pas l'Histoire, ni encore moins la Bretagne.

Pôtr ar skluj
Mardi 28 avril 2015

"autant que je m'en souvienne, le Christ lui-même avait été trahi pour un modeste plat de lentilles... "

Confusion avec l'histoire de Jacob et d'Esaü, le Christ a été vendu pour trente deniers. La perte de la culture catholique est l'un des symptôme de la décadence du peuple breton. Et la métaphore filée est une figure de style trop lourde pour être amusante, surtout quand elle est répétée.

Philippe Guilloux
Mardi 28 avril 2015

Houla, on lit parfois de sacrés âneries aussi. Pôtr ar skuj, si vous n'avez pas compris que pendant des siècles, l'église catholique a tenu les Bretons et la Bretagne dans la domination des puissants, leur promettant n'ont pas 70 vierges comme l'intolérante religion qui fait aujourd'hui la une des journaux mais tout de même un au delà d'autant plus heureux qu'ils en auront bavé sur terre, c'est grave. Heureux les simples d'esprit car le royaume des cieux leur appartient. Justement, si la Bretagne a encore une chance de salut, c'est parce qu'elle s'est débarrassée de la main mise de ce clergé. C'est tout l'inverse de la décadence.

Tugdual Rdiguet
Mardi 28 avril 2015

@ Pôtr ar skluj

@ Philippe Guilloux

Rappelons juste que la religion ne concerne qu'un homme et sa conscience... Seul lui aura son compte à rendre le moment venu, si ce n'est à un ou plusieurs dieux, à lui même avant tout....

En attendant, on ne peux nier non plus le rôle tant négatif, mais aussi positif de l'église en occident...

Tout comme ne pas reconnaître que la majorité des curés étaient aussi pauvre que leurs ouailles, c'est faire insultes à leurs mémoires...

cependant, quoiqu'il en soit.... le sujet s'éloigne fort du sujet de base... ne mélangeons pas les serviettes et les torchons... (je vous laisse faire votre propre tri: qui sont les serviettes, qui sont les torchons suivant vos propres convictions)

Le sujet étant, non pas la religion et son influence ou son histoire, mais bel et bien l'UDB et Troadec...

Bien entendu, si l'on considère Troadec comme le messie de la Bretagne, c'est une autre paire de manche...pardon! de chasuble!

Ceci dit, remarquez que le prénom de Troadec est Christian..dont, la base est "Christ"!

Oups! déjà que certain le considère comme ayant la grosse tête! alors s'il lit cela!!! qu'est ce que ça sera!!!

(ceci dit! vas-y "Cri-Cri"!)

Brocèlbreizh
Mardi 28 avril 2015

Pôtr ar skluj,la foi d'un humain,comme le dit Tugdual est individuelle.Méditez donc cela(individuellement):

"(..)les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu.Jean Baptiste est venu à vous, vivant selon la justice,et vous n'avez pas cru à sa parole;tandis que les publicains et les prostituées y ont cru.Vous-même après avoir vu cela,vous ne vous êtes pas repentis(..)"Lentille ou pognon;j'aime mieux pour ma part:gobelets-plastique ou le quai de la gare? La caravane a passé le portique.

Damien Kern
Mardi 28 avril 2015

@Phillippe Guilloux.

Vos propos sont bien construits, votre arrogance ferait de vous un piètre politique. Si je reprends une société avec quelqu'un comme vous au marketing, je sais comment améliorer les ventes : j'opère une mutation.

La religion catholique même en déclin reste une composante de la culture bretonne et donc de la politique. Sans elle ça serait autre chose. Pas de plou, de plo, l'art religieux du finistère ...

Dans ma jeunesse, j'ai moi même été trop arrogant à l'égard de la religion, ce fut une erreur.

Si démocratie chrétienne représente 20% de l'électorat, c'est une réalité.

Comment prétendre former une large coalition bretonne politique en se moquant déjà de 20% des électeurs ?

Ensuite eux aussi vont vous virer, si vous représentez 20%; vous commencez déjà par une perte de 40%.

Suivant le principe de la réaction en chaine, ca se termine à 2% comme l'UDB. Et qui se moque de ce score ?

Philippe Guilloux
Mardi 28 avril 2015

oui en effet, nous nous éloignons... Ceci dit, sur le sujet en question, je pense que tout a été dit ou presque. Il ressort de cette discussion que la majorité de ceux qui espèrent voir les choses bouger pensent que c'est en ne perdant pas dans de temps dans des querelles de personnes...

En espérant que ceux qui sont directement concernés lisent et en tirent les conséquences ;-)

Pôtr ar skluj
Mardi 28 avril 2015

"Rappelons juste que la religion ne concerne qu'un homme et sa conscience."

Entièrement d'accord avec vous, je déplorais la perte de la culture catholique, non de la foi. Je suis moi-même athée, même si je sais que nombre de mes valeurs ont été façonnées par le catholicisme (compassion pour les pauvres, respect des femmes, haine de l'argent...). Je constate simplement que comme chez tous les peuples d'Europe occidentale le catholicisme fait parti de l'identité du peuple breton et qu'il est dommage de l'ignorer. Cela ne fait pas de moi un cul-béni. Je suis un grand amateur de blague anti-cléricales en breton.

Pôtr ar skluj
Mardi 28 avril 2015

"Ceci dit, remarquez que le prénom de Troadec est Christian..dont, la base est"Christ"! "

Je suis un pharisien, je préfère discuter sans fin sur les dogmes et pactiser avec l'occupant plutôt que d'accueillir la venu du Messie.

Lucien Le Mahre
Mardi 28 avril 2015

@ Pôtr ar skluj

Tout apport est utile.

Merci donc de me rafraîchir la mémoire car le catéchisme de mon enfance est déjà loin.

Il y a besoin de gens comme vous, critiques sourcilleux plus attachés à la lettre qu'à l'esprit, pour mordre aux mollets le corollaire, au risque toutefois de confirmer ainsi que la confusion entre les 30 deniers et le plat de lentilles ne change malgré tout absolument rien au principe de trahison qui est le fond de l'affaire.

Regrets attristés également ne pas avoir su toucher votre humour bien connu de joyeux compagnon, en raison d'une malheureuse accumulation de fautes, de maladresses et d'erreurs dont je rougis encore. J'ai pourtant fait ce que j'ai pu mais, à ma grande tristesse, votre jugement de Salomon démontre hélas que je peux peu...

Et le plus triste, c'est qu'il va falloir vivre avec !

Kenavo.

Léon-Paul Creton
Mardi 28 avril 2015

Lucien Le Mahre...sinon que Ésaü a été trahi par son frère Jacob dans le complot et le stratagème ourdis par lui et leur "mère" Rebecca.

Se glisser dans la peau du mouton, opportunément, apporte certains bénéfices! Y vivre c'est l'abattoir, le sacrifice assuré!!!

Ker itron al lann
Mardi 28 avril 2015

Une possible candidature à la présidentielle, dispersant les voix au premier tour alors qu'il sera décisif?

On ne négocie que si l'on a à mettre quelque chose dans la balance…

Et que peut on négocier avant la présidentielle? Pas très compliqué…..

La Bretagne là dedans? Les régionales seront serrées… Tant mieux; Mais après…

Après des ouvertures à gauche et surtout à droite, après avoir fait pencher la balance, que se passera t'il? Quelles "promesses", des engagements?

De Loire Atlantique, un poids de plus pour la réunification en b4, tant mieux! Mais après….

Aux Pdll, au Vendéen à bout de souffle Auxiette le socialiste succèdera l'ultra vendéen sémillant Retailleau… le républicain (sic)……..

Et là, c'est reparti pour quarante ans. C'est Le Drian qui va être comptant! Bien joué les pré-retraités!!!

Qui va t'on maintenant montrer du doigt? On fatigue!

Merci tout le monde, ça a été du grand art!

Ken ar c'hentañ

KIAL

PS: à oui, j'oubliais merci EELV, Mme la Magistrat Eva Joly, José et leurs pieds de biche. .. Et tout ceux qui ont si bien dynami(t)sé notre territoire. Avec l'éternelle reconnaissance du monde urbain (voir résultat des mun et dép).

S'il n'ont plus de pain, qu'on leur donne de la brioche!

Louis Le Bars
Mardi 28 avril 2015

@ KIAL : si Retailleau est élu aux Régionales (très probable), qu'est-ce qui empêche le PS qui dirige toujours le 44 (malgré une défaite électorale) de faire jouer le droit d'option ?

Droit d'option sans "risque" de réunification concrète pour eux (compte tenu des modalités mises au point par l'actuel gouvernement), coup du pub médiatique pour se rattacher les gogos, opposition à la Droite, bref tout devrait aller dans ce sens !! Mais le feront-ils ? Même pas sûr.

Le fonds du problème il est là, pas en Vendée.

Philippe Guilloux
Mardi 28 avril 2015

Kial : ca aussi c'est marrant dans cette tendance à désigner des coupables, y compris chez ceux qui sont plutôt favorables à la Bretagne. Encore et toujours la syndrome Astérix. De quoi est coupable Le Drian ? De n'avoir pas pu, seul et contre tous, réunifier la Bretagne ? Il a mis dans la balance un départ du gouvernement pour éviter la fusion et c'est, pour moi, c'est un bon point car nous savons tous, sauf vous, que la fusion est à terme une disparition de la Bretagne, diluée dans une grand ouest à l'image de la Loire Atlantique qui est de moins en moins bretonne du fait des politiques qui y sont menées depuis plusieurs décennies. La réunification, il a tenté. En fin connaisseur des arcanes politiciennes, il a fait les comptes et il a constaté quoi ? Qu'il n'y aurait pas à l'assemblée nationale et au sénat une majorité favorable à la réunification. Cela s'est avéré malheureusement vraie puisque même les amendements Mollac ont trouvé une opposition suffisante pour ne pas passer. Dès lors, pour éviter la fusion, il a laisser entendre qu'une coopération entre PdL et Bretagne sera une solution.

Maintenant, on peut faire son procès en sorcellerie. Mais on ne peut pas nier que, lorsqu'il fut à la Présidence du Conseil Régional, il a mener des actions favorables. J'en prends pour exemple le financement du lycée Diwan de Carhaix, contre l'avis des administrations qui s'opposaient à ce financement au nom de la loi de 1905.

Oui, Le Drian fait parti d'un gouvernement qui a échoué sur la réunification. Mais Le Fur fait parti aussi d'un parti politique qui n'a pas résussit lorsqu'il était au pouvoir et dont plusieurs membres se sont élevés contre la réforme territoriale.

Moi ca me gêne un peu que les Bretons soient constamment entre train de mettre des têtes au bout des piques. Tant qu'à le faire, mettons y celles de véritables opposants, ils sont déjà tellement nombreux

Louis Le Bars
Mardi 28 avril 2015

@ Philippe Guilloux, soit vous êtes complétement naif, soit vous vous moquez des intervenants de ce forum.

La tribune du duo Le Drian-Le Foll c'est un appel à la fusion pour l'après Le Drian (oui car Le Drian se voit bien en préretraite à Rennes jusqu'à 75 ans) et surtout une tribune anti-B5.

Le Drian n'est pas favorable à la réunification de la Bretagne, il ne l'a jamais été, son discours a toujours oscillé entre le "c'est pas d'actualité" et le "oui, mais...". Quant à sa menace de démission, c'est vraiment du foutage de g....je pense d'ailleurs mon temps à lire qu'il propose sa démission si il obtient pas une rallonge budgétaire, si la B4 est fusionnée etc etc voilà comment on cultive une image à moindre frais. Pendant ce temps là le PS par pure idéologie fait tout pour enterrer B5. Rappelons-nous tout de même des textes passés à l'assemblée sur le droit d'option qui ont immédiatement été enterrés par le PS une fois élu en 2012.

Les proches de Le Drian ont voté contre les amendements pro B5 ou pro droit d'option. Le Drian est un très proche de Hollande, Ayrault a été Premier Ministre, le gouvernement fait passer le nombre de régions de 22 à 13 alors que c'était pas dans son programme, et on voudrait nous faire croire que tout ce petit monde "a fait ce qu'il a pu", que ce n'était pas le bon moment, "qu'il est pour mais qu'il y avait pas unanimité" ...quel foutage de gueule !

Pendant ce temps là il a été tout a fait possible de mettre Mulhouse avec Nogent-sur-Seine ou de rattacher Montpellier à Toulouse, allez comprendre !!

Alwenn
Mercredi 29 avril 2015

"@ Philippe Guilloux, soit vous êtes complétement naif, soit vous vous moquez des intervenants de ce forum."

Naïveté ? Auto-persuasion ? Moquage ?

Les socialistes bretons avaient les moyens de faire la réunification. Comment imaginer que la loi ait pu passer sans leur vote ? S'ils avaient voter contre, il y aurait eu plus de député contre que de députés pour.

Urvoas a voté pour ! Qu'est-ce qui l'y obligeait ?

Le suppléant de Le Drian aussi.

Ces gens sont aux ordres. Pourquoi ?

Ils ont entre leurs mains la possibilité historique de réunifier la Bretagne, et ils votent contre, malgré qu'ils aient dit qu'ils étaient pour !

C'est quoi ce travail ?

Les députés socialistes ont suivi Urvoas, qui fesait miroiter un droit d'option facilité. Qui n'est pas venu !

Et il faudrait porter Le Drian aux nues pour son courage à toute épreuve et son abnégation au service de la Bretagne ?

A d'autres !

Philippe Guilloux
Mercredi 29 avril 2015

Je ne suis ni naif, ni moqueur. Je fais une analyse de la situation en fonction de réalité, de constats et pas de pré-supposés et de procès en bretonnitude qui sont le lot habituel de certains. Vous dites que Le Drian n'a jamais été pour la réunification. C'est une affirmation qui demanderait a être étayée. Moi je ne peux pas croire que l'actuel Président de la Région Bretagne, très proche de Le Drian, ait pu prendre les positions qu'il a pris et les déclarations publiques qu'il a faites, les votes et mention qu'il a fait voter en défaveur de la fusion et pour la réunification, sans avoir l'accord du Ministre de la défense qui, ce n'est un secret pour personne, garde un oeil sur ce qui se passe à la Région. Je ne peux pas croire non plus que l'actuel Vice-Président chargé de la Culture et qui n'a pas ménagé son énergie pour tente de faire passer la réunification ne l'ait pas fait sans en parler avec Le Drian dont il est pour le coup un très proche (cf : la préface du dernier bouquin de Le Boulanger). Désolé si çà ne plait pas à tout le monde mais il y a des choses qui ont été faites et dites ces derniers mois et depuis plusieurs mandats par l'équipe actuellement à la tête de la région qui me conviennent. Tout n'est pas noir et blanc (un petit clin d'oeil).

Maintenant, que le PS soit un parti jacobin et qu'il y ait au PS Breton des gens qui le soient également, il n'y a aucun doute là-dessus et çà n'est pas une nouveauté. Pour autant, faire le procès de ceux qui sont membres de ce parti et qui sont les plus favorables à la réunification et ne pas parler de ceux qui sont véritablement contre ne me semble pas logique et surtout par la meilleure chose à faire. Oui, nous avons lu les déclarations de Lebranchu, celles de Poignant, du maire de Brest, de Nantes, de Rennes, l'ex président du CG 29... qui nous expliquaient que le grand ouest était plus approprié que la réunification. Il n'y avait pas une majorité favorable à la réunification, pas plus au PS que dans les autres partis. Et c'est bien pour cela que c'est qu'elle n'a pas été votée. Le coup de pouce d'Ayrault a achevé de faire basculer la décision de Hollande en faveur du status quo. Maintenant, on peut le regretter et je le regrette tout autant que vous. Nous n'avons pas obtenu la réunification mais nous n'avons pas à faire les frais d'une fusion comme les alsaciens. Ca ne veut pas dire qu'il ne faut pas continuer le combat mais il faut aussi rester vigilant car les jacobins ont plus d'un tour dans leur sac : à la région par exemple, certains au PS veulent profiter de l'absence de Le Drian de la scène régionale pour proposer aux prochaines élections une tête de liste qui, pour le coup, ne sera pas du tout favorable à la réunification (le nom de Lebranchu circule tout de même pas mal) et qui pourra entamer une politique de déculturation semblable à celle qu'ont mené leurs collègues en Pays de Loire. Or, le PS est encore en position de gagner en Bretagne si on en croit les chiffres des départementales. Alors entre la peste et le choléra, j'aimerai autant que si le PS gagne les régionales, çà soit pour y mener une politique qui, si elle n'est pas parfaite, est tout de même favorable l'identité et la culture de cette région.

Mon analyse ? Ca va se jouer serrer entre le PS et la droite. Troadec aura une carte à jouer et la jouera. Il négociera pour apporter ses voix (car je ne doute pas qu'il sera candidat et qu'il drainera sur son nom un nombre de voix suffisant pour faire pencher la majorité d'un bord ou d'un autre et c'est pour çà que la chasse à l'homme est commencée pour tenter de le discréditer). Cette négociation se fera je le pense sur un accord sur certaines revendications précises. Est ce que la gauche répondra plus à ses demandes que la droite ?

C'est le la politique politicienne ? Peut-être mais c'est comme çà que çà marche. Je lis que certains proposent de ne pas faire de la politique mais de faire la révolution. Chacun est libre d'avoir une vision d'exprimer ses idées son s'attirer les foudres des gardiens du temple

Konan Lasceau
Mercredi 29 avril 2015

Christian de "Christ"

et

TROADEC de "TROADE"

Descendant des populations de Troie qui migrèrent par la mer à la recherche de nouvelles terres suite à la guerre de Troie.

Ce Nouveau cheval de Troie qui libèrera les Nations de l'Hexagone ?

Inch'ALLAH comme qui dirait l'autre puisque maintenant il faudra apprendre la civilisation Islamique à l'école et que l'Histoire de la civilisation chrétienne ne sera qu'une option...JACOBINE

Lucien Le Mahre
Mercredi 29 avril 2015

Je vois à l'instant que "The Age of Arthur" est encore en vente sur Amazone...

Yann LeBleiz
Mercredi 29 avril 2015

Sur plusieurs post, j'évoque le besoin pour les Bretons de se doter d'un vrai parti "Social-Démocrate" (schéma pragmatique et européen du socialisme barbu de grand papa) et qui serait capable de raccompagner le Socialistes français pétri de jacobinisme à la frontière...

Pour mémoire, la Social-Démocratie est l'une des raisons du succès tant social qu'économiques des pays du nord de l'Europe... Peu de chômeurs et bon niveau de vie...!

Or, je le constate, qu'on continue à nous vendre du "Socialisme" au tire qu'il y aurait quelques personnes qui ne seraient pas totalement jacobines...!

Les mots "gauche" et "droite" (deux mots simpliste et sans définition) sont toujours employé selon le modèle puéril qui nous est servi pour permet à une oligarchie de se maintenir! (Cela aurait pu être le mot rouge et bleu, ou comme jadis les blancs et les rouges...)

Donc 2 mots, pour résumer : économie, social, chômage, soins de santé, retraite, développement économique, enseignement, etc....

(C'est simple la vie...!)

Question : Vous percevez comment le déplacement de l'économie mondiale vers le bassin Asie-Pacifique et la perspective de la Bretagne dans ce mouvement?

Euh, ben.. "gôôche"!

Et vous?

Euh, plutôt "drooite"!

Autre question : vous percevez comment la désindustrialisation de l'Hexagone, et du fait la désindustrialisation de la Bretagne?

Là, c'est clair : "gôôche!"

A non, moi je vous le dis clairement, c'est : "drooite!"

Merci pour ces réponses!

Visiblement la notion de "Social-Démocratie" est trop difficile à aborder chez le Breton dit moderne (comprendre : français vivant dans une Bretagne charcutée et dépourvue de démocratie propre)!

Quand on pense que la séparation "Socialisme"/ "Social-Démocratie" date de plus de 100 ans... on notera le retard dans les esprits...!

Faut dire que pour faire cette évolution, il fallait avoir autre chose dans la tête qu'un simple mot lobotomisant!

Et comme tous les partis en Bretagne se veulent lorgnant à "gôôche" (UDB, Troadec, Breizh Europa et même le PB, un vrai florilège...), je me dis qu'on est pas prêt non plus de disposer d'un parti "Social-Libéral" et d'un parti "Chrétien-Démocrate" en Bretagne...

"C'est à dire, on n'est pas prêt à offrir aux Bretons une offre politique moderne et cohérente... conforme aux standards des Démocraties qui nous entourent"

Mais à quoi cela pourrait servir d'offrir une offre politique moderne et cohérente...? Le militant politique breton le sait, ca n'existe pas en France donc aucune raison d'avoir cela en Bretagne!

Fort probable que le delta important entre vote breton et le souhait de démocratie bretonne au sein de la population va de toute évidence continuer à durer...!

Je crains qu'on ne reste qu'avec des groupuscules, juste bon à pour entretenir le mythe folklorique du Breton Rebel dans une France Républicaine...!

SPERED DIEUB
Mercredi 29 avril 2015

Un vrai social démocrate Valls ce qui ne l'empêche pas d'être au service du système politique jacobin ,bien qu'à mon avis il n'est pas le pire dans le genre

(voir le site)

Des responsables bretons ont été à la gamelle de l'homme politique qui a le plus méprisé et insulté les bretons ces dernières années ,celui qui a dit que ceux qui sont pour la ratification de la charte des langues minoritaires sont des gens qui n'aiment pas la France

Ce qui n'empêche pas que un acteur économique de l'agro alimentaire a dit lors de cette rencontre qu'il y avait un bout de chemin à faire avec, pour ne pas le nommer Sarkozy

Alors à plus forte raison , pourquoi Bretagne réunie et d'autres responsables de mouvement bretons n'auraient pas demandé une entrevue à Valls au sujet de la réunification et de la dévolution ??? , Malgré tout, il ne nous a jamais traité à la manière de Sarkozy Quand il est venu dernièrement il a considéré que Guérande est en Bretagne ,c'est là qu'il fallait mettre sa parole à l'épreuve A condition de ne pas l'agresser, car il est soupe au lait,je parie qu'il serait bien plus ouvert que certains responsables socialistes de Bretagne y compris Le Drian

SPERED DIEUB
Mercredi 29 avril 2015

Pour Philippe Guilloux et les autres qui ont tendance à sortir du sujet

Concernant Le Drian le problème a été largement débattu sur l'article ci-dessous ,vous pouvez continuer !!

(voir le site)

Alwenn
Mercredi 29 avril 2015

"C'est le la politique politicienne ? Peut-être mais c'est comme çà que çà marche. Je lis que certains proposent de ne pas faire de la politique mais de faire la révolution. Chacun est libre d'avoir une vision d'exprimer ses idées son s'attirer les foudres des gardiens du temple"

On peut faire les deux, ou plutôt l'un en préparant l'autre !

Le Drian est au "sommet" de son "pouvoir" et est incapable d'apporter la réunification et la ratification de la Charte sur les langues minoritaires, il n'a aucune influence sur le parti socialiste français et n'a aucune autorité sur les socialistes bretons.

Le Drian est un faible ! Il est en fin de carrière et laisse après lui, chez les socialistes bretons, une bande de loups jacobins plus décidés que jamais à faire disparaître la Bretagne.

Comment pourra-t-il faire ce qu'il n'a pas fait jusqu'à présent ?

Peu importe les intentions de Le Drian, veut-il ou pas la réunification. Ce qui importe ce sont les résultats. Et quels sont-ils ? ZERO.

Je ne fais pas de procès d'intention, mais procès de résultat.

Alwenn
Mercredi 29 avril 2015

"Je lis que certains proposent de ne pas faire de la politique mais de faire la révolution."

Etant donné que tous les partis français de gauche comme de droite, et en particulier les trois premiers en importance électorale, sont nos ennemis mortels et ne rêvent que de nous effacer de la carte, de nous eradiquer, à moins de croire que K. Troadec va faire des miracles et les envoyer tous dans le fossé et nous ouvrir la voie de la libératon, je ne vois pas ce qu'on peut espérer des élections !

Certains espèrent que si Troadec fait 5%, voire, rêvons un peu, 10%; voire, rêvons encore un peu plus, 14%, cela va changer le système politique français. Ce n'est là que des espérances sans aucune certitude, sans aucun fondement. Et la probabilité que cela arrive (10 ou 14%) est faible, très très faible, à supposer qu'elle existe.

Construire l'avenir de la Bretagne sur des espérances infimes, voire sur une illusion ?

Le système français nous est hostile et tout montre qu'il le restera, s'il ne le devient pas encore davantage.

Que peut-on espérer concrètement et raisonnablement ? RIEN !

Philippe Guilloux
Mercredi 29 avril 2015

Alwenn : faites nous une proposition une bonne fois pour toute car à part tirer à boulet rouge sur le système français, je ne vois rien de concret. C'est quoi votre proposition ? Les méthodes pour y parvenir ?

Je lis qu'il faut un parti social démocrate. La sociale démocratie n'est pas mieux que la droite et la gauche dans le concret. Les réformes allemandes qui mettent les ouvriers dans une situation de précarité ont été menées par un gouvernement se disant social démocrate. Valls se réclame de la sociale démocratie et si c'est çà, je ne suis pas social-démocrate.

SPERED DIEUB
Mercredi 29 avril 2015

Que l'on n'apprécie pas Valls sur les critères sociaux économiques ,n'empêche en rien une demande d'entrevue au sujet de l'avenir de la Bretagne Je suis convaincu qu'en employant de bons arguments on peut le persuader

C'est à dire d'abord aucune posture anti française ,lui démontrer que la Bretagne réunifiée et bénéficiant de compétences propres surtout économiques ,peut jouer gagnant gagnant avec la France ,en relançant sa vocation atlantique

Lui démontrez sans trop insister l'identité et l'histoire , que B5 est le territoire géographiquement le plus cohérent de l'hexagone ,au point que si la Bretagne n'avait jamais existé ce découpage serait celui du bon sens

Alwenn
Mercredi 29 avril 2015

@ Philippe Guilloux

Je ne tire pas à boulet rouge, ni bleu ou vert, sur le système français, je le décris comme il est. Vous vous préférez le défendre en disant que les torts sont ... partagés.

Mais les Corses et les Basques ont les mêmes problèmes que nous avec ce même système français, c'est aussi la faute des Corses et des Basques, les torts sont ... partagés ?

"C'est quoi votre proposition ?"

Yvon Ollivier a fait la meilleur qui soit, je l'ai cité plus haut :

"Yvon Ollivier appelle à la rédaction d'une charte des libertés bretonnes"

(voir le site)

"Les méthodes pour y parvenir ?"

Le mouvement breton n'est pas capable de s'organiser pour y parvenir ?

On parle de la division entre partis, mais la division est dans l'ensemble du mouvement breton, les Bonnêts Rouges ont essayé de mettre de la cohérence dans tout cela en dégageant les revendications les plus consensuelles, mais sans trouver la méthode pour les faire advenir à la réalité.

Qu'est-ce qui manque au mouvement breton ? Un chef ?

Dans "l'imaginaire" français le militant breton ou corse fait figure d'accusé, d'aggresseur, la victime, l'aggressée étant, elle, la france, la république. Tant qu'on reste dans ce schéma mental, l'oppression peut continuer avec la meilleure bonne conscience du monde. Et vous, avec votre "théorie" des "torts partagés", vous empêchez de mettre en évidence que nous sommes la victime, et les français les aggresseurs.

L'un des problèmes que l'on a c'est que justement certains Bretons vont dans le sens des "français" et acceptent le colonialisme français, et jugent même ridicule qu'on puisse parler de colonialisme.

L'interdiction de la langue, l'interdiction de l'histoire, la non reconnaissance de la Bretagne comme nation historique, tout ça c'est quoi ? De l'humanisme ?

Le problème n'est pas paris, le problème, c'est nous. Notre servilité et notre aveuglement volontaire.

Et c'est tout le problème d'un type comme Le Drian, qui se tait sur la situation coloniale qui nous est faite et qui permet au système français de perdurer, alors qu'un Roccard, lui, l'avait dénoncé, ce colonialime.

Roccard a mis en Nouvelle Calédonie un processus de décolonisation. Le mouvement breton doit demander la même chose pour la Bretagne. La question est : en est-il capable ?

Alwenn
Mercredi 29 avril 2015

Quand j'ai parlé de "génocide", deux commentateurs ont parlé de ... légèreté !

C. Rogel vient de faire la revue d'un livre :

"Qui est plus compétent qu'un fonctionnaire de l'ONU pour faire un point sur les dispositions légales internationales concernant les langues locales et mettre en regard l'obstination de la France à les éviter et même à tordre son droit interne grâce à un Conseil d'État qui n'étaye pas ses affirmations, même quand elles sont publiques."

Et que trouve-t-on dans ce livre, que C. Rogel ne cite pas mais que d'autres ont cité :

« Le plus incroyable des génocides ne se joue pas en Afrique, ni en Asie ou au Moyen-Orient, mais sous nos yeux »

« L'éradication des langues maternelles est le pire des crimes car il est d'une violence symbolique incomparable ».

Alors ... "Qui est plus compétent" ?

Alwenn
Mercredi 29 avril 2015

Il est bien évident aussi que le jugement sur Le Drian dépend des objectifs que l'on se donne.

Si l'on souhaite juste un peu de décentralisation, Le Drian, après tout, fait très bien l'affaire. Il est discret, ne fait pas de vague, fait bien son job, respect la loi, et ne manque jamais de faire savoir qu'il pense à la Bretagne même si des occcupations d'une plus haute tenue et d'une plus grande importance que les affaires bretonnes le retiennent éloigné de sa chère province.

Si on vise l'indépendance, c'est une autre histoire !

PIERRE CAMARET
Jeudi 30 avril 2015

ROCCARD . Nouvelle Caledonie .

ROCCARD est un type bien ( je ne suis pas socialiste ) .En NC il est respecte de TOUS .

Le CONGRES ( Parlement NC) valide ou invalide ou amende ,les lois de la Republique Francaise , a appliquer en NC .

Philippe Guilloux
Jeudi 30 avril 2015

Alwenn, je passe sur la continuelle mise en accusation, les soupçons de connivence, voir même de traitrise. Je ne doute pas que si la Bretagne devienne indépendante un jour, je serai juger pour cela, comme le firent les révolutionnaires en pratiquant la terreur. Ou alors, je finirai mes jours dans un camp de rééducation. Et ces camps seront bien pourvus car, au risque de vous faire hurler une fois encore, désolé de vous dire que les Bretons, s'ils sont pour la décentralisation, ne sont pas pour la séparation. Doit-on les rééduquer ? Si j'en crois vos propos, oui. La réalité est que les Bretons d'aujourd'hui sont Bretons et Français.

Quand à ma "théorie" (qui n'est qu'une analyse lucide de faits historiques) des torts partagées n'est pas si mauvaise puisque vous même vous y adhérez. Et bien oui, quand vous dites "Le problème n'est pas paris, le problème, c'est nous. Notre servilité et notre aveuglement volontaire." Vous allez tout à fait dans le sens de mes propos. On peut continuer à gueuler contre le système français, l'accuser de tous les maux et en même temps regarder et constater ce qui se passe par exemple autour de la candidature de Troadec avec des chausses trappes qui s'ouvrent et qui ne sont pas le fait de l'Etat français, du système français mais bien de Bretons, de lutte de pouvoirs en Bretagne. Le système français n'a rien à voir là-dedans. Vous croyez que le gouvernement de la France est à la manoeuvre ? Vous allez me dire que ceux qui pratiquement ces choses sont "pollués" par le système français. Pour moi non, ils ne sont ni plus ni moins que des humains qui, Bretons ou pas, luttent pour prendre le pouvoir et pour éviter que d'autres prennent leur place. Dans l'attaque de l'UDB contre Troadec, je ne lis que çà. Je ne lis pas une attaque sur des propositions politiques si ce n'est que certains le soupçonne d'être séparatiste quand eux seraient autonomistes. C'est la triste réalité de la comédie humaine. Et nous voyons bien que les Bretons ne sont pas différents des autres à ce niveau là. Pas plus que les Corses ou que les Basques. Et oui, en regardant attentivement leur histoire, on y trouve les mêmes mécanismes. Il y a un film qui raconte très bien celà : Braveheart. Je vous le conseille vivement. Et en venez pas me traiter de naif quand vous n'êtes pas vous même assez lucide pour comprendre que le monde n'est pas idéal, qu'il n'est pas binaire avec d'un côté les bons et de l'autre les méchants, en Bretagne comme ailleurs.

En attendant, c'est bien ce que je pensais : vous ne proposer rien de concret. Vous regardez ce que font les autres, qu'ils soient politiques ou Bonnets Rouges et, derrière votre écran, vous faites vos commentaires sur ce que devrait faire celui-ci, ou faire celui-là. C'est pas commme çà que les choses bougent et vont bouger. Je préfère qui des gens qui font avancer la décentralisation plutôt que les Yaka Faucon.

Christian Rogel
Jeudi 30 avril 2015

@Alwenn

Je ne vous pas reproché d'utiliser la métaphore du génocide pour parler de "culturicide", c'est malheurement devenu courant, ce qui est une facilité et un abus, si on réfléchit à l'objet défini par l'ONU.

Même, un fonctionnaire de l'ONU est tombé dans cette hyperbole.

Je vous ai reproché de traiter de génocidaire un autre commentateur, ce qui de, glissement en glissement, tend vers la diffamation.

An Floc'h
Jeudi 30 avril 2015

@Philippe Guilloux

"des gens qui font avancer la décentralisation"

La décentralisation est un processus morbide pour la Bretagne (et ailleurs).

Le dernier redécoupage l'a montré. Depuis que ce processus est engagé, la Bretagne ne fait qu'en pâtir.

Après le 44 effectivement séparé, nous entrons dans la phase "métropole" qui est particulièrement inadapté à la Bretagne.

Plus des effets concrets, avec assez de recul, prouvant être inefficaces techniquement et financièrement, ce terme est périmé.

Les 30 dernières années et les derniers discours montrent bien que c'est une évolution qui n'a jamais rien eu à voir avec une réforme.

La décentralisation a un bilan maigrissime. A la limite de la catastrophe, en tout cas en tant qu'acte manqué, toutes miettes prises sur le jacobinisme n'est pas à renier. Voire, le peu d'entrain et d'imagination de la décentralisation est certainement dû aux forces centralisatrices, prêtes à faire échouer un projet, ou tout du moins sans conviction, ce qui reste un fort handicap. Résultat: l'opinion des gens n'est pas brillante sur la décentralisation, ils ont beaucoup aimés l'idée, moins les résultats, à raison.

Il ne faut plus entendre parler de ça. C'est morbide de toujours espérer de ce qui a largement démontré son inefficacité.

Comme la réforme de l'Etat. 30 ans que c'est sur toutes les lèvres. L'hexagone est pris dans une sorte de torpeur, bercé par des mantras répétés inlassablement pendant que tout s'écroule.

Non, la réforme de l'Etat, c'est une fédéralisation passant par une dévolution. Pas moins.

Jean Albert
Jeudi 30 avril 2015

@ Philippe G. Oh, combien je partage votre opinion adressée à Alwenn !

"Je ne doute pas que si la Bretagne devienne indépendante un jour, je serai juger pour cela, comme le firent les révolutionnaires en pratiquant la terreur. Ou alors, je finirai mes jours dans un camp de rééducation. Et ces camps seront bien pourvus car, au risque de vous faire hurler une fois encore, désolé de vous dire que les Bretons, s'ils sont pour la décentralisation, ne sont pas pour la séparation. Doit-on les rééduquer ? Si j'en crois vos propos, oui. La réalité est que les Bretons d'aujourd'hui sont Bretons et Français. "

@Alwenn : je ne voudrais pas vous voir au pouvoir ne serait ce que dans le cadre d'une décentralisation de la Bretagne-historique unifiée. Que prônez vous d'ailleurs dans un tel cadre décentralisé pour vous "dégénocidé" ???

Alwenn
Jeudi 30 avril 2015

@ Philippe Guilloux

"et, derrière votre écran, vous faites vos commentaires sur ce que devrait faire celui-ci, ou faire celui-là."

Et vous, qu'est-ce que vous faites ?

"Je passe sur la continuelle mise en accusation"

Moi aussi, les vôtres ou celles de C. Rogel, qui ne m'aurais "pas reproché d'utiliser la métaphore du génocide" !! mais d'avoir accusé un commentateur d'être un génocidaire !!!!

On en apprend tous les jours !

Métaphore !?!

"Quand à ma"théorie" (qui n'est qu'une analyse lucide de faits historiques) des torts partagées n'est pas si mauvaise puisque vous même vous y adhérez. Et bien oui, quand vous dites"Le problème n'est pas paris, le problème, c'est nous. Notre servilité et notre aveuglement volontaire." Vous allez tout à fait dans le sens de mes propos."

Ne croyez pas ça ! Je parlais "en abrégé" ! Mais ce serait beaucoup trop long d'expliquer le sens de mes propos. En bref, je me comprends, mais vous pas !

Excellente mise au point de An Floc'h sur la "décentralisation". Rien à redire.

Léon-Paul Creton
Jeudi 30 avril 2015

Konan Lasceau, aucun "érudit breton" ne remettant en cause votre commentaire sur"Troadec-troade et... Troie", pourriez-vous en dire davantage sur votre interprétation au "Béotien" que je suis, et qui a toujours cru que: An Troadec "Le Troadec", celui qui a de grands pieds ou encore "celui qui est bien planté sur ses pieds, venait du mot pied en breton TROAD. An taol biz-troad (le croc- en-jambe).

Tout comme BARVEC (barbu) vient de "barv" ou barbe. Comme SCOUARNEC (oreillu...) vient de "scouarn/skouarn" ou oreille. Comme LAGADEC vient "lagad" ou ½il. Comme BLEVEC (chevelu) vient de "blev" ou cheveu, ETC...

Je pense qu'il fallait prendre votre commentaire au second degré.

Yann LeBleiz
Jeudi 30 avril 2015

@ Spered Dieub,

"Un vrai social démocrate Valls... "

Est-ce Walls qui s'est qualifié de social-démocrate?

En regardant le TV et la radio française, j'ai personnellement entendu qu'il était Social-Libéral..! C'est dire la culture de nos journalistes...!

Je suis Social-Libéral, c'est à dire Libéral!

Je ne défends la Social-Démocratie que pour le fait qu'elle est bien plus intelligente que le Socialisme (pas difficile à démontrer)!

Et que je préfèrerai voir les Bretons de sensibilité Sociale se dire Social-Démocrates que Socialistes... question de dignité!

Surtout quand on connaît le peu de respect de cette doctrine pour les Bretons et autres peuples à civiliser, et l'archaïsme économique sauf pour manger du Caviar et se servir dans les finances publiques!

Quand à Walls, je puis vous affirmer qu'il faut être français, ou Breton de France, pour imager cette personne en Social-Démocrate ou en Social-Libéral...!

Personnellement, je le classerai plutôt en Jacobin-fascisant convaincu, convaincu surtout de sa bonne étoile sur ce créneaux!

S'il y avait une manif massive en Bretagne pour demander le respect de nos droits, je n'ai aucune illusion sur la réaction qui sera la sienne...

Mais je peux me tromper!

Alwenn
Jeudi 30 avril 2015

J'avais dit que je passais sur "la continuelle mise en accusation", mais puisqu'un nouvel intervenant y revient :

Jean Albert le Jeudi 30 avril 2015

@ Philippe G. Oh, combien je partage votre opinion adressée à Alwenn !

"Je ne doute pas que si la Bretagne devienne indépendante un jour, je serai juger pour cela, comme le firent les révolutionnaires en pratiquant la terreur. Ou alors, je finirai mes jours dans un camp de rééducation. Et ces camps seront bien pourvus car, au risque de vous faire hurler une fois encore, désolé de vous dire que les Bretons, s'ils sont pour la décentralisation, ne sont pas pour la séparation. Doit-on les rééduquer ? Si j'en crois vos propos, oui. La réalité est que les Bretons d'aujourd'hui sont Bretons et Français."

@Alwenn : je ne voudrais pas vous voir au pouvoir ne serait ce que dans le cadre d'une décentralisation de la Bretagne-historique unifiée. Que prônez vous d'ailleurs dans un tel cadre décentralisé pour vous "dégénocidé" ???

Rappelons que C. Rogel avait mentionné Hitler et Staline, en m'y associant. Rien de moins.

Bon, que répondre à ce genre d'accusation et de procès par avance de ce que je serais censé faire dans le cas où etc .... ?

Je rappelerai, au risque de faire hurler, que cette technique "rhétorique" consistant à assimiler les nationalistes et/ou indépendantistes bretons à ce qu'il y a de pire en terme de crime, soit nazisme et/ou stalinisme, ou , petite inovation, la terreur de la révolution française, et une technique très bien connue, et assez efficace. C'est la principale technique de Françoise Morvan vis-à-vis du mouvement breton (même autonomistes ou seulement fortement décentralisateur), constamment associé par elle au nazisme.

Un proverbe français résume cette technique :

"Quand on veut tuer un chien on l'accuse de la rage.

Diffamez, il en restera toujours quelque chose.

Philippe Guilloux
Jeudi 30 avril 2015

@ alwenn : je ne fais pas grand chose, j'essaye de faire de faire en sorte que les jeunes, entre autre, de cette région puissent une connaissance de leur identité, de leur culture. Qu'ils s'y intéressent. C'est peu, face à un grand prêtre de la révolution, je sais mais je ne suis qu'un petit artisan :

(voir le site)

(voir le site)

(voir le site)

et je vous conseille de bien écouter ce que dis Glenmor dans le dernier extrait : ca rend humble et ca relativise les choses.

SPERED DIEUB
Jeudi 30 avril 2015

Moi aussi je peux me tromper ,mais Sarkozy est aussi jacobin ce qui n'a pas empêché une délégation de dignitaires ,dont certains proches du mouvement breton de le rencontrer

Donc je maintiens ma suggestion ,tout en me faisant pas d'illusions ,en effet j'ai consulté différents articles au sujet de Valls ,effectivement il a une dérive de plus en plus autoritaire ,et intolérante ,ce qui n'était pas tout à fait vérifié avant qu'il soit à Matignon

(voir le site)

Alwenn
Jeudi 30 avril 2015

@ Philippe Guilloux

Vous n'allez pas me faire croire que le Philippe Guilloux qui écrit sur ABP est le même que celui qui a fait un film intitulé "Glenmor l'éveilleur" !

Ou alors vous n'avez pas tout écouté chez Glenmor !

SPERED DIEUB
Jeudi 30 avril 2015

Philippe Guilloux vous faites un bon travail ,je le dis malgré le différent que j'ai eu avec vous au sujet de la gwerz Loeiz ar Ravalleg

SPERED DIEUB
Jeudi 30 avril 2015

C'est hors sujet mais voici un article qui va intéresser Yann Le Bleiz

(voir le site)

An Floc'h
Jeudi 30 avril 2015

@SPERED DIEUB

Valls ou Sarkozy n'ont pas de convictions sauf pour eux-mêmes.

Ils sont jacobins parce qu'il est plus facile de réussir politiquement en étant jacobin dans un système jacobin. C'est tout.

Sarkozy, avec son obsession à regarder chez les voisins (son souci, c'est qu'il ne regarde pas très bien), ne doit pas être horrifié par le principe fédéral. Mais c'est un Parisien.

Valls, sa catalanité revendiquée pourrait le prédisposer à une certaine ouverture d'esprit (mais les faits et son admiration pour Clémenceau valent bien un statut de parisien, puis il a passé du temps à Evry aussi).

Bon, je ne les connais pas et suis encore moins medium. Mais leurs personnalités fortes ne doivent pas laisser beaucoup de places à la subtilité. Contrairement aux retors Mitterrand, Chirac et même Hollande (à sa décharge, le Hollande ne peut pas la jouer comme ses prédécesseurs, le Mur est beaucoup plus proches).

Face à Le Pen au 2nd tour en 2017 et un Troadec qui finit à 5% au 1er tour, les promesses antijacobines iront bon train pour espérer un soutien du boss de Carhaix. Sarkozy ou Valls, ce seront les mêmes. Et le manquement à la parole donnée sera proportionnel à l'impact réel du discours fédéral sur les esprits.

An Floc'h
Vendredi 1 mai 2015

Sur le Drian, depuis le message de Kial...

Ca doit être le seul ministre qui devrait sortir avec des bénefs du quinquennat pathétique (encore un !) qu'on est en train de vivre.

Donc ça ne serait pas bête de la part du mouvement breton de l'épargner, voir de lui dire merci pour avoir "sauvé la Bretagne" (même si ça écorche la gueule parce que bon).

S'il a sincèrement envie de réunifier la Bretagne, il pourrait être utile.

@Kial

"Une possible candidature à la présidentielle, dispersant les voix au premier tour alors qu'il sera décisif?

On ne négocie que si l'on a à mettre quelque chose dans la balance…

Et que peut on négocier avant la présidentielle? Pas très compliqué….."

Bah ya rien à négocier avant.

Après, s'il fait 5%, on va venir lui faire du gringue au duc de Carhaix, pas de souci pour ça.

Entre temps, le message breton, entre autres, aura été débattu pendant la grande teuf médiatique comme jamais.

"Et là, c'est reparti pour quarante ans."

Non mais les 40 ans à venir n'auront rien à voir avec les 40 dernières années que vous avez vécu, hein.

"PS: à oui, j'oubliais merci EELV, Mme la Magistrat Eva Joly, José et leurs pieds de biche. .. Et tout ceux qui ont si bien dynami(t)sé notre territoire. Avec l'éternelle reconnaissance du monde urbain (voir résultat des mun et dép).

S'il n'ont plus de pain, qu'on leur donne de la brioche!"

Gné ?

Je ne porte pas Eva Joly et Bové dans mon coeur mais ils n'ont pas fait de mal à grand chose.

Si c'est un certain projet d'aéroport qui vous chiffonne, les premiers responsables sont quand même ceux qui sont aux manettes et ont eu 40 ans pour mener un projet et qui ne sont pas capables d'aller à terme. Avec tous et tout en mains au niveau institutionnel. 90% des élus sont pour ce projet.

Mais ça ne veut pas dire que c'est démocratique, la démocratie représentative est une partie de la démocratie que trop de monde pense être la seule, pleine et entière (avez-vous lu sur l'ABP l'article de Jean-Pierre Le Mat sur la démocratie liquide ?).

Quand en plus on négocie des contrats qui prennent en otage le contribuable envers les agents du privé, on abandonne encore un peu plus de pouvoirs.

Ca, ça a un peu plus d'effets dans le réel qu'une binoclarde et un moustachu qui viennent boire un coup avec des dreadeux.

Joly, Bové, c'est de l'anecdotique.

Guichard, Fillon, Ayrault, Auxiette, c'est du symptomatique.

Christian Rogel
Vendredi 1 mai 2015

@Alwenn

La posture de la victime sied parfois à l'attaquant. Non, les nationalistes bretons n'ont pas été qualifiés d'hitlériens ou de staliniens ou d'adeptes de camp de rééducation.

Pour ma part, j'ai appelé à la retenue un individu, celui qui signe Alwenn, qui prenait de haut en tutoyant la diffamation une personne qui ne voulait pas se soumettre à ses idées.

Petit rappel : avant-guerre, il y avait des nationalistes qui se disaient "intégraux" et d'autres qui ne voulaient pas l'être.

Il y a plusieurs conceptions du nationalisme et autant du régionalisme. Dans un débat, aucun n'a l'avantage, ni ne doit être humilié pour avoir exprimé ses conceptions.

Philippe Guilloux
Vendredi 1 mai 2015

@ alwenn : je conçois que celà vous étonne. Mais justement, c'est parce que j'ai bien écouté Glenmor lui même et pas le personnage parfois mythifié qu'on en a fait. La voix qu'on entend au début du film est bien celle de Milig, pas la mienne...

Je pense que regarder sereinement l'histoire avec le recul et la capacité d'analyse nécessaire, y compris sur des périodes sombres, est la meilleure façon de couper l'herbe sous le pied de personnage comme Françoise Morvan qui ont beau jeu de dire que, si les Bretons ne regardent pas leur histoire,s'ils la travestissent même parfois, c'est qu'ils ont des choses à cacher. Et pour faire ce travail, il faut savoir regarder et dire que oui, il y a une responsabilité de l'Etat français mais qu'il y a aussi parfois un terrain favorable en Bretagne, pour différentes raisons d'ailleurs. C'est ainsi, me semble-t-il que nous pourrions éviter les erreurs du présent et du futur. Si les Bretons regardaient l'histoire en constatant que leurs divisions passées n'ont pas permis d'obtenir ce qu'ils souhaitent le plus, peut-être que nous n'assisterions pas aujourd'hui au spectacle déplorable des querelles de chapelles autour de la candidature de Troadec. Mais voilà, il suffit d'agiter un chiffon rouge pour que les querelles repartent pour savoir s'il faut être autonomiste, régionaliste, indépendantiste, séparatiste. Il faut dire qui est un bon breton, désigner les "traitres à la cause". Expliquer que celui qui se présente n'est peut-être pas le meilleur. Peu importe s'ils peuvent faire avancer cette cause d'une petite case. Et çà, je crois que c'est ce que les jacobins ont compris.

"Ce qui nous réunit est plus fort que ce qui nous oppose" n'est malheureusement pas souvent la règle en Bretagne. C'est pourtant ainsi que le Bretagne a gagné à chaque fois et le mouvement des Bonnets Rouges me semble, de ce point de vue, intéressant. Celà permet de recentrer le débat sur l'origine de cet article

Alwenn
Vendredi 1 mai 2015

Christian Rogel le Vendredi 1 mai 2015

"La posture de la victime sied parfois à l'attaquant. Non, les nationalistes bretons n'ont pas été qualifiés d'hitlériens ou de staliniens ou d'adeptes de camp de rééducation."

Philippe Guilloux le Jeudi 30 avril 2015

"Je ne doute pas que si la Bretagne devienne indépendante un jour, je serai juger pour cela, comme le firent les révolutionnaires en pratiquant la terreur. Ou alors, je finirai mes jours dans un camp de rééducation. Et ces camps seront bien pourvus..."

"les nationalistes bretons n'ont pas été qualifiés ...d'adeptes de camp de rééducation."

Sur ce, je mm'arrête là !

Christian Rogel
Vendredi 1 mai 2015

@Alwenn

P. Guilloux parlait de traitrise, (dont vous l'avez accusé) et il voulait dire une Bretagne indépendante sous la conduite d'individus qui seraient mus par l'idée du tri.

Dans un autre commentaire, il a parlé d'une possible Bretagne indépendante.

Conclusion : "Timeo hominem unius libri" = ne pas utiliser un bretonomètre rend le débat plus riche et plus serein.

Philippe Guilloux
Vendredi 1 mai 2015

oui, Alwenn et je maintiens mes propos. Par exemple, vous osez me dire que je n'ai pas du écouter Glenmor, sous prétexte que mes propos ne seraient pas en accord avec votre lecture de son oeuvre. C'est donc bien cette logique qui est la votre. Vous avez une vision de Glenmor et vous pensez qu'il faudrait s'y conformer.Il s'avère que, pour faire ce film, j'ai beaucoup étudié Glenmor, son oeuvre et que j'ai rencontré beaucoup de ces compagnons de route. Je ne fais pas des films sans préparation et sans travail, surtout sur des sujets que je sais sensibles.

Je suis pour une Bretagne indépendante au sens ou elle serait en possibilité d'avoir des compétences et les pleins pouvoirs dans les domaines comme la culture, l'économie, l'éducation... des compétences et les budgets qui vont avec. Et si le prix à payer pour faire avancer cette idée est de dire que cette Bretagne là resterait attachée à la France et bien je suis disposer à le payer surtout que pour moi, la France n'est pas l'Etat français. La France, c'est d'autres régions qui ont les même revendications que les notre.

Cette idée n'est pas la votre. C'est votre droit. C'est aussi le mien de l'avoir sans avoir à être traiter de "français", de naïf, de sous-marin du PS ou de quelque autre parti que ce soit, d'autant que idée de l'indépendance, je l'applique à moi même en ayant ma carte à aucun parti.

Paul Kerguelen
Vendredi 1 mai 2015

@ Philippe Guilloux "Ce qui nous réunit est plus fort que ce qui nous oppose" n'est malheureusement pas souvent la règle en Bretagne.

C'est surtout ce que je retiens des derniers échanges...

Quant à Alwenn, personnellement, je pense que ses propos n'est pas pour attaquer personnellement, mais une façon de dénoncer une certaine frilosité de la part du mouvement Breton... frilosité qui est aussi un handicap, et qu'il est parfois bon de bousculer.

En étant trop frileux, le mouvement Breton peine à se positionner ce qui lui est aussi dommageable et l'empêche de faire boule de neige dans la population.

Bien entendu, je ne suis pas Alwenn, donc, ne parle pas en son nom, mais dis juste ce que j'en comprends... Mais peut-être aussi une projection de mon sentiment personnel, ayant déjà vu certaine similitude entre nos propos

konan Lasceau
Vendredi 1 mai 2015

@Léon-Paul Creton - VOIR LE SITE P911/912

Troat (le pied), pluriel Treit

Tro (le tour) ... tourner, détourner

Trôad (aller sur le détour)

Troada (emmancher un outil)

St TROADE, Jeune noble martyr d'Anatolie (Néocésarée devenue Niksar) suite a la répression et persécution contre les Chrétiens de l'Empereur Romain Trajan Déce en 250 ap.JC

(voir le site)

Philippe Guilloux
Samedi 2 mai 2015

@ tugdual : le fait de dire "le mouvement Breton est frileux" est déjà, me semble-t-il une erreur. Il n'y a pas un mouvement Breton. Il y a des mouvements bretons. Et c'est toute la difficulté de la chose. Tant qu'il n'y aura pas de rassemblement de l'ensemble de ces mouvements, et au delà, des citoyens qui le souhaitent, autour d'une base minimale commune, il me semble qu'il y a peu de chose à espérer. Et c'est en cela que les divisions, les procès d'intention, les certificats de bretonnitude sont bien plus mortifères (pour reprendre un mot employé dans ce fil) que de savoir si c'est une décentralisation, une autonomie voir une séparation.

Le mouvement des Bonnets Rouges est le seul mouvement qui a réussi celà. Dans les manifestations de Quimper et le rassemblement de Carhaix, il a réuni des personnes de sensibilités différentes, des classes sociales différentes. Et on a bien vu d'ailleurs que la majorité des médias et leur cortège de pseudos spécialistes et de consultants ni ont rien compris tout comme les partis traditionnels et les syndicats, bien trop inquiets de se voir dépasser par un mouvement populaire. Reste qu'actuellement, le mouvement est très -trop - discret. J'ai lu qu'il travaille, qu'il se structure. Mais dans notre monde connecté, il est important de communiquer pour exister et faire savoir. En ce qui me concerne, je n'ai guère le temps de m'investir dans un tel mouvement mais j'aimerai avoir une information régulière. Et un simple petit tour sur le net montre qu'il y a là un petit déficit (facebook n'est pas ou peu utilisé en dehors de groupes fermés) Mais je ne vais tomber dans la critique.

SPERED DIEUB
Samedi 2 mai 2015

Philippe Guilloux globalement vous allez dans le bon sens ,vous avez un discours courageux face à des dérives qui pourraient devenir intégristes, malgré que leurs auteurs ne le sont pas forcément ,mais leurs passions excessive leur fait perdre le sens des réalités, de l'objectivité et du pragmatisme

Cependant avec du recul je m'interroge sur l'effet du mouvement bonnets rouges Sa spontanéité a surpris tout le monde jusqu'à peut être ses initiateurs (Alain Glon avait dit quelques mois auparavant au sujet de l'écotaxe et la sur règlementation ,je cite ,il va falloir livrer bataille ) c'était un signe parmi d'autres ,avant coureur, d'un mouvement qui a rassemblé en fait beaucoup thématiques contradictoires entre elles . Bien entendu des opportunistes de divers horizons ont tentés de récupérer ce mouvement et parfois c'était plutôt des extrémistes jacobins comme le FN ,l'ump .Je me rappelle avoir entendu une déclaration de madame Malgorn un matin sur RBI ,je ne la citerais pas car je ne m'en souviens pas de manière précise ,peut être d'autres l'ont entendu ?en tout cas chapeau cette incitation à l'action pas particulièrement pacifique de la part d'une ancienne préfète !!!

Par contre il est tout à fait légitime que le mouvement breton aurait bénéficié d'un retour sur investissement ,mais quel est le bilan aujourd'hui ?

En tout cas j'ai l'impression que c'est parti un peu dans tous les sens ,et qu'une cohésion d'idées impossible à réaliser nous mène dans une certaine impasse

En ce qui concerne le positionnement sur l'échiquier politique droite gauche ,je pense que c'est autour du MBP centre gauche (meilleur dénominateur commun ) que devrait s'effectuer le rassemblement au cas ou l'option est une coalition unique est retenue ,un peu à l'image de l'Ecosse avec le SNP ,à la différence que celui ci est nationaliste et le MBP régionaliste ,justement une info intéressante ci dessous

(voir le site)

Paul Kerguelen
Samedi 2 mai 2015

@ Philippe Guilloux

Et au delà de 100% d'accord, comment dit -on?

Mais cependant, qu'il n'y ait pas de mouvement Breton, mais DES mouvements, on ne peux nier une certaine frilosité de ceux-ci.

Frilosité de peur de se positionner, de communiquer, de peur de faire des vagues, les indépendantistes étant classés automatiquement comme des ennemis de la liberté ayant collaborer lors de la 2 GM. Raccourcis mais c'est un discours entendu maintes et maintes fois!

FM et ses écrits y ont largement contribué!...

Mais si nous arrivons à nous organiser, à nous rassembler, peut-être arrêterons nous de nous sentir complexés être en mesure de faire boule de neige dans la société Bretonne.

Jean Albert
Samedi 2 mai 2015

Dieu nous a doté de raison pour nous en servir ! Aussi est il absolument nécessaire de faire preuve d'esprit critique sur tel ou tel sondage qui semble conforter les opinions politiques que l'on professe dans le débat.

Lorsque un sondage estime l'importance d'un "opinion-souhait" qui s'avère très différente de sa traduction politique à laquelle on s'attendrait, le minimum est de s'interroger : l' "objet" estimé est-il bien défini et/ou la méthodologie utilisée est-elle bien adaptée et/ou l'interprétation est-elle biaisée et/ou l' "objet" estimé n'a rien à voir avec une traduction politique effective.

Quelques uns ici (trop rares), C. Rogel et d'autres, ont trouvés une cause à l'abîme entre " indépendance-souhaitée " par 20% puis 18% des bretons et sa traduction politique effective : le dernier des facteurs ci-dessus cités; personnellement je pense que tous les autres facteurs jouent aussi.

Sur un tel sujet, sondage, enquête et interprétation sont très complexes à mettre en oeuvre et demandent des spécialistes. A titre d'exemple de la complexité sur un sujet cousin (relation entre langue bretonne et identité en Bretagne) consultez cette publication de Ronan Le Coadic (2003)

(voir le site)

Bien sûr, de telles enquêtes seraient intéressantes à renouveler et inclineraient sans doute certains mouvements bretons à plus de réalisme.

PS : un extrait un peu incident dans l'article cité "L'idée que la Bretagne est « une nation » n'est, en effet, partagée que par une petite minorité de bretonnants (9,6 %) ; cependant, cette conception de la Bretagne est, tout de même, plus de deux fois plus répandue chez les bretonnants que chez les non-bretonnants (4,2 %)."

Lucien Le Mahre
Lundi 4 mai 2015

@ Jean Albert

Quelle que soit le donateur de notre néo-cortex, capable à ses heures de mettre un peu d'ordre dans nos pulsions reptiliennes et nos affects bulbaires, il n'est pas en effet inutile d'y avoir recours çà et là, ne serait-ce que pour constater par exemple le fossé existant en Bretagne entre "souhait exprimé" et "traduction politique" de cette pieuse aspiration.

Pourtant, si à la différence d'autres peuples dans notre cas, le "gap" se révèle décidément difficile à combler, il reste néanmoins assez explicable en raison des considérations suivantes :

- Seule l'Histoire de France est enseignée sans référence à l'Histoire de Bretagne pourtant plus ancienne. Il connait les Rois Francs, Clovis et les rois fainéants, les Mérovingiens, les Carolingiens et la suite, mais il ignore que les Bretons Armoricains eurent des royaumes et des rois nommés Nominoë, Erispoë etc...

Le Breton va donc vivre avec en tête une Histoire qui n'est as - ou partiellement - la sienne. Du coup, il acquiert l'impression tenace que, chez lui, rien ne s'est jamais passé, que le mouvement du monde s'est fait en d'autres lieux. Plus à l'Est. A Versailles, à Paris, à Londres, à Madrid. En Amérique. Ailleurs...

- Les langues régionales (breton/gallo) ont été longtemps combattues et moquées pour faire place à la "langue commune" de la République qui s'est outrancièrement transformée en "langue unique" et même s'il y a eu ouverture depuis, ces langues ne bénéficient pas du statut normal de co-officialité dans la vie publique, seul capable de faire vivre les langues minoritaires.

Pas extraordinaire non plus pour vous donner confiance en vous : la bonne langue, la culture convenable ne peuvent à leur tour que venir d'ailleurs...

- La suppression des Parlements Provinciaux en 1790 suivie de la départementalisation aboutira à l'abolition de la Bretagne en tant qu'entité politique et donnera corps à la seule Nation autorisée désormais, à l'exclusion de toute référence autre que sentimentale à la "petite patrie" encore vivante dans les esprits et les coeurs. C'est "la nation invisible" étudiée par Sharif Germie...

Condamnés à faire survivre à chaque génération une bretonnité désormais déclarée obsolète et ouverte à tous les vents, les Bretons maintiendront leur sentiment d'appartenance et les marques distinctives encore possibles, culturelles en particulier. Même si le reconstitution des Régions redonne un peu d'air au système, manquent encore les compétences et les budgets nécessaires pour éviter l'enlisement.

De là le sentiment encore une fois que tout se décide ailleurs et dans un système centralisé : au sommet de l'Everest qu'il faudra pour atteindre les relais des "notables de province" bien introduits dans les partis hexagonaux, les seuls efficaces et ayant pignon sur rue.

On peut allonger la liste, notamment dans le domaine de l'information et on aura avancé dans la compréhension des raisons de notre nanisme politique.

Reste que toute évolution étant déclenchée par une minorité au pourcentage ridicule, il n'est pas interdit de penser sortir du marasme un jour ou l'autre, le plus tôt étant le mieux car le mouvement se crée en marchant ...

ANTI-SPAM : Combien font 0 multiplié par 5 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. Les pseudos sont tolérés mais ne sont pas encouragés. Par contre l'utilisation d'anonymiseurs pour modifier votre numéro ip entrainera la suspension de vos commentaires.